AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageAuteur
MessageSujet: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Jeu 22 Juil - 20:52





Axel-R


....................


    Surnom : La Passeuse
    Sexe : Volontiers, féminin hormis ça.
    Age : 23 ans
    Date de naissance : le 7 juin
    Origine : Frozenfields, contrées nordiques
    Orientation : Hétérosexuelle d'après ses dires
    Profession/ Statut : Ex-criminelle devenue informatrice/indic' pour les Traqueurs




Plus ?[url=] Notebook[/url]




Don Surnaturel
Les psychoses, ca vous parle ? Hum quand je vous dis schizophrénie ou morcellement de la personnalité je vous éclaire un peu plus ? Vous voyez où je veux en venir n’est-ce pas ? Oui Axel souffre d’une forme de psychose proche de la schizophrénie. Cependant, en quoi, me direz-vous, cela se rapproche d’un don surnaturel ? Allons laissez-moi vous expliquer plus en détails.
La personnalité dominante de notre jeune femme est Axel. Dans le reste de cette fiche nous aurons à faire avec elle puisqu’il s’agit de la personnalité la plus complexe. Parlons maintenant de R. Oui, tel est son nom. Sur le plan physique, rien ne change particulièrement si ce n’est ses expressions. Ces dernières dépendent de toute façon de la psychologie du personnage. R est une jeune femme particulièrement sauvage, farouche et peu abordable. Elle ne parle pas. De temps à autre, il lui arrive d’émettre quelques grognements ou un mot haché, arraché mais vous ne l’entendrez jamais prononcer la moindre phrase complexe. R aborde constamment un air renfrogné. Elle est particulièrement irritable et colérique. R est animée par une violence incompréhensible. Ses moindres gestes sont dictés par la colère, la rage et la haine qui l’habitent. Son surnom tire d’ailleurs ses origines du mot « Rage » et des grognements qu’elle utilise pour s’exprimer. Par certains aspects, R ressemble à un animal affolé ou même un prédateur affamé. Elle ne possède rien de très humain surtout lorsqu’on se penche du côté de ses capacités physiques. En effet, elle possède une force non négligeable pour une simple humaine. Elle peut rivaliser avec des combattants expérimentés. Elle n’a pas l’habitude de manier des armes et préfère se battre avec son corps, tout simplement. R peut se montrer très rapide et agile. Elle est globalement assez souple et sait se faire silencieuse si la situation l’exige. Elle agit uniquement selon son instinct et ne fait aucune distinction entre les gens qu’elle connaît ou non. R est une brute semblable à un animal féroce et enragé. Elle semble difficile à arrêter. Du moins, c’est ce que l’on pensait avant l’apposition de la Muselière. Cette dernière parvient à canaliser en partie ses pulsions de rage. Nous étudierons ce point plus en détail dans la suite de la fiche. Passons maintenant aux apparitions de R puisqu’il s’agit de la seule personnalité altérée recensée. Axel ne contrôle pas sa schizophrénie et ne peut faire appel à R quand bon lui semble. Cette dernière ne semble pouvoir apparaître que lorsqu’Axel consomme des drogues dites dures ou violentes. Cependant, Axel ne semble pas souffrir de la sensation de manque qui accompagne la consommation de stupéfiants. Il semblerait que la personnalité de R empêche toute addiction. Le seul effet des drogues dures sur Axel est celui de faire apparaître R. Par le passé, Axel était complètement dépendante de la drogue. L'apparition de R et l'apposition de la Muselière ont annihilé son addiction. Par ailleurs, l’hypnose peut aussi lui permettre d’exprimer la personnalité de R. Enfin, encore faut-il trouver quelqu’un en mesure de l’hypnotiser…




Curriculum Vitae
Je n'ai pas le temps je file, ma carrière est en jeu, je suis la femme médiatique, je suis plus que politique.

Formation :
Enfant des rues, Axel n'a pas eu la chance de pouvoir aller à l'école lorsqu'elle était jeune. Ce qu'elle sait, c'est son mentor qu'il lui a appris. Il était considéré comme un érudit et un sage. Finalement, la jeune femme ne possède pas de diplôme particulier mais il ne faut pas se méprendre sur son compte, elle est instruite. Elle possède une culture surprenante que son insatiable curiosité n'a de cesse d'améliorer. Pour le reste, elle a fait partie de la troupe d'un cirque : le wonderland circus. Elle a donc appris dans le tas à jongler, marcher en équilibre et effectuer diverses pirouettes. La jeune femme ne possède pas un profil très scientifique. Les sciences l'ennuient vite. Elle n'aime pas leur façon de chercher une réponse à tout. Axel aime donner une part dans la vie à la magie, au fantastique et au mystère. Elle aime beaucoup lire. Elle a tendance à dévorer le moindre livre qui lui tombe sous la main. Sa culture impressionnante provient d'ailleurs pour une grande partie de ses lectures.

Profession initiale :
Ayant beaucoup voyagé aux côtés de son mentor, Axel a effectué divers petits boulots que l'on pourrait qualifier de saisonniers. Peu avant sa mort, ils se sont engagés dans la troupe du wonderland circus. Après sa disparition, la jeune femme a décidé de continuer une partie de son chemin aux côtés des artistes de la troupe. Elle est alors devenue saltimbanque. Elle jouait de la musique et jouait les voltigeuses lors des représentations. En réalité, il s'agissait surtout d'une couverture. Bien vite, elle a compris que ce genre de travail ne payait pas. La plupart des autres artistes effectuait d'autres tâches un peu plus ingrate et très mal vues. Ainsi, elle s'est mise à arnaquer de pauvres pigeons, à voler et à se lancer dans les trafics de drogues. C'est dans ce dernier domaine qu'elle s'est finalement lancée et elle est devenue Passeuse. Ce travail consiste simplement à transporter sur soi et ce peut importe la manière une certaines quantité de drogues. Elle doit passer ainsi les frontières impunément. La jeune femme ne dépend d'aucun fournisseur ou dealer. Elle se contente de faire passer les drogues. Il lui arrive de temps en temps de la vendre elle-même mais généralement, elle trouve toujours un "dealer" pour le faire à sa place. Axel est donc une Passeuse indépendante et elle tient à le rester. Axel a fini par avoir une influence non négligeable dans le milieu. Lorsqu'on traîne d'ailleurs dans la drogue, on est que mieux plongé dans le monde de la criminalité. Ainsi, la jeune femme a su soutirer un bon nombres d'informations qui lui donnaient une certaine importance dans le milieu. Cependant, elle a fini par être rattrapée. Elle ne pouvait continuer à se jouer impunément de la justice.

Travail d'intérêt général :
Axel fut jugée pour ses méfaits. Dans un premier temps, le jury avait opté pour la peine capitale : Samarcande devait lui faire office de nouvelle résidence. Cependant, elle a su plaider correctement sa cause et convaincre que la sentence initiale était complètement inadaptée. En ventant ses capacités, elle a su persuader le tribunal de son utilité. Elle est parvenue à immiscer le doute quant à la justice appliquée dans sa peine et a pu l'alléger considérablement. Ainsi donc, Axel a échappé aux pires condamnations en échange d'un travail d'intérêt général pour les quelques siècles à venir. Autant dire qu'elle risque d'y rester pour une bonne partie de sa vie. Afin de ne pas fausser sa couverture, Axel a tout de même du passer près de deux mois incarcérée. Cela devait lui permettre de faire croire qu'elle avait purgé une peine pour ses méfaits.

Récente réaffectation :
Axel aurait très bien pu ramasser les feuilles mortes dans le caniveau pour le restant de sa vie mais le tribunal voyait un tout autre intérêt dans sa condamnation. Étant douée pour voler, mentir et soutirer des informations, ils ont vu en elle une excellente aide pour les traqueurs. Cependant, elle ne pouvait être une aide de confiance. Ainsi, la cour a décidé de l'affubler d'un tuteur et d'une bride. Cette bride a été nommée la "Muselière". Ses effets sont expliqués plus bas dans la fiche. Axel est donc rattachée à un traqueur. Elle doit lui verser régulièrement des informations sur les sujets qu'il désire. Ces derniers temps, elle est chargée d'en apprendre plus sur les Epouvanteurs. Le travail principal de la jeune femme est de s'infiltrer dans le monde de la criminalité, comme par le passé et de soutirer des informations importantes. Elle est parfois chargée de traquer tel ou tel criminel ou d'aider les traqueurs à le coincer. Elle est avant tout une informatrice. En aucun cas elle ne doit être vue en présence d'un Traqueur. Elle ne doit pas éveiller de soupçon sur elle, de peur d'y laisser sa peau.

Casier judiciaire :
- ivresse sur voie publique
- comportement violent, injurieux et provocateur (sous l'emprise de R)
- coups et blessures (sous l'emprise de R)
- escroqueries et autres arnaques
- vols à l'étalage et pick-pocket
- possessions et trafics de stupéfiants
- homicides volontaires avec préméditation






Dernière édition par Axel-R le Dim 5 Sep - 20:20, édité 78 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Jeu 22 Juil - 20:54

Physique
J'suis un mannequin glacé avec un teint de soleil.
Cheveux :
Axel possède une chevelure constamment ébouriffée. Elle a la manie de passer sa main dans ses cheveux d’un blond relativement clair. Ses racines sont légèrement plus foncées que les pointes et tirent donc vers un châtain clair. Elle possède aussi quelques mèches aux reflets légèrement roux. La coloration de ses cheveux est entièrement naturelle malgré ce que l’on pourrait penser. La jeune femme ne fait guère attention à eux et ne prend même pas la peine de réellement les coiffer. Le matin, elle se contente de les ébouriffer quelques peu. Quelques mèches plutôt courtes retombent sur son front en une frange quelque peu déstructurée et effilée. De temps à autre, elle se munit d'ailleurs d’une barrette colorée afin d’attacher ces quelques mèches de cheveux qui lui barrent le visage. Pour le reste, Axel n’a pas pour habitude de les attacher. Elle aime les laisser librement cascader dans sa nuque. Ses cheveux sont d’ailleurs coupés assez courts afin de ne pas freiner ses mouvements. Ils retombent jusqu’au bas de son cou devant tandis qu’ils s’arrêtent à la base de sa nuque derrière, à la manière d’un carré plongeant. Ses cheveux sont constamment lisses. Elle ne fait pas grand-chose pour qu’ils obtiennent cette forme. Elle les trouve d’ailleurs un peu plats et fades. C’est en partie pour cette raison qu’elle a pris l’habitude de les ébouriffer avec sa main.

Yeux et Regard :
Axel possède de grands yeux rehaussés par de longs cils entièrement noirs. Ces derniers encadrent son regard et soulignent la clarté de celui-ci. En effet, la jeune femme possède des yeux d’un bleu très clair. L’iris est cerclé d’un large très noir qui les fait ressortir davantage. Les sourcils fins et obliques d’Axel sont très expressifs. A dire vrai, le regard de la jeune femme peut révéler un millier d’expressions et ce dans un intermède très court. Étant particulièrement joueuse et très bonne comédienne de nature, elle aime changer d’expressions et d’attitudes au grès de ses humeurs. Ses yeux sont donc les premiers intermédiaires pour convaincre ses interlocuteurs et trahir ses émotions. Du moins, c’est ce que l’on croit. Les yeux de la jeune femme sont tout aussi menteurs que ses attitudes. Elle sait mentir à merveille. Son regard peut donc trahir des sentiments mais ils ne seront jamais véritables. Quand bien même le seraient-ils, même un œil avisé ne pourrait faire la différence entre la vérité et le mensonge. Ils ne sont que les ornements des multiples masques qu’elle aime emprunter. Parfois, son regard se montre doux, charmeur ou terrifié et à d’autres instants, il se fait froid, distant et calculateur. Il est à remarquer que la ligne de son sourcil droit n'est pas continue. En effet, elle est interrompue par une cicatrice transversale. Il s'agit d'un souvenir d'enfance. Devenue blanche avec le temps, cette marque ne se démarque peu de son teint. Cependant, Axel n'est pas spécialement fière de sa cicatrice. Elle s'arrange souvent pour la dissimuler derrière quelques mèches de cheveux.

Visage, Expression et Couleur de peau :
Globalement, Axel possède des traits fins et délicats. Son nez est droit, légèrement arrondi à son extrémité et plutôt fin. Il rentre dans des proportions honorables qui s’harmonisent avec le reste de son visage. Elle possède un front un peu trop haut qu’elle s’arrange pour dissimuler derrière sa frange déstructurée. Ses pommettes sont légèrement marquées sans pour autant que ses joues ne soient saillantes. Son menton est fin et ses lèvres plutôt épaisses, un peu charnue. Un sourire laconique étire toujours ses lèvres. Elles arborent une teinte rouge-rosée naturelle qui contraste beaucoup avec sa peau diaphane au teint particulièrement clair. Assurément, Axel n’est pas très bronzée. Ses yeux, ses cheveux et son teint clairs trahissent quelques origines issues de pays nordiques. La plupart du temps, Axel arbore une expression légèrement mutine et particulièrement provocatrice. Cependant, elle sait porter le masque d’expression adéquat au moment voulu. Elle n’éprouve pas de grandes difficultés à effacer une expression pour la remplacer par une autre en peu de temps. Tout comme ses yeux, il est rare de voir son visage trahir une véritable expression.

Taille : 1m78
Axel est plutôt grande. Elle ne juge pas sa taille comme un facteur gênant, même pour sa profession. Bien au contraire, elle en est très fière. Elle aime bien surplomber ses interlocuteurs ou pouvoir les regarder en face sans se sentir diminuée. Pour elle, il s'agit d'un trait décisif pour dominer, manipuler et convaincre autrui. Assurément, le talent est important mais l'allure est une qualité non négligeable.

Poids et Corpulence : 62kg
La taille marquée, les jambes longues et fines, Axel possède un corps svelte et athlétique. Il est marqué par une fine musculature qui traduit un entraînement âpre et régulier. Elle possède des épaules légèrement carrées et ses bras fins laissent entrevoir ses muscles entraînés. Son ventre est musclé et laisse clairement apparaître ses abdominaux. Elle possède des mollets musclés et des jambes fines. Ce trait traduit une certaine habitude à la course. Axel est d’ailleurs très rapide à la course. Elle est aussi très souple et agile. Ses gestes sont précis et font preuve d'une certaine adresse. Elle ne semble jamais douter lorsqu’elle décide d’entrer en action. Sa démarche ressemble de loin à celle d'un félin. Ses pas semblent glisser sur le sol sans jamais vraiment l’effleurer tant elle est silencieuse et gracieuse. Pour ce qui est des formes que l’on attribue à la gente féminine. Axel n’en est pas dépourvue bien qu’elle ne soit pas un modèle de formes plantureuses. Elle possède une poitrine marquée mais guère impressionnante. Quant à son fessier, il est particulièrement musclé et a tendance à attirer le regard de la gente masculine.

Signes Particuliers :
Bien qu’Axel ne se maquille très peu et n’accorde pas d’intérêt à sa coiffure, elle n’est pas dénuée d’un certain penchant à la coquetterie. Elle a un certain faible pour les bijoux. Ses oreilles sont percées de deux trous à chaque lobe. Son oreille gauche, quant à elle, possède trois trous supplémentaires le long du bord du cartilage. Pour ce qui est des boucles d’oreilles, il s’agit généralement de petits anneaux ciselés en argent. Une seule de ses boucles d’oreille est différente. Il s’agit d’un petit cercle contenant un étrange signe. Elle aime raconter qu’il s’agit d’un signe de paix et d’amour, de « peace and love » pour reprendre ses mots. La jeune femme possède aussi une chaîne en argent à la cheville et au cou. Son collier comprend un petit pendentif en argent lui aussi. Il est cylindrique et creux. Il renferme une pierre entièrement noire. Le tube est finement ciselé de façon à laisser entrevoir la pierre qu’il renferme. Quant à ses poignets, il s’agit d’une farandole de bracelets. Cependant, afin de passer inaperçu lorsqu'elle le souhaite, elle ne s'encombre pas de bracelets bruyants et gênants. Généralement, ses poignets sont couverts uniquement de bracelets de tissus. Axel possède deux tatouages. L'un provient de l'enchantement nommé "La Muselière". Le dessin est assez stylisé et lui permet de le faire passer pour un simple trait esthétique. Elle possède également un autre tatouage sur la hanche droit, tout près de l'aine. Ce dernier représente la lettre R dans une encre noire. Elle est écrite d'une façon très dure et marquée. La queue du R est d'ailleurs assez longue et se termine en pointe. Axel ignore le moment où elle s'est faite tatouer de la sorte. Elle suppose donc qu'il s'agit d'une initiation de son double.

Style Vestimentaire :
Axel aime les enchevêtrements de couleurs. Du moins, dans ses accessoires. Pour ses habits, elle préfère encore opter pour des couleurs sobres. En effet, la jeune femme aime bien enfiler une chemise classique blanche, noire ou grise. Elle la relève de temps à autres avec une cravate mal nouée aux couleurs criardes. Généralement, elle défait les boutons du haut de sa chemise. Pour ce qui est du bas, elle varie souvent. Elle aime enfiler des jeans larges, des pantalons serrés noirs ou blancs et des shorts assez courts. Elle les retient toujours avec une ceinture grise parcourue de formes psychédéliques noires. Ses chaussures, quant à elle, sont en cuir. Elle sont rouge bordeaux mais la couleur semble usée et offre donc différentes nuances qui tirent vers des rouges plus foncés, presque noir. Il s’agit de chaussures à lacets noir, à semelles relativement plates et qui montent jusqu'au haut de ses chevilles. Elle tient à les lacer correctement afin de courir sans gêne avec bien qu'elle ne n'a jamais pris la peine de passer ses lacets dans les rivets les plus hauts de telle sorte que ses chevilles demeurent un minimum libres. Axel cherche toujours à se munir de vêtements confortables et pratiques. Pour ce qui est des vestes, la jeune femme n’en possède que deux. L’une est en cuir noir et ressemble à une veste de motard avec fermetures zippées et clous en métal. L’autre est noire et s’apparente à une veste de costume. Elle est trop grande pour Axel. Elle l’a customisée avec des badges et autres sigles sur la poche qui se trouve au niveau de la poitrine. La tenue vestimentaire de la jeune femme n’est pas spécialement féminine. Elle n’aime pas vraiment porter des vêtements trop prêts du corps. Ils gênent ses mouvements. De toute façon, Axel n’a pas besoin d’utiliser de décolletés pigeonnant pour séduire et charmer ses proies. Finalement, Axel aime bien se vêtir d'une façon plutôt sobre même si elle aime se démarquer par quelques petits détails. Elle excelle dans l’art de se faire discrète, se rendre presque invisible et prendre en filature une personne sans trop de difficultés. Cela ne relève en rien de la magie. La meilleure manière pour se faire oublier et encore de paraître le plus naturel possible. Assurément, une personne qui se dissimule derrière des vêtements sombres et couvrants a tendance à attirer le regard. Le meilleur moyen de se faire discret est encore d'aborder une tenue plus ou moins sobre. Pour un habitant de Malkins, la tenue d'Axel n'est pas spécialement affriolante si l'on omet quelques détails (badges sur sa veste, quantités innombrables de bracelets en tissus...). Ainsi, elle n'éprouve pas trop de mal à se faire discrète lorsqu'elle le souhaite. La jeune femme ne se sépare jamais d'un jeu de cartes et d'une paire de dés. Ces derniers sont pipés, quant à son jeu, on doute à croire qu'il est normal étant donné la chance incroyable dont elle fait preuve. La carte représentant le joker comporte quelques traces de brûlures inexpliquées. Il est à noter qu’Axel ne se sépare jamais d’une petite sacoche en cuir à bandoulière. Personne n’a su déterminer la totalité de son contenu. Elle tient à ce que personne ne fouille à l’intérieur. Peut-être a-telle peur qu’on tombe sur ses tampons…




Caractère
Ravalée, femme pressée, mes conneries proférées sont le destin du monde.

Qualités & Défauts:
Axel est très sûre d’elle. Lorsqu’elle agit, elle ne semble jamais hésiter. Elle tient d’ailleurs toujours à avoir raison et se démène pour qu’il en soit ainsi. Elle aime relever les défis et n’hésite pas à repousser ses propres limites dans ce but. Axel est une jeune femme très active, elle ne semble jamais pouvoir s’arrêter. Axel est une hyperactive, elle ne tient jamais en place. Il faut toujours qu’elle fasse quelque chose. Elle ne supporte pas de rester immobile. Elle n’est d’ailleurs pas spécialement patiente. De nature bavarde et curieuse, elle n’éprouve aucun mal à se lier avec autrui et passe pour une personne très ouverte, extravertie et agréable. Axel est un tantinet manipulatrice. En réalité, elle est une menteuse invétérée. Tout son personnage est construit sur une multitude de mensonges. Ses expressions ont fini par devenir fausse et elle en est devenue une redoutable calculatrice. Par ailleurs, elle est plutôt bonne comédienne. Elle peut arborer plusieurs masques et personnages en un temps très court et cela sans une grande difficulté. Ce sont d’ailleurs ses rôles et ses mensonges qui la définissent. Sa véritable personnalité s’est perdue il y a bien longtemps dans les dédales de ses comédies. En revanche, Axel ne sait pas faire preuve d’un grand calme et d’un sang froid à toute épreuve. Elle est très sanguine et a tendance à s’emporter facilement. Elle est légèrement colérique et particulièrement impulsive. Elle est d’autant plus irritable lorsqu’elle souffre de maux de tête. En effet, Axel est une jeune femme à tendances migraineuses. Ses migraines peuvent la prendre d’un seul coup, sans prévenir et ont tendance à diminuer quelque peu ses capacités. Beaucoup de gens la qualifient comme lunatique et mette son instabilité sur le compte d’une bipolarité très prononcée. En effet, Axel a tendance à changer d’avis à longueur de journée. Malgré l’assurance qu’il se dégage d’elle, elle fait preuve d’une grande inconstance. Elle n’est pas un être spécialement digne de confiance. Un jour elle peut se révéler être votre meilleure compagne et le lendemain, elle peut vous ignorer totalement. La jeune femme a tendance à agir selon ses désirs, ses passions et n’est donc pas très raisonnée. Elle est d’ailleurs très intéressée et ne se lie d’amitié que si elle y voit un intérêt. Axel déborde d’imagination et sait faire preuve d’une ingéniosité surprenante. Elle peut imaginer beaucoup d’alternatives à une seule situation et ce en un temps très court. Sous ses airs naïfs et enfantins se cache un tempérament légèrement calculateur. Son manque de patience a tendance, par contre, à la pénaliser dans diverses tactiques. Il faut toujours qu’elle obtienne tout ce qu’elle désire au moment où elle le veut. Axel est capricieuse et tient à ce qu’on ne lui refuse rien. Elle sait se montrer redoutable à ce niveau là d’ailleurs et est particulièrement rancunière. Elle peut mettre des mois à concocter une vengeance et ce malgré son manque de patience. Bien qu’elle ne supporte pas le fait de ne rien faire et qu’elle n’aime pas attendre, Axel sait se montrer minutieuse voir même perfectionniste dans ce qu’elle entreprend. Elle tient toujours à terminer ce qu’elle commence et à faire de son mieux. Il est rare de la voir abandonner rapidement une affaire. Elle est très déterminée voir même obstinée. Lorsqu’elle a quelque chose en tête, elle est complètement obnubilée et se montre très têtue. Axel possède aussi un profond trouble de la concentration. Certains expliquent ce défaut par une hyperactivité. D'autres prétendent qu'il provient de ses insomnies et de son manque de sommeil. Ce qui est certain, c'est que la jeune femme possède une bien mauvaise mémoire à court terme. Malgré un sens aigu de l'observation, elle éprouve un certain mal à retenir et mémoriser certains détails. Il lui est particulièrement difficile, par exemple, d'apposer un prénom sur un visage familier. Il n'y a que son passé qu'elle parvient à garder complètement intacte dans ses souvenirs. De plus, malgré ses airs sociables et avenants, elle est très seule. Elle souffre de ne pouvoir se confier et devoir mentir sans cesse. Enfermée dans ses rôles, elle est condamnée au silence. Par ailleurs, Axel souffre beaucoup de sa nouvelle position. Elle doit être constamment sur le qui-vive. Elle ne peut se fier à personne. Elle ne doit jamais relâcher son attention auprès des criminels qu’elle traque tout en veillant à ne pas trop divulguer d’informations aux traqueurs. Son rôle est délicat et a tendance à la déchirer et à la plonger dans le doute et le trouble. Il n’est pas évident d’agir en tant qu’informateur.

Ce qu'elle aime et ses passions :
Axel adore dénicher les rumeurs qui traînent dans le coin. Elle aime se tenir au courant de tout. Son insatiable curiosité la pousse à toujours se renseigner sur tout. Elle aime deviner les faiblesses des autres pour s’en servir. Par ailleurs, elle aime cultiver le mystère de son côté. Elle apprécie laisser les ténèbres planer quant à sa véritable personnalité. Elle n’aime pas révéler ses secrets. La jeune femme apprécie énormément la musique. Elle joue d’ailleurs de la flûte traversière et de la guitare. Elle a toujours un harmonica sur elle pour en tirer quelques notes quand elle s’ennuie. Axel aime aussi être le centre des attentions. Elle est prête à user de ses charmes pour qu’on prête attention à sa personne. Elle aime asservir ses congénères. Cela lui permet d’oublier sa propre servitude. Par ailleurs, Axel adore voir ses clients entrer sous l'emprise de drogues. Elle peut ainsi les observer à son aise, leur soutirer leur plus profonds secrets. Et puis, comme elle ne peut pas elle-même consommer librement des drogues, elle cherche à tirer un certain plaisir en regardant les autres en consommer. De plus, Axel aime discuter avec de nouvelles personnes et elle adore découvrir d'autres cultures. Elle aime lire et cherche par tous les moyens d'accroître sa culture et son savoir. La jeune femme ne peut pas consommer de drogues violentes ou dures sans risquer d'éveiller "R". Cependant, elle adore se trouver sous l'emprise de drogues. Elle a donc tendance à consommer en excès tous les drogues dites "douces" : alcool, tabac, caféine...

Ce qu'elle déteste et ses phobies :
Axel déteste particulièrement deux choses. Elle n’aime pas rester dans le secret. Elle déteste qu’on la mette à l’écart. Elle ne veut pas ne pas être au courant de quelque chose. Elle n’apprécie pas non plus qu’on lui fasse de l’ombre, qu’on la mette de côté et qu’on l’oublie. En effet, Axel redoute énormément l’oubli. Elle ne veut pas rester seule. Si elle reste seule, elle se met à réfléchir sur sa propre existence et la comédie qu’est sa vie. Elle se met alors à déprimer. Elle a besoin de la présence des autres afin d’emprunter un rôle et de se sentir vivre à travers lui. La jeune femme a horreur qu'on lui refuse quelque chose. Lorsqu'elle le désire, il ne faut surtout pas le lui refuser. Elle est prête à tout pour l'obtenir. Axel n’aime pas non plus sa condition auprès des traqueurs. Elle la déteste. Elle ne supporte pas de savoir qu’elle n’est qu’un jouet entre leurs mains. Autant elle adore manipuler, autant elle déteste l’être. Elle ne veut pas se sentir dominée. Par ailleurs, elle est obligée de partager son savoir avec les traqueurs. Elle déteste dévoiler ses secrets gratuitement. Et puis, elle n’est pas d’une nature obéissante. Elle déteste leur obéir sans condition. De plus, la jeune femme déteste perdre pied et sentir qu'elle ne contrôle plus la situation. Elle a peur de voir "R" apparaître et ne plus pouvoir contrôler son propre corps. Axel est d'ailleurs animée par une peur profonde : le sommeil. Elle a particulièrement peur de s'endormir. Elle ne sait jamais ce qui peut lui arriver. Elle est effrayée par le fait d'abandonner sa conscience au sommeil et de ne plus être maître de son corps pendant qu'elle dort.

Perçue par les autres :
Généralement, les gens qui ne connaissent pas Axel l’apprécient dès les premiers instants. Ils se trouvent pris d’une certaine sympathie pour elle. Elle semble toujours agréable et avenante si l'on omet parfois ses accès de colères soudains et ses caprices. Ainsi les gens sont tentés alors de lui faire naturellement confiance. Elle possède un certain pouvoir d'attraction, un charisme non négligeable. Ses mimiques et son son côté extravertie poussent les gens à vouloir se lier à elle. Ceux qui ont été un jour arnaqués par ses soins changent bien vite d’avis à ce propos. Ils voient en elle un être peu digne de confiance, lunatique et menteur. Vis-à-vis de ses tuteurs, les traqueurs, Axel ne s’entend pas forcément bien avec eux. A dire vrai, elle se montre assez antipathique. C’est sa manière de se venger du sort qu’ils lui réservent. Elle n’est pas aussi souriante et avenante qu’elle l’est habituellement en leur présence. De plus, pour le moment, elle ne peut pas dire qu’ils la traitent avec respect. Ils ne voient en elle qu’une rebut de la société, une informatrice. Elle ne se sent guère à l’aise en leur présence. Quand elle est énervée ou contrariée, Axel a tendance à user d'une ironie mordante. Elle fait preuve d'un grand sarcasme qui a le don d'en agacer plus d'un. C'est sa façon de faire partager son humeur maussade.

Tics et Manies :
Axel a pour manie de toujours passer sa main dans ses cheveux pour les ébouriffer. Elle le fait très souvent au point qu’elle ne s’en pas compte. Lorsqu’elle est soucieuse, elle a tendance à lisser ses cils en passant ses doigts dessus. De plus, tenir un artefact au coin des lèvres est une obsession qu'elle ne remarque pas elle-même. Le plus souvent, il s'agit d'une cigarette allumée, mais il arrive qu'elle ne le soit pas lorsqu'elle se retrouve perdue dans le labyrinthe trouble de ses pensées et doit définir le chemin à arpenter pour arriver à ses fins. Parmi les variations fréquentes, on prendra en compte les cure-dents, les vis et les stylos, qu'elle ira coincer entre ses dents par automatisme si elle n'y porte pas déjà un ornement buccal différent. Par ailleurs, la jeune femme s’exprime avec un terrible accent issu des terres nordiques. Ce dernier trahit ses origines bien qu’elle maîtrise un bon nombre de langues. Elle a tendance à rouler longuement les « r » et à hacher certaines syllabes. De plus, Axel souffre d'insomnies particulièrement prononcées. Elle redoute tellement l'instant où l'on sombre lentement dans le sommeil qu'elle cherche à le fuir à tout prix. Elle a donc tendance à consommer énormément de produits excitants ou énergisants. Hélas, cette manie influe sur son comportement. Ainsi, alors qu'elle se trouve en train d'effectuer une action quelconque, elle peut s'évanouir soudainement et sombrer dans un sommeil réparateur. Elle repousse tellement ses limites physiques qu'elle n'est plus en mesure de prévoir ces évanouissements. Généralement, ce genre de sommeil ne dure qu'une heure ou deux. A son réveil, Axel est toujours un peu anxieuse. Elle peut s'évanouir à n'importe quel moment et cela peut devenir très dangereux. Malgré ses insomnies, aucune marque physique ne trahit son manque de sommeil.



Dernière édition par Axel-R le Dim 5 Sep - 19:10, édité 49 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Jeu 22 Juil - 20:54

Divers
Je traverse le temps, je suis une référence, je suis omniprésente, je deviens omnisciente.

Arme(s) :
Axel n’éprouve pas le besoin de s’armer jusqu’aux dents. Elle se débrouille correctement dans le combat au corps à corps. Les enseignements de son mentor on fait d’elle une bonne combattante en combat rapproché. Ainsi, elle ne porte sur elle qu’un petit couteau à cran d'arrêt. La lame est courbe et crantée à la base. Le fil est particulièrement acéré. La plupart du temps, Axel s’en sert pour se couper une tranche de saucisson mais elle l’utiliser de bien d’autres façons si elle le souhaite. Elle peut, par exemple, jouer aux fléchettes, sculpter une figurine en bois, se curer les ongles, gratter un vernis écaillé ou couper un fil qui dépasse…Bref, vous l’aurez compris, son couteau sert à beaucoup de chose mais pas à tuer ou blesser. Ça, elle sait déjà le faire et sans arme qui plus est.

Muselière :
La « Muselière » c’est le nom de l'enchantement dont est frappée Axel. Elle le considère plus comme une malédiction. L'apposition de la Muselière a laissé une marque dans la nuque de la jeune femme, là où une sorcière l'a frappée avec son étrange baguette. Il s'agit d'un tatouage bleuté. Ce dernier représente un signe proche des motifs tribaux. C'est un gracieux enchevêtrement de filaments. Pour les adeptes de magie et autres enchantements, cette marque porte une signification particulière. Axel, quant à elle, y voit plus un tatouage "fun" pour citer ses mots. Maintenant, passons aux effets de la malédictions sur le comportement de la jeune femme. L'enchantement lui permet de contrôler partiellement l'apparition de R. En effet, sa seconde personnalité ne peut pas apparaître soudainement. Pour qu'elle apparaisse complètement, Axel doit consommer des drogues dures. Par le passé, la jeune femme pouvait voir apparaître R sous la moindre émotion trop violente. Cette Muselière lui permet d'être plus contrôlable et moins dangereuse. Vu sous ce point, on pourrait penser que cet enchantement est réellement bénéfique pour Axel. Cependant, il faut savoir que la Muselière provoque en elle le besoin irrémédiable de donner des informations aux traqueurs. La malédiction provoque en elle un malaise si elle ne donne pas d'informations pendant un long moment. Cela lui permet de se montrer efficace et surtout de ne rien cacher aux traqueurs. Ces derniers craignaient qu'elle leur mente ou qu'elle ne leur dise pas toute la vérité. La Muselière la force a être totalement sincère avec eux. Par ailleurs, la Muselière a l'avantage d'empêcher toute addiction aux drogues. En revanche, lorsqu'Axel veut faire apparaître R, elle doit ingérer une grande quantité de drogue puisque l'enchantement la rend en partie inefficace sur son organisme.

Capacités :
Axel est dotée de nombreux talents hormis ceux d'être une excellente comédienne, une tacticienne hors-pair et une schizophrène particulièrement dangereuse. En effet, l'expérience et son passé lui ont appris à crocheter la plupart des serrures. Elle a simplement besoin d'une petite épingle. Généralement, elle en a toujours une coincée dans son soutien-gorge. Bon, n'allez pas croire non plus qu'elle est capable de crocheter une porte blindée d'une banque. Elle n'est pas si douée que ça. Axel est plutôt douée pour la filature et l'espionnage. Elle sait aussi effacer partiellement sa présence dans certains cas. Ayant été Passeuse par le passé, Axel connait toutes les astuces pour dissimuler de la drogue sur elle, pour s'en fournir et la vendre en toute discrétion. Elle peut d'ailleurs en consommer une certaine quantité sans en sentir les effets, cela lui a permis de dissimuler en elle des sachets de drogues sans trop de risque. Pour éveiller la personnalité de R, il lui faut d'ailleurs ingérer une certaines quantité de drogues. Elle connait quelques tours de prestidigitation. Du coup, elle sait dissimuler subtilement et rapidement quelques objets sur elle en détournant l'attention. Axel joue aussi de la musique. Elle a été une musicienne errante, une saltimbanque par le passé. Elle sait jouer de la guitare, de la flute traversière et de l'harmonica. Par ailleurs, la jeune femme est une redoutable combattante mais uniquement sous la personnalité de R. Elle ne sait pas vraiment manier une épée ou viser avec un flingue. En revanche, elle est sait se défendre au combat au corps à corps. En réalité, Axel ne possède pas une force physique impressionnante. Lorsqu'elle doit combattre, elle cherche à utiliser la force de son adversaire à son propre escient. Il s'agit d'une forme de combat dérivé de self-défense ou quelque chose de ce genre. Elle sait aussi se servir des petites armes de poings pour rendre ses coups plus terribles. Assurément, il ne faut pas se frotter de trop près à elle. Vous risqueriez d'y laisser quelques morceaux...

Autre ? pas pour le moment.





HORS-RP
Je suis une militante quotidienne de l'inhumanité et des profits immédiats et puis des faveurs des médias.

  • Premières impressions concernant le forum:
    J'adore le design. J'adore les poulpes volants *.* J'ai adoré le contexte. Je suis bluffée par la qualité du codage. Bref, j'adore xO

  • Éventuelles idées pour l'améliorer:
    Hum ce n'est qu'un détail minime. Je trouve les liens un peu trop petit. J'ai un écran assez grand et j'utilise firefox sous le mode standard d'affichage. Les liens les plus petits et difficiles à lire pour moi sont les liens des onglets du profil.

  • Comment nous avez-vous découverts:
    Via un partenariat sur un forum complètement mort.

  • Depuis combien de temps faites-vous du Rp':
    Depuis quelques années. Je me débrouille en rp.

  • Évaluation de votre activité sur le forum:
    6/10 et ça dépends surtout des moments mais je préviens toujours lorsque je réduis considérablement mon activité.

  • Code: {Validé par Roastie}




Dernière édition par Axel-R le Lun 13 Sep - 18:25, édité 28 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Jeu 22 Juil - 20:54

Mémoire recomposée
Once upon a time...




La révolte humaine contre l'irrémédiable.
A.Camus


Il était une fois…c’est comme ça que commencent les contes de fées. Il n’y a pas plus mensonger que ces ouvrages d’ailleurs. La morale et l’apologue qui les composent ne sont que de vulgaires arnaques bonnes pour les âmes trop naïves. Les contes ne sont là que pour vous donner l’illusion que la vie est rose et ressemble à un paradis pour poney. On vous dit qu’ils apportent une morale mais encore une fois, ce n’est qu’un mensonge. Ils nous apprennent juste à devenir d’honnêtes gens bien disciplinés et totalement cintrés dans leur costume de bon samaritains. Ce ne sont que des foutaises. D’ailleurs je déteste les gens qui parlent de contes de « fées ». Les fées ne sont pas gentilles et mignonnes. A la limite, elles n’ont pas été dotées d’une intelligence qui dépasse celle du lama. Ce n’est pas vraiment surprenant d’ailleurs. Je dois bien avouer que j’ai du mal à les sentir ces « bonnes fées ». Elles ne sont qu’un ramassis d’embrouilles et d’ennuis. C’est bien à cause de l’une d’entre elles que je me retrouve à mener une existence pareille. En parlant de ma vie, il serait peut-être bon que je vous explique pourquoi j’en suis si peu satisfaite non ? Je ne fais que me plaindre mais je ne m’épanche guère sur le sujet. Allons, assaillez-vous confortablement, enfilez vos lunettes et laissez-moi vous conter l’histoire d’une jeune femme qui se nommait Axel. Croyez-moi, ca n’a rien à voir avec un conte de fée. Ici, il n’y aura pas de « il était une fois » et de « ils vécurent heureux pour toujours».

Il ne faut pas croire non plus que j’ai eu une vie de martyr. Je dirais simplement que je n’ai pas eu la chance de connaître le bonheur, d’être sauvée par un prince charmant et de pondre des œufs en or. Des enfants comme moi, il y en a eu des milliers et il y en aura toujours : des enfants sans histoire à qui la vie n'a jamais souri, des enfants qui ont du évoluer seuls dans un monde qui les rejetait.

Je suis née en des terres reculées. Peu de gens peuvent se vanter de s’être aventurés aussi profondément dans les terres du nord. Là bas, un manteau immaculé de neige couvre les terres presque tout au long de l’année. Le soleil s’y reflète et joue avec les divers reflets qu’offre la glace. L’air est froid. Il vous mord les chairs avec ténacité et vous glace les os. La neige semble pourtant laver les terres de toute leur souillure. Vous ne trouverez jamais peuple plus accueillant et plus brave que celui qui habite ces terres. Quant à moi, je suis née dans un petit village en bordure de la Forêt des Glaces. Notre village ne nommait d’ailleurs Frozenfields. Et, contrairement à la plupart des contes, je n’étais pas une orpheline persécutée par une marâtre acariâtre. Non, je suis issue d’une famille modeste. Mon père était trappeur. Quant à ma mère, elle n’a pas supporté l’hiver qui suivit la naissance de mon petit frère. Je devais avoir 5 ans lorsqu’elle nous quitta. L'accouchement l'avait particulièrement affaiblie. Mon frère n'était pas né en bonne santé. Nous n'avions pas les moyens de faire appel à un médecin pour eux. Le travail de mon père l’accaparait. Il n’était pas souvent là. J’ai appris à m’occuper de mon tout jeune frère et de la maison en son absence. Je ne pense pas avoir été une bonne sœur mais j’ai tenté de faire de mon mieux. Hélas, mon frère étant de constitution fragile. Il ne survécu pas au terrible hiver qui annonçait sa deuxième année. Mon père en fut accablé. De mon côté, je m’efforçais de dissimuler ma tristesse et je tentais d’alléger sa peine. Je n'avais pas été une véritable sœur, c'était un fait. Désormais, je devais me racheter. J’essayais de m’occuper tant bien que mal de la maison afin que mon père puisse travailler tranquillement. A chaque fois qu’il me regardait, je lisais la honte et le remord dans ses yeux. Je ne parvenais pas à lui faire oublier sa tristesse. J’étais bien trop faible. De mon côté, je me contentais de baisser la tête et de retourner à mes tâches ménagères, silencieuse. Je n’osais jamais rompre le silence de peur de commettre une erreur. J’avais peur. A l’aube de mes huit ans, mon père prit une décision. Il m’emmena avec lui lors de ses longues traques. Il comptait bien faire de moi une trappeuse. Il souhaitait que je lui succède. Je ne voulais pas le décevoir. Je ne devais pas le décevoir. Une fois de plus, je m’efforçais de donner le meilleur de moi. J’appris à traquer les animaux, à comprendre les signes de la forêt et à observer la nature. Mon père était l’un des derniers traqueurs de nos terres. La civilisation et la technologie gagnant de l’ampleur d’années en années, son travail devenait de plus en plus désuet. Les citadins préféraient encore payer quelques braconniers peu respectueux de la nature pour obtenir de la fourrure plutôt que de faire appel au véritable savoir des trappeurs. Mon père en était exaspéré.

Il ne vécu pas longtemps. Il eu à peine le temps de m’enseigner ce qu’il savait. Mon père n’était pas spécialement âgé mais il paraissait porter sur ses épaules le fardeau de la vie. Je crois que son passé ne lui permettait pas de supporter l’instant présent. La tristesse l’accablait. Il paraissait si vieux, si terne et tellement las. Un matin, je me réveillai. Surprise que mon père ne soit pas levé avant moi, je pris l’initiative de préparer la maison pour son réveil. Hélas, il ne vint jamais. Il était mort. Il s’était éteint dans son sommeil, expirant son dernier soupir. J’ai ressenti une profonde tristesse mais je n’ai pas su verser la moindre larme. Je crois que la vie ne voulait pas me laisser m’abandonner à la douleur. Et puis, inconsciemment, j’attendais la mort de mon père. Je le savais malheureux et accablé par son existence. Sa vie, ma présence, il ne les considérait comme un fardeau qui le rattachait ici bas. Il était libre maintenant. J’éprouvais un certain soulagement pour son âme. Paradoxalement, je ne sentais pas la perte d’un être qui m’était cher. Pour moi, je l’avais perdu depuis bien longtemps. De toute façon, je n’avais pas le temps de m’attarder sur mon sort. Si je voulais survivre, il fallait que je me prépare à affronter le nouvel hiver. J’allais fêter mes 8 ans à la fin de celui-ci. Il était temps que j’apprenne à me débrouiller seule. J’avais bien compris que la vie ne me ferait pas de cadeau. Je ne vivais pas dans un de ces contes de fées dont s’abreuvaient les fillettes. La vie était dure et injuste. Elle s’amusait à semer un tas d’embuche et offrait son lot de souffrance. Je courbais l’échine, sans un mot et je continuais à me battre pour survivre. Il ne s’agissait pas du comportement d’un être désespéré mais simplement sans espoir.


L’espoir. Je crois qu’à cette époque, je ne comprenais pas vraiment la signification de ce mot. Dans mon univers d’enfant, je pensais qu’il n’était pas permis d’espérer une autre vie. Mon destin était le mien et je ne pouvais y déroger. J’étais condamnée à mener une vie morne jusqu’à ce que la mort ou la misère ait raison de moi. Je n’avais pas vraiment envie de comprendre ce qu’était l’espoir. Je ne voulais pas espérer. J’avais bien trop peur d’être déçue. Si je restais au plus bas, à terre, je ne pouvais pas souffrir d’avantage. Je ne voulais pas que l’espoir m’élève et que la chute soit encore plus douloureuse. Je m’accommodais de ma triste vie en me disant que j’aurais pu tomber sur bien pire. J’avais moins de dix ans et je pensais déjà comme un adulte servile. C’en était navrant. Maintenant que j’y pense, j’ai honte de ce que j’avais pu devenir. Heureusement pour moi, un être est venu changer tout cela. Il a un peu agi comme la lanterne qui m’éclairait le chemin. Une lumière qui me poussait à avancer en surmontant ma peur de l’inconnu. Cet homme, je l’ai considéré comme mon Mentor. Je l’ai toujours appelé comme tel d’ailleurs. Il n’était pas vraiment mon Maître mais simplement un homme qui m’enseignait la vie. Il s’appelait Satory, Satory Pilh.

Je l’ai rencontré en me rendant sur la place du marché de notre village. Les réserves étaient vides. Il me fallait les remplir pour tenir un nouvel hiver. J’avais économisé pendant un moment pour obtenir une somme conséquente. Bien décidée à marchander âprement, je m’y rendais avec un panier sous le bras. C’est alors que mon chemin croisa un grand homme à l’entrée du marché. Ses épaules carrées et son allure impressionnante me paralysait. Son visage semblait avoir été gravé dans le tronc noueux d’un vieux chêne. Je ne pouvais lui donner un âge. Il se dégageait une vigueur impressionnante de son corps et pourtant, ce dernier était marqué par de nombreuses cicatrices et autres signes traduisant la dureté de sa vie. Il me fixait d’un regard gris, acéré. Ses yeux ne s’arrêtèrent que quelques secondes sur moi mais il suffit à m’immobiliser. J’étais à la fois terrifiée et subjuguée par la prestance qui se dégageait de cet être. D’autres personnes s’étaient attroupées autour de lui, curieuses d’en découvrir un peu plus sur cet étranger. Il attendit un moment en scrutant attentivement chaque nouvel arrivant. Finalement, il prit la parole. Une voix de stentor s’échappa de sa gorge. Son ton était grave, solennel et il semblait pourtant caresser mon esprit. C’était troublant. L’étranger se présenta alors sous le nom de Satory Pilh. Il prétendait qu’il était un faiseur de rêves. J’ignorais ce que pouvait bien signifier cette profession. Le rêve, j’ignorais ce que c’était. Pour moi, il résonnait avec l’espoir. Il ne m’était pas permis de rêver. Pourtant, je ne me suis pas désintéressée de cet étrange homme. Je ne suis pas partie en direction du marché. Je continuais à le regarder fixement, à l’affut de ses prochaines actions. Ce Satory Pilh, je n’ai jamais vu pareil prestidigitateur. Ses mains virevoltaient et créaient autant d’illusions qu’il le désirait. Émerveillée, je ne le quittais pas des yeux. Je tenais à ce qu’aucun de ses gestes ne m’échappent. Je n’avais même pas envie de deviner l’arnaque, le truc qui se cachait là-dessous. J’avais envie de croire que cet homme était un magicien exceptionnel. Pendant l’espace de quelques minutes, je laissais la magie et le rêve s’immiscer en moi. J’oubliais la réalité, mon existence terne et tout ce qui me rattachais ici bas. J’avais envie de croire au fantastique et à la magie. Je voulais m’échapper de ma vie trop terre-à-terre, de ce village qui ne permettait pas le rêve. Ici, la vie était trop dure pour que l’on se permette d’imaginer quelques tours de magie. Tout était trop fade en ce bas lieu. Et ce sentiment nouveau envahissait mon être, peu à peu.

Je suis restée longtemps à regarder cet homme. Lorsque les gens, lassés par ses illusions, s’en allaient peu à peu, moi je demeurais immobile. Mon visage devait sans doute afficher un air de béatitude exagérée. En cet instant, je ressentais toute l’innocence de l’enfance. Je n’étais qu’une enfant comme une autre. Une enfant qui refusait à faire face à la réalité, qui se jouait de ses responsabilités et qui préférait rêver. Ce sentiment était tellement enivrant. Pour la première fois, j’avais envie de me laisser envahir par la douce ivresse de l’espoir. Finalement, il ne restait plus que moi pour admirer les talents d’illusionniste de cet homme. Il continua un moment pour le seul plaisir de mes yeux avant de s’arrêter. Il prétendait avoir épuisé toutes ses ressources. La déception m’envahit alors. Le rêve était terminé. Maintenant, je devais reprendre conscience. Et ce fut comme un bain d’eau glacée. Cette réalité était trop pénible. Je m’apprêtais à m’en aller lorsque sa voix m’interpela. Il me demanda pourquoi j’avais tant insisté pour le regarder aussi longtemps. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi je ne cherchais même pas à lui demander l’astuce dans ses tours. Sur un ton où l’on sentait poindre la déception, je lui répondais que je n’en avais tout simplement envie. Il m’avait permis de rêver, pour la première fois de ma vie et c’était amplement suffisant. Je ne voulais pas connaître les dessous de ses illusions, tous mes rêves auraient alors été vains. J’avais besoin de cette lueur d’espoir qu’il m’avait offert pour supporter la rudesse de ma vie. Je vis poindre la tristesse dans ses yeux à mesure que je parlais. Il me confia que ces mots ne devaient jamais sortir de la bouche d’une enfant. Je n’ai pas compris pourquoi. Je croyais qu’il avait été blessés par mes propos, que j’avais commis une erreur. Je m’en excusais aussitôt. Je ne voulais pas m’attirer sa colère ou même son irritation. Je n’avais pas besoin de cela, pas maintenant. Satory fit alors une chose à laquelle je ne m’attendais absolument pas. Il se mit à genoux, face à moi, posa ses immenses mains sur mes frêles épaules et plongea son regard dans le mien. L’acier de ses yeux semblait me transpercer et lire en moi toute la douleur que je renfermais. Inconsciemment, des larmes vinrent border mes yeux et rouler lentement sur mes joues. Je ne m’en rendis pas vraiment compte. Et j’ai pleuré pendant des minutes qui me semblaient étrangement longues dans les bras de cet inconnu. C’était la première fois que je déversais ainsi ma tristesse. Jamais de ma vie je n’avais autant pleuré. Auparavant, lorsque la tristesse m’empoignait, je me contenter de verser une larme unique avant de refouler ses compagnes. Pour la première fois de ma vie, je me laissais aller dans ses bras. Il se dégageait de lui une telle chaleur et une telle douceur. Je me sentais terriblement bien alors que je pleurais la tristesse que j’avais accumulée au cours de toutes ces années.


1/3


Dernière édition par Axel-R le Dim 5 Sep - 19:19, édité 25 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Ven 23 Juil - 1:46

Mémoire recomposée
This could be Heaven...




Si l’homme n’avait pas de conscience éternelle, si, au font de toutes choses, il n’y avait qu’une puissance sauvage et bouillonnante, produisant toutes choses, le grand et le futile, dans le tourbillon d’obscures passions, si le vide sans fond que rien ne peut combler se cachait sous les choses, que serait donc la vie, sinon le désespoir ?
Kierkegaard


Le lendemain, j’avais rassemblé le peu de biens auxquels je tenais et je prenais la route aux côtés du Faiseur de Rêves. Sans une once de regret, je quittais cette ville, mon foyer et mes terres natales. Au moment de mon départ, un néant infini envahissait mon être. Toutes mes pensées s’étaient volatilisées dans le vide d’un avenir incertain. Nous avons marché toute la journée. A mesure que je posais soigneusement un pied devant l’autre, je me sentais de plus en plus légère. J’avais l’impression de me défaire peu à peu de mon fardeau. Toute la tristesse que j’avais accumulée s’évanouissait. Je me sentais renaître. J’avais jeté au loin mon ancienne vie et j’avais enfilé une nouvelle peau. Le monde entier s’offrait à moi. Il me restait l’inconnu à parcourir et découvrir. Je vivais, enfin. Armée d’un petit baluchon et de vêtement épais, je galopais derrière Satory. Ce dernier était grand et marchait vite. J’essayais tant bien que mal de le rattraper et je finissais toujours par le talonner de peu sans pour autant y parvenir. Il ne faisait rien pour ralentir le pas et je n’osais pas le lui demander. J’étais bien trop heureuse de l’accompagner, je ne voulais pas qu’il change d’avis. J’étais prête à tout pour qu’il accepte ma ridicule présence. Je ne voulais pas constituer un fardeau pour lui. Je l’avais été pour mon père. Désormais, je comptais me rattraper.

Au cours de nos voyages, Satory accepta de m’apprendre tout ce qu’il savait. Il me faisait don de son savoir. Et moi, en échange, je n’avais pas grand-chose à faire mis à part l’écouter attentivement. Cela ne constituait pas un gros effort en soi. J’étais bien trop curieuse d’en apprendre chaque jour un peu plus. Une curiosité insatiable m’animait. Pendant trop longtemps, elle avait été refoulée. Je partais à la recherche du temps perdu. Satory n’était pas qu’un simple voyageur, prestidigitateur et illusionniste à ses heures perdues. Il était un musicien, un érudit et un redoutable maître d’armes. A ses côtés, j’ai appris bien plus que je n’aurais pu l’espérer dans une simple école. Il fit de moi une jeune fille aguerrie à l’éducation complète. Je savais me débrouiller dans la nature, me défendre correctement, faire preuve d’ingéniosité pour me sortir de l’embarras, calculer quelques algorithmes de tête et même effectuer quelques tours de magie. Quant au dernier point, j’ai éprouvé une certaine réticence à l’apprendre au début. Je ne voulais pas que Satory m’apprenne les ficelles et les dessous de ses tours. J’avais envie de croire en la magie. Mon mentor me confia alors qu’il avait pensé comme moi lorsqu’il était bien plus jeune. Il avait reçu du rêve de la part des illusionnistes et n’avait pas désiré déceler les astuces qui se cachaient derrière. A présent, il pensait qu’il était de son devoir d’offrir du rêve. Les rôles s’inversaient afin que chacun puisse recevoir un jour un peu de rêve dans sa vie. Je finis par accepter cette pensée. A mon tour, je devins illusionniste. Pour ce qui était des mathématiques, je ne comprenais pas où voulait en venir Satory. Savoir lire et écrire était une science indispensable à mes yeux mais je ne comprenais pas l’intérêt de savoir résoudre divers calculs de tête. L’intérêt, évidemment, je ne le vis que bien plus tard.

Mon mentor ne m’a jamais questionnée sur mon passé. Il avait essuyé mes pleurs durant notre première rencontre. Cependant, il ne m’avait jamais demandé ce qui avait bien pu les provoquer. Je crois qu’il ne désirait pas éveiller en moi une certaine douleur. De toute façon, j’aurais bien été incapable de lui répondre. Cette douleur n’avait plus de nom. Effacée par les années, je ne savais plus vraiment pour quelle raison elle était là. Je savais simplement qu’elle se trouvait enfouie au fond de moi. Cette présence ne voulait me quitter. Mes sourires extérieurs la dissimulaient sans pour autant l’effacer. J’éprouve une profonde gratitude envers l’attitude de mon mentor. Et par respect, je n’ai jamais osé lui poser la moindre question sur son passé. Il était évident qu’il avait souffert lui aussi. Son visage et son regard le trahissaient. Cependant, je ne désirais pas en savoir plus. Il était un prestidigitateur, un saltimbanque, un voyageur et je le considérais comme mon mentor. Il n’était rien d’autre que cela. A mes yeux, il représentait bien assez pour moi. J’éprouvais envers lui une admiration et une gratitude sans borne. Sans lui, je n’étais rien. Il m’avait tout appris. Il m’avait offert une vie et une raison de l’affronter.

Hélas, Satory se faisait vieux. J’ignore l’âge qu’il pouvait bien avoir mes ses gestes trahissait une faiblesse grandissante. Mon mentor était le genre de personne sans âge. Il pouvait très bien avoir vécu une quarantaine d’années ou même quelques siècles. Cela ne faisait pas de différence. Sa sagesse était sans borne et son expérience impressionnante. Je n’étais pas aveugle. Je voyais bien que Satory perdait un peu de sa vigueur à chaque nouveau voyage. Dans son regard, je lisais une pointe de regret dès que nous devions reprendre la route. Il était las de voyager. Je pense qu’il se voyait déjà au croisement des destinées. La sienne touchait bientôt à sa fin. Un jour, sans prévenir, nous prime la route. Il semblait alors animé d’une vigueur nouvelle. Celle-ci ne s’estompa pas mais je sentis au bout d’un moment qu’elle était forcée. Je n’osais questionner d’avantage mon mentor et le suivait en silence. Durant ces quelques jours où nous voyageâmes. Il me parut étrangement pressé. Je pense qu’il devait sentir le crépuscule de sa vie. Il ne se sentait pourtant pas près à rendre son dernier souffle. Il lui restait une dernière tâche à accomplir afin de trouver le repos. Après deux jours de marche forcée, nous arrivâmes au pied d’une forteresse immense. Cette dernière renfermait une ville comme je n’en avais jamais vu. Une population chamarrée s’y entassait. Chaque personne que je croisais sembler venir d’une région différente et pourtant, elle paraissait toutes savoir où aller. Dans cette ville, nous fîmes la rencontre d’une troupe d’un cirque. Celui-ci se nommait le Wonderland Circus.

Satory me confia alors qu’il ne connaissait pas vraiment ce cirque. Il en avait entendu parler. La veille de notre départ, il avait entendu dire qu’il se trouvait à quelques jours de marche. Ainsi, nous nous étions pressés pour entrer à la rencontre de parfais inconnus. Cela ne m’étonnait pas vraiment de mon mentor. Son esprit vagabondait toujours au grès des vents et ses pas suivaient machinalement ses pensées. Nous avions toujours eu l’habitude de déambuler sans but jusqu’à trouver un endroit où nous poser et offrir un peu de rêve. Nous avons toujours vécu grâce à la générosité des autochtones. De temps à autre, nous effectuions quelques travaux saisonniers. Ainsi, on rendait service et on recevait une petite somme à mettre de côté. Satory avait pour idée de se faire engager dans la troupe. Il m’affirmait qu’ainsi je pouvais bien plus apprendre qu’à ses côtés. Et surtout, on aurait un toit et une rente pour un moment tout en continuant à voyager. Je n’étais pas vraiment d’accord avec mon mentor même si je savais au fond de moi qu’il avait raison. J’avais beaucoup appris en voyageant aux côtés de Satory Pilh. Cependant, je n’avais eu que très peu de contact humain en dehors de nos haltes dans les villages. Avec la troupe, j’allais pouvoir tisser des liens et apprendre ce qu’était la vie en société. Autant vous dire que ce n’était pas gagné. J’avais beau être animée d’une curiosité dévorante, je me montrais un peu farouche et très peu sociable. Vous me direz, ca a bien changé depuis le temps !

Laissez-moi donc vous expliquer comment ce changement a pu s’opérer aussi rapidement en moi. En effet, c’est au sein de la troupe du Wonderland Circus que j’ai appris à devenir ce que je suis maintenant. Nous n’avons eu aucun mal à nous faire engager. Satory était un excellent prestidigitateur et illusionniste. Quant à moi, je l’étais aussi bien que j’avais encore beaucoup à apprendre. J’étais jeune, vive, agile et je ne manquais pas de souplesse. Et puis, je savais jouer de la musique aussi. Mes multiples capacités ont attiré le directeur du cirque qui ne cessait de répéter que je possédais des « mains en or ». Je ne comprenais pas ce qu’il voulait entendre par là et ne m’en formalisait pas vraiment. Alors que Satory perfectionnait ses tours de son côté, j’apprenais à jongler et à devenir une équilibriste. J’aimais autant jongler ou effectuer quelques figures vertigineuses. Je m’amusais terriblement. Les membres de la troupe se montrèrent très accueillants et nous acceptèrent très vite parmi eux. J’avais l’impression de trouver refuge dans un nouveau foyer. Je n’oubliais en rien l’amour que je vouais à Satory. Il était bien plus que mon mentor. Il représentait le père que je n’avais pu avoir. Cependant, je trouvais une seconde famille en la personne des membres de la troupe. Ils m’acceptaient telle que j’étais et n’hésitaient pas à m’aider. Je n’avais jamais connu autant de compassion et d’entraide au cours de ma vie. Tout ceci était nouveau pour moi. Je m’en sentais presque grisée.

J’étais bien naïve à cette époque. Beaucoup trop candide même. J’étais complètement aveugle à leurs minauderies. Je prenais leur attitude comme un véritable amour fraternel et ne voyait même pas l’intérêt qui se lisait dans leur regard. Je ne pense pas que Satory l’avait remarqué. Il m’en aurait fait part sinon. De toute façon, il était bien trop occupé à élaborer de nouveaux tours ou à se reposer. Il paraissait plus fatigué que jamais. J’avais l’impression qu’il avait vieilli d’un seul coup. Je crois qu’en fait j’avais pris plus de recul et le voyait d’un tout autre œil. Je passais un peu moins de temps à ses côtés et plus auprès des autres membres de la troupe. Je me laissais bercer d’illusion pendant que Satory se complaisait de plus en plus dans sa solitude. Je dormais dans la même roulotte que lui. Il n’y avait qu’avant de s’endormir que l’on prenait le temps de discuter longtemps. Il me donnait toujours quelques renseignements, indications qu’il avait oublié de me donner. Il semblait réellement pressé et cherchait à tout prix à me confier tout son savoir. Étant bien trop ingénue, je l’écoutais avec avidité sans me rendre compte de rien. Je n’ai même pas pu sentir approcher ses derniers instants. Évidemment, lui devait forcément le deviner. Je ne suis pas sûre qu’il ne fit rien pour que je le remarque. Je pense que j’étais bien trop aveuglée pour le remarquer, tout simplement. J’avais encore l’esprit embué par toutes les dernières découvertes que j’avais faites. J’étais trop naïve, beaucoup trop.

Satory a sans doute connu la mort la plus douce qu’il puisse exister. Son âme s’est évaporée dans son sommeil. Il s’en est allé sans un mot. Je me souviens, quelques heures avant de dormir, il m’avait confié se sentir particulièrement serein. Je n’avais pas cherché à comprendre pourquoi. A mon levé, il demeurait dans ses draps, telle une statue de cire. Son teint était étrangement gris. Un sourire las demeurait sur ses lèvres. Les paupières closes, le corps raide, il semblait dormir profondément. Hélas, il avait plongé dans un sommeil éternel, sans rêve. J’ai voulu le réveiller. J’ai voulu le secouer. Mes mains se sont arrêtées à quelques centimètres de son visage. Sa poitrine ne se soulevait plus lentement au rythme de ses respirations. Mes pensées hurlaient. Mes mains tremblaient légèrement sans que je puisse les contrôler. C’était comme si elles savaient ce que je m’efforçais à ignorer. Lentement, elles vinrent se poser sur les joues de mon mentor. Sa peau était terriblement froide sous mes caresses. Il avait toujours eu le sommeil léger, il aurait du se réveiller sous leur contact. Ma peur s’évanouit au profit d’une douce sensation d’irréalité. Mais tout était, au contraire, bien réel. Satory était mort. Mes jambes ne supportaient plus le point de mon corps. Je m’effondrai au pied de mon mentor. Je prenais lentement conscience de l’horreur que je refusais d’admettre. Des larmes vinrent border mes yeux. Je n’arrivais pas à les empêcher de rouler sur mes joues. Je n’en avais plus la force. Je venais de perdre l’unique être qui avait su m’aimer, m’apprécier à ma juste valeur et m’élever. Il était le père que je n’avais eu. Il était l’être qui m’avait offert une vie et une possibilité d’atteindre la liberté. Sans lui, je n’aurais été que l’ombre d’un être. Et la tristesse que j’avais su enfermer au plus profond de moi, que j’avais presque oublié revint aussitôt à la charge. Je ne parvenais plus à la contenir et je n’en avais plus l’envie. Je m’abandonnais à la souffrance. La perte d’un être aussi cher emmenait une douleur incomparable. Satory m’avait pourtant appris que la mort n’annonçait que la fin d’une histoire et le début d’une autre. Pourtant, je n’arrivais à me détacher des sentiments que j’avais à son égard. Je n’étais pas prête à ce qu’il me quitte. Je n’avais jamais voulu être prête. J’avais conscience qu’à présent, il survivrait à travers mes souvenirs mais je ne voulais le perdre de la sorte, aussi vite. Ses sourires, la profondeur de sa voix me manquaient cruellement.

La période qui suivit la mort de mon mentor me plongea dans une profonde léthargie. Je n’étais plus qu’un spectre insondable, impénétrable. Seule une profonde douleur se dégageait de mon être. Une peur sans nom envahit aussi mon être sans jamais lui laisser de répit. Par deux fois, j'avais perdu un être cher dans leur sommeil. J'en éprouvais un profond malaise au moment venu de m'abandonner aux bras de Morphée. J'avais bien trop peur que la mort me frappe à mon retour. Je me sentais mal à l'idée même de sombrer, d'abandonner ma conscience et de laisser mon corps sans contrôle. Tout pouvait m'arriver durant mon sommeil. L'inconnu, ce vide devenait terrifiant. J'en devins insomniaque. Je ne voulais plus trouver le repos. Je fuyais le sommeil et repoussais toujours un peu plus loin mes limites physiques. Je n’étais plus que souffrance et tristesse. Plus un mot n’osait sortir de ma gorge. Elle me semblait bien trop sèche et brûlante pour cela. J’errai sans but à travers le cirque. Un flot ininterrompu de questions ne cessait de tourmenter mon esprit. Je n’avais de cesse de me questionner sur le but de mon existence. Pourquoi étais-je vivante ? Y avait-il une raison à tout cela ? Et je ne cessais de me confronter des paradoxes à mesure que je cherchais une réponse. Je ne comprenais pas ma venue en ce monde. Quelle en était la raison ? Et le seul savoir qui me restait alors, que je prenais comme acquis était la connaissance précise des murs qui m’entouraient. Je me sentais complètement absurde. Chaque geste que j’effectuais, chaque question que je me posais me paraissaient futile et terriblement absurde. « L'absurde naît de la confrontation de l'appel humain avec le silence déraisonnable du monde. » Cette phrase me revint en mémoire. Je l’avais lu dans un livre de Satory. Chaque pensée évoquant de près ou de loin mon ancien mentor m’arrachait un élan de chagrin. Hélas, cet auteur dont je ne me souvenais plus le nom avait terriblement raison. Le suicide se révélait-il alors l’unique solution à mon désarroi ? Je crois qu’à la longue, j’aurais bien pu finir par sombrer. Enfin, toujours est-il que j’ai fini par sombrer mais d’une toute autre manière.


2/3



Dernière édition par Axel Aires le Mar 10 Aoû - 13:47, édité 20 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Ven 23 Juil - 19:45

Mémoire recomposée
...or this could be Hell.




[...] Cette moralité enseigne qu’un homme se définit aussi bien par ses comédies que par ses élans sincères. Il en est ainsi, un ton plus bas, des sentiments inaccessibles dans le cœur, mais partiellement trahis par les actes qu’ils animent et les attitudes d’esprit qu’ils supposent.
A.Camus



Ma détresse éveilla l’attention du reste de la troupe. Je n’avais plus le cœur à me donner en spectacle. Je manquais d’enthousiasme. Mes sourires forcés mettaient mal à l’aise les spectateurs. A ce rythme là, j’allais finir par devenir un fardeau. Satory n’avait pas rejoins la troupe du Wonderland Circus sans une idée précise en tête. Il y voyait un avenir pour moi, une fois qu’il aurait disparu. Du moins, c’est ce que voulu me faire croire les autres membres de la troupe. J’avais du mal à accepter une telle évidence. Cela paraissait si naturel. J’étais tellement effondrée de toute façon que j’avais besoin de me raccrocher à n’importe quoi. Les membres de la troupe décidèrent alors enfin à m’initier à leurs jeux. Ils me promirent que j’y trouverais un nouvel élan, un renouveau. Ils me vendaient de l’espoir. J’en avais besoin. C’est ainsi que j’appris les véritables affaires dans lesquelles trempait la troupe. Le cirque, les représentations, les numéros n’étaient qu’une couverture. Cela ne rapportait pas assez. Chaque membre avait monté sa petite affaire, son arnaque. Ils volaient, contre-bandaient, recélaient de la drogue, vendaient leur charme ou arnaquaient avec des jeux d’argent ou au poker. Ils étaient de véritables escrocs, des professionnels des entourloupes. Ils n’étaient que des agents de l’ombre et de la criminalité. Au départ, je fus révoltée par leurs manières. Je ne pouvais voir en eux autant de ténèbres et de mensonges. Pourtant, ils trouvèrent les mots pour me convaincre. Ils ne cessaient de répéter que ce monde était injuste. Ils volaient et pillaient pour survivre. Ils affirmaient arnaquer uniquement les personnes qui possédaient bien trop d’argent pour en profiter pleinement. J’étais bien trop faible pour continuer à me révolter sous ces belles paroles. La mort de Satory Pilh m’avait atterrée, j’avais besoin de m’accrocher à quelque chose. Et peu à peu, je sombrais et devenais l’un d’eux. J’oubliais ce que j’avais été, ce que Satory aurait voulu que je sois et je devenais un criminel comme un autre.

J’appris à mentir comme les autres membres de la troupe. Ils me divulguaient leur savoir sans gêne, voyant en moi une nouvelle complice de leurs forfaits. Ils me dégoutaient profondément. J’avais pourtant besoin d’eux. Je désirais leur soutirer toute leur connaissance jusqu’à ce que je devienne bien meilleure qu’eux. Alors, je n’aurais plus qu’à les évincer, les humilier. Pour le moment, j’avais besoin d’eux et de ce qu’ils savaient. Je plongeais un peu plus profondément dans le monde du crime et du mensonge. J’apprenais à ne plus montrer mes sentiments, mes véritables émotions. Je devenais une bonne comédienne, une menteuse habile et une voleuse imparable. Peu à peu, je pris un certain plaisir à arnaquer de pauvres innocents. J’aimais lire une certaine candeur dans leur regard jusqu’à ce qu’ils se rendent compte de mon méfait. J’étais déjà loin, trop loin pour qu’ils m’atteignent. J’aurais bien aimé, un jour, me glisser dans l’ombre et observer leur désarroi. Ça m’aurait procuré un certain plaisir. Vous trouvez ça honteux n’est-ce pas ? Moi aussi j’éprouvais ce genre de gênes auparavant. Désormais, ca ne me fait ni chaud ni froid. Non pas que je n’ai plus de scrupule ou que je ne sais pas ce qu’est la morale. Disons que tout cela me laisse indifférente. J’ai appris que dans ce monde, une seule loi régissait : la loi du plus fort. N’allez pas entendre que je parle de puissance. Non je parle d’ingéniosité et d’intellect. On pourrait alors parler de loi du plus habile, de celui qui s’adapte le plus vite. Niveau adaptation, je ne pense pas que vous pourrez faire plus fort que moi d’ailleurs. Je m’adapte à n’importe quelle situation. Il me suffit de jeter un masque et d’en arborer un autre, rien de plus simple pour moi. Je ne suis personne, je ne suis que l’ombre d’un être.

Un an après la mort de mon mentor, j’étais devenue un escroc de renom. Cependant, je ne parvenais toujours pas à évincer le reste de la troupe du Wonderland Circus. Je ne tenais pas à éveiller les soupçons quant à mes véritables intentions mais je cherchais à déceler la moindre faiblesse à exploiter. Je devenais plus vicieuse et plus maligne. J’analysais les moindres perspectives que m’offraient chaque situation afin d’en profiter. Et pourtant, je ne saisissais aucune occasion digne de ce nom. Je n’étais pas mauvaise, loin de là. J’étais bien meilleure qu’eux. Néanmoins, eux étaient en groupe. Moi je tentais tant bien que mal de jouer cavalier seule tout en profitant d’eux. Ce jeu ne pouvait durer éternellement. Tôt ou tard, j’allais me trahir. Il fallait que je trouve une solution et rapidement. En attendant, je noyais ma déprime dans les drogues. J'avais commencé par les drogues douces. Je m'en lassai bien vite et commençais à consommer les drogues dures que j'avais pour habitude de vendre. J'abandonnais peu à peu les arnaques pour me lancer dans le trafic de stupéfiants. Le milieu était plus malsain et les informations plus attrayantes. J'aimais soutier quelques renseignements à mes clients sous l'emprise de ma drogue. Je devins une passeuse particulièrement recherchée. Dans ce milieu là, vous savez, ce n'est pas le client qui va vers le Passeur mais bel est bien le Passeur qui se présente au client. On se doit d'être insaisissable et toujours présent. C'est un métier dangereux qui joue toujours une pression sur le passeur. Pour ma part, je me calmais en consommant une bonne partie de mes drogues. Hélas, les stupéfiants possèdent toujours des effets secondaires et . parfois particulièrement dangereux. Le premier d'entre eux est la folie. Pour ma part, elle s'est présentée sous la forme d'une schizophrénie. Heureusement, je n'ai développé qu'une seule personnalité et c'est bien assez ainsi. En effet, on ne peut pas dire que "R" est une personnalité particulièrement aisée à assumée. A cause d'elle, je me fis vite connaître comme une personne instable, violente et dangereuse. Les affaires marchaient moins bien pour moi et je ne pouvais plus consommer de drogues sans prendre le risque de laisser surgir R. Je ne pouvais plus m'échapper à travers les drogues. J'étais prise en étau entre ma schizophrénie et le reste de la troupe du Wonderland Circus que je devais évincer. A force de me torturer l'esprit à trouver une solution, une toute simple se présenta à moi. Puisque mes deux problèmes principaux étaient la schizophrénie et le Wonderland Circus, il fallait que je joue avec. Et j'ai fini par élaborer un plan pour évincer la troupe à l'aide de R. Quelques mois suffirent pour que mon plan soit parachevé et que je puisse entrer en action. Je ne tiens pas à vous révéler l’affaire en détail. Il est des choses qu’il vaut mieux garder secrètes. Et puis, une femme sans mystère n’est pas si intéressante que ça...Vous devez simplement savoir que, pour cela, j’ai traîné dans la drogue, j’ai du me montrer violente et j’ai été amenée à tuer plusieurs personnes dont je vous laisse déterminer l'identité. Et puis, évidemment, j'ai tué la plupart des membres de la troupe du Wonderland Circus. Les autres ont fini ruinés, dépressifs ou même fous. Mon plan était complexe, les sacrifices étaient nécessaires. De toute façon, si vous avez jeté un coup d’œil à mon casier judiciaire, vous devez savoir tout ça. Je ne vous révèle rien de bien capital.

Une fois mon plus grand forfait commis, j'avais proprement éliminé tous les membres du Wonderland Circus qui baignaient dans l'illégalité et qui m'y avait initiée. J'étais réputée pour mes talents de Passeuse mais aussi pour ma terrible vendetta. Désormais, les gens craignaient quelques peu mes vengeances et ne cherchaient pas à me devancer de peur que je me montre aussi terrible que je l'avais été par le passé. Bon j'exagère à peine. J'avais une certaine influence dans le milieu mais ne me voyez pas non plus comme une marraine de la pègre. J'avais simplement réussi à me forger une place confortable dans le milieu de la drogue et du crime. De plus, avec tout ce que j’avais commis, j’avais su emmagasiner un petit nombre de secrets et d’informations. Peu à peu, on apprenait à me respecter et à ne pas venir me chercher des noises. Cependant, je ne pouvais continuer à me jouer impunément de la loi. Il arrive forcément un jour où la Justice vous rattrape. J’ai réussi à me faire avoir, à mon tour. Le gouvernement avait engagé des inspecteurs sacrément malins pour me coincer. En réalité, j'ai voulu faire chanter une personne un peu trop influente pour ma piètre qualité. Cette dernière possédait autant d'influence dans le milieu du crime que parmi le gouvernement. A force de vouloir viser les hauteurs inatteignables, on finit par tomber de haut. J'étais devenue trop gênante pour certains. Il fallait donc me mettre sur la sellette, au plus vite.

On s’est donc jouée de moi. Des inspecteurs ont réussi à me coincer. J’ai été emprisonnée puis convoquée devant les instances juridiques. Vous savez, leur coiffure poudrée, les robes sévères et les airs solennels, ca n’a jamais été mon truc. Je me suis profondément ennuyée tout le long de mon procès. Mon avocat était mauvais, évidemment. Ils cherchaient à me coincer à tout prix, ils n’allaient pas me confier à un avocat digne de ce nom. Il faisait chaud. La salle était mal ventilée. Un air rance enveloppait l’atmosphère et le rendait suffocant. Je ne me sentais pas spécialement à l’aise. Enfin je vous dis ça mais je ne sais pas s'il faisait vraiment chaud. Le problème avec mon don, c'est que j'ai une mauvaise perception de l'environnement qui m'entoure. Il me semblait avoir vraiment chaud mais la plupart des gens présents me semblaient un peu trop couverts pour supporter une telle chaleur. Enfin bon, là n'est pas la question n'est-ce pas ? Je crois que j’ai réellement pris conscience de ce qui était en train de m’arriver lorsqu’on évoqua plusieurs fois le nom de Samarcande. Qui n’ignorait pas la terrible réputation que menait cette prison ? Assurément, je ne voulais pas m’y rendre. Je tenais à ma liberté et mon intégrité, coûte que coûte. Et puis je ne pensais pas mériter une telle sentence. Tout cela me paraissait bien trop exagéré. Certes, j'avais commis pas mal d'erreurs mais de là à m'emprisonner à Samarcande. Je ne voulais pas y aller, non, vraiment pas. Je savais que même si je cherchais à résister, ils finiraient par me briser là bas. Mon esprit s’éveilla d’un seul coup. Je ne voulais pas m'y rendre. Je me rendis alors compte de l’inutilité affligeante de mon avocat. Un sentiment d'urgence naquit en moi. Il fallait que j'agisse et vite. On me fit alors comparaître à la barre. Le procureur me posait des questions. J'essayais de lui répondre de telle sorte à me défendre du mieux que je pouvais. On me posa une question, une seule sur les motivations qui m'avaient animées pendant toutes ses années. J'y voyais là une occasion inattendue pour me défendre, enfin. J’y mettais tant de volonté que je fis me trouvai moi même presque convaincante, c'est beau dire. Je crois que j’aurais pu être avocat dans une autre existence. Il y a quelque chose d’assez excitant à vouloir défendre une cause perdue d’avance. Devenir l’avocat du diable apporte un certain attrait, je dois bien l’avouer.

Durant cette longue tirade, j’ai évoqué ma vie telle que je vous en ai parlé. J’ai aussi tissé quelques mensonges sur mes véritables intentions et sur le lot de souffrances que j’avais enduré. J’ai essayé de susciter la compassion chez mes tortionnaires. Je voulais qu’ils s’identifient un peu en moi afin qu’ils ne puissent m’appliquer la peine capitale. A la fin de ma longue tirade, un silence gêné s’est abattu sur l’assemblée. Je n’avais plus rien à dire. Je me suis laissée tomber sur ma chaise, exsangue. Je me sentais vidée de toutes mes ressources. Peu à peu, des murmures s’élevèrent dans la salle. Je crus lire le trouble dans les yeux de mes juges. J’étais parvenue à immiscer le doute dans leur esprit. J’avais réussi. J'étais parvenue à leur insuffler une idée ténue, fragile mais virulente. Je voulais qu'ils viennent à réviser leur sentence, qu'ils la pensent trop injuste et qu'ils l'allègent au possible. Après quelques hésitations, ils se levèrent, rassemblèrent les jurés et s’enfermèrent dans la petite pièce où ils avaient l’habitude de débattre de l’avenir d’un condamné. L’espoir s’immisça peu à peu dans mon esprit à mesure que le doute envahissait l’assemblée. On me mena dans une antichambre. Je suivis machinalement mes gardes. Je ne voyais pas vraiment ce qui se passait autour de moi. J’étais ailleurs. Mon esprit était complètement embrumé. L’espoir insensé qu’ils me relâchent prenait peu à peu consistance. Du moins, c’est ce que je croyais. Après des heures qui me parurent interminables, on se décida enfin à me lire ma condamnation. Quel fut mon désarroi d’apprendre alors ce qu’elle me réservait. L’expression « travail d’intérêt général » se répercutait sans cesse dans mon esprit sans que j’en comprenne vraiment la signification. Je ne cessais de décortiquer méticuleusement cet ensemble de mot. A première vue, assemblés de la sorte, ils ne voulaient rien signifier. Et puis, peu à peu, mon esprit se mit à imaginer ce en quoi pouvait bien consister ce travail ? S’agissait-il de ramasser les feuilles mortes à la main et de couper la pelouse aux ciseaux ? Dans ce cas, j’étais prête à l’accepter sans hésitation pourvu que ma liberté soit conservée.

Le procès touchait à sa fin. On s’empressa de me relever avant de me conduire au dehors. J’obéis sans ciller, atterrée. J’étais dans l’incapacité totale d’esquisser le moindre geste et même de comprendre ce qu’on me disait. Je crois que mon avocat m’a suivie pendant une bonne partie du sujet. Il ne cessait de me parler mais je ne le comprenais pas. Je fermais les yeux. J’avais envie de le frapper, de le tuer et qu’il se taise à jamais. Après l’incompréhension, un terrible sentiment de révolte m’envahit. C’est ainsi la révolte. Elle est confrontation perpétuelle de l’homme et de sa propre obscurité. Elle est exigence d’une impossible transparence. Elle remet le monde en question à chacune de ses secondes. Ces mots résonnaient à mon esprit tandis que je tentais de me calmer. Il fallait que je me calme. Mon esprit était complètement brouillé par la colère. J’avais besoin de retrouver la calme afin d’analyser clairement la situation. Rien n’était joué, le pire m’attendait. J’avais un terrible pressentiment. Je ne sais pas s’il s’agissait de mon don de prescience mais je n’avais pas tort de me montrer aussi méfiante. Le pire était à venir. On m’emmena dans une pièce inconnue. La décoration était tout aussi austère que celle du tribunal mais elle demeurait différente. J’en conclus qu’on se trouvait dans un autre bâtiment. Je ne me souvins pas vraiment d’être montée dans une voiture. On me laissa seule un moment, assise sur cette chaise dans cette pièce vide. J’ai réussi à retrouver mon calme, lentement. Un homme accompagné de deux gardes du corps entra et s’approcha de moi. Un sourire bienveillant illuminait sa face de rat. Je me mis à la haïr aussitôt qu’il ouvrit la bouche. Ses propos me plongèrent dans un état second. Lorsqu’il partit, j’étais accablée.

Je n’avais plus le choix. Si je refusais le travail d’intérêt général qu’on m’attribuait, j’avais droit à un aller sans retour pour Samarcande. Évidemment, il fallait que j’accepte. Vous devez bien vous douter de quel travail il s’agissait n’est-ce pas ? Oui, c’est ainsi que je suis devenue consultante pour les traqueurs et ce, bien malgré moi. Rien ne me destinait à le devenir. Vu la longueur de mon casier judiciaire, je n’étais pas faite pour ce genre de métier. Je n’étais pas un être digne de confiance. Je le reconnais entièrement. Le personnage que je me suis forgé est bien trop instable pour qu’on lui accorde la moindre confiance. Lors de mon procès, les juges ont bien du s’en douter. Ils souhaitaient utiliser mes capacités mais ils désiraient aussi avoir une emprise complète sur ma personne. Pour cela, j’eus l’immense chance de rencontrer une gentille fée à la solde du gouvernement. Elle m'a enchantée, ou plutôt maudite. C’est à cause d’elle que je me trouve condamnée à obéir aux traqueurs à cause de la Muselière. Cette dernière ne me laisse pratiquement pas de libre-arbitre. C’en est rageant. Mon sort m’a plongée dans une colère noire. Avant d'être réaffectée dans mes nouvelles fonctions et que l'on m'explique en quoi consistait exactement mon travail, les traqueurs n'ont rien trouvé de mieux que de m'emprisonner pendant quelques mois. Je ne comprenais pas la raison d'un tel traitement. On ne me l'expliqua que bien plus tard. Mon incarcération faisait partie de ma couverture. Les traqueurs comptaient m'utiliser comme informatrice, une sorte de mouchard quoi. Et puis, comme ils trouvaient mes capacités fort intéressantes, ils ont décidé de me donner un travail plutôt complexe : je dois les aider à traquer les Epouvanteurs. En résumé, mon rôle est de traîner dans les coins sombres de ce bas monde pour y dénicher de bonnes informations. Je dois me fondre parmi les autres criminels afin de pouvoir remonter la piste des Epouvanteurs. J'espère que les traqueurs n'ont pas dans l'idée de me forcer à intégrer la troupe des Epouvanteurs d'ailleurs. Je doute que ce soit possible de toute façon. Je n'ai rien de spécialement épouvantable si vous voyez ce que je veux dire. En revanche, quelques uns d'entre eux ont un petit faible pour la drogue. Mes talents de passeuse risquent d'être mis à l'épreuve avec cette récente affectation. Je n'aime pas spécialement mon nouveau travail. Il me procure une pression énorme. Je ne dois absolument pas me faire repérer par les autres criminels au risque de ma vie et je dois fournir suffisamment d'informations pour que les traqueurs me trouvent une utilité. Je dois me montrer méthodique et efficace. Et puis, je n'ai jamais été une grande adepte de l'autorité. Etant plutôt marginale de nature, j'ai du mal à me plier à ce nouveau travail. Je suis tenue de dire tout ce que je sais aux traqueurs, la Muselière m'y oblige.


The end of a dream

3/3


Dernière édition par Axel-R le Lun 13 Sep - 18:29, édité 12 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Jeu 29 Juil - 21:24

J'ai enfin terminé ma fiche. Bon sang, ca fait du bien XD Bon j'ai un peu bâclé la fin. Quelques fautes ont du s'y glisser et j'en suis désolée. J'ai vraiment plus la force de me relire (de toute façon j'en ai pas l'habitude). Bon courage pour tout ceux qui devront lire ma fiche en espérant qu'elle vous convient et que je serais vite validée. J'ai hâte de commencer à rp =3


Dernière édition par Axel-R le Jeu 16 Sep - 17:51, édité 5 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Mer 4 Aoû - 7:16

    Bonjour \ô/

    En m'excusant pour le retard ♥ Je vais te faire patienter encore un peu à cause de la mention de ton village natal, inventé par tes soins. J'aurais aimé une petite demande d'autorisation :° Tu comprends bien que si tous nos membres se permettent de nous inventer des contrées de Malkins sans nous consulter au préalable, ça devient rapidement l'anarchie. Toutefois, il n'y a en effet rien qui se rapproche du lieu que tu décris et nous avons comme qui dirait une grosse lacune au niveau de la région nordique - froide dans tous les cas - de Malkins puisqu'il y en a forcément une. Donc j'en discute avec le staff, mais je ne pense pas de toute façon que l'on conservera "Yggdrasyl" comme dénomination parce que cela ne colle que trop peu à l'ambiance générale du forum ;)

    Je fais au plus vite et te souhaite une bonne journée,
    Walinou.


// Absent jusqu'au 11 Janvier //

Spoiler:
 
avatar
Walrus
team steak haché
team steak haché
HUMEUR : Bweh.
CITATION : « L'objet possédé est heureux tant que son propriétaire l'a à l'oeil... »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : La Cabane à Huîtres.
NOTEBOOK : Le moule à muffins
VIE SOCIALE : La pêche à la crevette
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Jeu 5 Aoû - 18:43

Je comprend tout à fait =)
Je ne me suis pas vraiment renseignée sur la géographie du forum, je dois l'avouer =s
J'avais inventé ce nom pour le village mais ca ne me dérange pas qu'on le change ou quoi que ce soit. Merci beaucoup =)
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Dim 8 Aoû - 10:05

La prochaine fois, consulte nous au préalable, c'est tout ;) Pour le village, nous avons décidé de nous en occuper, je te tiens au courant et l'on modifiera lorsque tout sera décidé ^_^ On s'attèle à la correction maintenant \ô/ (Mes excuse pour le retard, mon petit frère a monopolisé l'ordinateur et j'ai recommencé le bricolage dans la maison donc xD) Je suis désolé, ça va être un peu long =)

Les incohérences

Marraine la Bonne Fée ne peut maudire qu'une seule fois une personne (si celle-ci n'a pas déjà été "baptisée par une fée"), elle n'aurait donc pas pu t'apposer un second enchantement et de plus pourquoi l'aurait-elle fait tout court ? Elle n'est pas à la botte des Traqueurs, c'est même tout le contraire oO et là encore, utiliser un PP demande consultation préalable ;)

La peine de mort n'est pas en vigueur à Malkins, ne l'est plus serait plus juste, tu te doutes bien que Big Bad Wolf, Roast Witch, et tout le gratin des criminels, y serait passé sinon. De plus, la peine de mort mais également la prison à vie pour quelques meurtres et des arnaques à répétition, ça me semble plus qu'exagéré.

Les faits sont là, c'est une meurtrière et une arnaqueuse professionnelle, il n'y a aucune raison valable pour que les jurés éprouvent magiquement pour toi compassion, amour, et j'en passe =P A la rigueur, tu aurais assassiné quelqu'un pour lui voler de quoi manger ou par légitime défense, là, l'on aurait pu s'apitoyer. Mais une arnaqueuse qui n'hésite pas à assassiner pour parvenir à ses fins, ça ne peut convaincre personne :)

Ensuite : on ne devient pas traqueur par magie, il y a une faculté, des études règlementaires, un diplôme, etc :D Tu ne serais donc qu'une consultante. Enfin, pourquoi diable les UIF se seraient-elles enquiquinées à prendre une arnaqueuse meurtrière manipulatrice et pas volontaire pour deux yubas dans leurs rangs ? xD Ils ne sont en aucun cas suicidaires ni masochistes ♥ Boucles d'or, par exemple, a été "invitée" à suivre les études puis a été engagée parce que son don était potentiellement utile, mais surtout parce qu'elle était plus que malléable et "récupérable" et qu'elle n'avait pas commis de délit majeur. Or, toi, tu ne sembles pas pouvoir être obéissante, ton don seul aurait justifié ce qui devient donc inutile, mais les Traqueurs ont déjà Madame Irma et des tacticiens/bons combattants, ils en ont à la pelle qui sortent joliment formés de la faculté. Donc là, vraiment, ça ne peut pas coller é_è Peut être se serait-elle enfuie et serait-elle un wanted aujourd'hui, cela me semble plus logique. Et puis elle aurait arrachée une oreille comme ça à un traqueur et la Police l'aurait gardée dans ses rangs ? x) Et puis bon entre arnaqueuse meurtrière sur les bords et bête féroce qui bouffe des oreilles humaines, y a peut être comme un faussée, voir un gouffre, non ? ♥

Le fait qu'elle maitrise trente-six milles arts martiaux n'est pas crédible parce qu'un seul art en question demande pas mal de temps et d'expérience à l'apprentissage déjà, (le mec qui a 50 balais et qui fait tel art martial depuis qu'il est gosse, lui, il le maitrise à la perfection, mais une "gamine" entre guillements qui en maitrise tous pleins, non :°) et surtout parce que cela ne colle pas tellement à l'univers anglophone de Malkins. Donc un ou deux sports de combats, d'autodéfense, ça passe mieux.

"Son nom aux consonances latines a tendance à induire en erreur ses interlocuteurs quant à ses véritables origines d’ailleurs." ~> Axel ne me semble pas avoir de consonance latines déjà, et puis il n'y a pas de pays latins à Malkins hmmm =) De plus, Nikolaï, c'est franchement salve comme prénom, ça ne colle pas du tout au forum é_è

Trop de trop tue le trop ;)

Il y a un gros problème, pour faire court, c'est que tu nous présentes là un personnages parfait en tout, super-abusé, qui semble avoir une importance capitale pour tout le monde et qui a des capacités extraordinaires à la pelle. Je développe...

Citation :
étrangement, lorsqu’elle le souhaite, elle parvient à se déplacer sans émettre le moins cliquetis avec ses bracelets. On ignore comment cela est possible. Il s’agit sans doute d’un des nombreux mystères de la jeune femme.

Euh... Non. Non quoi 8)

La notion des arts martiaux déjà évoquée. Donc guerrière parfaitico-extraordinaire pourtant sublimement jeune, qui se débrouille dans d'étonnamment très nombreux domaines propres au cirque, malgré sa très courte expérience (je ne pense pas que l'on maitrise ne serait-ce qu'un type de numéro aussi facilement, donc plusieurs...). "incroyables facultés", "ingéniosité", "talent"', "botte secrète des Traqueurs" (~> euh faut pas pousser non plus XD), "Axel est une calculatrice et tacticienne de renom. Elle sait déceler la moindre faille chez son interlocuteur afin de le manipuler. Pour cela, elle est une excellente observatrice", "[les gens] se trouvent pris d’une certaine sympathie pour elle. Elle est toujours avenante et agréable avec son éternel sourire laconique. Ils sont tentés alors de lui faire naturellement confiance. Ceux qui ont été un jour arnaqués par ses soins changent bien vite d’avis à ce propos. Ils voient en elle un être peu digne de confiance, lunatique et menteur. Cependant, ils ont du mal à résister à ses charmes et elle parvient toujours à les manipuler. Axel est terrible. Rares sont ceux qui peuvent se vanter d’échapper à son contrôle. Si tel est le cas, c’est souvent qu’elle estime que le jeu n’en vaut pas la chandelle."

Franchement, on se demande qui pourrait bien prétendre t'arriver à la cheville. >_<' ça semble présager des rp' où nul ne pourra rivaliser avec toi ni psychologiquement, ni physiquement, tout le monde sera rabaissé au rang de poulpe analphabète forcément manipulé et surtout, pour reprendre les mots d'un autre, se traduira par une aptitude surnaturelle à deviner tous les secrets des persos en face d'elle. Donc il faut tempérer tout ça, et pas qu'un peu =) il n'y a aucun intérêt de mon point de vue à jouer le personnage ultime invincible, parfait, à qui rien ni personne ne peut s'opposer. Je suis sur qu'après réflexion tu en conviendras \ô/

Enfin ton don. C'est bien parce qu'en fait, lorsque tu nous l'exposes, il est parfaitement modéré parce que peu fiable, du fait de la multitude de possibilités de futurs, parce que l'avenir est changeant, parce qu'elle ne peut prédire le sien, etc. Sauf que dans ton histoire, tout ceci passe à la trappe °° Tu nous gagnes même tes parties de poker ou de je ne sais plus trop quoi grâce à lui et tu parviens à piéger toute la troupe du Wonderland Circus (avec majuscules ;) ) sans aucun problème. (et cela voudrait donc dire qu'elle connait l'âge et la véritable identité de chacun ?! Même de ses adversaires aux cartes >.<) Et donc aux cartes elle balance un poème prédicateur à chaque coup pour vérifier les cartes des autres ? xD Et elle en saisit le sens suffisamment rapidement, et tout ? Donc, veillons à appliquer les restrictions au rp'. Les prophéties d'ailleurs, ne me semblent pas apporter quoi que ce soit d'indispensable et sont presque décrites comme arrivant régulièrement tout de même, ce qui ne me semble pas crédible.

Voilà, il n'y avait nulle attention de vexer ou de te paraitre brusque et j'espère donc que tu prendras sympathiquement en compte tout ceci, bon courage pour la correction.


// Absent jusqu'au 11 Janvier //

Spoiler:
 
avatar
Walrus
team steak haché
team steak haché
HUMEUR : Bweh.
CITATION : « L'objet possédé est heureux tant que son propriétaire l'a à l'oeil... »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : La Cabane à Huîtres.
NOTEBOOK : Le moule à muffins
VIE SOCIALE : La pêche à la crevette
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Dim 8 Aoû - 12:37

Okay j'ai du travail. Bon je m'y attelle. J'ai peur de devoir faire une refonte intégrale de mon personnage en plus des incohérences à travailler. Je vais voir ça =3


Suivi

Rectifications :
- des bracelets
- de la consonance de son nom
- de son casier judiciaire (légèrement)
- de ses aptitudes au combat (elle n'est douée qu'au corps à corps et n'est pas très forte physiquement)
- des qualités, des défauts et de la perception qu'on les autres sur elle
- remplacement du nom Nikolaï par le jeu de mot "Satory Pilh"
- changement de pouvoir
- changement du nom du village natal d'Axel. Remplacé par un jeu de mot =3
- rectifications de certains points dans l'histoire et ce, essentiellement dans le troisième post (la fin quoi)

L'histoire risque d'être plus longue à rectifier. J'avais utilisé le nom de Marraine la Bonne Fée sans me douter qu'il s'agissait d'un PP. Je suis désolée. Puisqu'il est déjà assez utilisé sous diverses formes, j'ai envie de changer de don surnaturel, c'est possible svp ? =D


Dernière édition par Axel Aires le Mar 10 Aoû - 13:28, édité 5 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Dim 8 Aoû - 12:55

Oui oui tu peux changer de don, aucun souci =) si tu as des doutes/questions n'hésite pas à me mp, bon courage pour la suite des modifications \ô/


// Absent jusqu'au 11 Janvier //

Spoiler:
 
avatar
Walrus
team steak haché
team steak haché
HUMEUR : Bweh.
CITATION : « L'objet possédé est heureux tant que son propriétaire l'a à l'oeil... »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : La Cabane à Huîtres.
NOTEBOOK : Le moule à muffins
VIE SOCIALE : La pêche à la crevette
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Mar 10 Aoû - 13:27

Merci beaucoup. Je vais pas mal retoucher au caractère. Hum comme je me suis occupée de cette fiche par intermittence, je me suis un peu perdue dans mes descriptions. Ce n'est pas très construit et je me suis peu à peu éloignée du personnage initial. Je pense que c'est pour ca que ca fait un peu "too much".

Bon voilà, j'ai tout réécris. Je comprend qu'il serait embêtant de tout relire. Dans mon post précédent, j'ai donc rédigé un petit "suivi" pour savoir ce que j'ai réellement réécris. Bon courage pour la lecture et encore désolée pour le dérangement =s
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Mer 11 Aoû - 15:19

J'ai suivi ta fiche avec Walrus donc, si cela ne te dérange pas, je me permets de prendre le relais... x) J'ai fait à peu près dans l'ordre chronologique afin de simplifier le travail !

    Il manque toujours des majuscules à Wonderland Circuuuus \o/

    Euh, de manière tout à fait subjective, pourquoi un surnom comme « Midnight Joker » que rien ne semble justifier ?...

    POUVOIR
    Cependant, la Muselière semble pouvoir freiner l’étendue de son pouvoir lorsqu’elle en a réellement besoin. On ne trouve pas vraiment d’explication à ce phénomène. Même Marraine la Bonne Fée a avoué ne pas comprendre les dessous de cette histoire.
    Le rôle de la Muselière n’est explicitement pas de freiner ses pouvoirs, alors… Pourquoi ? Ca apparaît un peu gratuit, d’autant qu’on te l’a dit : Marraine la Bonne Fée n’est pas à la solde des Traqueur…

    Ensuite, ce pouvoir n’est pas applicable en ce que Axel devrait être fatiguée lorsqu’elle est reposée, pas juste reposée lorsqu’elle a fourni un gros effort… Et encore une fois, ton personnage est transformé en sur-femme parce que toute tentative d’affrontement ou de manipulation tournera fatalement à l’avantage d’Axel.

    EMPLOI
    Tu as oublié de corriger le « Médium »
    Catégorie « travail d’intérêt général » :
    Tu n’as toujours pas corrigé l’histoire de « peine capitale » et ses « talents d’oratrices » qui sont supposés avoir convaincus le jury.

    Citation :
    Ainsi donc, Axel a échappé aux pires condamnation en échange d'un travail d'intérêt général pour les 100 prochaines années à venir. Autant dire qu'elle risque d'y rester pour une bonne partie de sa vie.
    Note le champs « âge apparent » ou même l’article de l’Encyclopédie sur la durée de vie Malkinsienne… Cent ans, c’est dix ans pour un habitant de Malkins. Donc à rectifier /o/

    Citation :
    Étant douée pour voler, mentir, arnaquer et espionner, ils ont vu en elle une excellente traqueuse. […]Elle fait souvent croire qu'elle ne met pas de cœur à l'ouvrage et qu'elle répugne traquer les criminels mais il en est autrement.
    Je cite Walrus :
    Citation :
    Ensuite : on ne devient pas traqueur par magie, il y a une faculté, des études règlementaires, un diplôme, etc :D Tu ne serais donc qu'une consultante. Enfin, pourquoi diable les UIF se seraient-elles enquiquinées à prendre une arnaqueuse meurtrière manipulatrice et pas volontaire pour deux yubas dans leurs rangs ? xD Ils ne sont en aucun cas suicidaires ni masochistes ♥ Boucles d'or, par exemple, a été "invitée" à suivre les études puis a été engagée parce que son don était potentiellement utile, mais surtout parce qu'elle était plus que malléable et "récupérable" et qu'elle n'avait pas commis de délit majeur. Or, toi, tu ne sembles pas pouvoir être obéissante, ton don seul aurait justifié ce qui devient donc inutile, mais les Traqueurs ont déjà Madame Irma et des tacticiens/bons combattants, ils en ont à la pelle qui sortent joliment formés de la faculté. Donc là, vraiment, ça ne peut pas coller é_è

    Citation :
    Assurément, Axel n’est pas très bronzée. Ses yeux, ses cheveux et son teint clairs trahissent quelques origines issues de pays nordiques.

    … Ou de Malkins, pays anglophone ?... Les anglais de souche ne sont pas non plus extrêmement bronzés x)

    Citation :
    Son regard ne trahira jamais ses véritables émotions, à moins qu’elle le souhaite réellement.
    Citation :
    Cependant, elle sait porter le masque d’expression adéquat au moment voulu. Elle n’éprouve aucun mal à effacer une expression pour la remplacer par une autre en une fraction de seconde. Tout comme ses yeux, son visage ne trahit jamais ses véritables sentiments, à moins qu’elle le désire réellement.
    C’est subjectif, mais le « à moins qu’elle ne le désire réellement » me gêne. Ton personnage est encore jeune et, surtout, humaine (autant que peut l’être un Malkinsien x) ). Personne n’est infaillible, ni capable de n’afficher jamais que l’émotion qu’il souhaite…

    Citation :
    Axel est d’ailleurs très rapide. Elle est aussi très souple et particulièrement agile. Ses gestes sont précis, rapides et adroits. Elle ne semble jamais douter lorsqu’elle décide d’entrer en action. Sa démarche est très agile et presque féline. Ses pas semblent glisser sur le sol sans jamais vraiment l’effleurer tant elle est silencieuse et gracieuse. […]De toute façon, Axel n’a pas besoin d’utiliser de décolletés pigeonnant pour séduire et charmer ses proies.
    Très souple, agile, précis, rapides, adroits, jamais douter, très agile, féline, silencieuse et gracieuse, charme en toute situation… La valorisation du personnage est un peu excessive dans ce passage^^’ Reste modeste – c’est à toi de prouver cette sensualité et ce talent en RP x)

    Citation :
    Elle nomme ce pendentif un « tiki ».
    Le contexte de Malkins est strictement anglophone^^

    Citation :
    Finalement, malgré sa tenue peu commune, Axel excelle dans l’art de se faire oublier, se rendre invisible et prendre en filature n’importe qui. On ignore un peu comment cela est possible étant affublée de la sorte. Il s’agit encore d’un mystère à ajouter à cette jeune femme.
    … Non x) « Encore un mystère », c’est trop facile comme explication, surtout face à un paradoxe pareil.
    Citation :
    Axel est une calculatrice redoutable. Elle sait déceler les failles chez son interlocuteur afin de le manipuler. Pour cela, elle est une excellente observatrice. Le moindre plissement dans un visage, haussement de sourcil ou frétillement de narine lui fournit des centaines d’informations sur son interlocuteur. Elle peut alors deviner aisément s’il ment et déceler ses moindres faiblesses.[…] Cela fait d’elle une excellente tacticienne. Elle est surprenante par les idées qu’elle tient. Peu de gens s’attendent à voir débouler une femme avec autant de suggestions et d’idées.[…] il se dégage d'elle un charisme fou. Elle agit un peu comme un aimant et ne manque pas d'attirer les regards, l'attention.[…] Axel est douée pour deviner les secrets des gens[…]
    Généralement, les gens qui ne connaissent pas Axel l’apprécient dès les premiers instants. Ils se trouvent pris d’une certaine sympathie pour elle. Elle est toujours avenante et agréable avec son éternel sourire laconique. Ils sont tentés alors de lui faire naturellement confiance. Elle possède un pouvoir d'attraction inné. Ses mimiques et son son côté extravertie poussent les gens à vouloir se lier à elle. Ceux qui ont été un jour arnaqués par ses soins changent bien vite d’avis à ce propos. Ils voient en elle un être peu digne de confiance, lunatique et menteur. Axel est terrible. Rares sont ceux qui peuvent se vanter d’échapper à son contrôle. Si tel est le cas, c’est souvent qu’elle estime que le jeu n’en vaut pas la chandelle.
    Rien que ça ? Je vais parler clairement : reste modeste, s’il te plaît. Tu n’es pas ici pour montrer que ton personnage est la meilleure du monde, mais pour jouer avec d’autres personnes. De surcroît, cela promet des RP où ton personnage décèlera en une demi-seconde les émotions de son vis-à-vis et la réponse appropriée, ce qui n’a rien de très intéressant pour l’autre joueur – sans compter l’obligation, pour le perso adverse, de remarquer la beauté ébouriffante de la jeune femme, etc.

    Citation :
    Malgré son côté calculateur, Axel est avant tout une femme.
    Un siècle de lutte féministe pour ça ?? La femme, cet être sensible et naïf ?! Là, c’est purement subjectif, mais j’avoue que de telles affirmations candides me font bouillir.

    Citation :
    La jeune femme est plutôt sensible. Elle est d’un tempérament très rêveur et quelque peu romantique.
    Soit elle est manipulatrice et regarde froidement d’autres se ruiner et se briser, soit elle est sensible, rêveuse et romantique… mais il faut choisir entre les deux contraires :/

    Citation :
    A cause de ses mimiques de comédienne, Axel est sujette à une profonde inconstance qui la rend totalement imprévisible.
    ? Lien logique ?

    Citation :
    Elle change de comportement et d'attitude comme de chemises. Ses avis sont d'ailleurs toujours en constante évolution. Elle peut affirmer une chose et la démonter l'instant d'après pour en affirmer une autre.[…] Axel possède aussi un profond trouble de la concentration. Certains expliquent ce défaut par une hyperactivité. D'autres prétendent qu'il provient de ses insomnies et de son manque de sommeil. Ce qui est certain, c'est que la jeune femme possède une bien mauvaise mémoire à court terme. Malgré son sens aigu de l'observation, elle éprouve un certain mal à retenir et mémoriser certains détails.
    Encore une fois, il y a contradiction… Tu ne peux pas affirmer, un instant, que c’est une froide calculatrice et, quelques lignes plus tard, une impulsive capricieuse !...

    Citation :
    Malgré ses insomnies, aucune marque physique ne trahit son manque de sommeil.
    L’idée des évanouissements est bonne, mais il est physiquement impossible qu’elle ne soit ni blême ni cernée avec si peu de sommeil !...

    Citation :
    Elle excelle dans le combat au corps à corps. Les enseignements de son mentor on fait d’elle une redoutable combattante en combat rapproché.
    Reste modeste, s’il te plaît. Pour re-citer Walrus : « Un seul art en question demande pas mal de temps et d'expérience à l'apprentissage déjà, (le mec qui a 50 balais et qui fait tel art martial depuis qu'il est gosse, lui, il le maitrise à la perfection, mais une "gamine" entre guillements qui en maitrise tout pleins, non :°) »

    Muselière : Cf le fait que Marraine la Fée n’est pas à la botte des Traqueurs.

    Citation :
    En effet, Axel ne peut avoir aucune pulsion meurtrière ou violente sans l’accord de ses supérieurs, c'est-à-dire les traqueurs. A dire vrai, elle peut avoir ces pulsions. Cependant, un courant électrique va aussitôt se diffuser dans sa colonne vertébrale et tétaniser son corps dans une violente douleur.
    … Mais comment fait-elle pour survivre sachant que les Traqueurs l’exaspèrent en permanence ?... De surcroît, pourquoi souhaiteraient-ils juguler ses pulsions plutôt que s’assurer son obéissance ?...

    Citation :
    C’est le prix à payer pour être restée en vie.
    Tu as oublié de corriger cette phrase : tu n’as pas échappé à la peine de mort x)

    Citation :
    Elle est obligée de leur obéir. Entre leurs doigts, elle est un peu comme leur toutou.[…] Elle est contrainte d’obéir sans condition. Sa nouvelle vie est pratiquement vouée qu’à ce but : traquer les criminels. En revanche, traqueur novice, n'allez pas croire qu'elle vous obéira bien sagement. Axel ne souhaite obéir que si l'on s'adresse poliment à elle. Un "s'il te plait" est donc de rigueur si vous voulez qu'elle vous défende ou vous aide.
    Elle doit leur obéir ou non ? ô_o

    Capacité : Pour le combat => voir plus haut. De surcroît, la savate est un art martial français^^’

    Histoire :
    Citation :
    Les fées ne sont pas gentilles et mignonnes. A la limite, elles n’ont pas été dotées d’une intelligence qui dépasse celle du lama.
    Cf l’article de l’Encyclopédie sur les fées x)

    Nom de village à corriger x)

    Elle est supposée devenir une « véritable chasseresse » à l’âge de huit ans ; encore une fois, c’est improbable… Surtout quand tu nous explique que son père meurt quand elle a huit ans ô_o Donc, en moins d’un an, elle apprend toutes les ficelles de la chasse… Peu probable.

    Citation :
    Un an après la mort de mon mentor, j’étais devenue un escroc de renom.[…] J’étais bien meilleure qu’eux.
    En une seule année ??

    . .. Son don est supposé être impossible à maîtriser… Mais elle ne le découvre qu’à l’âge de raison ?...

    Citation :
    Vous devez simplement savoir que, pour cela, j’ai un peu traîné dans la drogue, j’ai du me montrer un peu violente et j’ai été amenée à tuer plusieurs personnes dont deux étaient plus ou moins innocentes. Et puis, évidemment, j'ai tué la plupart des membres de la troupe du Wonderland Circus. Les autres ont fini ruinés, dépressifs ou même fous.
    Après juste une année de crime, tu es génie criminel… Ou pas.

    Citation :
    Avec tout ce que j’avais commis, j’avais su emmagasiner un sacré nombre de secrets et d’informations. Beaucoup étaient prêts à payer des fortunes pour les obtenir. Afin que mon marché gagne en ampleur, je n’hésitais pas à disséminer quelques fausses informations parmi celle que je vendais.
    Les informateurs qui donnent de fausses informations sont des informateurs non fiables. Donc inutiles. Donc dédaignés. Et tu imagines vraiment ton personnage vendant de fausses infos à des gangs de criminels entiers ?... Arnaquer Big Bad Wolf, tant qu’on y est ?...

    Citation :
    Je me suis profondément ennuyée tout le long de mon procès.
    … Tu ne risquais que de finir en prison pour le restant de ta vie, après tout x)

    Pour la tirade au procès, encore une fois, non ! Un jury criminel, surtout pour un criminel de cette ampleur, n’est pas aussi influençable, bon sang ! Tu crois que face à une manipulatrice tueuse et arnaqueuse, la carte de l’enfance peut encore jouer ? Et je reviens sur ton embauche dans les Traqueurs, non sans citer quelques passages de ta fiche à l’appui :
    Citation :
    Elle n’est pas un être de confiance. De plus, elle est une menteuse invétérée. Elle ne dit jamais ce qu’elle pense bien réellement. […] Axel n’aime pas non plus sa condition auprès des traqueurs. Elle la déteste. Elle ne supporte pas de savoir qu’elle n’est qu’un jouet entre leurs mains. Autant elle adore manipuler, autant elle déteste l’être. Elle ne veut pas se sentir dominée.
    […] Vis-à-vis de ses collèges de travail, les traqueurs, Axel ne s’entend pas forcément bien avec eux. A dire vrai, elle se montre totalement antipathique. Elle fait tout pour leur rendre la tâche impossible et insupportable.

    Je recite Walrus :
    Citation :
    Pourquoi diable les UIF se seraient-elles enquiquinées à prendre une arnaqueuse meurtrière manipulatrice et pas volontaire pour deux yubas dans leurs rangs ? xD Ils ne sont en aucun cas suicidaires ni masochistes ♥ Boucles d'or, par exemple, a été "invitée" à suivre les études puis a été engagée parce que son don était potentiellement utile, mais surtout parce qu'elle était plus que malléable et "récupérable" et qu'elle n'avait pas commis de délit majeur.

    Et comme tu tiens apparemment à ton histoire de collègue mené à la démission, je répète : pourquoi est-ce que les Traqueurs s’encombreraient de toi ? Qu’est-ce que tu as à leur apporter ? Ce serait beaucoup plus logique que tu te sois proposée volontairement et sois victime d’une surveillance de tous les instants, mais tienne à montrer ton zèle… Ou que tu te sois enfuie et sois devenue Wanted ; ou que tes crimes aient été bien moindres – arnaqueuse à la petite semaine – et qu’on t’aie donc filé un poste de Consultante... mais pas dans les rangs Traqueurs.

    Citation :
    On m’a attribuée à une autre section d'inspecteurs, on les nomme les Traqueurs.
    Erreur dans le contexte : les Traqueurs, ce sont tout les membres de la Police des Contes.

    Citation :
    On m’a confiée à eux parce qu’il parait que leur chef de brigade est le plus coriace et le plus dévoué qu’il soit.
    Comme te l'a dit Walrus, il n'y a pas de rang "chef de brigade" - je pense que tu penses aux Lieutenants ? x)

    En conclusion, ce qui se dégage surtout de ta fiche, outre cette incohérence du choix des Traqueurs, c’est vraiment la valorisation excessive du personnage, surtout au vu de son âge juvénile - si jeune et déjà élite en de nombreux domaines... Il semble intéressant à la base, et tu as fait des efforts pour le tempérer par rapport à la version d’origine, ce qui se voit ; mais ton insistance sur son charme, sa capacité de contrôle sur elle-même, son sens de l’observation surnaturel, ses capacités aux combats etc. (sans compter son pouvoir…) dirigent tout RP futur dans une direction bien précise : Axel en personnage dominant, l’autre en pauvre pion manipulé et transi devant elle. Ce n’est pas bien passionnant, non ?
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Mer 11 Aoû - 22:30

Bon j'ai corrigé une bonne partie. Il me reste l'histoire. Pour la plupart des trucs, c'est souvent du à une mauvaise construction de phrase ou à un manque de précisions. Mon texte n'était pas spécialement clair. Il faut dire que j'ai du mal à me montrer très claire ces derniers temps xD

J'ai aussi rectifié certaines choses pour lui ôter des qualités. Notamment, Axel n'est pas froide et d'un tempérament calme. Elle est colérique et capricieuse.

En revanche, je ne suis pas d'accord avec tout. Il est possible d'être un très bon comédien, de savoir cacher ce que l'on pense réellement et ce même en étant très jeune (bon j'ai vieilli un peu Axel quand même). Nous pouvons prendre l'exemple de Dom Juan pour illustrer le fait =) Et puis, la phrase de Camus que j'ai mis dans la 3e partie de mon histoire explique bien la nature de l'homme face à ses comédies. Pour les insomnies, elle n'est pas obligée d'avoir un teint terne et des cernes. J'ai une amie qui est insomniaque justement et cela ne se voit en rien sur son physique. Par contre, ca se sent dans son comportement. Elle a des troubles de la concentration et beaucoup de moments d'absences. C'est tout.

Bon je m'attelle sous peu à la correction de l'histoire 8D Par contre, je met quoi comme nom de village ?

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Jeu 12 Aoû - 15:09

D’accord ; tu me préviendras quand tu auras fini x)

Être un très bon comédien en étant jeune – je t’accorderais qu’il y a une part de talent naturel ; à côté, Dom Juan, que tu prends en exemple, est loin d’avoir dix-huit ans… et son talent repose sur la séduction, pas ses talents de comédien – fussent-ils déjà admirables, on n’en voit rien sinon leurs effets sur des femmes étourdies par l’amour et un jeune homme impulsif ; de surcroît, ce n’est pas là le sujet de la pièce et… c’est un personnage, une « caricature » destinée à prouver quelque chose.

Pour ta citation, je n’ai pas le contexte – ni la fameuse moralité XD –, donc ma compréhension en est peut-être faussée, mais :

Citation :
[...] Cette moralité enseigne qu’un homme se définit aussi bien par ses comédies que par ses élans sincères.
Il me semble que Camus veut dire, par cette phrase, que le choix, le type de comédie qu’il jouera, ou se jouera, est aussi révélateur – ou le forme tout autant – que ses « élans sincères ».
Citation :
Il en est ainsi, un ton plus bas, des sentiments inaccessibles dans le cœur, mais partiellement trahis par les actes qu’ils animent et les attitudes d’esprit qu’ils supposent.
Ici, il me semble évoquer l’inconscient et les attitudes que celui-ci va entraîner consciemment ou non, attitudes moins perceptibles et moins importantes par la nature cachée de la force qui les engendre.

…. Donc je… je ne vois pas le lien, en fait é_è Tu veux dire qu’elle est en partie façonnée par ses mensonges ?... Mais quel rapport avec ses talents, ou non, de comédiennes ?

Quant à l’aspect « bon comédien », déjà, il contraste avec le fait que le personnage est supposé être impulsif – ou même son comportement dans les rangs des Traqueurs ; une jeune fille vraiment calculatrice aurait été docile, aimable et gentille afin de raccourcir sa peine ou, du moins, gagner plus de liberté.

Surtout, c’est quelque chose à prouver en RP. Dis-moi qu’elle est « bonne comédienne » tout court et montre-le moi en RP. Si ton personnage est calculateur, il saura prononcer, durant un RP, la parole qui fait mouche, orienter l’autre personnage dans la direction qui lui convient ; s’il est bon comédien, il saura convaincre son compagnon, le persuader de poursuivre ses buts. ;¨pas besoin de tenter de persuader le lecteur que tu es une déesse de conviction, tes capacités se prouveront sur le tas. Sans vouloir citer de noms, afin d’éviter le favoritisme ouvert, tu peux facilement, si tu as lu des RP sur CT, constater que nous avons des personnages qui se révèlent excellents orateurs ou d’excellents manipulateurs – mais ils le montrent, ils n’ont pas besoin de le dire.

Par contre, je te concède pleinement que tu as raison sur le chapitre des insomnies – tant que tu rajoutes les troubles de l’attention et les moments d’absence, dans ce cas ?...

Pour le nom de village – argh, je dois avouer qu’il va falloir attendre l’aval Walrusien XD Contente-toi de la mention vague d’«un village reculé », peut-être ?...
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Jeu 12 Aoû - 15:17

Pour moi, un bon comédien se défini de cette façon : on ne distingue pas ses comédies de ses élans sincères. Axel est ainsi, personne ne saurait dire si elle ment ou si elle est sincère. Sa vie n'est qu'un rôle. Elle change de masque lorsque cela lui chante.

Pour son comportement avec les traqueurs, sa sanction la ronge tellement qu'elle est incapable d'analyser quoi que ce soit et de manipuler en conséquent. Il s'agit sans doute de la seule situation où elle se montre sincère, c'est-à-dire contrariée et irritée. Et encore, elle cache tant bien que mal l'amusement qu'elle tire de sa récente mutation. Comme je l'ai expliqué, elle aime bien son métier mais cherche à tout prix à le dissimuler et à paraître maussade, peu enthousiaste.

Quant aux insomnies, j'ai précisé quelque part (où ? je ne sais pas par contre xD) ses troubles de la concentration et une mauvaise mémoire à court terme.

Pour les talents d'oratrice et de comédienne, je tacherai de vous les montrer en rp. J'ai déjà une idée précise des comportements d'Axel c'est pour ca que je me permet d'insister sur ce point. Je ne suis pas vraiment douée pour les fiches de préz et les descriptions de personnage à dire vrai. Seulement je suis bien obligée de passer par là. Je serais plus à l'aise une fois plongée dans un rp =)

Bon je vais attendre l'avis de Walrus pour commencer à changer l'histoire =3
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Ven 13 Aoû - 8:10

Bon, je ne veux pas flooder plus avant dans ta fiche, donc j'interrompts ici le débat - on verra bien si cela colle lors de la version suivante de ta fiche x)

Par contre, je me permets d'insister pour que tu suives mes corrections - notemment sur l'impossibilité, en l'état actuel des choses, de son embauche chez les Traqueurs - et ne mette pas de défauts juste pour sembler "aplanir" le personnage - par exemple, un personnage qui soit colérique, capricieuse, audacieuse, impulsive et suffisamment composée pour être bonne comédienne/oratrice même sous des conditions de stress ou de provocaion me laisse assez dubitatif, donc pense-y x)

Je comprends que tu veuilles insister sur les talents de ton personnage, mais prends garde aussi - si tu la valorises en des termes aussi tranchés, le joueur qui lit ta fiche peut croire - à tort, bien sûr - à la Mary Sue... Ce qui n'encourage guère au RP !^^'

Bref, je te souhaite sincèrement bon courage dans tes corrections, et bonne chance ! x)
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Sam 21 Aoû - 19:31

Hum bon il est clair que ce personnage là ne passera pas. En modifiant sa fiche pour qu'il rentre dans les normes, j'ai peur de le dénaturer. Je vais partir sur une nouvelle base à mon avis. Je suis repartie pour faire une nouvelle fiche 8D
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Sam 21 Aoû - 20:38

Si tu penses devoir le changer totalement c'est en effet le mieux à faire. ça te permettra de partir sur de bonnes bases plutôt que de t'enfoncer dans les corrections sans fin, je pense que c'est la meilleure solution ;) bon courage pour ce nouveau départ donc.


// Absent jusqu'au 11 Janvier //

Spoiler:
 
avatar
Walrus
team steak haché
team steak haché
HUMEUR : Bweh.
CITATION : « L'objet possédé est heureux tant que son propriétaire l'a à l'oeil... »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : La Cabane à Huîtres.
NOTEBOOK : Le moule à muffins
VIE SOCIALE : La pêche à la crevette
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Sam 21 Aoû - 20:39

Merci beaucoup. Le pouvoir est mis en place, des objections ?

Edit : le caractère a été complètement modifié ainsi que son CV et le physique légèrement (signes particuliers). J'espère que tout va bien et que j'ai su modérer un peu plus mon personnage =)

Edit 2 : j'ai un peu modifié l'histoire pour qu'elle s'adapte au personnage. Normalement, j'ai fini les modifs.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Ven 27 Aoû - 9:26

Bonjour !

Tout d’abord, nette amélioration dans le réalisme du personnage, notamment, ce pour quoi je te félicite : tu développes mieux des bonnes idées auxquelles tu avais déjà fait allusion dans la version précédente et Axel y gagne beaucoup. Par contre, quelques derniers problèmes demeurent éè Plus que ça à régler et ce sera parfait ! >_< J'espère sincèrement que tu t'accrocheras, parce que ton perso sonne vraiment intéressant...

Don : Déjà plus réaliste mais combattant expérimenté => contente toi de la rendre plus forte et rapide ; parce qu’encore une fois, l’art du combat ne s’apprend pas comme ça, en faisant pouf-pouf.
De surcroît, drogues dure… Es-tu bien consciente des conséquences des drogues dures ? L’addiction ? L’affaiblissement ? Les capacités mentales affaiblies ? Le sentiment de manque qui peut se traduire – entre autres exemples ! – par la sensation d’avoir des lames à blanc enfoncées dans chaque centimètre carré de ta peau ?

Profession :
Citation :
Comme elle est entièrement à sa charge, qu'elle ne dépends de personne, elle deal elle-même sa drogue.
Si elle est passeuse – un métier par ailleurs hautement risqué –, elle ne peut pas se débrouiller toute seule. Elle a besoin d’un fournisseur, d’un réseau de client qui ne s’établit pas tout seul… De surcroît, j’ai du mal à croire qu’elle aie une « influence non négligeable » quand elle se contente de transporter et vendre la drogue. Si tu jettes un coup d’œil au monde des mafias, tu t’apercevras que les personnages influents sont ceux qui se contentent de financer : passeurs et dealers sont des petites frappes facilement rattrapées et facilement remplacées.

Citation :
Ainsi, la jeune femme a su soutirer un bon nombres d'informations qu'elle s'amusait à revendre en même temps que ses drogues.
D’où tient-elle ces infos ? Petite frappe, elle ne sera pas détentrice de bien des secrets. Elle peut s’amuser à tenter de faire du chantage à ses junkies, mais ceux-ci se saignent déjà pour acheter de la drogue, alors…

Citation :
Dans un premier temps, le jury avait opté pour la peine capitale : Samarcande devait lui faire office de nouvelle résidence. Cependant, elle s'est révélée être une oratrice convaincante surtout que la sentence initiale était complètement inadaptée.
Mais, euh… Pourquoi insister sur le fait qu’elle a plaidé elle-même sa sentence ? é_è Pour de « petits » crimes comme ça, un tribunal fait de toute façon automatiquement ce genre d’offres… Y compris IRL.

Par contre, l’arrangement tel que tu le décris est assez irréaliste. Déjà, la Muselière est inutile ; bien d’autres Consultants, autrement plus nuisibles au besoin (Puss in Boots, pour n’en donner qu’un exemple, ou Chimney Sweep) se débrouillent sans, donc pourquoi cette peine pour une délinquante ? Et, surtout, si Axel est plongée dans le milieu, elle ne travaillera pas avec une équipe de Traqueur ! Et surtout pas à mi-temps ! Ce serait sa condamnation à mort – on est facilement méfiant, dans ce genre de milieu… Elle sera plutôt plongée à cent pour cent dans cet emploi en cherchant à collecter preuve et informations – et rejoindra peut-être, régulièrement mais pas trop, une taverne où elle pourra déposer ses infos à un contact… Fréquenter si régulièrement et ouvertement la flicaille, c’est rejoindre rapidement le fleuve assortie de jolies chaussures en béton…

Physique
Citation :
Cependant, elle sait porter le masque d’expression adéquat au moment voulu. Elle n’éprouve aucun mal à effacer une expression pour la remplacer par une autre en une fraction de seconde. Tout comme ses yeux, son visage ne trahit jamais ses véritables sentiments, à moins qu’elle le désire réellement.
Personne n’est infaillible ; laisse une faille exploitable pour le personnage en face de toi en RP x) Sous le poids de la colère ou de la peur, même une surfemme peut vaciller (cf Big Bad Wolf, par exemple, ou Carpenter !...)

Citation :
Finalement, malgré sa tenue peu commune, Axel excelle dans l’art de se faire discrète, se rendre presque invisible et prendre en filature une personne sans trop de difficultés. Cela ne relève en rien de la magie. La meilleure manière pour se faire oublier et encore de paraître le plus naturel possible. Assurément, une personne qui se dissimule derrière des vêtements sombres et couvrants a tendance à attirer le regard. Le meilleur moyen de se faire discret est encore d'aborder une tenue plus ou moins sobre. Pour un habitant de Malkins, la tenue d'Axel n'est pas si affriolante qu'on peut le croire.
Les habitants de Malkins s’habillent plutôt comme dans le monde réel… Et ensuite – encore une fois – une filature s’effectue avec des vêtements ordinaires, surtout quand tu me décris une très jolie jeune femme dont on aperçoit le soutien-gorge… Quel homme hétérosexuel n’y prêterait une attention soutenue ? Par contre, il est vrai que l’air naturel aide beaucoup, donc indique simplement qu’elle se change pour ses filatures, peut-être ?

Personnalité : Encore une fois, un bel effort de tempérance, et qui se remarque. P ar contre :
Citation :
Sous ses airs naïfs et enfantins se cache une stratège hors-normes. Son manque de patience a tendance, par contre, à la pénaliser dans diverses tactiques.
Comme tu le soulignes toi-même, elle ne peut pas être à la fois impulsive et colérique et stratège hors-norme : il faut une tête froide, de la patience, de l’anticipation. D’ailleurs, où aurait-elle pu acquérir l’expérience nécessaire, n’étant « qu’une » délinquante de bas étage ?

Citation :
Bien qu’elle ne supporte pas le fait de ne rien faire et qu’elle n’aime pas attendre, Axel sait se montrer minutieuse voir même perfectionniste dans ce qu’elle entreprend.
Contradictoire, encore une fois…

Citation :
D’ailleurs, le fait qu’elle connaisse les faiblesses et les secrets des gens lui permet de rester dans leurs faveurs. Elle peut les acheter et les manipuler à sa guise afin de toujours être le centre des attentions.
Où, quand, comment ? Ce n’est qu’une passeuse… Ses clients, oui, elle peut parfaitement les asservir ; mais où trouve-t-elle d’autres victimes ? Parmi ses compagnons ? On se méfie dans ce genre de milieu – et tenter de faire chanter un tueur peut très mal se finir…

Citation :
Elle est toujours avenante et agréable avec son éternel sourire laconique.
Laconique veut dire « bref, lapidaire, succinct ». Je ne suis pas sûr que ce soit le sens auquel tu pensais ?...

Citation :
Axel est terrible. Rares sont ceux qui peuvent se vanter d’échapper à son attraction. Si tel est le cas, c’est souvent qu’elle estime que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Vis-à-vis de ses collèges de travail, les traqueurs, Axel ne s’entend pas forcément bien avec eux. A dire vrai, elle se montre totalement antipathique. Elle fait tout pour leur rendre la tâche impossible et insupportable.
Deux problèmes : encore une fois, en insistant sur son « charisme » et son « attraction » qui ne fonctionne pas que si elle n’en prend pas la peine, tu condamnes le personnage en face à être sur son charme : ton personnage peut fonctionner en étant juste « plutôt sympathique et attirante », tu sais ? ^__~

Ensuite, pour les Traqueurs, une collaboratrice qui « leur rend la tâche impossible et insupportable »… Ne leur sert à rien, et retourne donc promptement en prison.

Axel n’éprouve pas le besoin de s’armer jusqu’aux dents. Elle excelle dans le combat au corps à corps. Les enseignements de son mentor on fait d’elle une redoutable combattante en combat rapproché.
Tu as vingt-trois ans. Même avec le meilleur des maîtres, tu ne peux être qu’une « bonne combattante », surtout quand tu voyageais et faisait des tours à côté.

La Muselière : comme je te l’ai dit, son existence me semble difficile à justifier dans le contexte, voir complètement irréaliste, d’autant que si Axel est indic, elle peut avoir à tuer pour se défendre, et sans accord de ses supérieurs !

Citation :
Comme elle est douée pour la filature et l'espionnage, elle sait effacer partiellement sa présence et se rendre presque imperceptible et ce dans presque toutes les circonstances.
Aucun rapport : la filature est en partie une question de naturel ; l’espionnage n’est pas une question d’effacer sa présence. Pour la drogue, le combat et la tactique, j’en ai déjà traité plus haut^^

Je devins une véritable chasseresse.
Je le dis et le répète : pas à huit ans. ._. Il faut des années d’expériences.

[/quote]J’allais fêter mes 8 ans à la fin de celui-ci.[/quote]
Tu as gardé l’incohérence que j’avais signalé dans mon post précédent:/


Citation :
Une fois mon plus grand forfait commis, j’avais évincé les membres de la troupe, ruiné le Wonderland Circus et je m'étais créée une renommée puissante. J’étais devenue une criminelle réputée pour ses arnaques, entourloupes et surtout pour ses talents de passeuses. Avec tout ce que j’avais commis, j’avais su emmagasiner un sacré nombre de secrets et d’informations.
Et encore une fois, je répète mon incrédulité à l’idée qu’elle ait pu évincer une troupe entière de criminels méfiants – de manière non expliquée parce que… parce que je doute que tu saches comment, et tu as bien raison vu qu’Axel est une délinquante débutante par rapport à ses collègues, droguée de surcroît – sérieusement, lis ne serait-ce que des articles sur wikipedia sur les effets secondaires de la drogue. Si elle en absorbe, elle est addict, point. C’est réaliste, et ça arrive, mais de tels dealers usent généralement l’argent de leur commerce pour… s’acheter de la drogue. D’autant qu’explique-moi comment elle a pu tuer plusieurs personnes et ne garder de renommée que pour… sa capacité à passer de la drogue ? Tâche ingrate reléguée, je l’ai dit, à de petites frappes ?

Citation :
Vous savez, j’ai beauêtre particulièrement confiante en mes capacités, cela ne signifie pas que je connais déjà à l’avance ce qui va se passer. Les dés ne sont jamais vraiment jetés. L’avenir est une rivière au cours incertain qui fluctue au grès des désirs de l’Homme. Et tout le monde sait à quel point la conscience et le désir humain est improbable. De plus, mon pouvoir est bien trop aléatoire. Cela peut devenir une tare mais pour moi, il s’agit d’une certaine chance. Je suis certaine de toujours me montrer imprévisible et donc quasiment insaisissable.
Tu as oublié de corriger ce passage sur tes capacités…

Pour le jugement, cf mes remarques plus haut. Avec la Muselière, la destruction du Cirque, l’addiction variable à la drogue et la réticence nuisible – pas affichée, elle a bien le droit – d’Axel, ce sont les cinq grandes choses qui sonnent vraiment faux dans ta fiche. Tu as vraiment fait des efforts et le personnage – je l’ai dit – est bien plus riche et intéressant, mais il manque vraiment ceci à corriger >_<
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Dim 5 Sep - 20:36

Bon il me semble que j'ai tout rectifié maintenant. J'ai allégé bon nombres de points pour qu'ils passent plus facilement, que ca soit plus crédible. Du coup, j'ai gardé certains éléments dans l'histoire que tu n'aimais pas spécialement et je les ai modifié pour que ca soit plus plausible.

*
**

Citation :
Comme elle est entièrement à sa charge, qu'elle ne dépends de personne, elle deal elle-même sa drogue.

Bon j'ai rectifié ce point mais j'ai expliqué qu'Axel était une indépendante. Elle sert simplement à faire "passer" les drogues. Elle change régulièrement de fournisseur et de dealer. Ce genre de techniques existent, je me suis un minimum renseignée.

*
**

Citation :
Dans un premier temps, le jury avait opté pour la peine capitale : Samarcande devait lui faire office de nouvelle résidence. Cependant, elle s'est révélée être une oratrice convaincante surtout que la sentence initiale était complètement inadaptée.

Ca aussi je l'ai modifié et dans ma fiche et dans mon histoire. Cependant j'ai laissé le fond. En fait, mon idée à la base était que le tribunal avait opté pour une peine inadaptée et trop sévère afin qu'Axel s'insurge. Ainsi, il lui laissait croire qu'elle avait insinué le doute en eux et lui proposait alors une nouvelle peine, plus légère et moins plaisante. C'est une façon pour qu'Axel se sente obligée d'accepter sa seconde peine. Il est plus facile de fournir des travaux d'intérêt général à quelqu'un de partiellement consentant. C'était une façon de mieux faire passer la pilule si tu vois ce que je veux dire.

*
**

J'ai modifié son boulot. Elle ne travaille pas de temps à autre avec les traqueurs. C'est clair que c'est pas crédible. Axel est une indic'. Elle a de temps à autre des comptes à rendre à un traqueur et doit le faire discrètement, c'est tout.

*
**

Citation :
Cependant, elle sait porter le masque d’expression adéquat au moment voulu. Elle n’éprouve aucun mal à effacer une expression pour la remplacer par une autre en une fraction de seconde. Tout comme ses yeux, son visage ne trahit jamais ses véritables sentiments, à moins qu’elle le désire réellement.

J'ai gardé ce point mais je l'ai amoindri afin qu'Axel paraisse moins "intouchable et parfaite".

*
**

Pour les habits, j'ai essayé de faire plus crédible, une fois de plus. Les tenues sont plus sobres. Seuls quelques détails sortent du lot (les bracelets, les badges sur sa veste...). Je trouvais important que sa tenue vestimentaire comporte quelques signes distinctifs.

*
**

Citation :
Sous ses airs naïfs et enfantins se cache une stratège hors-normes. Son manque de patience a tendance, par contre, à la pénaliser dans diverses tactiques.

C'est corrigé. J'ai juste dit qu'elle était calculatrice voir manipulatrice. Son manque de patience ne peut pas pour autant en faire stratège.


*
**

Citation :
Bien qu’elle ne supporte pas le fait de ne rien faire et qu’elle n’aime pas attendre, Axel sait se montrer minutieuse voir même perfectionniste dans ce qu’elle entreprend.

Ca je l'ai gardé par contre. Tout simplement parce que c'est possible. La preuve est simple : c'est mon cas. Je manque de patience, j'ai du mal à attendre mais je suis très (voir trop) perfectionniste. Je suis minutieuse aussi. Par exemple, tout ce que j'entreprends, je fais tout pour le finir, le mener à bien et que ca soit irréprochable. Je ne considère jamais mes tableaux ou mes dessins comme terminés, j'éprouve toujours le besoin de les retoucher tant que je suis minutieuse. Et pourtant je n'aime pas attendre (par exemple, je déteste laisser sécher une toile pour entreprendre des finitions). Donc je pense que c'est possible. En plus je précise bien qu'Axel est perfectionniste seulement dans ce qu'elle entreprends. Elle pourrait l'être pour tout ce qui l'entoure mais ce n'est pas le cas x)

*
**

Pour la Muselière, j'ai carrément changé les effets. Elle empêche les apparitions soudaines et inattendues de R. Par ailleurs, elle diminue considérablement les effets des drogues sur le métabolisme d'Axel. Ainsi, cela annihile complètement tous les effets liés à l'addiction. La Muselière permet donc qu'Axel ingère de la drogue simplement pour faire apparaître R et seulement pour cela.

*
**

Pour le reste, normalement c'est corrigé ou supprimé. J'ai essayé de faire au mieux et de rendre tout cela cohérent. J'espère avoir fait au mieux. Merci =)
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Jeu 9 Sep - 22:11

Effectivement, je me plie à tes arguments concernant la personnalité ; et on m'a soufflé que d'autres membres du forum peuvent détruire des groupes entiers, donc je t'accorde le cirque x) Par contre, tu as oublié une phrase dans ta relecture :
Citation :
L'apposition de la Muselière a laissé une marque dans la nuque de la jeune femme, là où la fée l'a frappée avec sa baguette étoilée.
Tu ne cite plus de fée dans ton récit x) Une sorcière, plutôt, peut-être ?...

Et enfin cette dernière phrase :
Citation :
Désormais, les gens craignaient mes vengeances et ne cherchaient pas à me devancer de peur que je me montre aussi terrible que je l'avais été par le passé.
Axel est toute seule contre des gangs, et ses liens avec ses fournisseurs reposent sur la confiance. Il est si facile, face à une junkie, de trafiquer la drogue que tu sais qu'elle goûtera... Ou d'user de moyens plus subtils - il existe des poisons qui tuent d'un contact, d'une piqûre (nicotine), d'une goutte (Nicotine, arsenic, etc)... Donc, plutôt que crainte, elle a pu gêner quelqu'un d'influent - le commanditaire du cirque, peut-être, ou quelqu'un de peu docile qu'elle aura voulu faire chanter ?... Et il se sera arrangé pour la condamner...

Voilà, vraiment deux seules phrases à corriger et je te valide aussi >_< Vraiment, tu as toutes mes félicitations pour ton courage, et je suis désolé d'avoir dû te faire subir tout ça !
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R] Lun 13 Sep - 18:32

Et voilà j'ai essayé de modifié comme tu me le disais. Ca aura été long mais je suis contente d'avoir fini. De plus, je n'ai pas trop dénaturé mon personnage et je le trouve toujours aussi intéressant à jouer. J'espère que tout est bon désormais.

Par contre j'ai un petit soucis. Je suis en internat cette année. J'ai pu me connecter au réseau de l'internat mais ils utilisent un proxy sacrément embêtant. Du coup, l'accès au forum est interdit. J'ai réussi à trouver un proxy pour contourner les filtres mais ce n'est pas forcément très pratique. Je risque d'être bien moins présente la semaine et un peu le week end. J'espère que ca ne vous gênera pas trop =s
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Et je vais vite, très vite. Je suis une femme pressée. [Axel-R]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]» Répétez 3 fois très vite : Timothy Maximilian Hatter ! (terminé !)» Pas très important je suis tombé dessus par hasard» Hé mais je ne suis pas une souris à croquer ! [Livre I - Terminé]» J'ai ta Reine Sting. [ Sting ] P1 [Checkmates]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fiches-
Sauter vers: