AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Ana Ana James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Ana Ana James Lun 9 Aoû - 14:54



    Identité



    MANGES-MOI \o/

    Nom: James
    Prénom: Ana Ana
    Surnom(s): Ana . Pink Cake
    Âge: 16 ans
    Date de naissance: 16 avril

    Emploi: Salon de the-patisserie / Tueuse sadique :)
    Ville natale: Wonderland
    Orientation sexuelle: Bisexuelle
    Don surnaturel: Transformation en gâteau.


    Personnalité


    « Jeune fille excentrique exhibitionniste sans conscience de ses actes. »

    Mais… Mais je vous jure ! Je suis normale. Parfaitement, mais oui monsieur, normale ! Comme vous, comme lui comme… Comme moi ! Je ne vois pas pourquoi est-ce que depuis toute petite, minuscule petit poireau, je suis persécutée parle monde. Hoho, je suis sure que beaucoup de personnes auraient perdu l’esprit a ma place, mais moi je suis parfaitement saine la dedans ! Tout marche a l’envers ! Enfin… A l’envers ? Non a l’endroit. Enfin quelque chose comme ça, de toute manière le monde a la même tête qu’on regarde avec la tête en bas ou pas. Mais bon, puisqu’on me demande de me décrire, je vais donc vous organiser un petit… QUIZZ ! Haha bienvenue mesdames et messieurs à qui veut gagner des gâteaux en masse. Bon alors, mon caractère. Je suis… Mh, bien étranges ces résultats. 50% obsédée. Sympathique cette description, mais quelqu’un peut-il m’expliquer ce que cela veut dire ? Comment ? HEIN ? Moi ? Pas du tout, mensonge ! Bon alors, continuons chers amis… 25% dingo, pleine de vie, complètement tarée, naïve, … Mon dieu, que d’adjectifs ! 10% Gamine écervelée collante exubérante toute douce. Je suis multifonction haha. 10% sadique qui torture les petits lapins roses avec des aiguilles. Pas que les lapins d’ailleurs, je suis poursuivie pour divers crimes et j’avoue que je suis actuellement dans une situation délicate. Bon, on doit être arrivé a 100% la non ? Ah, il reste encore 5% ? Et bien je vous écoute mon très cher Marcel. Mais pourquoi faites-vous ce sourire débile mon très cher ami imaginaire ? 5% d’innocence. Oh, comme c’est chou, vous entendez, je suis innocente ! Je crois que je vais juste garder ces petits 5% et je vais jeter le reste a la poubelle bouffeuse de mensonge. On dit que les enfants sont innocents, donc je crois que je vais rester à cet age pour le rester toute ma vie ! Que dites-vous mon très cher Marcel ? Je ne ressemble plus à une enfant ? Ah mais si, mais si, enfin du moins de mon point de vue. Allez, chou bisous tous mous mon petit Marcel, a bientôt pour un prochain quizz ! Une dernière question, bon d’accord… Mon comportement avec les autres ?

      « Suite a un hurlement strident de la part d’Ana Ana, notre invitée s’est transformée en petit muffin. Nous allons répondre a sa place, pour que la réponse puisse être claire pour nos très lecteurs. A moins que quelqu’un sache parler le gâteau… La jeune fille est pour ainsi dire dépourvue de toutes formes de complexes, aborde les gens comme si elles les connaissaient depuis toujours. Ou au contraire elle peut se mettre à hurler en les voyant pour la première fois. Pour elle, tout dépend de son état d’esprit présent, même si la plupart du temps elle est d’une humeur joyeuse et pétillante. Cela fait d’elle une proie facile, voir même trop facile, mais disons que c’est toujours divertissant que de passer du temps avec Ana’. En fait, être sympathique au premier abord est pour elle une tactique de défense. Hé oui… Parce que, d’après elle, il est statistiquement démontré qu’une personne sera moins dangereuse si elle vous aime. Donc Ana veut que tout le monde l’aime pour que personne ne soit méchant avec elle. Logique. Par un soucis de censure, nous éviterons d’aborder le sujet de Ana et les hommes. Nous nous contenterons de dire qu’elle ne voit pas ou est le problème lorsqu’un jeune homme lui fait la cour et plus. Personnellement je ressens un peu de pitié pour cette gamine qui ne se rend compte que trop tard que le monde profite d’elle. Mais ça, c’est toute l’affaire de sa vie… »


    Morphologie


    « Mais bon sang, pourquoi ton corps grandit et pas ta maturité ?! »

    « On a jamais réussit a comprendre comment Ana pouvait avoir un corps de jeune fille et une mentalité aussi basique et gamine. Parce que c’est vrai, derrière ce sourire naïf et ces manies enfantines, il y a un corps fragile, comme une rose venant d’éclore par un matin un peu frileux. Bon, d’accord, elle le cache plutôt bien. Mais, il y a un vrai mais. Elle arbore donc fièrement ce corps et se demande souvent pourquoi elle n’est pas comme tous les autres gosses. Un visage d’ange, une peau pale et douce… Et oui, elle est jolie. Vraiment jolie. Et ses deux grands yeux sont surplombes par une chevelure noire qu’elle aime couper court, laissant quelques mèches folles barrer son visage souriant. Son visage est empreint d’une innocence frappante, mais c’est une lueur sombre de folie qui danse dans ses pupilles. Bon, d’accord, la on essaye de vous faire peur. Sérieusement c’est souvent avec un sourire illuminant que vous serait accueillit, et puis niveau silhouette elle est toute fine, pas vraiment formée, petite. Légère comme une plume et agile comme un singe, elle a réussit a tirer un parti avantageux de ce petit gabarit : elle passe son temps a faire des acrobaties dans tous les sens, passe dans des endroits petits, et ainsi arrive parfois a échapper a des personnes malintentionnés. Elle ressemble plus a un petit macaque qu’a une fille, il faut avouer… Super, donc vous voila acculer d’une gamine folle furieuse, doublée d’un petit singe hyperactif. Ah, je vous envie… Hum. Niveau vestimentaire, Ana aime les vêtements légers, haut en couleurs ou bien… Pas de vêtements du tout. Bon, vous pouvez rajouter à la gamine singe le fait qu’elle ne soit ABSOLUMENT pas pudique et que, par conséquent, elle n’hésite pas a se balader presque nue, ne se rendant pas compte que ça peut choquer certaines personnes. De toute façon, elle passe ses journées en hauteur, assise sur une branche d’arbre ou bien accrochée à un lampadaire alors avant de voir, ou plutôt de ne pas voir ses vêtements, vous entendrez son rire et un joyeux ‘Bonjour !’. Et pour finir, elle est souvent pleines de bleus, d’écorchures et autres petites blessures, du fait qu’elle se casse souvent la figure… »

    Récit


    « Mais oui, je vous crois, vous êtes une fille normale avec une existence… Normale ? »


      « Il était une fois, dans le merveilleux pays des merveilles, un pâtissier et sa femme. Ils étaient heureux… Ou pas. Dans ce beau pays, tout le monde sait que les couples ne vivent pas heureux pour toujours, c’est bien connu. Et bien voila un parfait exemple. »


    Je me souviens. Les souvenirs sont flous, vagues, d’ailleurs je n’aime pas me rappeler de cette époque. Je suis née un peu à l’écart de la ville, près de l’orée du bois. Une petite maison ou ma mère me mit au monde dans d’affreux hurlements, sans personne pour l’aider. Faute de moyen dirons-nous. Je veux bien croire que mon père et ma mère s’aimaient, pourquoi après tout, mais ils avaient tout de même une drôle de façon de se le montrer. Mon père était un homme qui aimait les femmes, il avait un cœur d’artichaut, il était capable des plus belles preuves d’amour et de courage pour deux pairs de grands yeux. Et il s’est débrouillé pour se marier avec la seule femme qu’il n’aimait pas. Je n’ai jamais réussit a comprendre pourquoi ils vivaient ensemble. Quoi qu’il en soit, et bien que ma mère ait tenté de me tenir a l’écart du bas monde ou mon paternel se noyait tranquillement, j’étais au courant pour les maîtresses, le jeu, enfin tout le tintin habituel des hommes froussards, coureurs de jupons et puis infidèles. Rien de bien étonnant. Ma mère pensait qu’une fois qu’ils auraient un enfant (moi quoi), mon père redeviendrait l’homme idéal. Je doute qu’il l’ait jamais été. Alors, quand moi, petite chaussette toute rose, j’arrivais dans cette famille quelque peu désunie, je fus accueillie comme un ange. Ma mère tomba amoureuse de moi, me choya, m’adora. Trop. Elle m’idéalisait, me mettait au-dessus de tout. Son époux, qui s’éloignait de plus en plus, revenait de temps a autre, n’était guère enthousiaste à ce que je prenne autant de place dans la vie de ma mère. Jaloux de sa fille, agréable n’est-ce pas ? Enfin, je disais donc… Ma mère, aveuglait par son besoin de tendresse, se renferma sur ma petite personne et tenta de me tenir a l’écart du monde extérieur. En voulant que je sois l’être parfait, elle en oubliait mes défauts, quelques détails insignifiants qui, peu a peu, prirent de l’ampleur… Mon inconscience face aux dangers, mes pulsions étranges, le malin plaisir que je prenais à torturer les souris prisent aux pièges… Mon regard insistant sur les hommes, ces créatures étranges qui me passionnaient par leur impulsivité, tout ce monde qui tournait autour d’eux. Pourquoi mon père rentrait-il tard la nuit ? Pourquoi mes parents ne s’embrassaient-ils jamais ? A force de me poser les mêmes questions, les réponses finissaient par me revenir dans la tronche, violemment ou pas. Mais je découvrais toujours le pourquoi du comment…

    Mon désir de connaître le monde interdit et d’abandonner ma petite maison commença alors à me ronger. Lorsque ma mère m’emmenait en promenade, j’essayais toujours d’aller un peu plus loin. Je me serais damnée pour l’accompagner acheter le pain, le matin. Alors je m’asseyais par terre dans notre jardin et je regardais, au travers de notre barrière en bois, les nuages qui recouvraient la ville, passionnante et attirante. Peu a peu je m’éloignais de ma mère, me rendant compte alors que le meilleur moyen d’aller en ville était d’y aller avec… Mon père. Cet homme que je ne connaissais presque pas devenait alors mon moyen de transport. Sans le savoir, je sombrais dans le jeu sournois de la manipulation et du double jeu. A cette époque, j’étais encore trop jeune pour savoir que je fonçais trop dans le mur. Je passais le plus clair de mon temps à rassurer ma mère et à me rapprocher discrètement de mon père. Dans la maison, la tension montait : ma mère craignait que mon père ne me vole a elle, et lui commençait a se rendre compte qu’il avait une fille. Le temps passait trop lentement à mon goût, je VOULAIS aller en ville. Le train prenait de la vitesse, tout allait de plus en plus vite. Le moment ou je quittai la route sure, fut ce soir-la, un soir de pluie. On aurait dit que le ciel dégoulinait, comme une belle peinture qu’on plongeait dans de l’eau. Les couleurs du monde s’étalaient sur le sol, et au milieu de cette tourmente, je me rappelle avoir vu ce rayon de soleil venir se poser sur la ville. Comme si elle m’appelait. Araignée sournoise, qui me tendait ses pattes velues avec un immense sourire, se gardant bien de me dire que la toile ou je marchais était collante. Et que jamais je ne pourrais retourner chez moi. Ma mère chantait dans la salle a cote, ignorant qu’une petite graine venait de se planter dans mon esprit. Et le sol fertile de mon imagination aida cette petite graine à germer… Et en quelques minutes, je perdis les pédales. Comme quand on déraille a vélo. Alors, sans même prendre la peine de mettre mes chaussures ou d’enfiler un manteau, j’ouvris la porte. Un vent glacial et humide vint fouetter mon visage. La voix de ma mère retentit derrière moi. Il faut faire vite, ou elle va t’attraper ma petite… T’attraper et te rentrer dans cette maison. Fermer la porte à doubles tours. Et tu ne pourrais plus sortir. Je sortis de la maison et refermai délicatement la porte derrière moi. Le noir me happa sans ménagement et un frisson parcourut ma colonne vertébrale. Libre. Alors, avec un immense sourire, je partis en courant vers la sortie du jardin. J’avais l’impression de ne plus toucher le sol, de voler, de vibrer au rythme des éclairs qui zébraient le ciel. Et, d’un bond agile, je sautai par-dessus la barrière. Prenant ainsi la route vers le grand monde, avec pour ferme intention d’y découvrir tous ces trésors.

      « Elle ne revit ni sa mère, ni son père. Elle erra longtemps, oh oui, si longtemps dans la campagne avant d’atteindre la ville. Elle erra assez longtemps pour perdre la raison, pour oublier d’où elle venait, qu’il y avait une mère qui l’attendait, quelque part… Elle oublia jusqu'à son vrai prénom, ne gardant comme souvenir que Ana. Elle se rebaptisa quand on lui demanda. Elle s’inventa une adresse quand on voulait qu’elle nous invite. Elle oublia qu’autre fois, on l’avait mise en garde : ma petite, souviens-toi, le monde est moche et dangereux pour une gamine comme toi… Ne t’as t’on jamais apprit a écouter tes parents ? »


    Hors Rp'

    Premières impressions concernant le forum: \o/ <3
    Éventuelles idées pour l'améliorer: :D
    Comment nous avez-vous découverts: Partenariat
    Depuis combien de temps faites-vous du Rp': Environ 4 ans
    Évaluation de votre activité sur le forum: Je pars apres demain pour deux semaines en vacances et apres... 7/10 :)
    Code: [Vu par Roastie]
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ana Ana James Lun 16 Aoû - 16:29

    Bonsoir, et Bienvenue \ô/ !


    On s'est permis un petit temps de réponse quelque peu important, étant donné que tu es en vacances, mais voilà... Le verdict tombe °A° ! *s'enfuit, très loin*

    Une simple petite question pour commencer :
    Citation :
    Emploi: Salon de the-patisserie / Tueuse sadique :)

    Walrus m’a dit que tu voulais donc rejoindre le salon de Mad Hatter, assure-toi d’en avoir discuté avec lui si ce n’est pas fait, pour être sûre que cela ne lui pose aucun soucis. Et je te demanderais également de préciser quel rôle tu veux y jouer. Plutôt le service, ou la préparation des gâteaux par exemple. A toi de voir avec Mad également et de compléter ça ;).


    • Pour ce qui est des fautes d’orthographe, tu sembles oublier de mettre la plupart des accents. Notamment les « à » mais aussi quelques « é » ou autres accents circonflexes.
    Pour le « à », si tu as du mal à faire la différence avec le « a », sache que lorsque tu peux le remplacer par « avait », il ne prend pas d’accent. « Là », quand il s’agit d’un adverbe de lieu, que l’on peut facilement remplacer par « ici », prend également un accent que tu oublies. Je fais impasse sur les « sûre », « côté » et autres, mais il y en a vraiment beaucoup. Essaye d’y faire attention.

    Il y a également quelques fautes d’inattention du genre oubli de mots ou oubli d’espace, mais je n’en ai vu que deux, que je te laisse trouver toute seule. Par contre, tu fais plutôt beaucoup de fautes d’orthographe par-ci, par là. En voici quelques-unes, surtout de conjugaison, pour te faciliter la relecture qui me semble plus que nécessaire :
    Spoiler:
     
    N’hésite pas à utiliser ce site pour te relire, il est gratuit et ne fait que quelques oublis (parfois importants certes, mais ça te facilitera déjà beaucoup les choses).


    • Une petite précision liée au contexte :
    Citation :
    Il était une fois, dans le merveilleux pays des merveilles
    J’imagine que tu fais ici référence à Wonderland, se traduisant par « pays des merveilles », mais j’ajoute juste que Wonderland est une ville/région, et non un pays (histoire qu’il n’y ai aucune confusion future quant à sa traduction et sa véritable « situation »)


    • En ce qui concerne la Personnalité et la Morphologie, je n’ai rien à redire si ce n’est que je trouve qu’il est dur de cerner la personnalité d’Ana lors de tout ton premier paragraphe suivant le style d’un quizz télé. L’idée est bien trouvée et originale, mais tu pourrais peut-être essayer de développer un peu plus – et ce n’est ici qu’un avis strictement personnel.


    Pour l’Histoire en revanche, j’ai deux soucis.

    Le premier et le plus important étant : Pourquoi la qualifies-tu de « Tueuse sadique » ?

    Tu parles de l’amour aveugle de la mère d’Ana qui l’a petit à petit comme « transformée » en quelqu’un (je cite, à peu près) d’inconscient face aux dangers, ayant des pulsions étranges et prenant un malin plaisir à torturer les souris prises aux pièges. Ce changement de personnalité est à peu près compréhensible, se faisant à un rythme qui semble plausible, ça ne me gène donc pas. Mais le problème, est que c’est ici le seul endroit où j’ai ressenti l’effet d’une « tueuse sadique ».

    En écrivant ce statut dans l’emploi d’Ana, il semblerait que tu veuilles être dans le groupe des Wanted, cette phrase, dans le coin personnalité, le prouve également :
    Citation :
    10% sadique qui torture les petits lapins roses avec des aiguilles. Pas que les lapins d’ailleurs, je suis poursuivie pour divers crimes et j’avoue que je suis actuellement dans une situation délicate

    Mais voilà ma question : Quels crimes ? Quelle est sa situation ?
    Tu parles, semblerait-il, de l’enfance d’Ana. On comprend qu’elle a subi une modification dans son comportement suite à un trop plein d’amour, ce qui me semble plausible comme je l’ai déjà dit, mais après ? Que se passe-t-il ensuite ?
    On ne sait strictement rien de « Ana ». Cette jeune fille qui est maintenant seule en ville, qui nous apparaît comme pleine de curiosité, avec une nouvelle identité et qui manifestement, tue deux/trois personnes par-ci par là.

    Je pense qu’il y a vraiment matière à tirer une suite, qui est de toute façon obligatoire pour comprendre sa véritable histoire. Je te demande donc d’étoffer la fin, pour nous permettre de découvrir quels sont ces fameux crimes.


    Le deuxième soucis que j’avais avec ton histoire peut parfaitement se régler en étoffant le tout :
    Citation :
    Elle erra assez longtemps pour perdre la raison, pour oublier d’où elle venait, qu’il y avait une mère qui l’attendait, quelque part… Elle oublia jusqu'à son vrai prénom, ne gardant comme souvenir que Ana

    Ici, tu ne détailles que brièvement les choses. Or, on n’oublie pas d’où on vient, sa mère et son propre nom en errant quelque peu loin de sa maison d’enfance.
    Cette perte de mémoire me semble arriver comme par magie au bout d’un jour d’éloignement. Essaye de nous expliquer de façon un peu plus approfondie le pourquoi du comment elle a perdu ses souvenirs. Etait-ce volontaire, un accident ? L’usure du temps, qui est ton explication me semblant peu crédible...


    J’ajoute également – et c’est une idée de Charming Prince, notre Dieu Admin préféré (Walrus étant ici perçu comme Grand-Manitou, et non Admin /PAN/) – que tu peux mettre Ana dans la catégorie Others (c’est d’ailleurs peut-être ce que tu visais au départ ?). Dans tous les cas, ils sont tous un peu crapuleux, à Malkins. A toi donc de voir si tu modifies ton histoire en y intégrant le pourquoi de tous ces crimes – et devenir donc soit Wanted, soit Others qui se cache bien (à discuter, peut-être ?) – soit tu renonces à ta carrière de tueuse sadique (et tu ferais un heureux, Charmant, qui trouve que tes expressions conviendraient mieux pour une foldingue sympathique /BIM/). De plus, Ana étant fine et fragile, il est peut-être compliqué de tuer de gros bonshommes avec son gabarit ? Et je doute que se transformer en gâteaux l’aide dans ce genre de situation 8D


    Voilà. Essaye déjà de corriger ça, et nous verrons par la suite ;)
    Tu sembles avoir quelque lacunes – ou une trop grande inattention ? – quant à l’orthographe, tu peux parfaitement les combler en prenant ton temps pour une bonne relecture, alors ne fait pas impasse !


    Bonne chance, et avec tout l’amour des fruits,
    Crazy Apple.


    PS. “MANGE-MOI”, sur ta signature et ton début de fiche ne prend pas de “s” à l’impératif 8D


Avatar Halloweeeeen ♠️
avatar
Crazy Apple
Narcissico-Fruitophile
Narcissico-Fruitophile
HUMEUR : Explosive, mais acidulée.
CITATION : « Explosion fruitée, avec ou sans sucre ? »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Mangez dix fruits par jours, pas de légumes !
NOTEBOOK : An apple a day keeps the doctor away ♥️
VIE SOCIALE : Les pommes du voisin sont toujours meilleures ★
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ana Ana James Jeu 2 Sep - 10:53

Bonjour,

Nous te laissons une semaine pour effectuer les corrections souhaitées. Bonne journée.


// Absent jusqu'au 11 Janvier //

Spoiler:
 
avatar
Walrus
team steak haché
team steak haché
HUMEUR : Bweh.
CITATION : « L'objet possédé est heureux tant que son propriétaire l'a à l'oeil... »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : La Cabane à Huîtres.
NOTEBOOK : Le moule à muffins
VIE SOCIALE : La pêche à la crevette
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ana Ana James

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Ana Ana James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700» Davy James' Fiche technique» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)» All i wanted was you [PV James Stanford]» Présentation de James-Potter
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fiches-
Sauter vers: