AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Rosette, la fine aiguille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Rosette, la fine aiguille. Sam 25 Sep - 20:36




    «Je suis cupcupcup Cakesophile...»


Identité




    Nom
    Ghostwhite.
    Prénom
    Rosette.
    Surnom
    Rose, Pique, Aiguillette, ...
    Âge
    Dix-huit ans.
    Date de naissance
    Huit mai.

    Emploi
    Traqueur; Médecin légiste

    Ville Natale
    Candyland.

    Orientation sexuelle
    Bisexuelle.

    Don surnaturel
    Elle peut réveiller les morts, pouvant ainsi les faire combattre à sa place ou les faire parler. Elle peut les ranimer en les touchant et les fait retourner à la mort en les retouchant, la durée limite est d'un quart d'heure. - si pouvoir pas assez "modeste" faite m'en part, j'ai peut être une autre idée. -





Psychologie



    Rosette, jeune fille croustillante, croquant la vie à pleines dents, prête à tout pour atteindre ses objectifs. C'est ainsi qu'on pourrait définir sa personnalité. Mais est-elle vraiment ce qu'elle fait passer? Peut-on vraiment croire à cette façade? Voyons ça.
    Depuis sa plus jeune enfance, Rosette est une fille souriante et pleine de vie, elle ne fait jamais grise mine et ne pleure donc quasiment jamais. Positive, elle ne parle jamais de ses soucis aux autres, faisant ainsi passer une image forte d'elle-même. Mais cette façade renferme en vérité une demoiselle méfiante et perdue, qui ne veut laisser passer aucun sentiment de faiblesse. Fière de sa personne, elle ne peut se laisser convaincre facilement et refuse qu'on lui tienne trop tête. Elle peut donc être aussi froide que de la glace et aussi piquante qu'une rose. Depuis ces douze ans, elle ne laisse rien au hasard et se fait passer pour une demoiselle gentille et généreuse, bien qu'elle n'ait pas plus envie de parler avec les gens.
    Généreuse, il est vrai qu'elle l'est, en tout cas avec les enfants dans le besoin. Elle aime aider les gosses démunis et fait tout pour les faire sourire. C'est avec eux qu'elle affiche un véritable sourire. Tout aussi franche, quand elle ne supporte pas quelque chose elle le dit, sauf s'il en va de sa carrière ; avec ses supérieurs, elle restera toujours courtoise et polie.
    Courageuse, il faut l'avouer, elle n'a pas froid aux yeux, la demoiselle, même si elle fonce tête baissée sans réfléchir, elle est pleine de cran et ne regarde pas au danger. Elle veut juste prouver sa valeur et montrer qu'elle peut devenir aussi forte que ses frères.
    Au niveau de ce qu'elle aime, il y a bien évidemment la pâtisserie qui est son péché mignon. Depuis la mort de ses frères, faire des gâteaux est une des seule chose qui lui permette de passer ses nerfs. Elle a besoin de faire des gâteaux soit pour les manger, soit pour les donner dans la rue. C'est comme un deuxième métier, sauf qu'elle ne gagne rien en échange. Elle apprécie la musique, en l'occurrence le jazz de Candyland, musique divine et calme qui lui permet de se remettre en question de temps à autre. Bien entendu, elle aime aussi son métier; en l'occurrence, médecin légiste. Travailler dans des cadavres auquel elle a parlé, puis de voir ce que leur corps cache, est indéniablement un plaisir pour elle, c'est comme un jeu. Ou plutôt, c'est pour découvrir les grandes vérités du corps.
    Elle déteste par dessus tout l'impolitesse et les gens qui se plaignent. Il n'y a rien de plus insupportable que les gens qui ne vont pas de l'avant, en tout cas, à ses yeux. Elle n'aime pas non plus les hors-la-loi ; normal, vu qu'elle est devenue traqueuse.
    Des manies, elle en a peu, mais une revient souvent lorsqu'elle est contrariée : elle tire la langue sans le savoir. Ne le prenez pas pour vous voyons, elle ne le fait pas exprès! Vous pouvez aussi remarquer qu'elle claque des doigts lorsqu'elle a faim. Voila donc les deux manies les plus courantes chez cette jeune fille. Mais attention, elle risque d'encore fort de vous étonnez!
    Rosette a peur des ombres, que ce soit chez elle ou dans la rue, elle ne supporte pas regarder le sol peur de voir une ombre maléfique. C'est sa plus grande crainte.
    Mais gare à vous, si vous l'effrayez, vous risquez de vous prendre de mauvais coup!
    En conclusion, cette jeune fille d'apparence charmante se trouve être une demoiselle un peu sèche mais dynamique!





Physionomie



    Fraîcheur. C'est le mot qui la définit le mieux; avec son visage à la forme fine, son teint clair, sa peau douce, et ses traits enfantins. Elle est aussi fraîche que la rosée d'un matin de printemps. Sur ce visage, plein de malice et de tendresse, faisant ressortir ses yeux aux iris d'une couleur ensoleillée; jaune doré. Autour de ses yeux éclatants, sont posés de longs cils, qui battent pour vous enchanter. Ses lèvres sont belles et sucrées. Son nez est droit et mignon, reniflant toutes les senteurs du monde autour d'elle. Celui-ci ne laisse passer aucune odeur au hasard.
    Ses longs cheveux roux, tirent parfois sur le rouge, et laissent échapper une odeur de cannelle. Droits et lisses, ils lui permettent de faire ce qu'elle veut d'eux. Laissant libre cours à son imagination pour les coiffures les plus originales possible. Une longue mèche tombe parfois sur son œil droit, mais cela ne la gène pas. Pour une facilité, elle les attache quand elle est au travail. Laissant ainsi tomber ses cheveux en deux queues égales, une à gauche de son visage, l'autre à droite, lui donnant un air un peu mesquin voire enfantin, mais ne vous fiez pas à ces apparences de gamine, car elle pourrait vous étonner.
    Cette jeune fille mesure environ un mètre soixante-cinq, pour quarante-neuf kilogrammes, elle est donc élancée et gracieuse. Bien dans sa peau, elle est en équilibre avec elle-même. Sa silhouette est donc svelte et étroite. D'une carrure extrêmement féminine, elle ne déplait pas c'est certain.
    On remarque chez cette jeune fille ses mains. En effet, elle en prend grand soin, car ce sont celles-ci qui lui permettent de pratiquer l'art dans toute sa splendeur. Car pour elle l'art n'est autre que ses recherches sur le corps humain, elle n'est pas médecin légiste pour rien non plus! D'ailleurs, ses longs doigts d'une grande finesse lui sont très utiles que ce soit dans sa profession que dans la vie de tous les jours. Au bout de chaque doigt, des ongles bien taillés, coloré selon l'humeur de la demoiselle. A son annulaire, de la main gauche, elle porte une bague en or. Personne ne sait d'où vient cette bague, mais une chose est sûre c'est que la belle y est fortement attachée et ne la quitte jamais.
    Du côté de son style vestimentaire, elle n'est pas bien compliquée. Elle aime ce qui est charmant et habillé, ayant une petite préférence pour les robes et les jupes aux pantalons. Elle apprécie aussi ce qui est près du corps, se sentant plus à l'aise avec quelques chose qui la tient bien plutôt que des vêtements amples. Elle aime les choses colorées et hautes en originalité. Niveau motif, elle aime les choses simples et pas trop décorées, quelques boutons, deux trois lignes et le tour est joué, pour elle, la décoration, c'est du chichi qui ne sert pas à grand chose. Niveau chaussures, elle aime ce qui a un petit talon pour se sentir encore un peu plus grande et aussi quelque chose de léger pour pouvoir marcher en toute tranquillité. Elle n'aime pas trainer ses pieds ou même avoir l'impression de devoir porter de gros boulets. Elle laisse donc tomber les bottes chaudes et les baskets puantes et lourdes. Mais les pieds de cette jeune fille sont assez imposants, taille trente-neuf, voire quarante. Pour ne pas avoir trop froid, elle met parfois de grandes chaussettes ou des bas. Tout ceci est parfaitement inintéressant.




Récit



    Il y a vingt ans de cela, une dame, élégante et charmante, donna naissance à deux beaux garçons, des jumeaux, promis au même et grand destin. En tout cas, c'était ce qu'avaient prédit deux fées qui venaient, sous la demande de la jeune femme, prédire l'avenir de cette petite famille. Les créatures ailées avaient ainsi juré sur leur grimoire que ses deux jeunes bébés deviendraient de grands et forts garçons, qui protègeraient Candyland des malfrats tel que Big Bad Wolf. La femme croyait en ces prédictions, sa mère avait, elle aussi, eu recours à ces fées qui avaient, jusqu'ici, raconté la vérité ! Les années passèrent vite, les deux bambins devinrent des jeunes garçons de huit ans, bien portant et plein de rêves. Mais à cette époque, leur mère retomba enceinte, heureuse, les fées lui avaient prédit qu'elle aurait une petite fille, une enfant si magnifique que rien ne pourrait lui résister mais qu'un grand malheur planerait au-dessus de sa tête. Les deux fées ne pouvaient en dire plus, leur pouvoir ne voyait pas aussi loin dans le futur, elles s'excusèrent et prirent repos après cette terrible nouvelle. La petite fille vint ainsi au monde, mais pour sa mère, c'était une rose couverte d'épines. Qu'allait-il arriver de si malheureux ?
    Les fées revinrent à nouveau, mais cette fois-ci sans leur grimoire qui leur servaient à lire l'avenir, elles avaient peur pour l'enfant, peur pour cette famille qu'elles aidaient depuis tant de générations. Quand elles virent l'enfant, elles furent heureuses d'avoir oublié chez elle leur livre magique, tant elles ne voulaient pas qu'il arrive quelque chose à cette petite Rose. Elles demandèrent ainsi le nom de la gamine : celle-ci s'appelait Rosette.
    Pourtant, la mère continuait à vouloir tous savoir, prise de panique, suite à cet oubli, elle supplia aux fées de revenir au plus vite tout près d'elle, pour ainsi connaitre la vérité. Les deux créatures volantes acceptèrent, n'ayant pas le choix.
    Trois semaines passèrent avant leur retour, la petite fille avait déjà un peu grandit, quelques cheveux avaient poussé révélant ainsi une couleur rousse tirant sur le rouge. Ses grands yeux d'une couleur dorée c'étaient eux aussi révélés. A ce beau minois, les fées ne purent dire que la vérité. On ne pouvait mentir à cette cruelle beauté. L'enfant innocente écouta ainsi son destin, qu'elle aurait sans doute préféré éviter. La plus jeune des créatures ailées prit ainsi la parole vers la dame :

    " Nous craignons, madame, que Rosette ne cause un grand malheur à ses frères ; qu'ils ne meurent dans quelque affaire pour elle. Voilà tout ce que nous pouvons deviner sur cette belle petite fille : nous sommes bien fâchées de ne pas avoir de meilleures nouvelles à vous apprendre. "

    La mère fut peinée par ses mots, une tristesse si grande qu'elle ne put en parler à son mari. Laissant jouer ses deux fils avec leur nouvelle petite soeur, la dame les regardait et se répétait que cela ne pouvait être possible, que le destin pouvait être changé. Elle voulait tant que les fées se trompent, au moins qu'une fois. Comment pouvait-on donner un si funeste destin à une si petite enfant ? Comment pouvait-on y mêler ses frères ; déjà si braves ?
    Malgré ce que les bonnes fées avaient dit, la petite fille grandit, chérie par les siens. Sa mère n'osa jamais en parler devant son mari. Mais le jour des cinq ans de son enfant, elle ne put s'empêcher d'éclater en sanglant dans sa chambre. La petite fille, de peur pour sa mère, voulut aller la consoler en lui apportant un nounours. Mais la mère n'en voulut pas et demanda à sa fille de déguerpir en vitesse. La gamine, loin de comprendre ce qu'il se passait, fit ce que sa maman lui avait demandé : Elle fuit. Loin de chez elle, elle partit seule, elle aussi, en pleur. Bien évidemment, à cet âge là, elle n'avait pas compris le sens des mots de sa mère, mais qu’importait ? Le père sut toute la vérité ce soir là, il proposa ainsi à sa femme d'enfermer sa propre fille dans le grenier, à jamais ! Mais la mère ne pouvait s'y résoudre. Les frères furent alors pris de panique, ayant entendu la conversation ! Ils entrèrent dans la chambre, et supplièrent à leurs parents de laisser Rosette tranquille, que la pauvre ne leur ferait jamais aucun mal. Ils se refusaient d'enfermer une si petite enfant dans un grenier poussiéreux. Les parents furent assez heureux aux mots de leurs fils ; il y avait déjà une si belle complicité entre eux et leur sœur que c'en était merveilleux. La maman chassa alors ses mauvaises pensées et voulut aller chercher Rosette dans sa chambre, mais celle-ci n'était plus là.
    Ils durent ainsi la rechercher toute la nuit dans tout Candyland.
    C'est au petit matin qu'ils la retrouvèrent, elle était là, assise contre un arbre, la fatigue avait fait en sorte qu'elle s'assoupisse sous un chêne. La mère fut la première à la serrer dans ses bras, elle s'en voulait tant. La petite se réveilla sous cette tendresse, elle n'avait plus peur.
    Les années passèrent, la petite fille poussa tel un haricot magique. Et entra dans sa dizaine.
    La petite fille était devenue belle et pleine de malice, elle était parfaitement bien entourée, ses frères étaient quant à eux entré dans la majorité, et avaient rejoint les traqueurs pour sauver le pays des criminels, comme les fées l'avaient prédis pour eux. La petite fille elle savait qu'elle deviendrait, elle aussi, une traqueuse, mais qu'elle devait encore attendre quelques années avant de monter si haut. Ses frères lui expliquaient leurs aventures palpitantes, ils lui montraient quelques têtes d'hommes connus pour leur méfait. Elle était toujours émerveillée par tout ce que ses frères lui disaient. Elle n'aspirait qu'à une chose : être comme eux. Sa mère et son père se faisaient vieux et commençaient à redouter les paroles des fées. Ils gardaient donc ainsi, toujours un œil sur leurs trois enfants. Hélas pour eux, ils ne purent veiller bien longtemps car au douzième anniversaire de la petite, ils furent frapper par une maladie qui les emporta dans le néant. La petite dut ainsi vivre avec ses frères, à partir de son adolescence.
    A la mort de ceux-ci, elle se mit à faire des caprices, elle ne voulait plus rester seule, elle avait peur, elle imaginait toutes sortes de choses. Les jumeaux avaient beau la réconforter, rien n'y faisait, elle était devenue anxieuse.
    Un jour, alors que son état c'était stabilisé, elle alla se promener sur la plage de cendre. Ses frères étaient au courant de tous ses faits et gestes.
    Se promenant ainsi sur la plage, elle aperçut une silhouette; c'était un grand homme aux regard de sang, il la regardait de loin, elle sentait son regard la transpercer, elle ne savait trop pourquoi, mais elle n'avait qu'une envie, aller voir plus près; toujours plus près. Elle n'arrivait plus à savoir ce qu'il se passait, ses membres bougeaient seuls. Elle arriva à sa portée, et se mit à parler avec lui, c'était un dialogue malsain, l'ambiance, elle-même, faisait froid dans le dos. La demoiselle était comme possédé par l'esprit de ce qu'elle appellerait plus tard "Shadows". Elle aurait tant voulu s'enfuir, mais rien n'y faisait, elle ne savait pas bouger. Les larmes coulaient le long de son beau minois, l'ombre approchait sa main, tenant un couteau dans celle-ci, il n'avait qu'une idée en tête : Tuer...
    La petite n'aurait rien su faire, elle était à la merci de ce monstre au regard de tueur, rien n'aurait pu la sauver; sauf ses frères. Elle eut une pensée pour eux, eux qu'elle avait tant aimé, elle s'en voulait de ne pas leur avoir dit ce qu'elle avait sur le cœur, mais peut-être était-ce mieux ainsi? Elle tenta de fermer les yeux, mais ceux-ci ne répondaient pas non plus. C'était la fin. Sa fin. En tout cas elle le pensait. Son esprit fut libéré par un grand bruit venant du loin, l'espace d'un instant, elle put détourner son regard de celui de son agresseur, et pu s'enfuir à toute jambes, elle était sauvée.
    Courant à toute vitesse sur la plage, elle aperçut ses frères au loin, qui lui criaient qu'elle retourne chez eux. Elle acquiesça pensant, que ceux-ci allaient la prendre dans les bras, mais ce ne fut pas le cas, ils continuèrent à courir droit devant eux, évitant la petite. Ils étaient près à battre le shadow. C'était leur job. La petite fille continua à courir, jusqu'à arriver chez elle. Elle s'enferma à double tour et monta dans sa chambre, toujours effrayée. Elle attendu le retour de ses frères durant trois jours. Trois longues journées passèrent, journées interminables.
    CLAP CLAP CLAP
    On frappait à sa porte, qui était-ce? Durant un instant, elle cru entendre la voix de ses frères. Mais, ce n'était guère eux. Il s'agissait de leur commissaire, un homme d'un certain âge, qui demandait à les voir. La petite ne sut répondre; et referma la porte sans un mot, laissant le commissaire béat de cette mal politesse. Elle avait bien comprit que ses frères ne reviendraient pas. Mais elle devait allé à leur recherche.
    Elle s'habilla chaudement, et couru vers la plage où elle les avait vu pour la toute dernière fois. En arrivant sur le sable de cendre, elle les vit, étalé sur le sable, perdu dans cette vaste étendue de noir, l'ombre était toujours là, à guetter. Prise d'une colère et d'une tristesse si infinie, elle s'approcha de ses frères et les embrassa. Elle les avaient perdus pour de bon. Morte de chagrin et n'ayant plus rien à perdre, elle attrapa le pistolet d'un de ses frères et fonça tête baissée vers cet horrible personnage. Elle tira, une fois, deux fois, trois fois. Elle avait réussi à le toucher pourtant, il n'avait pas bronché. Elle hurla de colère, frappa sur le sable en tombant à genoux, elle n'avait plus rien, plus personne... Une main vint se poser sur la tête de la gamine, il y eut deux sourires, deux garçons, d'un bon, ils sautèrent sur l'ennemi et le plaquèrent au sol. Coup de grâce... Ça faisait une dizaine de minutes qu'elle les avait embrassé, l'ombre disparut, évaporée dans cette nature, les frères regardèrent leur petite sœur avec tendresse. Ils sourirent une dernière fois avant de se coucher à nouveau sur le sable. Elle ne comprenait pas ce qu'il s'était passé, mais elle avait pu les voir sourire une dernière fois.
    Les années passèrent, elle ne pouvait compter que sur elle-même, elle avait tant grandit. Avec le temps, la petite fille était devenue une belle demoiselle, aux longs cheveux orangés. Elle n'aspirait toujours qu'à devenir Traqueuse, tout comme ses héroïque frères. Avec le temps, elle avait comprit comment ils avaient pu se réveiller de cette mort. Mais elle préférait se taire la-dessus.
    Prenant un manteau, et un sac, elle sortit de chez elle en regardant le ciel, elle venait d'atteindre ses dix-huit ans, et il était tant pour elle de reprendre sa vie en main.
    Fin.





C.V - Petit test Rp -



    Rostte marchait d'un pas décidé vers le commissariat de Wonderland, elle avait enfin décidé ce qu'elle voulait devenir : Traqueuse. Elle se devait de reprendre ce que ses frères avaient laissés derrière eux. Question d'honneur. Elle ne regardait pas derrière elle, seule quoi qu'il arrive, elle ne risquait pas de faire demi-tour, bien au contraire! Elle ne pouvait plus qu'aller de l'avant, et ce pour diverses raisons. Elle arriva devant la grande porte du commissariat ou elle allait enfin déposé son curriculum Vitae. Elle poussa la porte, qui grinça tel un croassement de corbeaux. C'était chose aisée d'imaginer ce qu'elle allait dire, enfin c'est ce qu'elle pensait. Elle traversa un long couloir, ses pas résonnaient dans la longue entrée du bâtiment. A la fin de cette allée, elle arriva devant une petite porte, sur celle-ci était écrit quelques mots en lettre d'or, elle regarda rapidement les inscriptions et frappa. La porte s'ouvrit seule et se referma derrière elle. Son regard se perdu dans les nombreuses étagères du beau bureau.

    - Bien le bonjour, je me nomme Ghostwhite Rosette.

    Elle s'était postée devant la porte, droite comme un I, son regard s'était lui aussi figé devant les yeux de celui qui semblait être le commissaire. La pipe à la bouche, il la regardait des pieds à la tête, il ne semblait pas vouloir ouvrir la bouche, pourtant il fallut bien qu'il se décide un jour. Il racla sa gorge et un son sortit :

    - Qu'est-ce qui t'amène ici jeune fille?
    Cet homme ne la prenait pas au sérieux, c'était évident, mais elle respira tranquillement et garda son calme. Posée et sûre d'elle, elle enchaina sans peine :

    - Je viens poster mon C.V. j'aimerais travailler ici, en tant que médecin légiste.

    Il rigola dans un grondement, pour lui, il était évident qu'elle était beaucoup trop jeune que pour faire se métier, mais elle avait l'air compétente malgré tout, en vérité, elle semblait avoir une aura particulière.

    - Et en quoi nous serais-tu utilise, Rosette?
    Il posait ces mots tel un aristocrate engagent une soubrette. Ce qui avait le don d'énerver la demoiselle, qui se sentait totalement capable de faire ce boulot. Elle souffla une fois, et sortit de son sac une petite boite, dans laquelle était disposé un lapin, mort. Elle regarda le cadavre, puis sortit de son sac une peluche plus grosse que sa tête et que le lapin. Elle disposa la peluche sur le bureau de son interlocuteur et toucha le lapin qui se réveilla aussitôt.

    - Je peux réveiller les morts, et les contrôler durant un quart d'heure. Le seul problème est qu'il ne peuvent me parler qu'une minute chrono. Lapinou attaque.

    L'homme regarda perplexe la démonstration sans mot. La jeune fille avait désigner la grosse peluche. Le lapin sauta dessus avec violence et acharnement. En quelques minutes il ne restait que de la mousse sur le bureau. D'une main elle se rapprocha du lapin et le caressa. Il mourut à nouveau. C'était fini.




HRP et Blabla .::. Info'




    Si votre/vos futurs avatar(s) se réfère(ent) à un personnage de manga/animé/etc spécifique, précisez le nous ici :
    J'utilise Furukawa Miki, de Vocaloid. Pour plus tard j'utiliserai peut être le personnage de Yoko dans "Tengen Toppa Gurren Lagann". Je n'ai pas de nom de galerie.
    Premières impressions concernant le forum:
    Je le trouve très joli, bien expliqué, je dis simplement bravo!
    Éventuelles idées pour l'améliorer:
    Je ne serais vous dire, je le trouve tellement bien comme ça. Enfin, j'ai quand même un petit bémol, si le texte avec les liens étaient un peu plus foncés, ça ferait moins mal aux yeux, mais bon, ce n'est qu'un tout petit bémol.
    Comment nous avez-vous découverts:
    Par hasard; sur google.
    Depuis combien de temps faites-vous du Rp':
    Un petit temps.
    Évaluation de votre activité sur le forum:
    6/10
    Code:

    Petit plus:
    Rose Red vient du comics fable : Ici et Ici. Dans le comics, il s'agit de la petite soeur de Snow White, mais je suppose que ça la dérangerait.






Dernière édition par Rosette le Jeu 30 Sep - 18:50, édité 11 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rosette, la fine aiguille. Lun 27 Sep - 19:43

Double post, juste pour dire que je pense avoir terminé.
Merci d'avance.
En espérant que la lecture vous plaise!

EDIT : Pourrais-je dans mes rp, incorporer un petit personnage qui accompagnerait mon personnage?
Ce serait Chopper de One Piece - dans sa petite taille -
Merci pour la réponse.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rosette, la fine aiguille. Ven 1 Oct - 11:44

    Bonjour bonjour, Rosette !

    Et désolée de t’avoir fait attendre ;)

    Avant tout, bravo pour les codes utilisés pour les jolis cadres et couleurs ♥ !

    • Pour ce qui est des fautes d’orthographe, je te remercie d’en avoir corrigé la plupart. Il doit en rester quelques unes, mais assez peu. Je te laisse les corriger toute seule, ce sont pour la plupart des fautes d’accord (ne pas oublier le COD devant l’auxiliaire avoir, par exemple. Ou les s au pluriel 8D). Même si Bonpatron n’est pas très complet, si tu passes tout ton texte sur le site, tu devrais corriger le peu qu’il te reste. Je te mets trois/quatre exemples de fautes de formulation, par contre :

    Psychologie.
    Citation :
    elle est pleine de cran et ne regarde pas au danger.
    « ne regarde pas au danger » ? Je comprends le sens, mais je doute que ta phrase soit très correcte. Essaye peut-être de trouver une tournure différente ayant le même sens. Regarder au danger, ça me semble bizarre ^^’
    Citation :
    Travailler dans des cadavres auquel elle a parlé
    Auxquels, puisque ce sont les cadavres (oui, c’est pas de la formulation, mais quand même /PAN/)

    Physionomie.
    Citation :
    D'ailleurs, ses longs doigts d'une grande finesse lui sont très utiles que ce soit dans sa profession que dans la vie de tous les jours. Au bout de chaque doigt, des ongles bien taillés, coloré selon l'humeur de la demoiselle.
    « Que ce soit dans sa profession OU dans la vie de tous les jours ». Mettre un deuxième que sonne un peu particulier. Et « colorés », puisque ce sont les ongles.

    Récit.
    Citation :
    La petite fille elle savait qu'elle deviendrait, elle aussi, une traqueuse
    Je pense qu’ici, le premier « elle » est en trop.

    Egalement, tu fais quelques répétitions. Vraiment pas beaucoup, mais dès que tu en vois une, essaye de trouver un synonyme ou une expression ayant le même sens. Simple question d’esthétique. Par exemple, dans la psycho :
    Citation :
    Elle aime aider les gosses démunis et fait tout pour les faire sourire. C'est avec eux qu'elle affiche un véritable sourire.

    • Ensuite, pour ton pouvoir, c’est vrai qu’il reste un peu « too much ». Essaye d’y apporter des précisions. Je cite Charmant :
    Prince Charmant a écrit:
    a) Sont-ils réveillés surpuissants ?
    b) Soumis à elle ?
    c) Intelligents, totalement ? Ne flippent-ils pas devant leur situation plutôt que faire "baaaah papotons" ?
    Tu pourrais peut-être essayer de rajouter quelques détails pour savoir dans quelles conditions sont les morts que tu réveilles. Peuvent-ils se rappeler de tout leur passé, juste leurs derniers actes, conservent-ils leur dernière expression/gestes – ce qui peut, en tant que Traqueuse, t’amener à des indices intéressants. Il serait préférable que tu ne puisse récolter QUE des indices et pas de véritables preuves, pour tes enquêtes. Même en tant que Médecin légiste, j’imagine que tu souhaiteras être sur le terrain de temps en temps ^^’
    Je re-cite Charmant, qui me donnait un exemple pouvant t’aider :
    Prince Charmant a écrit:
    Sinon, elle voit des fragment de leur dernier souvenir, peut-être. Ou les réveille au moment de leur meurtre, donc ne peut choper que les fragments d'indice - paroles, cris, etc… Par exemple, ils pourraient être fixés sur ce qu'ils voulaient faire au moment de leur mort
    Donc ses frères peuvent quand même l'avoir protégée... Et elle, d'après les fragments qu'elle détectera à partir des cris et réflexes des victimes, récoltera des indices - juste des indices - sur leurs intentions.
    A toi donc d’essayer de trouver quelques limites supplémentaires pour modérer un peu plus ton don, bien que je te remercie d’avoir fait l’effort de limiter dans le temps, ce qui est déjà important.


    • Pour Chopper, le fait que tu ais un petit compagnon avec toi n’est pas dérangeant tant qu’il n’intervient pas 24h/24h. Je crois me souvenir que ce n’était de toute façon pas ton but, mais je le redis. Il peut faire quelques interventions mais ne peut pas non plus t’être d’une utilité transcendante, ce ne serait sûrement pas très marrant pour ton partenaire RP de lire que Rosette fait ça, après « petitcompagnonmignon » fais ci et Rosette réplique en… Enfin, je pense que tu imagines ^^’
    De plus, il faut que tu l’inventes toute seule. Ne reprends pas l’histoire de Chopper dans l’animé de One Piece. Ce n’est pas un forum ou on adapte à sa sauce des personnages de manga existants, essaye donc de t’approprier cette petite bestiole ;)



    Je ne vois à priori rien d’autre à rajouter. Pas de fautes liées au contexte et ton personnage ne semble pas s’auto contredire – je me comprends.
    J’attends donc ta correction !

    Bonne chance,
    Crazy Apple.


Avatar Halloweeeeen ♠️
avatar
Crazy Apple
Narcissico-Fruitophile
Narcissico-Fruitophile
HUMEUR : Explosive, mais acidulée.
CITATION : « Explosion fruitée, avec ou sans sucre ? »

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Mangez dix fruits par jours, pas de légumes !
NOTEBOOK : An apple a day keeps the doctor away ♥️
VIE SOCIALE : Les pommes du voisin sont toujours meilleures ★
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Rosette, la fine aiguille.

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Rosette, la fine aiguille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Tarte fine abricots/frangipane» Caaat powaaaaaaaa! /ZBAF/ Prèz' de Fine Patte :» Fine fleur et fine lame, un détonnant mélange !» {fini} I've been doing just fine - Kiran ft. Haileen» everything will be fine ▲ GEMVEN
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fiches-
Sauter vers: