AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le chat botté. (100%)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Le chat botté. (100%) Sam 26 Mar - 21:34

Trois ptits chats, trois ptits chats, trois ptits chats-chats-chats

Ploup-poulp Dossier
Markis Carabas, le Chat Botté.

Âge ;
23 ans.
Date de naissance ;
16 août.
Ville natale ;
Woollyland.
Emploi ;
Consultant, ancien capitaine.
Préférences amoureuses ;
Mesdemoiselles, messieurs (même mesdames, il n’a peur de rien !), approchez donc, sa porte vous est ouverte.
Talent surnaturel ;
Il peut altérer la mémoire d’autrui par deux moyens différents : soit par le dialogue, soit par un contact physique direct.

Dialogue : Il doit expliquer plus ou moins précisément la scène qu’il a changé dans la mémoire de sa « victime ». En procédant comme cela il n’est pas obligé d’aller loin dans les détails : la personne sur laquelle il utilise son pouvoir complète seule son souvenir falsifié.

Contact physique : À l’inverse, lorsqu’il procède par un contact physique, la scène qu’il imagine doit être minutieusement détaillée et cohérente. D’ailleurs cette technique est plus difficile que l’autre : c’est un peu comme si on essayait de visualiser parfaitement une scène jamais vécue dans son esprit. Mine de rien, c’est loin d’être facile. Cependant, ce moyen est plus sûr que l’autre : comme la « victime » peut visualiser les images de son faux souvenir, elle a encore plus l’impression que c’est réellement arrivé.

Si un souvenir n'est pas claire, il ne s'implante pas bien dans l'esprit de la 'victime' et il ne prend pas. Il est d'ailleurs plus difficile d'essayer de refaire un souvenir après un échec. Aussi, après un petit bout de temps (qui varie selon le degré d'implantation du souvenir) le souvenir créé se perd, se dissout. La 'victime' ressent un peu la même chose que lorsqu'on essaie de se rappeler d'un rêve au réveil: elle se souvient d'images sans queue ni tête, ne sachant plus où est le vrai et où est le faux.

A calamar tapageur, Passions inavouables.

Extrait du dossier MC-1608 ‘Puss in boots’ rédigé par le docteur J. Zucchini, psychologue affecté à Samarcande.

« À vrai dire, j’ai pu constater la fourberie de Markis avant même de l’avoir rencontré en personne. Voyez-vous, ma secrétaire Agrippine fait partie de ces prudes femmes froides et pincées qui ne s’entichent de rien ni de personne (pourvu qu’elle ne voie jamais ces lignes, sinon il en est fini de ma tranquillité !). Elle est si réservée que bien qu’elle travaille à mon service depuis plus de quinze ans, je ne peux prétendre la connaître personnellement. Or, le jour de mon entretien avec Markis, j’ai eu la surprise de la voir entrer dans mon bureau les joues rosies et un sourire ludique pendu aux lèvres. Déjà passablement étonné par son attitude, je tombai des nues lorsqu’elle m’annonça d’une voix enrouée par l’émotion que mon patient venait d’arriver et que, je cite : ‘Ciel qu’il est charmant ! Je me demande ce qui a bien pu lui valoir d’être incarcéré ici, pauvre chou.’ Voir ma secrétaire utiliser un sobriquet aussi niais est aussi rare que la vision d’un poulpe en tenue SM chantant le nouveau morceau des Tritons Volants.

Lorsqu’il entra dans mon bureau, Markis irradiait d’une aura charmeuse et rassurante, c’est indéniable. Il arborait un sourire aimable et usait de bonnes manières. Seulement, sa façon de m’observer comme s’il jaugeait quel type de personne je suis et comment se comporter face à moi me rendait mal à l’aise. Oui, moi, psychologue de grande renommée, mal à l’aise sous le regard d’un prisonnier ! Son regard était calculateur, il semblait noter chaque détail de ma personnalité dans son esprit. À chaque question que je lui posais, il fournissait la réponse qui me semblait la plus raisonnable de choisir. Je dois en conclure que ce garçon est un fin menteur.

Lorsque j’en vins au sujet des méfaits qui l’avaient amené à Samarcande, je notais un certain agacement derrière sa bonne humeur apparente. Il semblait contenir une certaine rancœur à ce propos. Cependant il continuait à donner des réponses qui auraient pu le faire plaider non-coupable vis-à-vis de gens trop crédules. Car selon lui, il avait manipulé la mémoire d’innocents pour donner au grand public de véritables coupables. Il disait qu’il avait rendu un service à la société en faisant cela, car attraper le plus de criminels donnait aux gens une impression de maîtrise totale de la part de la Police des Contes, et donc une certaine confiance en elle. Malgré ces arguments qui semblaient bons et innocents, il est évident qu’il n’a pas œuvré dans ce but purement idéologique. »

Miroir, mon beau miroir

Markis a un charme attractif, c’est incontestable, autant grâce à son charisme naturel qu’à sa tenue dénudée qui nous laisse entrevoir sa charmante tâche de naissance en forme de poisson au bas de son dos. Il porte bien son surnom Chat Botté, car il est doté d’une souplesse et d’une prestance remarquables, et qu’il ne se vêt que d’un short en cuir moulant adorablement ses fesses et d’une paire de bottes noires. Et encore, cuissardes à talons hauts est plus juste pour décrire ses bottes. Il s’habille rarement plus, ne mettant qu’un collier ou un pendentif avec son short et ses chaussures.

Après, les tentacules ne font pas le poulpe, comme on dit. Parce qu’imaginez un vieil ermite pétant de graisse dans cette tenue : ce ne serait pas sexy du tout ! Puss, lui, est tout ce qu’il y a de mieux bâti. Grand, fin, musclé sans pour autant être bodybuildé, il est digne d’une de ces figures de mode qu’on voit partout dans les journaux. Quasiment imberbe, le grain de sa peau est homogène et plutôt pâle, ce que les femmes appellent étrangement un teint de pêche.

Son visage est fin et anguleux, ses pommettes saillantes et son menton affilé. Ses lèvres sont fines, légèrement pointues et pulpées, et la plupart du temps étirées en un sourire charmant révélant une dentition parfaite avec deux petites canines pointues. Son nez quant à lui est long et droit. Ses yeux sont tout à fait séduisants, ourlés d’une quantité volumineuse de cils à en faire rougir n’importe quelle diva, leur couleur grise est si claire qu’on pourrait même dire que ses iris sont argentées. Ses sourcils sont longs et fins, accentuant les expressions de son visage.

Ses cheveux d’un brun d’ébène lui arrivent jusqu’au bas du dos. Très lisses et fins, ils sont constamment démêlés et il les laisse détachés ou les noue en catogan. Quelques mèches lui retombent parfois sur le visage, lui donnant un petit air mystérieux.

Il était une fois. Et rien qu'une seule !

« La vérité sort toujours de la bouche des enfants » … ou pas.

Des cheveux en pétard, un sourire espiègle et un regard perçant, voilà comment décrire brièvement Markis à l’âge de neuf ans. Devant un étalage de confiseries, il regardait avec avidité les sucettes, caramels et autres douceurs qu’il avait sous les yeux. Mais ses poches étaient désespérément vides de pièces de monnaie, sa mère ayant jugé récemment qu’il était bon de le priver d’argent de poche. Il jeta un regard en biais au marchand et constata qu’il le fixait pour s’assurer qu’il ne le volerait pas.

Markis soupira et attrapa un sac en papier dans lequel il entreprit de fourrer des confiseries. Lorsqu’il fut rempli à ras bord de toutes ces jolies choses mauvaises pour la santé, Markis le rangea dans la sacoche suspendue à son épaule et se détourna du stand. Une main ferme se posa sur son épaule et l’obligea à se retourner.

« Où crois-tu aller comme ça sans payer, gamin ? » gronda le vendeur.

Markis feignit un air incompréhensif et apeuré en fixant l’homme dans les yeux, et bredouilla :

« Mais je viens de vous payer, monsieur ! Juste à l’instant… »

L’adulte cligna des yeux et sembla un peu perdu l’espace d’un instant. Il relâcha le garçon et secoua la tête d’un air désolé :

« Ah oui, c’est vrai… ! Excuse-moi de t’avoir accusé ainsi, mon garçon, je dois être un peu fatigué. »

Markis sourit poliment et dit d’une voix enjouée :

« C’est pas grave ; je suis pas un voleur, moi ! »

Il serra contre lui la sacoche qu’il portait et salua le marchand. Lorsqu’il rejoint sa mère un peu plus loin sur le marché, il pouffa de rire et plongea sa main dans son sac pour en sortir un caramel et le fourrer dans sa bouche. Parfois, son pouvoir lui était bien pratique… !



« On jouit moins de tout ce qu'on obtient que de ce qu'on espère. »

Vous avez sûrement remarqué que les enfants imaginent leur futur de manière grandiose, rempli d’aventures, de gloire et de jolies filles (ou jolis garçons). À six ans, ça semble à la portée de tout le monde de devenir un super justicier que la planète entière admire.

On peut même classer ces justiciers en deux catégories : ceux qui travaillent au grand jour et ceux qui manœuvrent dans l’ombre. Le problème avec cette deuxième catégorie, c’est qu’ils ont beau être des justiciers, ils n’obtiennent jamais une grande gloire. A-t-on déjà entendu parlé d’un Arsène Lupin applaudi par les médias et rémunéré en toute honnêteté pour son « travail » ?

Markis n’échappa au syndrome du gamin ambitieux, voir rêveur. Il voulait faire parti de cette première catégorie de justiciers, arrêter des criminels pour le bien de tous sous les hourras de la foule. Il voulait être admiré, être un objet de convoitise. Il rêvait de grandeur et de lumière. Il voulait qu’on le voie.

Au début, personne ne prêtait une grande attention à ses discours qu’on pensait fanfarons. Et puis lorsqu’il approcha de ses 18 ans, ses parents réalisèrent qu’il était totalement sérieux lorsqu’il disait qu’il deviendrait le meilleur capitaine de la police des contes. Ils ne croyaient pas vraiment à sa réussite mais ne l’empêchèrent pas de suivre la voix qu’il voulait – de toute façon ils étaient incapables de lui refuser quoi que ce soit. Lorsque Markis leur annonça qu’il était parvenu au grade de capitaine, ils furent même surpris. Surpris, mais fiers que leur fils ait réussi à atteindre son objectif.



« Nous aimons toujours ceux qui nous admirent, et nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons. »

Les choses ne se passaient pas comme Puss l’avait voulu quand il était enfant. Tous les regards n’étaient pas tournés vers lui, l’admiration des gens était destinée à tout autre. Vers Mirror.

Markis devait bien se l’avouer, il était jaloux de lui. Et il l’admirait aussi, même si ça il avait beaucoup plus de mal à l’admettre. Mais comment ne pas envier un collègue aussi brillant que Mirror ? Malgré tous ses efforts, Puss avait toujours l’impression de rester dans son ombre. Et pourtant, on ne peut pas dire qu’il n’y mettait pas du sien. Peut-être même trop.

À force de vouloir réussir, Markis avait trouvé une solution radicale lorsqu’un problème venait coincer une enquête. Il suffisait de traficoter quelques souvenirs par-ci par-là, créer un ou deux témoins, et l’affaire était dans le sac ! Avec ça, toutes ses enquêtes se terminaient vite et avec succès.

Quand on lui confia une enquête en collaboration avec Mirror, Markis prit ça comme un défi à relever. Et surtout à gagner ! Il voulait en mettre plein les yeux à ce Mirror qui lui faisait de l’ombre, et par la même occasion montrer à tout le monde de quoi il était capable. Il était même prêt à user de malhonnêteté pour y arriver, quitte à utiliser son pouvoir sur Mirror.

Pourtant il n’en fit rien. Non pas qu’il était trop trouillard pour le faire mais au final il s’était attaché à son collègue et rival. En fait, il était même arrivé à le considérer comme un ami. Même s’il était loin de respecter la règle de l’honnêteté amicale, il n’avait pas eu le cœur de falsifier ses souvenirs.

Et au final il avait aussi très bien contribué (légalement) à la conclusion de son enquête ! Il était même persuadé que Mirror n’y serait pas arrivé sans lui, grand égocentrique qu’il était. Mais il y avait une part de vrai là-dedans, car après tout il l’avait tiré plusieurs fois d’une mauvaise passe en usant de ses charmes et manipulations. C’était d’ailleurs peut-être pour cela que cette espèce de sympathie s’était installée entre eux. Une entente due à une entre-aide honnête. Honnête… vraiment ?



« Ceux qui s'avancent trop précipitamment reculeront encore plus vite. » et c’est bien dit !

Markis referma le dossier qu’il tenait entre les mains avec un petit sourire. Et une affaire close en plus à sa liste, une ! Il s’agissait d’une affaire de braquage, et cette fois il avait été difficile de ‘fabriquer’ des témoins ; notamment pour son témoin clef, une petite grand-mère qui avait été difficile à cerner. La bougresse refusait de le laisser rentrer chez elle à cause de sa tenue extravagante, persuadée qu’il travaillait pour une agence de vente de tenues pour soirées insolites ! Mais au final il avait réussi à accuser un marchand exerçant dans la même rue où avait eut lieu le vol.

Puss rangea le dossier avec les autres dans le tiroir de son bureau. Il s’apprêtait à sortir prendre un verre pour fêter sa ‘victoire’ lorsque son supérieur entra dans son bureau.

« Puss, j’ai à te parler. Rejoins-moi dans mon bureau dans cinq minutes. »

Markis grimaça et soupira. Qu’est-ce que lui voulait le vieux décrépi ? Il avait terminé son service bon sang !

Il sortit de son bureau et traversa le couloir pour se rendre à celui du ‘grand manitou’ comme il aimait le surnommer avec ironie. À peine eut-il franchi la porte qu’il sentit une puissante paire de bras l’attraper et lui menotter les poignets. Croyant à une mauvaise blague, Markis ne réagit pas et éclata d’un rire grinçant :

« Désolé mais je n’exécute pas de pratiques sadomasochistes au boulot. »

Il voulut se dégager mais la personne derrière lui le tenait fermement. Tournant la tête, il constata qu’il s’agissait de Mirror. Il haussa les sourcils et se tourna vers son supérieur en face de lui.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? gronda-t-il.
-Ça veut dire que tu t’es fais coincer, Puss, dit calmement Mirror derrière lui. J’ai compris ta petite supercherie, et nos supérieurs n’ont pas eut l’air de l’apprécier… »

Sans même le voir, Markis pouvait entendre son sourire dans la voix de Mirror. Le Chat comprenait très bien où il voulait en venir, et il avait peine à croire qu’il venait de se faire arrêter par son propre collègue et ami. Le vieil homme fasse à lui s’approcha et lui ôta son insigne de Capitaine.

« Tu seras jugé demain, Puss. Attends-toi à échanger ta place avec les innocents que tu as envoyés à Samarcande. »



« Le mépris efface l'injure plus vite que la vengeance. » et pourtant…

Incarcéré à Samarcande, Puss eut tout le loisir de ruminer ce qu’il considérait comme une trahison de la part de Mirror. Il s’était fait des alliés parmi les prisonniers, ce qui lui avait permis de subsister dans la prison sans conflit. En fait, il avait même sympathisé avec les geôliers qui lui accordaient quelques faveurs.

Mais la liberté et la vie extérieure lui manquaient, et sa rancœur envers Mirror grandissait de jour en jour. Alors lorsqu’un des gardiens vins lui annoncer qu’il était libre de partir s’il acceptait d’être surveillé et rejoignait ses anciens collègues pour traquer les épouvanteurs, il ne put qu’accepter cette proposition. Et puis peut-être qu’une occasion lui sera donnée pour montrer sa valeur et être totalement disculpé de ses actes ? Une nouvelle voix d’honnêteté et de justice s’ouvrait à lui… ou pas !


Hors Rp'
Si votre/vos futurs avatar(s) se réfère(ent) à un personnage de manga/animé/etc spécifique, précisez le nous ici ;
Itachi Uchiha par Lily. (sa galerie n'existe plus, malheureusement. ;__;) et peut-être Gakupo des vocaloids, par la suite (avec quelques retouches). Et sinon, qui est le personnage sur l'avatar de la présentation du prédef ? :)
Propositions/Idées pour améliorer le forum ;
Je n'ai rien à y redire. :)
Comment nous avez-vous découverts ;
J'y suis déjà sous le compte de Peter Pan. :D
Depuis combien de temps faites-vous du Rp' ;
Environ quatre ans.
Évaluation de votre activité sur le forum ;
Régulière.
Code ;
La validation by Charming c'est bon pour la peau.



Dernière édition par Puss in boots le Mer 4 Mai - 11:56, édité 5 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le chat botté. (100%) Lun 11 Avr - 21:18

Bonjouuur \o/

Alors, tout d’abord, vraiment navré pour ce retard, je suis inexcusable >_O D’autant que je n’ai rien à redire à ta fiche sur les fondamentaux : le pire que j’ai à te reprocher, c’est un « malgré que » au lieu de « bien que », peut-être un peu trop de vague dans l’exposition de ton pouvoir (à quel point peux-tu effacer des souvenirs ? Combien de temps dois-tu toucher la personne ?...) et, peut-être, une certaine – brièveté ? Tu n’es pas forcé du tout, c’est un affreux chipotage, mais on aimerait peut-être en savoir un peu plus sur les raisons qui ont poussé Markis à devenir Traqueur plutôt qu’arnaqueur, par exemple, ou les raisons – et les moyens – de son entente avec Mirror, sa vie/réputation de Traqueur… Enfin bref, cerner un peu plus le personnage.

Mais je m’empresse que c’est vraiment du pointilleurisme (youhou néologisme) à ce stade, donc tu as parfaitement le droit d’avoir la flemme ! XD
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le chat botté. (100%) Mar 26 Avr - 0:45

C'est pas grave pour le retard, étant donné que le mien est tout autant inexcusable. xD *s'auto-flagelle* Alors comme ça, ça se voyait tant que ça que j'étais en proie à une flemmingite aigue à ce moment là? *pif* Mais bon, maintenant je suis guéri et je suis Motivation, alors j'ai ajouté quelques bricoles au pouvoir et deux petites parties dans l'histoire. Voilou ! :D
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le chat botté. (100%) Dim 1 Mai - 21:16

OK, ça me va parfaitement ! èé

Je te suggère d'apporter encore une limite de temps (doutes qui s'instaurent sur la véracité du souvenir après quelques semaines ? Embryons de souvenirs qui, si le souvenir n'est pas totalement instaurés, disparaissent ?), mais sinon, c'est parfait ♥

Encore désolé pour tout ; j'attends ta réponse - affirmative ou positive XD - et je te valide èé
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le chat botté. (100%) Mer 4 Mai - 11:56

Voilà, j'ai rafistolé tout ça. :D
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le chat botté. (100%) Sam 14 Mai - 10:29

    Le petit Prince étant vilement absent, et le Chat Botté attendant depuis fort longtemps, je me permets de passer pour te valider amoureusement (et tellement je suis fille de Dieu, je fais des rimes, oui Monsieur !).

    Donc une seconde fois, Bienvenue sur CT 8D

    Tu connais les démarches à faire, Notebook ; Demande de RPs si tu en cherches ; Défis pour pimenter le tout. Je ne te poste pas les liens menant à toutes ces jolies choses, tu les retrouveras bien tout seul, hein :°

    Amuse-toi bien avec ce GROSVILAINCHAT ♥ !


Avatar Halloweeeeen ♠️
avatar
Crazy Apple
Narcissico-Fruitophile
Narcissico-Fruitophile
HUMEUR : Explosive, mais acidulée.
CITATION : « Explosion fruitée, avec ou sans sucre ? »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Mangez dix fruits par jours, pas de légumes !
NOTEBOOK : An apple a day keeps the doctor away ♥️
VIE SOCIALE : Les pommes du voisin sont toujours meilleures ★
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le chat botté. (100%)

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Le chat botté. (100%)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Activer le chat» Invitation au Chat» Chat a gogo» Le petit chat m'aimait» Le réveil du chat
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fiches-
Sauter vers: