En échange de sous-sous ♥
Monter son commerce ô/
Consommer - s'endetter

Le poulpe meurt, l'encre reste.
Forum fermé ๑ nouveau fofo mad in Wawa, Lilice, Hoot et Bhou. RPG mission 404 spécial geek. A très bientôt pour ceux qui sont intéressés 8D

the walking web ; hacker vaillant, rien d'impossible.
intrigue n°1
Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla.
ploup'nyouz
01 Novembre 2011 - Happy Halloween !! Une ribambelle de citrouilles fait son apparition dans les smiley et l'event Chasse à la citrouille d'or s'organise. Aux participants ; vous avez jusque samedi matin pour vous concerter et confectionner votre kit de survie par ici. FIGHT ♥

28 Juin 2011 - Nouveau thème, tout frais-tout crème, un gros hiatus d'une semaine et deux jours. Crazy Tale fête ses deux ans et quelques miettes \ô/ On vous attend ici pour laisser un petit message d'amour ou simplement pour commenter les surprises qui débarquent enfin !

26 Juin 2011 - Mise à jour des top-partenaires décédés ou perdus de vue, si l'on vous a mangé votre bouton sans faire exprès, prévenez-nous !

20 Juin 2011 - Le groupe des Epouvanteurs est de nouveau ouvert. N'hésitez pas à rejoindre les vilains rouges ♥
soldes & publicités
C'est les soldes chez Zebediah's Lair !! 30% de remise sur les articles fleuris, 20% sur les bougies. Des affaires en or jusque SEPTEMBRE, profitez-en ! Passez au Mc Drive pour bénéficier des tarifs-soldés. Par ici

Faites abstraction du rangement, des bocaux bizarres et objets gluants, chez Larkins et ce jusqu'au 20 SEPTEMBRE, pour deux produits achetés, le troisième est offert !
Lavage de cerveaux
Demandes rp - Montagne de muscles verdoyants recherche compagnon bavard - ou bavarde ♥ - pour meubler les petits silences de son existence par ici ; Vampire givrée désire croquer la vie à pleines dents en compagnie d'un ou deux volontaires par là ! Sinon, manifestez-vous de ce côté.

Topics libres - Aucun pour le moment.

Recrutements - Envie de se faire exploiter jusqu'à la moelle des os ? Trop de frustration dans votre vie, il faut vous défouler et ce, en tout anonymat ! Ne cherchez plus, le staff a besoin d'un modérateur rp, enrôlez-vous ici...

Ça gazouille, ça grésille, ça gazouille et ça frétille : Gazetteux, plume de poulet et encre de poulpe dans les mains, nous observons et nous sommes toujours là. La Gazette recrute et lobotomise, ici.

Favorisez - les traqueurs et les consultants, de préférence. Du côté des personnages prédéfinis, nous recherchons dans l'urgence un futur Mirror et une Ursula... ♥
Coups de cœur
Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla.

Air-Paix
Heberger image

Graph, entraide & autres

Partagez|

L'attaque des sucres, ou la rencontre d'une grenouille et d'un dragon...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: L'attaque des sucres, ou la rencontre d'une grenouille et d'un dragon... Mer 4 Aoû - 17:45

    Le Manoir Familial des Pumpkin s'imposait sur la toile, fier et troublant. Avec ses portes et ses parquets craquants, grinçants. Ses lourds tapis que la grenouille rêvait de voir voler, enfant, avec leurs motifs surnaturels. L'envoûtement de l'une de ces vielles demeures hantées, peut être dans un autre temps, une autre vie. Et qui n'était plus que tendre rayons luminescents qui se reflétaient sur les vases gorgés de fleurs, les lustres de cristal et les hautes fenêtres. Le vaste hall vous abandonnait là, couloirs à droite, couloirs à gauche, le grand escalier vous ouvrant les bras droit devant. Quelque domestique s'empressait de vous débarrasser, emportant dans sa fuite manteaux encombrants et autres vêtements de rigueur on ne savait où. On vous entrainait dans une pièce, vous déposant gracieusement sur un fauteuil ou un canapé aux coussins soyeux. Patience jusqu'à l'arrivée de l'hôte. Sur la table basse un plateau d'argent, sucrier, tasses de porcelaine et théière fumante à disposition. On recevait comme ça, chez les Pumpkin. Bien que le sucrier ait fraichement été remplacé par un bol dont s'échappaient en gambadant les petits carrés de sucre roux - vivants - cadeau d'un parrain trop attentionné sans doute. Il fallait s'en saisir astucieusement avec vivacité, ou les bloquer avec l'une des cuillères en argent... Les jeter sans concession dans le thé avant de se faire grignoter les doigts ! Sous peine de voir la horde de petits sucres se ruer au sol, escaladant, bondissant, attaquant presque tout ce qui bougeait.

    Cheveux batailleurs, chaussettes vertes aux pieds, Halloween Pumpkin se précipitait de couloirs en couloirs. Direction, le bureau du Grand Oncle Prunius. Tout avait dérapé suite à l'affaire du trafic de Bombonnes à Rêves, la spécialité des traqueurs. Une grenade banale en somme, qui pulvérisait sa poudre de troll - parfum fraise des bois - et endormait à coup sur. On avait subtilisé la recette toutefois ! Revendue au plus offrant. Un commerce illicite n'avait pas tardé à voir le jour et les U.I.F. en pâtissaient inéluctablement, peinant à contrecarrer leurs propres armes d'endormissement massif ! Mais on avait découvert la fuite, et le laboratoire. Le Capitaine, le Zombie et la Grenouille s'étaient infiltrés sans mal, démantelant le réseau en moins temps qu'il ne fallait à un calamar pour enfourner son quatre-heures. Jusqu'à la chute fatidique... Il avait suffi d'une seconde d'inattention, la demoiselle s'était retrouvée projetée dans le container de poudre. Une grenade, c'était une chose. Deux ou trois, à la rigueur, mais lorsque la poudre rose se comptait en tonnes, on en réchappait pas sans dommage...

    Résultat des courses : trois semaines de coma, des cheveux d'un rose plus flamboyant, ainsi qu'un léger parfum de fraise des bois flottant dans l'air. (la chose commençant enfin à s'estomper). On avait assigné la Grenouille à résidence, lui octroyant sans son accord deux mois de congés payés aux frais de l'État. Mais fait bien connu, les reinettes tropicales aiment à vagabonder, gobant les problèmes comme des mouches ! Halloween avait le don de s'attirer les défaveurs de personnages peu recommandables, du voleur de fraises confites au kidnappeur de calamar domestique. Les rues de Malkins se faisaient mesquines par les temps qui couraient, d'autant plus lorsque l'on était traqueuse et gosse de riche de surcroit. Et puis... Et puis. Il y avait la menace, persistante, étouffante, depuis que le Commissariat avait été victime d'une bien inquiétante intrusion. Un dossier, un seul, reclus dans les archives les plus secrètement gardées, avait été lu. (Les enchantements en témoignaient). L'arrestation du loup. Il y avait eu deux équipes sur l'affaire, celle du Cap'taine Oriel, et celle de ce cher Mirror. Halloween y avait participé, de fait. Et Prunius Pumpkin, un quart farfadet et viellard à l'embonpoint certain, avait définitivement scellé la réputation de la famille en envoyant le monstre au font du gouffre... Du moins l'avait-on cru durant quelques heureux jours. Celui-ci ne vivait depuis lors que dans la peur de représailles. Après l'assassinat des jurés, il avait tremblé. Non pas pour lui, mais pour la famille.

    Après plus d'un demi-millénaire de carrière, une enfance heureuse, une jeunesse pleinement savourée, le doyen des Pumpkin s'était déjà chargé de tout. Du testament à la préparation psychologique. Ne lui restait désormais plus qu'à profiter de ses quelques derniers siècles, tandis qu'une retraite ô combien méritée lui tendait enfin les bras. Mais il n'était plus question de laisser aller Halloween telle un tapageuse justicière irresponsable.

    « Ne signez pas ce contrat, sinon je jure sur les pâquerettes fétiches de mon arrière-grand-père de faire de votre misérable existence un enfer ! »

    Weeny déboulait donc dans le bureau, sur lequel reposait encore le plateau à thé. Les sucres se mirent immédiatement au garde-à-vous tandis que la demoiselle se jetait presque sur ce satané bout de papier... Déjà signé... Et sur ce, le bon vieux Prunius abandonna la jeune-fille à son garde du corps multi-fonctions afin de les laisser "faire connaissance". Regard inquisiteur, sourire inexistant, la grenouille en sautillait presque d'agacement.

    « Hmmm. Plan d'action numéro un ; j'ordonne aux sucres de vous dévorer vivant et je profite de la confusion du moment pour m'enfuir. Possibilité numéro deux, je me jette du haut de cette charmante fenêtre - à proscrire puisque je ne suis nullement suicidaire - et enfin... Je vous colle un bon coup de tazer dans la poire afin de m'octroyer une sympathique balade sur la plage. Bonjour à vous aussi. Halloween Pumpkin, pour vous ce sera simplement Weeny ou encore l'abomination qui vous indisposera à chaque instant. »

    Une moue contrariée s'installa paresseusement sur les lèvres roses. Weeny se fit plus rieuse lorsque les sucres se catapultèrent les uns les autres sur... Coup d'œil volage en direction du contrat. Ciel. Ciel Irae.

    « Ils ne semblent pas vous apprécier. Vous aurez peut être plus de chance avec les pâquerettes carnivores du jardin. »

    Un sourire, hilare, et pas des moindres. Le premier d'une longe liste... Ou pas ! Et déjà la grenouille entrainait sa baby-sitter taciturne en direction du dehors.


avatar
Frog
Unités d'Interventions Féériques
Unités d'Interventions Féériques
HUMEUR : Frivole /ô/
CITATION : « Quand le coassement des grenouilles prend fin, on n'en apprécie que mieux le silence. »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : La marre aux nénuphars...
NOTEBOOK : tétard-pétard !
VIE SOCIALE : Le harem à grenouille♥️
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'attaque des sucres, ou la rencontre d'une grenouille et d'un dragon... Mar 10 Aoû - 20:36

Sourire compatissant. Irae envoya valser toute la petite colonie de sucre du revers de la main et s’éclipsa à la suite de la jeune femme avant que les troupes n’aient le temps de se remettre sur pied.

Travailler ici, même pour la plus farouche des traqueuses, était un passeport pour la liberté. Vous savez, ce genre d’occasion un peu floue que l’on saisit avec empressement, peu importe si on referme la main sur un paquet d’épine. Un simple contrat, quelques lignes d’encre noircies, propulsait le criminel à la place très convoité de garde du corps. Fini de déguiser son identité, fini de se transformer en fille de l’air dès que la police des contes pointait le bout de son nez. Maintenant, c’était une assurance inconditionnelle et s’il s’arrangeait pour que sa protégée reste en vie assez longtemps, c’était le passeport vers le casier blanc. N’importe qui aurait dit « oui » sans plus y réfléchir.

D’un pas leste, Ciel suivait la jeune femme dans les couloirs, dédale labyrinthique à la mesure de la folie fade qui se propageait ici. On sentait qu’il y avait quelque chose de bizarre et d’étrangement larvé dans toute cette organisation, cette hiérarchie des domestiques. Comme une vieille mégère qui astique son chat empaillé pour se cacher qu’il est mort. Ca sentait un peu le vieux, et la fraise. Encore un peu.

« N’essayez pas de me semer »

Il soupira en se rendant compte que c’était manifestement l’intention de la jeune femme et pressa le pas, il la rattrapa de justesse quand elle franchit les portes vers le jardin.

« Comprenez mademoiselle que je ne suis pas là pour restreindre vos gestes mais uniquement pour vérifier que vous ne vous foutez pas dans la merde. Et selon votre père vous avez un talent pour mettre les deux pieds dedans »

Frog, c’était le genre de femme bornée qui ne comptaient que sur elles-mêmes, des purs produits de la génération « nous vivons sous la crainte de Wolf et il faut l’assumer «. Cela donnait de véritables aberrations comme cette fillette épaisse comme trois pommes, travaillant dans la police et avec une paire de couilles plus grosses que la plupart de ses collègues.

Ciel soupira en se pinçant l’arcade du nez.

Okais, ça allait être compliqué.

« Vous pourriez rendre les choses faciles pour tout le monde, et s’il vous plait ce n’est pas la peine de m’envoyer vos pâquerettes édentés »

Il esquiva un jet floral avant de se redresser.

« Non, reposez ça s’il vous plait ! »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: [color=darkcyan]« »[/color] Lun 6 Sep - 13:00

    Weeny gambadait presque, pressant le pas, vaguement désireuse de semer Ciel. Avec un peu de chance, il ne réapparaitrait que dans deux ou trois jours, après avoir erré en bonne âme en perdition dans l'interminable enchevêtrement de couloirs et de pièces secrètes. Entre deux intersections - non, ils ne tournaient presque pas en rond -, et si loin des convenances et des propos qu'on lui connaissait d'ordinaire, la Grenouille clarifia la situation.

    « Vous n'avez pas rencontré mon père, il ne rentre de Verassoie que dans dix-sept jours. C'est le grand oncle Prunius qui vous a auditionné. Il se contente de maternage puéril, mais mon paternel saura faire pire, comme toujours. Cet homme, assurément, rien ne le satisfait jamais. Il ne sera d'agréable compagnie ni pour moi, ni pour vous, dans ses excès de mépris et de froide indifférence. Mais nous ne serons amenés à le côtoyer que lors des soirées au manoir familial. Soit ici. Et c'est tant mieux ! »

    Ramenée au dit manoir le temps de sa convalescence, Halloween n'était plus que rageuse envie d'éloignement désormais. Des Pumpkin, de la demeure familiale, et ce même si elle emportait Ciel dans la foulée. Un jet de pâquerettes enchantées fut prestement bombardé en direction du garde du corps...

    « Wah... Vous semblez plus doué pour l'esquive florale que je ne l'aurais cru ! »

    Soupire d'appréciation chez la grenouille. La baby-sitter taciturne grimpait dans son estime. Un peu. Elle s'assit, élégante dans sa nonchalance, expérience oblige.

    « Je l'avoue sans mal, Ciel, l'on pourrait vous assommer d'une multitude d'anecdotes fantasques et parfaitement démentes à mon sujet. C'est le métier qui veut ça, je suppose, nous ne vivons pas une époque très pacifique, n'est-ce pas. Aussi, négocions. »

    Elle se tut, interdite, semblant peser de silencieuses suggestions existentielles. Les lèvres pincées et le regard à demi-obscurci par on ne savait quelle douteuse décision. C'est que le Multitâches pesait dans la balance, mine de rien, et qu'il était plus aisé que prévu de retirer quelque avantage de fortune de cet arrangement. Il suffisait là de discerner le serviteur marginal de la banale baby-sitter. Peut être.

    « Je vous autorise, sous conditions, à remplir les closes de votre contrat. Vous serez mon ombre, une ombre et pas un puddy de garde, j'insiste. Nous excluons de fait la maltraitance physique et les pâquerettes carnivores, je ne garantis rien sur le psychologique, évidemment. Ne poussons pas le bouchon de bière aux champignons trop loin. Nous quitterons le Manoir dans la soirée, j'aménagerai une chambre dans mon appartement à votre intention. Nous allons établir une liste de taches domestiques - parce qu'il faut bien que vous justifiiez votre salaire - mais pour l'heure, faisons plus ample connaissance. »

    Weeny prit donc le chemin de la Mare aux nénuphars, à quelques centaines de mètres des plates-bandes de pâquerettes carnivores et de tulipes chantantes. Un bouquet de fleurs frétillantes dans les mains, qu'elle garnissait en pépiant comme une môme trop joyeuse. La demoiselle imposa sa coutume de présentation ; une question pour Ciel, une question pour Weeny, chacun son tour. C'était l'occasion d'obtenir de croustillants renseignements ou d'échanger des banalités sans fond. Selon les désires de chacun. Savez-vous cuisiner les tiramisu aux fruits rouges, les crumble, les tartes au citron ? Avez-vous déjà fumé un nénuphar hallucinogène ? Quel genre de chaussettes aimez-vous porter? Bref. Des questions on ne peut plus sérieuses selon la Grenouille, soit complètement lunatiques en fait.

    « C'est que, vous comprenez Ciel, la majorité des gardes du corps... Disons quatre-vint pour cent ? Quatre-vingt-dix. Peut être classée dans la catégorie Poulpe analphabète à volume musculaire hors-normes. Ou, en des occasions moins déplorables, fanatique paranoïaque ayant un tazer à la place du cervelet. Mais vous, vous tenez plus du névrosé dépressif en proie à de fréquentes questions existentielles, je vous assure. Ou d'handicapé émotionnel, à la limite. Quelles sont vos motivations ? »

    C'est qu'elle peinait, Halloween, à voir en son interlocuteur un garde du corps de luxe. Si. La curiosité lui mordillait discrètement les orteils, alors qu'elle imaginait déjà trente-et-une justifications délirantes au choix de métier de Ciel...


avatar
Frog
Unités d'Interventions Féériques
Unités d'Interventions Féériques
HUMEUR : Frivole /ô/
CITATION : « Quand le coassement des grenouilles prend fin, on n'en apprécie que mieux le silence. »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : La marre aux nénuphars...
NOTEBOOK : tétard-pétard !
VIE SOCIALE : Le harem à grenouille♥️
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'attaque des sucres, ou la rencontre d'une grenouille et d'un dragon...

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

L'attaque des sucres, ou la rencontre d'une grenouille et d'un dragon...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche» Le contaminant Gem contre-attaque![Grand Line, Rang B, Révolutionnaires, Massacre ou Fuite?]» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)» L'attaque orque» Attaque d'un camp orque
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: rp-
Sauter vers: