En échange de sous-sous ♥
Monter son commerce ô/
Consommer - s'endetter

Le poulpe meurt, l'encre reste.
Forum fermé ๑ nouveau fofo mad in Wawa, Lilice, Hoot et Bhou. RPG mission 404 spécial geek. A très bientôt pour ceux qui sont intéressés 8D

the walking web ; hacker vaillant, rien d'impossible.
intrigue n°1
Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla.
ploup'nyouz
01 Novembre 2011 - Happy Halloween !! Une ribambelle de citrouilles fait son apparition dans les smiley et l'event Chasse à la citrouille d'or s'organise. Aux participants ; vous avez jusque samedi matin pour vous concerter et confectionner votre kit de survie par ici. FIGHT ♥

28 Juin 2011 - Nouveau thème, tout frais-tout crème, un gros hiatus d'une semaine et deux jours. Crazy Tale fête ses deux ans et quelques miettes \ô/ On vous attend ici pour laisser un petit message d'amour ou simplement pour commenter les surprises qui débarquent enfin !

26 Juin 2011 - Mise à jour des top-partenaires décédés ou perdus de vue, si l'on vous a mangé votre bouton sans faire exprès, prévenez-nous !

20 Juin 2011 - Le groupe des Epouvanteurs est de nouveau ouvert. N'hésitez pas à rejoindre les vilains rouges ♥
soldes & publicités
C'est les soldes chez Zebediah's Lair !! 30% de remise sur les articles fleuris, 20% sur les bougies. Des affaires en or jusque SEPTEMBRE, profitez-en ! Passez au Mc Drive pour bénéficier des tarifs-soldés. Par ici

Faites abstraction du rangement, des bocaux bizarres et objets gluants, chez Larkins et ce jusqu'au 20 SEPTEMBRE, pour deux produits achetés, le troisième est offert !
Lavage de cerveaux
Demandes rp - Montagne de muscles verdoyants recherche compagnon bavard - ou bavarde ♥ - pour meubler les petits silences de son existence par ici ; Vampire givrée désire croquer la vie à pleines dents en compagnie d'un ou deux volontaires par là ! Sinon, manifestez-vous de ce côté.

Topics libres - Aucun pour le moment.

Recrutements - Envie de se faire exploiter jusqu'à la moelle des os ? Trop de frustration dans votre vie, il faut vous défouler et ce, en tout anonymat ! Ne cherchez plus, le staff a besoin d'un modérateur rp, enrôlez-vous ici...

Ça gazouille, ça grésille, ça gazouille et ça frétille : Gazetteux, plume de poulet et encre de poulpe dans les mains, nous observons et nous sommes toujours là. La Gazette recrute et lobotomise, ici.

Favorisez - les traqueurs et les consultants, de préférence. Du côté des personnages prédéfinis, nous recherchons dans l'urgence un futur Mirror et une Ursula... ♥
Coups de cœur
Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla.

Air-Paix
Heberger image

Graph, entraide & autres

Partagez|

Affaire des pains-pâtissiers [Hansel & Lust]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Affaire des pains-pâtissiers [Hansel & Lust] Dim 13 Juin - 20:32

    Candyland, contrée qui tuerait dans l'oeuf toute tentative de régime amincissant (surtout si celui-ci est basé aux oeufs de poulpe et yeux de tritons) et transformerait un diabétique en tueur en série armé d'un sucre d'orge. Univers de sucre et de paillettes comestibles ayant abrité en son sein chatoyant une sorcière qui avait transformé les rivières de grenadine en torrents de sang sucré à point. Car les enfants de Candyland à tant se repaitre dans le péché de gourmandise avait développé un taux de sucre tel qu'un individu lambda aurait déjà trépassé, l'écume aux lèvres.

    La sorcière avait été mise aux fers, de lourdes menottes alourdissant ses bras blancs couverts d'une farine encore fraîchement moulue. Candyland devait retrouver son aspect de fête foraine alignant les barbes à papa et les pommes d'amour, reprendre ses couleurs acidulés de féerie gustative. Un nouvel déséquilibré transformait la région en une boucherie humaine : les corps se transformaient en farces pour gâteaux macabres, la croûte bien dorée formait un cercueil des plus délicieux au regard, des plus écoeurants rien qu'à songer au goût que cela pouvait avoir. A quand les tartes à la chair humaine ? Mais c'était là une spécialité de la Rôtisseuse, la copier ne serait que vilenie.

    Pour Hansel, la Rôtisseuse était liée à cette nouvelle affaire de cuisine macabre. Qui d'autre pouvait agir avec une telle imagination et originalité de plats nécessitant un cadavre humain de première catégorie ? Il ne serait pas surprenant d'apprendre que Miss Pearl participa au concours des Cuistosorciers, qu'elle s'y consacra corps et âme mais n'eut, en récompense de sa ferveur, que voir le podium lui filer entre les doigts. De là découlerait alors sa vengeance, celle de transformer ces êtres qui l'avaient humilié en pâtés en croûtes, tartes à la viande et chaussons farcis.

    Sauf que, comme l'avait fait remarquer sa coéquipière (pourquoi, pourquoi était-ce elle qui avait été désignée pour le chaperonner ?), cela n'expliquait pas la formidable pointure de l'empreinte trouvée sur les lieux du crime, et rien ne prouvait que la Rôtisseuse faisait parti du complot. Elle n'était sûrement pas la seule à avoir des goûts culinaires non partagés.

    - Bien, bien... On va demander à voir les archives du concours. On verra bien s'il y a son nom. Et quels sont les autres candidats qui n'ont pas encore été transformés en hachis.

    La salle des archives était minutieusement gardée par une des ces créatures tout en boucles et lunettes d'écailles, aux ongles limés avec soin, qui vous regardait par-dessus leurs verres avec cet air de supériorité méprisante que leur conférait leur statut.

    - Ouiiii ? lâcha la créature de sa voix trainante, faisant basculer l'ultime " i " comme une goutte d'acide.
    - Ma... demoiselle, (le " Madame " pouvait signaler l'aspect vieille fille, tandis que le " Mademoiselle " sonnait comme la preuve d'une éternelle jeunesse) je suis membre de la Police des Contes (ici montrer l'insigne sans l'exhiber comme un trophée de chasse). Nous sommes mandatés, moi et ma collègue, pour une affaire dont vous pourriez nous donner la clé. Nous aurions besoin d'accéder au registre du concours des Cuistosorciers. Nous vous serions grès de nous aider en cette affaire.

    Première mission sur le terrain, et déjà il savait manipuler les mots pour flatter et obtenir ce qu'il voulait. Si ce n'était pas une preuve qu'il avait sa place dans la Police, çà ! Pendant que la secrétaire recherchait le dossier, Hansel afficha un sourire goguenard à Lust avec cet air qui signifie " Ne suis-je pas merveilleux et meilleur que tu ne le pensais ? Avoue que j'ai raison, avoue-le ! ". La réponse de Lust dut attendre, ou alors se fit si basse que le garçon ne l'entendit pas à travers le verbiage de la secrétaire lui expliquant comment accéder à la section demandée.

    Remerciant la femme comme il se devait, Hansel marcha-trotta à travers les hautes étagères qui formaient un squelette de fer dans cet antre presque aussi énorme qu'un hangar. Donc, troisième à droite puis tourner à gauche au cinquième tournant. A moins que ce ne soit tout droit puis cinquième à gauche. Ou encore... C'était si cliché de se perdre dans les explications de directions pour ensuite se perdre complètement dans un lieu inconnu. Et surtout avouer une telle bassesse. Tiens, que la Fée Bleue serve à quelque chose dans cette mission, autre que celle de lui saper le moral et les nerfs.

    - Lust, je t'en prie, passe devant. On dit bien les dames d'abord, non ?

    Hansel s'était effacé sur le côté, dos contre les tranches poussiéreuses des cartons empilés comme un jeu de cube. Sa soudaine diplomatie de gentleman avait ce côté de mordante ironie, de morsure annonçant une révolte. A s'entredéchirer ainsi, nos deux Traqueurs n'allaient sûrement pas faire long feu devant l'ennemi.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Affaire des pains-pâtissiers [Hansel & Lust] Jeu 8 Juil - 18:29

On pouvait dire ce qu'on voulait, Blue faisait son boulot. Elle le faisait en maugréant, souvent d'une façon très personnelle, piétinait souvent l'image des UIF… mais elle faisait son boulot. Peut-être essentiellement parce que c'était Mirror qui le lui demandait. Pourtant, cette fois-ci, quand il lui avait assigné sa mission… pour aveuglément dévouée qu'elle fut, elle avait ressenti la violente envie de le stranguler, à son adoré capitaine. Le pire, le pire!… c'est qu'elle était sûre que ça l'amusait beaucoup. Parce que s'il y avait quelqu'un qui avait su déceler l'antipathie violente qu'elle vouait au Miraculé, ça ne pouvait être que lui. Le vil, le fourbe, l'odieux… Face à lui, face à son calme si irritant, elle s'était dressée, rageuse, fulminante, avait ouvert la bouche, prête à déverser le flot acide d'invectives qui lui montait aux lèvres… Et n'avait rien dit. Comme toujours. S'était contenté d'un regard haineux, promesse d'infiniment d'ennuis à venir. Comme l'enlacer en plein milieu d'une réunion avec ses supérieurs, par exemple… Parce que elle était rigoureusement incapable de déverser son fiel sur Sheen. Et ça, plus que tout, ça la blessait.

Pour douce que s'annonce la vengeance, le travail restait à accomplir. La fée suivait donc son presque-collègue avec une étrange désinvolture, un détachement affecté. Mains dans les poches de son pantalon ajusté, sa tresse azur d'une longueur surprenante ondulant dans son dos -serpent qui danse!- c'est tout juste si elle n'allait pas se mettre à siffloter. Bien sûr, ce n'était qu'une façade, bien sûr, elle bouillonnait intérieurement et espérait avoir l'occasion d'aiguiser un peu ses lames sur le monstre qui… Mais jamais ô grand jamais elle ne laisserait cela filtrer. Déjà parce qu'elle ne montrait pas à n'importe qui le revers de la jolie poupée. Ensuite et surtout parce qu'elle était sûre que sa nonchalance irritait énormément le jeune Bleu qu'elle devait parrainer. Et si, lui aussi, il arrachait tranquillement les lambeaux de sa maigre patience, elle n'en laissait rien paraître. Petite victoire de rien… Yeux mi-clos plein de langueur affecté, sourire en coin goguenard.

Son obsession à voir la Rôtisseuse partout l'agaçait terriblement. En temps normal, Lust aurait été compréhensive, pour une affaire qui faisait ressurgir tous les vieux traumatismes… Mais ici et maintenant, elle trouvait juste le choix de ses chefs d'une incroyable irresponsabilité. L'envoyer lui s'en prendre à quelqu'un qui cuisinait les vies humaines, c'était d'une stupidité sans borne. Elle signala tranquillement que Mallown ne chaussait certainement pas du cinquante quatre, ce qui sembla quelque peu refroidir le gamin, mais ne le découragea pas pour autant.
La fée déjà ne l'écoutait plus.
Elle lui suivait, machinalement, ressassant en elle-même ce qu'elle savait de l'affaire. Ce qui la turlupinait, surtout, c'était la taille des fours nécessaire pour la cuisson, car à ce qu'elle savait, les victimes n'étaient pas découpées… Des fours industriels aussi gros ne devaient pas courir les domiciles particuliers, peut-être irait-elle chercher du côté des industriels. Où avaient été retrouvés les corps étrangement embaumés, déjà?
La fée bleue soupira: ce n'était pas son travail, ça. Elle se spécialisait davantage dans les déviations sexuelles, elle…

Blue sortit en sursaut de sa rêverie en constatant qu'ils étaient arrivé et qu'une chose avec des faux cils la contemplait d'un air dépréciateur. La fée sourit avec insolence. Oui, elle n'avait pas l'uniforme traditionnel, avec son dos nu corseté au laçage compliqué. Mais le suspect à appréhender était assurément redoutable, et se priver de son atout principal aurait été d'une singulière stupidité. Et puis il fallait l'avouer: elle était lascivement, douloureusement belle ainsi. Ce qui expliquait très probablement le regard presque haineux de la secrétaire, avant qu'elle ne reporte son attention sur Hansel qui lui faisait du charme. Méthode efficace, puisque le fossile minauda un peu avant de se lancer dans des explications d'une voix melliflue. Devant le regard victorieux de l'adolescent, la fée ne résista pas à la tentation du sourire ironique et du baiser envoyé en toute impudence. Il ne le vit pas. Allons, faire assaut avec elle était d'une telle imprudence!

La jeune femme n'écouta que distraitement les explications complexes, faussement concentrée sur l'éclat bleu de ses ongles parfaits. Elle se contenta de retenir le numéro de l'étagère qui les concernait. Le reste, pour une fée…
Mais lorsqu'ils arrivèrent dans l'espèce d'immense entrepôt des archives don le haut plafond se perdait dans l'obscurité, Hansel s'effaça avec un sourire de mauvaise augure.

- Lust, je t'en prie, passe devant. On dit bien les dames d'abord, non ?

Celle-là, elle ne s'y attendait pas, à vrai dire. Blue le fixa un instant, interdite, cilla, et puis… Et puis lui fit un grand sourire. Elle s'approcha de lui, féline, lui caressa la joue, faussement compatissante. Retira sa main assez vite pour ne pas lui laisser le plaisir de la repousser. Son petit numéro était tellement transparent!

- Oh, mon pauvre chou. J'oubliais que c'était ta première vraie mission. Déjà perdu? Tu veux que je te tienne la main aussi?

Elle papillonna des cils, charmante. Puis éclata de rire, un son parfait, calibré, calculé… Absolument magnifique mais dénué depuis longtemps de la moindre sincérité.
Lust n'eut même pas besoin de déployer ses ailes -elle ne l'aurait de toute façon pas fait devant Hansel. Son incroyable légèreté et ses talent de gymnaste suffirent. Elle crocheta l'étagère et se hissa dessus en un seul mouvement fluide, harmonieux, avant de se dresser devant la mer de planches qui lui faisait face. Son poids-plume ne fit même pas vaciller l'édifice brinquebalant. Quelque pas, un petit bond -les bibliothèques étaient très rapprochées les unes des autres. Quel numéro, déjà? AG976? Oui, c'était cela.

- Désolé mon cher, je crains que tu ne puisses pas me suivre en haut.

Quel étrange spectacle, dans cette forêt de dossiers, que la petite demoiselle gracieuse se déplaçant tranquillement sur les crêtes sombres et ondulantes de bois aggloméré et de métal. Funambule d'un genre nouveau. Avec l'aisance et le naturel de qui descend sa rue, elle se dirigea tranquillement vers le numéro qui l'intéressait, faisant fi des méandres complexe de l'organisation bureaucratique. Charitable, du moins un peu, Blue guidait Hansel: ils eurent tôt fait d'arriver, même sin naturellement, leur but était à l'autre bout du hangar. Les caprices de la fatalités sont toujours les mêmes: elle est si agaçante, la fatalité! Le papillon descendit de son perchoir d'un bond souple, sans même daigner sortir les mains de ses poches. Bien sûr, il n'y avait pas de table, ni même de siège. En observant le monticule de dossier, elle soupira: des papiers, toujours des papiers… Ciel, ce qu'elle détestait ça. Blue lorgna un instant son compagnon d'infortune et prit sans grand enthousiasme le dossier le plus récent, le feuilleta… Pour sursauter au nom du gagnant. Fréneuse…

Oh seigneur. Fréneuse. Jean. De. Fréneuse.
Et merde.

Tranquillement, elle ferma le dossier, le rangea, en prit un autre. Et si sa voix tremblait un peu, qui aurait pu le deviner, quand son masque impassible restait si bien en place? Comme elle s'y raccrochait désespérément, à son indéchiffrable regard.

- Dis-moi… Les gagnants survivants, on a organisé leur protection?

Oui, oui, sans doute. Mirror n'aurait jamais laissé passer ça. N'est-ce pas? N'est-ce pas? Oublier l'angoisse. Se calquer sur l'habitude, sur ces gestes tellement lissés qu'ils en deviennent des réflexes. Paroles trop calme, regard lointain.

- Oh, il faudra aussi recenser les fours assez grand pour faire cuire un corps humain entier. Il ne doit pas y en avoir tant que ça…

De mémoire, quatre groupuscules industriels majeurs à Candyland proposaient de si grosses machines. Peut-être en regardant du côté des employés?
La fée était calme, trop calme. Ne pas penser, surtout ne pas penser, se laisser guider par les automatismes. Oublier le nom entraperçu, oublier l'image du visage triste. Faire son travail.
Et plonger sa lame entre les côtes du monstre dès que possible.
Blue fixa un instant Hansel, entre ses cils. Elle savait qu'il cherchait désespérément le nom de la sorcière, son pseudonyme, quelque chose, frénétique et borné. Et orgueilleux, oh, tellement orgueilleux… Bah, puisque c'était son destin, il se trouverait bien quelqu'un pour le cuire. Il y avait déjà deux volontaires tout désignés. Quelle chance!

On a beau dire, chez les Traqueurs, le point fort, c'est la solidarité.

Spoiler:
 
avatar
Blue Fairy
Unités d'Interventions Féériques
Unités d'Interventions Féériques
HUMEUR : Hum... suis-moi et je te le dirais! ♥
CITATION : "Il y a des gens qui n'embrassent que des ombres; ceux-là n'ont que l'ombre du bonheur." Shakespeare

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Je Suis Le Péché Originel
NOTEBOOK : Je Suis Belle, ô Mortels...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Affaire des pains-pâtissiers [Hansel & Lust] Mar 27 Juil - 21:36


    La main était si douce sur sa peau, fraîche comme l’eau d’une fontaine à laquelle on voudrait se désaltérer. La blancheur de la peau était soulignée par le tissu vaporeux de la robe qui dévoilait le bras, l’épaule. Hansel se surprit à convoiter la bouche qui se moquait de lui, une bouche faite pour embrasser, pour emporter les âmes. Quand la main se retira, ne laissant qu’une marque froide sur sa joue, il comprit à quel point il avait été berné. Jusqu’à quelle extrémité il avait vacillé, emporté par les charmes qu’était cette fée presque sirène. Elle avait de ces êtres le pouvoir d’attraction et le regard liquide.

    Hansel grogna davantage contre soi-même, contre sa faiblesse devant le pouvoir si féminin de Blue, plutôt que contre les moqueries que cette dernière lui infligeait. Comme une mère réprimandant son enfant. Enfouissant ses mains dans les profondeurs de ses poches, le jeune homme suivit sa coéquipière, gardant les yeux fixés sur la silhouette gracile qui volait, littéralement. Les lacets de sa robe rendaient ses gestes évanescents : Blue avait les allures d’une danseuse de papier pouvant tenir sur un fil. Belle, dangereusement belle, pouvant vous faire tomber bas, très bas, tout en vous laissant un sourire aux lèvres.

    Devant la montagne de papiers qu’ils avaient à dépouiller, les deux Traqueurs poussèrent un soupir unanime : aucun d’eux n’était un partisan du club des Bureaucrates Acharnés et dans le cas d’Hansel, compulser des dossiers toute une journée faisait parti de ses cauchemars les plus inavouables. Attirant le premier qui lui faisait de l’œil – il fallait bien que son pouvoir serve – Hansel le compulsa, cherchant un nom trop bien connu, caché sous forme d’anagramme ou d’énigme. Chaque personne a ses obsessions, celle d’Hansel avait les traits d’une sorcière.

    Rien dans le premier.
    Ni le second.

    Attirant un troisième dossier – celui-là même que Blue avait reposé sans qu’il ne le voit – Hansel aperçut la date du concours, inscrite en haut à droite. C’était plutôt récent, et… tiens donc. Les victimes du tueur avaient participé à ce retour du concours des Cuistosorciers attendu depuis des décennies. Cela sentait la bonne piste, à défaut d’un bon gâteau.

    - Dis-moi… Les gagnants survivants, on a organisé leur protection?

    Réfléchis cinq minutes Hansel. Knight a du t’en parler entre deux remarques sur la beauté des papillons à l’arrivée du printemps.

    - Des Traqueurs ont été affiliés à chacun des gagnants pour veiller à ce qu’aucune personne louche ne les approche. Même si plus louche que Caterpillar, c’est dur à trouver. Son commerce est connu pour ne pas baigner dans la légalité.

    Il y eut un souffle suspendu, un arrêt de cœur qu’Hansel n’entendit pas, trop occupé à chercher une ombre dans les caractères imprimés. A la remarque de Blue, il n’émit qu’un léger « Mmmh », confirmant les propos de la demoiselle. De tels fours il devait y en avoir que dans les grands groupes industriels, de préférence laissés à l’abandon, ou retirés de toute ville un peu trop vivante (sans quoi le tueur aurait été aperçu bien plus tôt). Sauf s’il était un employé de l’industrie, ou mieux le patron en chef.

    … Les affaires de meurtres sont tout de même d’un compliqué. Çà a toujours l’air si simple dans les romans et les journaux.

    - Ah ah.

    Hansel brandit le dossier, avant de le mettre devant le nez de sa coéquipière. Non sans heurter son visage avec par la même occasion.

    - Cyrus James Wallace Fleming, alias Wizard of Oz. Il a fini second du dernier concours derrière Fréneuse. Je me demande même comment il a pu gagner, enfin. Çà fait de lui notre suspect numéro un. Perdant du concours, envie de vengeance, propriétaire d’une des boutiques les plus gigantesques de Malkins. Çà fait beaucoup de détails qui pourraient aller contre lui, non ?

    Bon prince Hansel laissa le dossier entre les mains de Blue, certain de ses arguments. Une petite visite au grand magicien s’imposait, ainsi qu’une fouille minutieuse de sa boutique.


Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Affaire des pains-pâtissiers [Hansel & Lust]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Affaire des pains-pâtissiers [Hansel & Lust]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô» Interdiction de depart dans le cadre de l'affaire Socabank» Le rapport sur l'affaire de drogue a Tiburon disponible...» Rebondissement dans l'affaire du meurtre Jean Dominique
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: rp-
Sauter vers: