AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Ragnarök } A p o c a l y p s e. now.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Ragnarök } A p o c a l y p s e. now. Mer 15 Sep - 13:41

    JE SUIS MOI, N’EST-CE-PAS ?

Nom : Volaga.
Prénom : Owl.
Surnom(s) : Ragnarök, même si ce surnom ne désigne pas vraiment Owl lui-même. La chouette, ça lui va bien.
Age : Donnée inconnue. 15 ans, en apparence.
Date de naissance : Donnée inconnue.

Emploi : Aucun. Tueur à ses heures ?
Ville natale : Wollyland peut-être ...?
Orientation sexuelle : « Je ne sais pas comment m’y prendre avec ça ! »

Don surnaturel : Sang vivant, aussi appelé sang noir. Owl le nomme Ragnarök.
< Ragnarök, c’est le nom du sang noir. Du strident qui hurle au fond de son âme. C’est son ombre à l’intérieur. Une ombre mauvaise mais un rempart. Un plongeon dans les abysses de la folie. >
Le sang noir est un phénomène étrange, créature sans laquelle Owl ne pourrait vivre ; parce qu’elle est son sang, au sens propre. Une partie de l’enfant qui coule dans ses veines ; parfois ça se durcit et puis ça sort de son corps par les pores de sa peau. Ca se transforme. Ca parle peut-être et ça émet des vibrations. Ca ordonne, c’est une forme d’instinct parce que ça a toujours été là. Ca peut être réprimé, car c’est une pulsion aussi. C’est en osmose avec son hôte. C’est dangereux parce que c’est informe mais malléable. Cela prend la forme des émotions d’Owl. Cela prend souvent la forme de la colère et de la peur, parce que cela ne cherche qu’à défendre l’enfant. Et à faire du mal. C’est un peu fou, c’est un bouclier et une épée. Pourtant, la principale entrave de Ragnarök, c’est Owl. Parce qu’il en a peur, Owl n’en fait qu’à sa tête et est en conflit avec le sang noir. C’est l’adolescence qui veut ça, le rejet de soi, de ce qui sort de l’ordinaire. Maman lui a laissé quelque chose qui permet de contrôler le sang noir. Il l'a retrouvé dans un coffret, il l'a mis à son poignet. C'est un bracelet noir et blanc. Il permet au sang noir de s'auto-consommer, de se recycler en quelque sorte. Ca annihile les envies meurtrières du dragon. Le dragon noir qui déploie ses ailes maudites sur le monde. Ragnarök, c’est l’apocalypse d’Owl.



Dernière édition par Ragnarök le Jeu 16 Sep - 18:37, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ragnarök } A p o c a l y p s e. now. Mer 15 Sep - 13:49


THROUGH THE VEINS OF HISTORY;


< There are always p o o l s. o f. b l o o d. in the shadows. >

Ragnarök avait soif de sang, une soif inextinguible. Aucune quantité ne pouvait l’apaiser. On le surnommait le Dragon Noir. C’est ainsi que l’on se mit à craindre Ragnarök.

Surtout Owl.
Le sang bat à ses tempes, à cause de son cœur palpitant. A cause du sang. Une grimace, Owl a peur. Owl est pétrit de ses terreurs. Il faisait tout le temps noir, il avait peur du noir. Quelque soit l’endroit où il se rendait, tout était sombre. Et il y avait des monstres, il avait peur. Personne ne se moquait de ses craintes, tant mieux. Owl était toujours seul alors personne ne se moquait de lui. C’était mieux comme ça. Parfois il traçait un cercle autour de lui, dans de la terre, avec des cailloux, personne n’y entrait. Personne ne pouvait, et personne ne voulait. Il aurait bien aimé, mais il avait peur. Finalement, c’était mieux comme ça, Owl ne souffrait pas puisqu’on ne pouvait lui retirer ce qu’il n’avait pas. Même maman ne le prenait jamais dans ses bras. Elle éduquait correctement Owl, elle voulait lui apprendre à ne plus avoir peur. Owl s’appliquait parce que maman était effrayante.
Ensuite, maman voulut apprendre à Owl comment il fallait grandir, pour devenir très puissant -mais moins que maman. Il fallait savoir se faire respecter, par la violence et la terreur. Owl, il connaissait très bien la terreur. Il y avait des monstres sanguinolents dans son placard et le croque-mitaine sous son lit, qui désiraient ardemment dévorer ses tripes en ragout. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne parviennent à se saisir de son pied, un soir où il serait un peu plus fatigué, plus négligeant. C’est pour ça qu’il fallait bien écouter maman. Et Owl n’aurait plus jamais peur.

« Tue-le. »
Les mots de maman claquaient froidement. L’enfant ouvrait des yeux épouvantés. C’était blanc, tout petit, ça avait l’air doux. Inoffensif. C’était vivant. Owl ne savait pas s’y prendre avec ça.
« Tue-le. »
Maman ordonnait. Pourquoi ? Owl recula d’un pas. La bouche déformée, les lèvres tremblantes, il voulait dire non. Comment refuser à maman ? Il voulait lui faire plaisir, il ne savait pas comment gérer ça. Un couinement étranglé tenta de se faufiler entre la langue et le palais desséché. Maman était en colère. Elle le regardait, songeuse. Il voulait lui inspirer de la fierté, mais elle le méprisait. Il aurait voulu disparaître. Mais pas dans la pièce noire, pas avec les monstres. Il voulait faire plaisir à maman. Owl ne la regardait plus mais imaginait quelque chose de différent dans les yeux verts maternels, quelque chose comme de la satisfaction. Il imaginait le plaisir d’y voir quelque chose qui ressemblerait à de la fierté, encore à des années lumière de l’amour, mais ça Owl ne savait pas même ce que c’était. Ce fut suffisant pour qu’il avance d’un pas, mais ce fut trop peu pour qu’il fasse le geste. Il aurait fallu plus. Le courage dont il avait voulu se saisir mais qu’il n’avait jamais eu formait une boule vide à l’intérieur d’Owl, une boule qui se remplissait rapidement de peur et de larmes. La pelote de réjection au fond de l’estomac de la chouette, dont Owl ne pouvait se débarrasser, et qui pourrissait. Ce fut ce qui exaspéra maman. Maman qui l’envoya quelques temps dans la pièce noire. Une pièce qui ressemblait à Owl parce qu’Owl ne ressemblait à rien. Une pièce nue comme l’intérieur de l’enfant. Un vide, un manque. Owl, comme une longue lame noire dont la partie tranchante est tournée vers l’intérieur.

« Tue-le. »
Comme une rengaine pour obtenir la docilité, une litanie qui passe inaperçu en s’abritant sous de vieilles habitudes. Un automatisme, la peur qui épuise, la fatigue qui fragilise, la vulnérabilité qui pousse à la folie. La folie anéantit la peur. Owl n’avait plus peur, Owl était fatigué et la petite chose blanche attendait au milieu de la pièce. Maman attendait qu’Owl en finisse rapidement, car elle avait déjà perdu beaucoup de temps dans l’éducation de l’enfant récalcitrant. Un mauvais élève, un mauvais enfant. Si bien que lorsque la boule vide au fond de l’estomac de la chouette finit par se remplir de folie, rien ne changea vraiment. La petite chose blanche mourut, maman fut un peu moins exaspérée et pensait déjà à la prochaine étape, Owl ne ressentit plus rien qu’un grand vide après une brève étincelle d’euphorie. Un grand vide au fond de l’estomac, tout rouge ensanglanté du sang du petit chaton.

Et puisqu’Owl était obéissant, maman décida que c’était le bon moment.

Elle réveilla le sang noir.


Est-ce que ça avait toujours été là, à l’intérieur ? Il lui semblait que oui, parce que c’était comme si la boule vide au fond de son corps était faite de sang noir. Et lorsque maman l’avait réveillé, le sang noir s’était propagé, partout dans ses veines. Owl avait eu mal, il avait crié et maman l’avait frappé de son regard dur. Il ne fallait pas crier, il ne fallait pas avoir mal, ni avoir peur, il fallait être fort et puissant. Il fallait être fou. Il fallait être quelque chose, fondamentalement. Maman disait qu’il fallait corriger l’erreur. Owl était une erreur puisqu’il était vide. Owl ne savait même pas se corriger puisqu’il laissait le vide se remplir par les mauvaises choses. Il se soumettait entièrement à toutes les émotions se présentant à lui, les acceptait toutes tant que leur moteur était la peur. Owl se serait soumit au monde entier, s’il l’avait connu. Owl n’était pas noir, ni gris, ni blanc. Owl était transparent et cela énervait maman. Elle faisait son possible pour lui donner une consistance. Elle voulait lui transmettre ses idées, ses volontés, ses ambitions, maman faisait du mieux qu’elle le pouvait par tous les moyens imaginables, mais cela passait bien souvent au travers d’Owl, qui n’était que frayeurs évanescentes. Au désespoir de l’enfant qui n’aspirait qu’à satisfaire maman. C’était difficile, tout était effrayant, surtout lorsque Ragnarök avait soif, parce que cette soif l’étreignait lui aussi. Cependant, maman n’avait à dire qu’une phrase pour que la folie envahisse son être. Owl devenait quelque chose de différent, dans une absolue soumission à l’avidité du sang noir, à l’ordre qui teintait encore à ses oreilles. « Tue-le. » Il se soumettait pour les deux êtres qui le hantaient, le consumaient, dans une rage folle et destructrice à l’encontre du reste du monde. Pour tout le mal que l’on nous fait.

Owl n’avait jamais osé demander pourquoi maman faisait ça. Pourtant, au fil du temps, il avait fini par comprendre que si la soif de sang de Ragnarök était insatiable, il en allait de même pour la soif de pouvoir de la jeune femme. Ce qu’elle voulait, c’était assujettir Malkins, comme elle le faisait avec tout ce qui lui appartenait. Et pour ça, elle avait choisi un chemin long et fastidieux, à travers son fils, dans la voie du mal. Owl servait le triste dessein de maman, il n’avait jamais été autre chose que son instrument.


Et puis un jour, maman était morte.
« Je ne sais pas comment m’y prendre avec ça ! »
Owl ne l’avait pas fait exprès ! Il n’avait pas voulu lui faire de mal. En tout cas, pas jusqu’à ce point. C’était une erreur, Owl ne voulait pas être seul au monde. Qu’est-ce qu’il fallait faire à présent ? Fallait-il encore grandir ? Owl ne savait pas comment gérer ça. A quoi servait-il maintenant que maman n’était plus là, puisqu’il ne servait plus les projets de personne ? Le vide que maman avait un peu comblé s’approfondissait d’avantage … Owl était inquiet. Il fallait demander à Ragnarök, il l’écouterait et lui obéirait. Le sang noir fut éveillé par l’intrusion hésitante de l’esprit d’Owl dans son néant.
Ragnarök était de mauvaise humeur depuis qu’Owl avait ruiné tous les plans ; il envoya promener son propriétaire en lui targuant que ce n’était pas ses affaires et qu’il le saurait en temps voulu. Ragnarök avait sûrement besoin de préparer un nouveau plan … ? Cela rassura l’enfant. Owl se dit qu’il ferait mieux d’écouter Ragnarök, parce qu’il ne connaissait pas de moyen de s’en défaire. Owl partit donc se promener, et il eut tout le temps de réfléchir, pour la première fois par lui-même. Et quelque chose qui ressemblait à un soupçon de joie lui étreignit les entrailles.

Maman était morte, il pourrait gérer ça. Peut-être qu’il suffisait de faire ce dont il avait envie …? Rien ne pouvait plus l’obliger à œuvrer pour maman. Rien ne pouvait plus l’obliger à faire le mal. Il pourrait vivre comme il l’entendait, sans aucun contact avec personne. Il adopterait un petit chaton blanc.


« Ho la chouette ! Tu fais quoi là ? »
Owl sursauta. Il avait encore oublié Ragnarök. Ragnarök qui ne sommeillait plus parce qu’il était affamé. Owl également sentait ses forces qui l’abandonnaient peu à peu. Mais Owl avait décidé de l’ignorer.
« Owl ?! Que crois-tu faire ? »
La boule se remplit moitié de crainte, moitié de défiance. Owl avait changé ? Ragnarök se fraya un passage le long de la colonne vertébrale de son hôte et émergea à demi. Dans la seconde qui suivait, il frappait Owl, martelant la petite tête de ses poings griffus. Owl ne se laisserait plus faire, il pouvait gérer ça. Et peut-être que Ragnarök l’avait compris car la douleur cessa. Owl avait gagné ? Ragnarök abandonnait.

Ce fut alors que sans rien pouvoir y faire, le garçon sentit courage et frayeur filer par tous les pores de sa peau. Il sentit la folie remplir le vide. Un ordre anéantir le reste.
« Tue-le. »
Comme une rengaine pour obtenir la docilité, une litanie qui passe inaperçu en s’abritant sous de vieilles habitudes. Owl obéit.

A n d. t h i s. i s. t h e. e n d. o f. t h e. w o r l d.






PSYCHO[tic ?] & PHYSIO. LIKE A MONSTER;


< Here. we. are. M e c a n i c h a l. A n i m a l s. >


Ragnarök était une créature imposante. Sa taille était variable, ainsi que sa forme. Il prenait parfois l’apparence d’un immense dragon noir aux ailes déchiquetées. Les muscles de son puissant corps étaient noueux et deux cornes se dressaient dans son dos. Ragnarök était imposant, impressionnant. Le plus effrayant restait sans-doute sa tête, parce qu’il avait de gros yeux globuleux blancs barrés d’une croix noire, une langue rouge et gluante, une voix stridente. Sous sa forme originelle, Ragnarök n’était que du sang. Du sang noir, vivant. Ragnarök avait de l’ambition, dévorant des êtres humains, inoffensifs, animaux, il faisait régner la terreur sur Malkins …

Ou plutôt, il aurait pu.
Parce qu’il y avait Owl.
« Je sortirais pas, je préfère être seul de toute façon … »
Owl geignait dans un coin de la cabane, pleurnichait et ne faisait que contrarier le dragon qui avait adopté une taille modeste, prenant naissance à la base de la nuque de son hôte. Ragnarök désespérait d’être la créature de cet humain couard et faible. Il avait besoin de se nourrir, c’était tout ce qu’il demandait, et l’adolescent le lui refusait ! Dans un accès de fureur, Ragnarök recommença sa torture en vociférant des reproches de sa voix stridente à l’attention de la minable chouette qui lui tenait lieu de maître.
« Je vais t’arracher les cheveux ! »
« Lââââche-moiiii Ragnarök ! Après je vais ressembler à un garçon … »

Ragnarök tirait les cheveux roses du garçon dans tous les sens, lui pinçait le nez, lui tirait les joues, et se délectait de la vision des yeux de chouette agrandis d’angoisse, la bouche aux lèvres fines se tordant dans une grimace de douleur, les épaules se crispant dans de vaines tentatives pour se dégager de l’emprise de son bourreau. Owl avait l’air d’un roseau dans sa longue robe noire au col et aux manches blanches. Son corps s’était étiré comme une tige, de la mauvaise herbe qui ne s’épanouirait jamais. Ce gamin était informe, chétif, il faisait peine à voir. Ragnarök trouvait cela très énervant, comment être pris au sérieux avec un maître pareil ? Une chiffe molle. Et puis il était incapable de se gérer, de maîtriser une situation quelle qu’elle soit et de prendre des décisions. En fait le maître c’était plutôt Ragnarök. Il cessa un instant d’importuner le gosse et l’observa brièvement. Owl s’époussetait, le regard inquiet, effaré. Il avait le teint cadavérique, grisâtre. Sûrement pas en bonne santé, mais en même temps, le Dragon Noir s’usait à répéter à la chouette qu’il fallait renouveler le sang noir. La chouette était vraiment bornée quand elle le voulait, entêtée cette saleté. D’ailleurs, Owl avait adopté sa posture défensive favorite, en rejet total du monde extérieur : les épaules rentrées, la tête basse et un bras serré contre son torse maigrelet, l’autre le long de son corps. Habituellement, dans la main qui restait le long de son corps, il y avait Ragnarök sous la forme d’une épée noire et blanche, tranchante. Owl détestait s’en servir.
Pourtant il le fallait. Il fallait que Ragnarök se nourrisse, ainsi qu’Owl.

Après de nouveaux instants de torture, quelques menaces, le dragon noir parvint à traîner Owl jusqu’à leur prochaine proie. Il avançait d’un pas incertain, jetait des coups d’œil en tout sens. Ils allaient sortir un peu de cette cabane. Ragnarök avait hâte de se mettre quelque chose sous la dent, il en avait plus qu’assez de la solitude, de cette forêt humide et sombre, de la morosité de la chouette. Et là, il voulait un coup d’éclat. Pas seulement une minable petite proie qui les ferait tenir un jour, un repas.

« Mais Ragnarök ! Je ne sais pas comment m’y prendre avec ça … »
L’adolescent geignait, une fois de plus … Désespérant. D’autant plus que leur proie était endormie, cela convenait parfaitement à la lâcheté d’Owl, il aurait dû ne pas être effrayé. Mais bon. Ce serait plus simple, ils n’auraient pas besoin de polémiquer deux heures.
« Tue-le. »
Owl regarda son poignet. Choc. Il avait oublié de remettre le bracelet ! Ragnarök ...
« Aaah … »
Un râle s’échappait de la gorge de la chouette, son corps tremblait dans tous les sens, à la limite de la convulsion. Ses yeux devenaient fous, ils dansaient une folle gigue désaccordée. Pourtant, cet ordre, l’habituelle rengaine, ne semblait plus suffire à éveiller les instincts tueurs d’Owl. Il fallait trouver quelque chose de plus, un mot, un geste insignifiant qui chamboulerait ce qui n'était pas encore tombé dans la petite tête. Il en allait d’ailleurs de même pour l’arrêter avant le bain de sang. Un mot, un geste insignifiant.
Le Dragon Noir arracha l’une des mèches roses de la tignasse de son hôte.

La chouette passait à l’attaque.



Dernière édition par Ragnarök le Jeu 16 Sep - 19:10, édité 6 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ragnarök } A p o c a l y p s e. now. Mer 15 Sep - 13:59



.HORS. RP. \o/

Si votre/vos futurs avatar(s) se réfère(ent) à un personnage de manga/animé/etc spécifique, précisez le nous ici : Il s'agit de Crona, personnage du manga Soul Eater ~ <3
Premières impressions concernant le forum : Oh ça a changé, ça fait moins mal aux yeux qu'avant, c'est beeeauuuu ! *o* Awi, et je suis fan de l'encyclopédie, ça m'a beaucoup fait rire ! (les p'tits commentaires de Walrus surtout xD)
Éventuelles idées pour l'améliorer : Heu ... j'sais pas m'sieur.
Comment nous avez-vous découverts : C'était y'a un an, du coup j'm'en souviens pas, j'ai gardé le forum dans mes favoris. n__n
Depuis combien de temps faites-vous du Rp' : Quatre ans je crois ~
Évaluation de votre activité sur le forum : Je peux passer tous les jours, quant au rp, ça dépend de la motivation, du partenaire, etc. Mais ça devrait le faire, rassure-vous ! .o/
Code : {bon, j'espère ne pas m'être trompée, ça me paraît quand même suspect cette histoire : Bave de gnome.}


Awi, et j'voulais juste dire que j'ai essayé de modérer le don de mon perso. Owl est justement un gros boulet parce que s'il avait été fort et tout et tout, là ça aurait fait surpuissant. Enfin bref, je m'embrouille, je sens que je suis pas claire et en plus je monologue ! xD J'espère que la fiche est pas trop chiante à lire et que j'me suis pas gourrée ! Chers spectateurs, merci de votre attention ! B)
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ragnarök } A p o c a l y p s e. now. Jeu 16 Sep - 16:51

    Bonjour !

    Woollyland, cey le mal... ♥ Tout le monde nous l'écorche, que ce soit un L ou un O qui passe à la trappe, décidément 8DD Sinon, c'est bien écrit, presque aucune faute, c'est un peu particulier mais personnellement j'ai bien aimé *_*

    J'accepte le concept de Ragnarök à condition que tu n'en abuses pas en rp' mais pas seulement. Ton personnage repose entièrement là dessus, et le concept est intéressant. Il serait tout de même préférable qu'un petit quelque chose freinant le sang noir apparaisse quelque part. Ce peut être n'importe quoi, un enchantement, un objet ensorcelé, une potion à boire tous les jours à heure fixe... Il y a tout plein de possibilités. Parce que tel quel, il suffit au parasite de se montrer et d'ordonner, même si petite manipulation psychologique il y a, pour te faire faire ce qu'il veut dans les situations extrêmes. (ce qui implique théoriquement qu'en situation périlleuse tu ne pourrais pas contenir Ragnarök, ce qui fait de toi un personnage trop puissant de fait).

    Enfin, pour ta gouverne, non, ta fiche est loin d'être chiante, je l'ai trouvée très agréable à lire. D'un bout à l'autre, c'est très fluide, bien écrit ; même si c'est mené de façon très infantile, ça colle bien au personnage et c'est ma fois fort sympathique malgré ça. =D (Ce n'est qu'un humble avis personnel naturellement XD)


// Absent jusqu'au 11 Janvier //

Spoiler:
 
avatar
Walrus
team steak haché
team steak haché
HUMEUR : Bweh.
CITATION : « L'objet possédé est heureux tant que son propriétaire l'a à l'oeil... »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : La Cabane à Huîtres.
NOTEBOOK : Le moule à muffins
VIE SOCIALE : La pêche à la crevette
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ragnarök } A p o c a l y p s e. now. Jeu 16 Sep - 18:23

    Hellow ! =D

    Awi, j'avais pas pensé à un truc pour réguler le sang noir, un objet magique, genre un bracelet, un truc comme ça, ça pourrait être cool ! J'le rajoute de suite dans la description du pouvoir, on va dire que c'est la mère d'Owl qui avait prévu cet objet au cas où le sang noir se retourne contre elle. o/ Et pis il aura pour fonction de permettre au sang noir de s'auto-consommer et donc, de l'empêcher d'attaquer. Ah je cours rajouter ça ! \o/

    Pour Woollyland, c'est votre faute hein, fallait pas l'écrire aussi bizarrement, huhuhu ~ 8D /SBIIIIM/

    Sinan, thx Walrus ! <3


    EDIT : J'ai ajouté un p'tit mot sur l'objet magique, ainsi qu'une phrase à la fin de la description mentale/physique qui justifie le fait que Ragnarök parvienne à pousser Owl à tuer (en gros, Owl le boulet a oublié de mettre son bracelet, quel abruti ! >.< Oui je suis une tortionnaire de perso xDD).
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ragnarök } A p o c a l y p s e. now. Sam 9 Oct - 14:31

Bonjour !

Tu as une semaine pour finir ta fiche, sans quoi elle sera trashée et ce compte supprimé.

Tu es bien entendu libre de revenir sitôt que tu auras le temps de gérer un personnage^^
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ragnarök } A p o c a l y p s e. now.

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Ragnarök } A p o c a l y p s e. now.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fiches-
Sauter vers: