AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Cokkie Simpson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Cokkie Simpson Mer 27 Avr - 11:35

Une envie de... COOKIE CRISP ?

Ploup-poulp Dossier
Cokkie Simpson, parce que Cokkie, Cookie ? Mon petit cookie d'amour, mon cookie au sucre, mon cookie chéri... Ca sonne bien hein ?

Âge ;
D'apparence, 19 ans. Mais, réellement, plutôt un siècle en fait.
Date de naissance ;
27 Avril.
Ville natale ;
Wonderland.
Emploi ;
Je pensais à Stagiaire à la Police des Contes de Fées, au cinquième étage. Mais plutôt stagiaire aspirant à devenir un membre à part entière, et qui emmerde son monde pour se retrouver sur le "terrain" comme on dit.
Préférences amoureuses ;
Hétérosexuelle. Quoiqu'on la voit bien mourir vieille fille ♥
Talent surnaturel ;
Souriez, vous êtes filmé. Ou presque. Ses yeux servent d'appareil et sa cervelle d'album photo ? Elle aurait en outre une bonne mémoire visuelle, très bonne. Ce qu'elle voit, ce qu'elle lit, elle le retient. Indéniablement. Le verbe apprendre ? Connaît pas. Elle regarde et puis, pouf. C'est ancré dans sa mémoire, et pour toujours. Ou tout du moins pour un temps très très long.
Ca sert à quoi ? A étendre sa culture générale. A retenir tout et n'importe quoi. A réciter des recueils de poèmes. A cauchemarder sur des papiers administratifs peut-être ? Bref. Ca sert à faire des choses diverses, à jouer à la mademoiselle je sais tout, à être plus ou moins utile dans son job. Il n'y a qu'un seul hic, voir deux. Les images et les textes s'accumulent, la demoiselle en est consciente, tout se mélange. Ca pèse lourd. Y'a du dossier dans sa petite boîte cranienne, et mine de rien, ça vous donne des migraines pas possible. Voilà pourquoi Cookie chérie se shoote à l'aspirine. Sinon, c'est un talent, on va dire, continu, impossible à arrêter. Ha si. Suffit de lui retirer ses lunettes, comme ça elle voit plus rien et elle retient plus rien. Parce qu'elle est. Myope.

A calamar tapageur, Passions inavouables.

La garce, la peste. Elle pouffe dans son coin, avec cette main innocente sur sa bouche, pour cacher le son de sa voix. C'est en fait un trait plutôt énervant, irritant. La voir glousser comme une dinde, pour ceci, pour cela, sans raisons valables. Juste comme ça. Ca a presque quelque chose de personnel. Vous vous faîtes gronder ? Elle sursaute, ne tient plus en place, le petit rire lui échappe. Vous venez directement lui adresser la parole ? C'est pire. Allez donc savoir pourquoi, à croire que la tête des gens l'amuse. Vraiment, on peut le prendre mal, et croyez-moi : il y a de quoi. Faut pas se leurrer, si elle se met dans des états pareils, et ce à chaque fois qu'elle vous parle, ne cherchez pas plus loin. Regardez-vous dans une glace, vous devez avoir quelque chose de bizarre, un bouton sur le nez peut-être ? Une patate ? Rien du tout ? Alors elle se fout de votre gueule, elle se paye votre tronche, et elle en est fière. C'est qu'elle doit vous trouver diaboliquement moche. Ha. Et ne paraissez pas offensé surtout, vous la feriez presque jouir. Presque.

Cokkie aime voir des visages contrariés, curieusement ça la stimule. Des bouilles boudeuses, des sourcils qui se froncent, des réprimandes, des gestes d'agacement. Elle sait comment s'y prendre. Elle les connaît, ces petites choses anodines, toutes simples, irritantes. Faire une bulle de chewing-gum, éclater la bulle de chewing-gum, refaire la bulle de chewing-gum, re-éclater la bulle de chewing-gum, et ainsi de suite. Froisser et défroisser un emballage de bonbon, oh le doux bruissement. Et la délicatesse de son pied lorsque celui-ci vient s'écraser sur le parquet. Fort. Répétitif. Tap. Tap. Sa langue qui vient claquer contre son palet, encore, encore, encore. Et elle les enchaîne la sale garce, parce qu'elle sait que personne n'aime ça.

Plus encore que d'énerver les autres avec ses petites mimiques, il faut en plus que la demoiselle joue à la mademoiselle-je-sais-tout. Un peu comme le Schtroumpf à lunettes, voyez. Toujours à faire la morale, à étendre ses connaissances. Et croyez-moi que des connaissances, elle en a. C'est presque un besoin de le montrer d'ailleurs. Alors ne soyez pas trop surpris si un beau jour, pour mieux remplir son rôle d'exécrable demoiselle, elle vient vous coller aux basques juste pour vous réciter un receuil de poèmes, ou des tables de multiplication. On retrouve aisément la petite fille modèle, la première de la classe, sérieuse dans son travail. Et qui l'est encore aujourd'hui d'ailleurs, sa première qualité peut-être. Elle peut faire penser à un grossier rat de bibliothèque, repliée sur elle-même, plongée dans des bouquins, dans ses petites affaires. Calme, sage. Le genre à rester le cul sur une chaise, et à y rester, sans s'énerver. Juste à faire ses petits rituels chiants, mais qui ne demandent pas trop d'efforts. Juste à observer les gens passer, à s'en amuser, ni plus ni moins.
Cokkie est une sorte d'associale, qui se moque bien de ce que l'on peut penser d'elle. Elle n'aime pas franchement la compagnie des autres, et on ne peut pas non plus dire qu'elle possède un grand nombre d'amis. Elle ne fait d'ailleurs aucun effort, préférant rester seule dans son coin. Et puis allez donc supporter une rabat-joie pareille. Elle a un caractère assez... Chiant. Snob plutôt. On vient lui taper la causette ? S'en fiche. Détournes la tête, genre vous n'existez pas. Elle a donc un dialogue très limité avec les autres, soit en faisant des monologues sur telle ou telle chose, soit en lançant deux ou trois mots acerbes. Parce qu'elle n'ouvre la bouche que pour se montrer désagréable, odieuse. Parfois même vulgaire, sans qu'on puisse pour autant la qualifier de "méchante". Disons la plutôt méfiante.

A noter cependant que la moindre gentillesse la fait rougir de plaisir, dévoilant ainsi un côté gêné, paniqué. Surtout quand on lui offre des friandises, parce qu'elle adore ça. C'est presque maladif d'ailleurs, puisqu'elle a tendance à se nourrir que de sucreries, et qu'elle ne mange pratiquement rien à côté.
Sinon côté phobie, elle a peur du noir. Très peur du noir.

Miroir, mon beau miroir

Il est tôt, les bureaux ne sont pas encore remplis. Pourtant une bonne odeur de café vient frétiller vos narines, et vous constatez non sans surprise que quelqu'un a déposé un petit gobelet sur chaque table. C'est la stagiaire. La chose, là, qui somnole sur sa chaise. Mais si, vous savez, celle à qui vous confiez la paperasse administrative par pure flemme, celle qui doit vous apporter vos donuts, vos croissants, votre boisson chaude. Vous savez, la bonne là. Parce que pour l'instant, vous la payez un peu que pour ça. Parce que vous refusez de l'envoyer sur le terrain, parce que c'est une novice, parce qu'elle risquerait de gêner les gars, et parce qu'elle est plus utile dans les bureaux et devant la machine à café. Parce que c'est une stagiaire quoi.
En réalité, elle vous rappelle votre grand-mère. La pauvre, si jeune et pourtant si vieille. La faute à cet ignoble gilet, long, toujours fermé. Un vieux tricot en laine, orné d'un foulard. Ses collants sont d'un vilain jaune, toujours. Elle est un peu vintage, toujours habillée de la même façon. Elle semble avoir un goût prononcé pour les vieilleries. Presque comme si elle sortait d'un dépotoir. Ca vous fait rire, vous lui faites souvent la remarque. Juste pour voir ses bonnes petites joues, rebondies et gonflées, prendre une soudaine teinte rouge. Et quoi ? Elle se vexe, et boude toute la journée. Bof, ce n'est pas comme si vous n'en aviez pas l'habitude. Et puis elle a des tresses, rousses, avec une frange épaisse. Tout d'un coup, l'image du rat de bibliothèque vous vient à l'esprit. Bien vite combinée avec celle de l'élève modèle. Elle vous rappelle la déléguée de classe... L'allure sage.

Vous vous avancez vers elle, tirez au passage une chaise. Vous vous installez en face d'elle, pour la regarder d'un peu plus près. C'est qu'en un sens, elle vous intrigue. Toute petite -un mètre cinquante-six tout de même-, toute frêle. Vous la trouvez horriblement filiforme, une vraie planche à pain. Ca ? Choper Big Bad Wolf ? Cette chose qui peine déjà assez pour transporter des dossiers d'un bout à l'autre de la salle ? Vous ne préférez même pas y penser. Elle se ferait bouffer. Et encore. Pas sûr qu'il y ait beaucoup de choses à grignoter. Les os ressortent. Notamment au niveau des genoux. Ses doigts sont plus que rachitiques, et ses bras, ses jambes : fins comme des batonnets d'esquimaux. Ca ne vous parait pas très naturel tout ça, et pourtant. Elle se goinfre de sucreries, ses poches en sont remplies, et là, sur son bureau, les emballages vides foisonnent. Surtout les chewing gum collés autour de l'écran de son ordinateur. Vous trouvez ça dégueulasse, et vous passez votre temps à lui demander de les enlever, ce à quoi elle répond que vous n'avez qu'à le faire vous-même si ça vous tient tant à coeur. Elle vous a déjà menacé avec un chewing gum. Depuis, vous vous tenez à une distance raisonnable.

Votre visage se rapproche du sien, elle dort : aucun risque. Curieusement, les traits sont ronds, crispés. Comme si quelque chose la perturbait, toujours. Elle a cet air grave et sérieux, celui-là même qui réussit à vous mettre mal-à-l'aise. Vous cessez de rire, elle est rabat-joie. Même quand elle dort. Ca vous désespère. Son teint est livide, pâle. Elle n'a rien d'enviable, elle vous paraît même sinistre, morne. Sauf peut-être quand il s'agit de sucreries, où vous croyez voir, parfois, une once de curiosité et de désir.
Fatiguée. C'est ce à quoi vous pensez quand ses yeux s'ouvrent, ses yeux pochés. Les cernes sont grands, d'un violet profond qui fait défaut avec le vert de ses yeux. Son regard est menaçant, hautain. Pas uniquement à cause de votre visible proximité, non. Elle a toujours ce visage-là, supérieur, un brin provoquant, mauvais. Il vous surprend, vous fait presque peur. Mais vous vous reprenez vite en voyant le mince filet de bave qui coule de sa bouche, sa jolie petite bouche, en forme de coeur. Tiens, vous ne l'aviez jamais remarqué : elle porte du rouge-à-lèvre. Ca ne lui va pas très bien. Vous vous empressez de le lui dire. Ses petits et épais sourcils se froncent, signe qu'elle n'apprécie guère votre plaisanterie. Rouge, énervée, elle essuie d'un revers de main ses lèvres, avant de grommeler deux ou trois injures et d'enfiler une paire de lunettes d'une hideuse couleur rouge. Vous riez devant son impulsivité, sa légère grossièreté. Elle a un sale caractère, asociale, ne parlant que pour lancer deux ou trois mots acerbes. Mais vous ne lui dîtes rien, parce que vous savez qu'elle n'a que ça pour elle, son physique n'étant globalement pas très attrayant. Parce qu'elle n'a que sa bouche pour se défendre.
Au final, vous l'aimez bien cette petite.

... Ou pas. Car déjà, elle sort d'on-ne-sait-trop-où un chewing-gum bien mâché avant de vous le coller sur le front.
Cookie est une petite garce, et vous vous demandez encore pourquoi on ne l'a toujours pas renvoyé. Mais vous n'avez pas le temps d'y réfléchir plus longtemps, car déjà elle s'en va, le buste droit, la démarche fière. L'odieuse stagiaire.

Il était une fois. Et rien qu'une seule !

Elle avait une vie plus qu'ordinaire, limite ennuyeuse. Pourtant l'animosité dans l'immeuble ne manquait pas. C'était une bâtisse commerçante, des boutiques pleins les étages. Et tous les machins habituels : embouteillages de balais, injures, une queue pas possible devant le stand de sandwich. Les têtes défilaient, entraient dans une boutique, sortaient par une autre. Ses parents, petit couple de sorciers, tenaient une échoppe de potions. Notamment concernant les remèdes contre les rhumatismes, les vilaines toux, les problèmes d'urticaire. Ils commercialisaient même une sorte de lotion capillaire miracle, qui permettait de faire pousser des spaghettis sur la caboche. Un genre de recette super rapide, pour concurrencer les fast-food qu'ils disaient. 15 yubas la fiole. Mouai. Du vol.
La fillette faisait pas grand chose hein. Elle restait assise sur une chaise pliable, à l'ombre, là, sur le trottoir, glandouillant, baillant. Les gens étaient toujours pressés, ça criait dans tous les sens. Cokkie suivait le mouvement d'un bref signe de tête, un paquet de chips en main. Elle passait tout son temps libre sur cette chaise, à ne rien faire, sinon à s'occuper d'une bien drôle de manière.

Ses parents ne faisaient pas trop attention à elle, il faut dire qu'elle était débrouillarde et qu'elle avait appris très tôt à se dépatouiller toute seule. La vérité était qu'on trouvait cette sorcière bien ennuyante. Elle était morne, lasse. Trop sage. En réalité, on la trouvait bizarre. Elle n'avait pas les mêmes occupations que les autres enfants de son âge. Rien ne semblait réellement l'intéresser, elle préférait bouder dans son coin, toute seule. Les gens avaient pitié d'elle, certains conseillaient ses parents de l'emmener voir un psy. Paraître si "vide" était quelque chose d'anormal à cet âge-là. Elle n'était pas franchement heureuse, pas franchement triste. C'était Cokkie, quoi. Celle qu'on voit aujourd'hui, identique, semblable en tout point avec la fillette d'hier.
Elle avait appris très tôt à tresser ses cheveux. En réalité, c'était une enfant précoce. Intelligente. Quoique désintéressée, disait la maitresse. Mais on s'en fiche. L'important était que, très jeune, elle savait ce qu'elle voulait, et à quoi elle voulait ressembler. L'élève type avec l'uniforme et les tresses. Une image pas toujours facile à supporter, entre les gens qui vous tirent les cheveux et ceux qui se moquent de vous. Ca restait cependant supportable, quoiqu'un peu embêtant. Mais vous connaissez les enfants : il faut toujours qu'ils se chamaillent entre eux avant de changer de cible.

Monsieur Grobidou était un homme bon et juste, notamment parce qu'il tenait une confiserie et que c'était un grand oncle à madame Simpson. Naturellement il offrait toujours de gros sacs de sucreries à sa petite nièce chérie. Parce que les bonbons c'est bon pour la santé, et ça redonne le sourire. Il avait pitié de Cokkie, et de son manque de gourmandise, aussi fit-il en sorte d'ensorceler la gamine à l'aide d'une potion à base de choux de bruxelles, d'épinards et d'haricots verts. Effet garanti. Une goutte dans une assiette puis dans une autre, et la pauvre Cokkie fut incapable d'avaler autre chose qu'un plat sucré, sous peine d'avoir des nausées les trois quart du temps. Elle renonça ainsi rapidement aux douceurs des légumes et de la viande, ne se nourrissant plus que de sucreries et de gâteaux en tout genre. Et de pop corn. Et de chips. Parce que les cochonneries... Voilà quoi. Hélas, l'oncle mourut d'une indigestion alimentaire avant d'avoir pu donner la recette du remède miracle, et comme personne ne se donna la peine de lui fabriquer une potion, faute de temps, flemmardise apparemment, on condamna ainsi la malheureuse.

Le temps passa, Cokkie devint une adolescente. Une pauvre fille, tiens. Le souffre-douleur de la classe, et plus particulièrement de Tagada Boom. Un agaçant jeune homme qui venait la harceler, la racketer à la sortie des cours, lui soutirant sa réserve de sucre. Le traitement qu'on lui réservait et ces trop nombreuses rencontres la rendirent plus acerbe que jamais. Et le jour où ce crétin de Tagada -quel nom- l'enferma dans une poubelle ne fit rien pour arranger les choses. Le noir, les rats, les ordures non identifiées. Un traumatisme, oui vraiment. Aussi ne put-elle être qu'admirative quand un traqueur qui passait par là vint la sortir de ce mauvais pas, avant de la raccompagner sagement chez elle et de lui offrir une sucette, comme s'il eut affaire à une enfant. Ce fut plus que suffisant pour lui donner la brillante idée de rejoindre la police des contes de fées. Classique oui. Quand à Tagada Boom ? Ho. Elle le lui rendit au centuple, en empoisonant ses propres bonbons. Ainsi, lorsqu'il vient pour sa récolte quotidienne, et bien... Le jour d'après on ne le revit plus. Il tomba malade, et mit bien un mois à s'en remettre.

Peu après avoir fêté ses un siècle, soit une apparence commune de 18 ans, parce qu'il ne se passa rien de plus intéressant dès lors, et après avoir obtenu ses dîplomes, elle devint stagiaire pour le CDDD tout en espérant fortement servir à autre chose qu'à faire le café. On peut cependant douter de ses intentions lorsqu'on voit qu'elle ne semble porter aucun intérêt à ce qui se passe autour d'elle, et encore moins à la notion de "justice". Ce serait plutôt un caprice décidé sur un coup de tête, quoiqu'il serait bon d'enfermer les individus semblables à Tagada Boom. -Touche pas mon sucre ! Hum. Evidemment, c'est pas tout ça. Parce qu'un Tagada, c'est rien à côté d'un grand méchant loup. M'enfin, elle pourra toujours lui lancer des bonbons dans les pieds, à Big Bad Wolf, ça le fera peut-être tomber, sait-on jamais. Puis, faut bien gagner sa croûte hein. Le loyer, les impôts, l'électricité, l'eau chaude, ça se paye pas tout seul. Et c'est pas en restant stagiaire qu'elle va pouvoir finir dignement le mois.

Hors Rp'
Si votre/vos futurs avatar(s) se réfère(ent) à un personnage de manga/animé/etc spécifique, précisez le nous ici ;
Heu. L'avtar vient d'une image quelconque qui traînait depuis un moment dans mon ordinateur, donc bon, l'artiste... Après ce sera principalement des rousses, avec une bonne frange, et qui a une tête de cookie o/ Enfin, pour l'instant, on en n'est pas encore là.
Propositions/Idées pour améliorer le forum ;
Nope. Il est déjà plutôt bien complet.
Comment nous avez-vous découverts ;
Ca fait un moment que j'ai l'adresse dans mes favoris. Une coupine me l'a montré =3 Mais voilà, j'ai mis trois ans pour m'inscrire.
Depuis combien de temps faites-vous du Rp' ;
Quatre ans je dirais.
Évaluation de votre activité sur le forum ;
Bah. Je peux facilement venir au moins une fois par jour.
Code ;
Validé par Pompom



Dernière édition par Cokkie Simpson le Dim 1 Mai - 20:02, édité 4 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cokkie Simpson Jeu 28 Avr - 19:14

    Et un doublon, un 8D. Mais pas complètement inutile, non. Juste pour dire que j'ai fini, en espérant qu'il n'y ait pas trop trop d'âneries.
    Et bonne lecture bien sûr =3.



    Parce que les poivrons quoi *.* Cette secte. Franchement, vous me faites rêver.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cokkie Simpson Dim 1 Mai - 19:06

    Bonjour/Bonsoir petit Cookie !

    Avant tout, bienvenue sur Crazy Tale, nous espérons que tu te plairas parmi nous et que tu pourras ainsi nous en faire voir de toutes les saveurs ~


    Il n’y a que très peu de choses à corriger avant ta validation officielle. Une fiche bien écrite, fluide, agréable ; un bien beau travail pour un biscuit !
    L’idée de faire une stagiaires chez les Traqueurs, aspirant à gravir les échelons ; diable que c’est intéressant ! On te coloriera malgré tout en bleu, mais tu ne pourras donc pas (encore ?) prendre de missions ;D
    Ton don est également très sympathique, belle inventivité. Tu as su toute seule lui imposer quelques limites, tu devras juste donc faire attention à ne pas sur-jouer le côté « Je sais tout, rien ne m’est inconnu, je suis invincible » ; mais vu la façon dont tu écris, je pense que ce n’est pas ton but et que ça ne posera donc pas de souci.

    Deux ou trois minuscules fautes se sont glissées, mais vraiment très peu (un grand bravo d’ailleurs, c’est un plaisir de lire sans compter les erreurs) donc je me permets de chipoter – je les prends par ordre d’apparition hein – :
    Spoiler:
     


    Pour le reste des corrections, encore une fois que des détails :
    Citation :
    faut en plus que la demoiselle joue à la mademoiselle-je-sais-tout. Un peu comme le Schtroumpf à lunettes, voyez. Toujours à faire la morale, à étendre ses connaissances.
    C’est vraiment du chipotage de maniaco-dépressive (comme dirait le prince ♥), et ce n’est d’ailleurs ici qu’une mise en garde, mais techniquement les Schtroumfs n’existent pas à Malkins. On comprend bien sûr l’idée que tu veux faire passer, mais comprend que c’est comme si tu disais « Elle a une bouche plus pulpeuse qu’Angélina Jolie ». Outre l’improbabilité de cette affirmation (HAHAHA), cela sonne faux dans le contexte de Crazy Tale. Donc fais simplement attention dans tes futurs RP à ne pas trop te référencer ainsi à des choses inexistantes dans le monde dans lequel ton personnage évolue ! Pour cette fois, laisse-le, ce n’est pas bien grave ni dérangeant (après tout, peut-être que les Schtroumfs existent mais n’ont pas encore été découverts *décède*).

    Citation :
    Puis à l'âge de 18 ans
    Et voici le seul vrai souci de ta fiche (idem dans le dossier, où en face de l’âge tu marques « 19 ans ») ; à Malkins, l’âge diffère. Les 15 premières années se passent normalement, mais ensuite ta croissance ralentie tellement que tu sembles avoir 18 ans, en en ayant en réalité presque 100 ! Tout est expliqué dans un article de l’encyclopédie, ici. Tu dois juste corriger ce minuscule détail, et ce sera bon !

    En fait, je chipote beaucoup, hein :D !
    C’est vraiment une belle fiche, outre ces minuscules détails.
    Bonne chance pour les quelques modifications, n’hésite pas si tu as la moindre questions ;)


    Oh, et petit mot de conclusion :
    Citation :
    Monsieur Grobidou
    JE T’AIME ♥. Toi aussi, tu fais rêver.


Avatar Halloweeeeen ♠️
avatar
Crazy Apple
Narcissico-Fruitophile
Narcissico-Fruitophile
HUMEUR : Explosive, mais acidulée.
CITATION : « Explosion fruitée, avec ou sans sucre ? »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Mangez dix fruits par jours, pas de légumes !
NOTEBOOK : An apple a day keeps the doctor away ♥️
VIE SOCIALE : Les pommes du voisin sont toujours meilleures ★
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cokkie Simpson Dim 1 Mai - 19:48

    Ow, les fautes, les fautes bêtes en plus. Comment c'est berk caca ! Enfin, c'est corrigé. Je ferai plus <3.
    Ha, et pour les Schtroumpfs, je ne me doutais pas que c'était gênant dans la narration, c'était plus la petite comparaison de la narratrice quoi. Je fais pas rentrer ça dans "ce que voit et ce que pense" le personnage, donc il n'y aura pas de grosses incohérences dans le rp. Cela dit, j'éviterai les allusions du genre pour la prochaine fois =). Et tu fais bien de le dire d'ailleurs, parce que je fais pas mal de comparaisons avec des trucs divers du monde réel en général ^^'.

    Par contre, je dois avouer que, le système d'âge me perturbe =O. Je dois encore me compliquer la vie pour rien, tiens. Mais si j'ai bien compris, un an équivaut à un siècle ? Et ceci à partir de l'âge de 15 ans... Ou 18. Donc si elle en a 19, ça fait 100 ans.
    Ha bah oui, c'est ça. J'suis con o/. M'en voulez pas, faut le temps que ça monte au cerveau. Ha. Ha.
    EDIT = OUI MAIS. Si à 18 ans, elle a 100 ans comme tu dis. A 19 ans, elle est en fait âgée de DEUX siècle 8D. Nope ? Whaou.

    Bwarf, correction rapide. J'espère ne rien avoir oublié =p. Et contente si la fiche a plu. Surtout le moment "Grobidou" 8D.
    Et merci ^.^ !!
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cokkie Simpson Dim 1 Mai - 19:55

    Je te fais confiance pour la correction des fautes, et je constate bien que ce n'était que de l'inattention !
    Je te fais également confiance pour les futures comparaison ; l'important étant que tu comprennes le souci, après, tout le monde fait ce genre de comparaison sans que ce ne soit véritablement problématique, donc fais-y juste attention comme il se doit !
    Pour l'âge, c'est à peu près ça. La modification se fait autour des quinze ans, là ou un ado normal finit sa croissance, donc là ou à Malkins, la croissance ralentit. Cokkie a donc environ un siècle ou deux, en ayant l'air d'avoir 18/19 ans.
    Il serait juste bon que tu corriges donc dans ta fiche, dernier paragraphe de l'histoire le petit "Puis à l'âge en 18 ans" en un "Puis lorsqu'elle eu l'air d'avoir 18 ans" ou quelque chose de ce genre !

    Ceci fait, tu seras toute coloriée de bleu ! *o*


Avatar Halloweeeeen ♠️
avatar
Crazy Apple
Narcissico-Fruitophile
Narcissico-Fruitophile
HUMEUR : Explosive, mais acidulée.
CITATION : « Explosion fruitée, avec ou sans sucre ? »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Mangez dix fruits par jours, pas de légumes !
NOTEBOOK : An apple a day keeps the doctor away ♥️
VIE SOCIALE : Les pommes du voisin sont toujours meilleures ★
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cokkie Simpson Dim 1 Mai - 20:04

    Voili voilou, édité =O. Théoriquement, ça devrait être bon, et je pourrai rejoindre le rang des... Bleus 8D ? Vive les flics.
    ENFIN BREF. Voilà =3.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cokkie Simpson Dim 1 Mai - 20:27

Farpait !

Et te voici validée ;D !
Bienvenue dans ce monde tordu de la Police des Contes ♥

Il te faudra tout d'abbord faire ton Notebook en y incluant toutes les petites choses nécessaires ; ainsi que demander un badge (bah oui quoi, tu ne traques pas les vilains, mais aller chercher du café vaut bien quelques réductions spéciales "gentils" au cinéma !).

Tu peux bien entendu te lancer à présent dans les RPs, donc n'hésite pas à faire une demande si jamais tu cherches un partenaire ; idem, si tu veux pimenter un peu tes écrits, des défis sont à ta disposition !

Sur ce, je file prendre mon gros crayon de couleur BLEU RÉVÉRENCIEUX.
Ne prends pas trop peur tout de suite ; et une fois encore Bienvenue ;)


Avatar Halloweeeeen ♠️
avatar
Crazy Apple
Narcissico-Fruitophile
Narcissico-Fruitophile
HUMEUR : Explosive, mais acidulée.
CITATION : « Explosion fruitée, avec ou sans sucre ? »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Mangez dix fruits par jours, pas de légumes !
NOTEBOOK : An apple a day keeps the doctor away ♥️
VIE SOCIALE : Les pommes du voisin sont toujours meilleures ★
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cokkie Simpson

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Cokkie Simpson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Portia Simpson veut quitter le Commonwealth» A propos d'une reflexion de l'ex ambassadeur americain Daniel H.Simpson» Interdit aux moins de 18 ans» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 54 : Les Simpsons» Les Simpsons
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fiches-
Sauter vers: