AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Fairy Godmother [fiche terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Fairy Godmother [fiche terminée] Mar 11 Jan - 15:43

    Fairy Godmother, une femme ordinaire

    Ploup-poulp Dossier
    Narcisse Millefeuilles Fairy Godmother

    Âge ;
    On ne connait pas vraiment son âge. Personne ne le sait et c’est tant mieux. Mais elle a l’allure d’une femme d’une trentaine d’année.
    Date de naissance ;
    6 septembre
    Ville natale ;
    Wonderland
    Emploi ;
    Fairy Godmother a eu plusieurs métiers dans sa vie : fée baptiseuse au chômage, elle est passé présidente de la firme enchante moi et Co. Cette entreprise vend des potions, des enchantements, des objets ensorcelés, des services divers et variés… C’est également une épouvanteuse et une parieuse professionnelle.
    Préférences amoureuses ;
    Oh mais Narcisse est purement hétérosexuelle. Les femmes ? Mais… Mon petit, personne n’égale Narcisse en beauté ! Alors pourquoi aimerait-elle les femmes ? Les hommes c’est bien plus amusant. En plus tous se jettent à ses pieds. Tous admirent sa beauté.
    Talent surnaturel ;
    Narcisse a un talent très particulier qu’elle utilise toujours à bon escient. Toujours même si les gens ne sont pas d’accord avec elle sur ce sujet. Elle est capable de lancer des malédictions ou de bénir les personnes qui n'ont pas encore été bénis par sa famille. Il y a tout de même quelques contraintes à son pouvoir : plus la malédiction est importante, plus les contraintes sont improbables.

    A calamar tapageur, Passions inavouables.

    La première chose qui vient dans l’esprit d’un individu quand il voit Fairy Godmother c’est bien sa beauté caractéristique. Narcisse est belle. Non plus ! Narcisse est une beauté absolument fantastique. Personne ne peut décrocher son regard d’elle. Et Narcisse aime se faire remarquer. Aime se faire regarder. De toute façon, elle le mérite amplement. Narcisse est née pour être la plus extraordinaire, la plus talentueuse, la plus… La plus parfaite des personnes.

    En plus d’être admirable, Narcisse a beaucoup de talents. Le sens des affaires. Le sens de la gestion. Narcisse éblouit tout sur son passage. Et Narcisse… est la meilleure personne au monde. N’est-ce pas ? Bien sûr ! Elle a beaucoup de créativité et d’imagination. Ses enchantements et ses potions font merveille. Tout le monde coure pour acheter ses produits. Et Narcisse aime que l’on admire ses ouvrages. D’ailleurs... les gens qui n’achètent pas ses articles et bien… Et bien ils les achèteront… Cela n’est qu’une question de temps. Narcisse est une femme d’affaire redoutable. Sûre d’elle et forte comme un roc quand il s’agit de vendre ce qu’elle fait. Elle n’y va pas par quatre chemins. Les gens ne doivent pas hésiter quant à se procurer ses produits ! Ils les acquièrent… C’est tout ! Et puis ses enchantements sont de la plus grande qualité qui soit. Ce sont les meilleurs de tout Malkin alors pourquoi délibérer ? Quand il s’agit de vendre, de gérer, de travailler, Narcisse ne rechigne jamais à la besogne. Narcisse est avare et plus elle en a… Plus elle est heureuse. Chez elle, l’argent fait le bonheur !

    En plus d’être gentille. La femme est généreuse. Oui ! Elle est miséricordieuse et gentille. Tout dépend du point de vu. Ne croyez pas les gens qui parlent à mauvais escient sur elle ! Lancer des malédictions à des petits enfants ? Mais… Mais voyons ! Non ! Ce n’est pas une malédiction ! C’est une bénédiction ! Elle apprend la vie à ses chers petits. Le Prince Charmant… Il est devenu charmant grâce à elle. Il est devenu irréprochable aux vus de tous. Et Narcisse sourit quand elle le voit se débattre. Elle aime voir ce petit… petit… petit « moustique » souffrir de son sort. Le pauvre. Mais il l’a bien mérité ! Et c’est avec un sourire sadique et jouissif qu’elle regarde, de loin, le pauvre prince se débattre. Et Narcisse adore ça… voir les gens endurer la vie à cause de ses sorts. C’est vrai qu’elle ne donne pas de faveur, pas de grands pouvoirs magiques à ces pauvres êtres sans défenses. Mais elle leur apprend la vie ! Et ça, c’est le plus beau des cadeaux. Ensuite… Ben qu’ils se débrouillent. Ca ! De la gentillesse, dîtes-vous ? Attention à ce que vous dîtes pauvre être répugnant. Narcisse est agréable ! Narcisse est la perfection incarnée ! Tout le monde a le droit d’avoir ces petits vices cachés n’est-ce pas ?

    D’ailleurs des vices cachés… elle en a. Pas beaucoup ! Narcisse étant une personne tout à fait admirable par son comportement. Mais elle aime jouer. Jouer aux cartes. Tarot, poker, pouilleux massacreur… Tout, tout est bon pour plumer ses partenaires. Ce qu’elle aime le plus dans les jeux ? L’adrénaline du moment. Sentir son battre et gagner ! Par tous les moyens possible et imaginable. Mais il faut qu’elle empoche. Les cartes ne sont rien… Les jeux et les paris sont, tout d’abord, une sorte de premier contact entre des « individus notoires ». Grâce aux défis, elle montre toute sa puissance, toute sa beauté merveilleuse, toute sa grâce, toute sa splendeur, toute sa perfection. Et voir les autres perdre face à elle c’est quelque chose de tellement attrayant. C’est égal au plaisir de la chair. Voir les rictus de rage et les mains qui se crispent d’avoir perdu de l’argent. Si ce n’est pas de l’argent que les gens perdent face à elle, Fairy Godmother aime lancer des gages douteux et ô combien difficile à réaliser. D’ailleurs, celui qui en a le plus souffert, c’est bien Walrus. Passer une nuit avec elle, voici un exemple de gage ou plutôt « d’amusement pour Narcisse » et de « désagréables sentences » pour le perdant. Voilà toute la splendeur du jeu et du pari ! C’est vrai… La femme le reconnait – pas ouvertement – elle aime voir les gens souffrir. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle s’amuse à lancer des malédictions, à jouer, à parier. Mais… Son petit côté sadique n’est pas un défaut, ni une qualité. C’est quelque chose qui fait parti d’elle. C’est tout…

    Très intelligente, elle l’utilise toujours à très bon escient. Narcisse observe, scrute… Maman la bonne fée analyse les comportements. Et en tire profit. La première chose qu’elle regarde ? Les points faibles des autres. Le point faible et les phobies des autres… c’est le plus important quand on veut faire affaire. C’est quelque chose de très sérieux qu’il ne faut absolument pas montrer. Narcisse l’a très bien compris. Sûre d’elle, la tête relevée, elle marche lentement d’une démarche de félin chassant sa proie. Pourtant… Et bien « Madame » peut se tromper et elle n’est pas la science infuse. A bon ? Dîtes-vous. Elle se trompe rarement, mais quelques fois ça lui arrive de faire erreurs. Mais personne ne le remarque. Et quand bien même ? Une petite malédiction ça vous tente ? Non ! Jamais ne lui viendrait à l’idée de lancer une malédiction sur de bonnes personnes. Quelques rumeurs courent que de très nobles personnes se sont retrouvés avec quelque chose de… N’en parlons plus !

    Les rumeurs et les commérages ne sont pas intéressants.


    Miroir, mon beau miroir


    Des cheveux d’un noir d’encre de Chine, des yeux verts émeraude qui étincellent, des lèvres charnues mais douces… Voici Narcisse.

    Narcisse est telle une prédatrice. De sa démarche féline, elle attire et rejette sans pitié. De talons aiguilles, aux chaussures de ville ; de jeans aux robes voluptueuses, Narcisse aime se montrer dans la rue. Ses longs cheveux coulent doucement dans l’air. Ses sourcils d’un noir charbonneux glissent nonchalamment le long de ses yeux verts. Ses bras se laissent porter et ses jambes semblent bouger toutes seules. Narcisse n’est qu’harmonie dans ses gestes. Narcisse n’est que charme et beauté. Presque… irréelle aux regards des autres.

    Elle aime s’habiller de vêtements de toutes sortes. De toutes couleurs. De toutes formes. De longues robes, de longues chemises, des jeans à fleur, des panta-courts… Narcisse adore surprendre. Elle aime voir les regards des autres quand elle se balade dans la rue. Et pour avoir les regards sur soi… quoi de mieux que de s’habiller comme on l’entend ? De façon « grande entrepreneuse ». De façon décontractée. De façon « belle princesse aguerrie et sûre d’elle… ».

    Narcisse est vieille… Ah bon ? Dites-vous ? Enfin vieille… C’est un bien grand mot ! Non… Laissez croire aux gens ce qu’ils veulent. Narcisse n’est pas vieille. Aucune ride, aucune imperfection du visage. Sa figure est telle une effigie de porcelaine. Une peau de lait qui fait ressortir ses yeux verts à la perfection. Des joues rebondies et légèrement roses. Et Narcisse affectionne se mettre du maquillage quand l’envie lui prend. Avec du maquillage, elle peut se donner un air de fée digne de son nom.

    Regardez ses courbes voluptueuses. Regardez ses seins… Ses seins d’une éclatante beauté. Les courbes de ses jambes. Les courbes de ses hanches. Tout son corps semble crier : « regardez-moi ! ». Son corps a la couleur du lait, tout comme son visage. Elle s’amuse à le mettre en valeur par des robes noires aux décolletés profonds. Cela est impossible, que dis-je, impensable aux autres de ne pas la remarquer. Ses vêtements, sa peau faisant ressortir ses yeux et ses mains vernies écarlates… Tout.

    Tout forme une harmonie parfaite… Telle est Narcisse, la prédatrice.


    Il était une fois. Et rien qu'une seule !


    Les rayons du soleil rentrent à flot dans la grande pièce. Ils éclairent tout sur leur passage. Une table en chêne massif. Les papiers jonchant le sol. Les vêtements trainant par-ci, par-là. Les murs sont blancs avec des taches de toutes les couleurs. Sur la table, un livre en cuir brodé de fils d’or. Soudain, des bruits de pas se font entendre. Une femme entre. Une femme aux formes voluptueuses et gourmandes. Ses cheveux font ressortir le vert de ses yeux. Une légère robe blanche en guise de vêtement. De son pas souple, elle s’avance lentement vers le livre, tire une chaise et s’assoit.

    « Cet événement m’a donné ma liberté. La jouissance de sentir son cœur battre, de voir ces regards meurtriers. Ils m’ont tous fait rire ce jour là. Ils croyaient que j’allais rester sage ? Que j’allais me soumettre à leur volonté ? Mais voyons ! Ce n’est pas mon genre ! C’était marrant de voir tous ces visages ébahis. J’en rigole encore !
    Ce fut peu après mes seize ans. Je m’ennuyais. Je cherchais autre chose dans ma vie que de bénir des choses futiles et niaises ! Je ne voulais pas passer ma vie à fréquenter les gens de la haute société. Etaient-ils si important d’ailleurs ? Je ne le pensais pas. Et l’avenir m’a donné raison. Personne n’égale mon pouvoir ! Et ce fut avec le sourire que je maudis cette chose répugnante. Un bébé. Il était laid. Il était moche. Et j’avais besoin que quelque chose se passe. Quelque chose qui changerait ma vie et me rendrait aussi libre que le vent ! Ce nourrisson ne méritait rien d’autre que de siffler par les oreilles quand il croiserait une rousse. Et puis ! Mon idée était originale ! De quoi se plaignaient-ils ? Ces êtres pitoyables ! Tous ! Ils sont tous pitoyable de toute façon ! Mes anciens parents. Mes oncles, tantes, cousins. Je suis née dans une famille un peu trop stricte à mon gout. Je développais de façon certaine, une aversion complète contre l’autorité. Je sais me prendre en main. Je n’ai besoin de personne. Et surtout pas d’ordre !
    Les Millefeuilles. Je m’appelais Narcisse Millefeuilles et avais grandis dans une famille très réputée pour le métier que tous les membres de la famille faisaient. Bénir des nourrissons braillards, laids et avec la voix horriblement stridente ! Je fus éduquée pour perpétuer ce métier. Ce métier faisait leur renommé. Les rendait puissant et tellement… tellement… pitoyable ! Oui, c’est le mot ! Ma famille était pitoyable ! Ils léchaient les bottes de la haute bourgeoisie. Enfin… mes parents ont eu le mérite d’être riche. Je ne manquais de rien. Heureusement ! J’aurais pût faire élever ma famille dans la haute noblesse. Malheureusement, je ne suis pas dotée d’une nature profondément passive. Je m’ennuie facilement. Vraiment facilement. Alors rester dans une famille où il ne se passait rien que des baptêmes… Au bout d’un moment, j’en ai eu marre tout simplement. Je me suis servie de ce truc hurlant dans un berceau. Ce jour là, j’ai pris ma liberté de vivre ! En plus de cela, mes parents voulaient me marier avec quelqu’un de la haute société. Quelqu’un qui me répugnait ! Alors oui, j’ai fais ce que je devais faire ! Et j’ai pris mon indépendance ! »


    La jeune femme se lève. Ses cheveux détachés prenant le mouvement de son dos. Une danse. Sur la table basse en verre, elle prend une fine cigarette. D’un geste lent, elle la met sur ses lèvres pulpeuses et délicates. Doucement, elle avance son briquet argent vers l’objet de ses désirs et une fumée dorée et parfumée emplit la pièce. Elle ouvre sa fenêtre donnant sur une ruelle pavée. Enfin, elle tourne les pages de son journal. Une écriture svelte et dynamique. Une écriture distinguée. Sur plus de quinze pages, des chiffres. Par centaine. Des calculs. Et puis, le récit continue.

    « Le petit garçon que j’avais maudis était fils d’un PDG très riche ! Je payais les conséquences de mes actes. Ma famille, révoltée par mon geste (ils croyaient dur comme fer que j’étais une petite fille sage et modèle) ne pouvaient plus me regarder en face. Yeux dans les yeux comme on dit. Moi, je prenais un malin plaisir à faire le contraire. Je ne m’ennuyais plus ! Je faisais ce dont j’avais envie ! Depuis le temps que j’en rêvais ! J’étais libre ! Libre ! Libre ! Je donnerais tout (pas mon argent cependant) pour ma liberté ! Je m’apprêtais à partir. Après ce petit incident, ma gentille famille m’avait attribué une chambre de bonne dans les profondeurs du manoir Millefeuille. Ils avaient honte d’avoir une fille comme moi. Je ne voyais pas pourquoi. N’étais-je pas parfaite ? Comme mes parents me l’avaient souvent dit ? Il fallait croire que non. Sinon, ils ne m’auraient pas donné une chambre où je ne pouvais pas poser, ne serais-ce que mes deux jambes ! Alors je me baladais dans les couloirs sombres de la demeure. Je ne voulais pas encore partir. Il fallait quand même que je leur laisse un cadeau. Je faisais tout, tout pour leur « apprendre la vie ». C’était des jeux d’enfant, je l’admets. Mais c’était tellement comique ! Des punaises placées malencontreusement sur le grand fauteuil de mon père, qui, à cette époque ne me parlait plus. Il avait oublié qu’il avait une fille. Bizarre.
    Un jour, alors que je m’apprêtais à sortir dans mes plus beaux atours, ma tante, vieille et gâteuse vint me voir. Elle posa, sur mon lit de camps, un journal disant que le grand PDG avait porté plainte contre une certaine Narcisse Millefeuille. Je lui répondais que je ne connaissais pas de Narcisse Millefeuille. Il n’y avait rien de mal à se moquer un peu non ? La tante me scruta de son œil sombre. « A bon ? » dit-elle presque en hurlant. Je hochais alors la tête avec mon sourire d’ange. « Nous te laissons jusqu’à demain pour partir d’ici ! Et bien sur, nous ne nous mêlons pas de ce procès et de cette plainte. Prend tes responsabilités ! ». Enfin, elle me quitta. Prendre mes responsabilités ? Très bien. Je pris mes bagages et partait dans la nuit noire. »


    La femme sourit en lisant ce passage. Quel bon souvenir, que celui de sa tante venant dans sa petite chambre et perdant contenance face à sa beauté destructrice ! Les gens se perdaient quand ils se trouvaient en face d’elle. La femme d’affaire ! La grande présidente de la firme « Enchante moi and Co » ! Redoutable concurrente de la firme du Magicien. Son sourire disparait quand elle repensa à cet homme. Elle lui ferait voir, à lui aussi, de quel bois elle se chauffait. Personne ne devait lui être égal ! Elle devait rester, la seule, l’unique Fairy Godmother. Un jour, elle deviendrait quelqu’un qui prendrait le pouvoir. Par son entreprise célèbre. Cela ne lui suffisait plus de jouer la grande entrepreneuse. Bien sur, elle ne démissionnerait pas et ne donnerait sa place pour rien au monde. Mais elle pouvait faire des choses à côté. Comme informatrice. Les épouvanteurs… Cela lui rappelle quelques scènes.

    « Ma vie avait changé considérablement depuis que j’avais quitté cette famille. Je n’avais plus de famille. Plus d’argent aussi. De riche fille d’une famille réputée. Je devins une fille pauvre et misérable ! Quand je le réalisais, cela me fit serrer les poings. Il fallait que je trouve une autre solution. Tout d’abord, il fallait que je gagne de l’argent et vite. Parce que, je ne le dis jamais assez, l’argent fait le bonheur ! Je trouvais une mansarde dans un quartier pas fréquentable. Mais je savais me défendre. Et personne ne me faisait peur. D’ailleurs, encore aujourd’hui, personne ne me fait peur ! Je les méprise tous ! Ce ne sont que des choses qui doivent ramper à mes pieds pou obtenir quelque chose de moi ! Je me trouvais donc une mansarde. Le lendemain, dans un tailleur gris, les cheveux coiffés en chignon, je fis le tour des boutiques pour me trouver un emploi. Et le jour suivant. Le troisième jour, je trouvais enfin ce que je cherchais. Qui plus est, dans quelque chose qui me plaisait ! Les poulpes étaient avec moi ! Je devins une vendeuse dans une petite boutique de filtres. Tous les jours, je prenais sur moi et faisait la gentille avec cette saleté de client. En même temps, je découvrais les joies de mon quartier. Des gens comme moi. Des gens malsain. Des gens de ma trempe. Puis, je rencontrais quelqu’un qui m’enseigna les joies des jeux ! Je ne pouvais m’ennuyer à présent. J’étais comblée. Surtout le soir. Je ne dormais plus. Je devins insomniaque. J’avais autre chose à faire que de dormir ! Grâce à une potion fabriquée par mes propres mains, je pouvais rester éveiller la nuit, le jour. En contrepartie, l’hyper-activité me pris. Je ne pouvais plus rester en place et encore aujourd’hui. Je ne peux rester sans rien faire. Et quand bien même, je trouve toujours une bonne distraction : le poker. Tout est bon pour plumer, pour gagner. Gagner ! Gagner ! Gagner ! Sinon le jeu n’est pas amusant.
    Ce fut la plus période de ma vie. Là, où j’appris des quantités de choses. Faire des potions, user de sa créativité pour inventer de nouveaux produits. Apprendre à observer le visage des gens pendant une partie de poker. Et les joies de la chair ! Je ne sais pas si je préfère les joies de la chair ou la joie de voir les visages faiblir quand je montre mes cartes lors d’une partie de poker. Et donner des gages aux perdants. D’où le plaisir de la chair ensuite. Oui. C’est ça. Une partie de poker, voir le visage du perdant, et lui dire qu’il passera la nuit avec moi. D’ailleurs, ce n’est pas vraiment un gage. Plutôt un cadeau. Passons ! A cette période de ma vie je grimpais les échelons également. Petit à petit. Et j’aimais ça ! Partir de rien et de monter encore et encore. Récolter de plus en plus !
    Et puis, un beau jour, ma patronne mourût. Je n’éprouvais rien. Je n’ai pas l’habitude de m’attacher aux personnes que je rencontre. Moi et moi seule. Je suffis moi-même à mon bonheur. Sur son lit de mort, elle me donna les papiers dont je rêvais tant depuis plusieurs mois ! Elle m’avait donnée sa boutique. Enfin non. Je l’avais acheté avec l’argent économisé jusque là. Ma propre boutique ! Mais j’en voulais plus ! Toujours plus ! Alors je fis encore plus d’effort pour que ma boutique soie la plus réputée de ma ville. Je gagnais de plus en plus d’argent grâce au poker et surtout à mon magasin. J’inventais tous les jours de nouvelles potions, de nouveaux filtres ! Les clients se les arrachaient comme des petits pains. Et puis, de fil en aiguille, je réussis à me payer des usines et à les implanter un peu partout à Malkin : Wonderland, Candyland… Je gagnais de plus en plus d’argent. Jusqu’à devenir plus riche que mon ancienne famille ! Cela me remplis de joie. Un bonheur intense ! J’avais atteins la puissance et la renommée grâce à moi ! A personne d’autre ! Juste moi ! »


    Fairy Godmother rit. Elle adore ce passage de son journal intime. Oui, elle est riche. Elle est indépendante. Elle est belle. En un mot, elle a tout pour elle. Et l’ennuie à disparut. Son pire ennemi. Et sa liberté l’accompagne toujours. Sa tasse de thé en main, elle tourne encore quelques pages de son journal pour arriver à son passage favoris. Celui où elle devient épouvanteuse. Comme quoi, la vie offre bien des surprises !

    « Ce ne fut qu’une rencontre. Oui, mais une rencontre qui bouleversa une deuxième fois ma vie ! Un homme. Il était fort séduisant. Alors je m’approchais de lui pour lui proposer un jeu, un défi. Et l’homme me regarda. Il avait un regard plutôt dur. Tout de suite, je sentis qu’il n’était pas fiable. Cependant, il avait quelque de fascinant. Et cela m’intriguait. Je l’invitais donc à prendre un verre dans mon appartement. Je discutais longuement avec lui. Il savait des choses sur moi. Je ne savais rien de lui et cela m’agaça profondément ! D’un regard amusée mais profondément énervé, je lui fis comprendre que je voulais savoir ce qu’il me voulait. Autant aller au vif du sujet ! Il me dit qu’il avait besoin d’une informatrice. Qu’il avait besoin de quelqu’un qui pouvait jouer sur deux tableaux à la fois. Lui et ses comparses ne le pouvaient pas. Ils étaient recherchés pour des crimes qu’ils avaient commis. Je lâchais mon stylo par la surprise. Je me mordais les lèvres. J’étais à le recherche de quelque chose (je suis toujours à la recherche de quelque chose) et l’homme arrivait à temps ! Je lui pris la main et acceptais de bon cœur. Jouer sur deux fronts à la fois. Donner des élixirs et des informations pour un monde meilleur ! Oui, j’étais tout à fait d’accord. A quoi servait la vie, sinon que de s’amuser ? Et ce nouveau travail, je le prenais comme un jeu grandeur nature. »

    Oui, Narcisse est une informatrice doublé d’une travailleuse acharnée. Rien n’équivaut l’argent et le plaisir de tromper les gens qui l’entourent. Un travail d’actrice. Fairy Godmother adore. Elle n’a besoin de rien d’autre que de sentir son cœur battre à fond et d’éprouver une entière satisfaction à aller de plus en plus loin, encore et encore. La femme fatale prend son manteau, éteint les lumières et ferme la porte. C’est la fin de l’histoire.





    Hors Rp'
    Si votre/vos futurs avatar(s) se réfère(ent) à un personnage de manga/animé/etc spécifique, précisez le nous ici ;
    (Nom de l'artiste et lien vers sa galerie à mettre en signature ou dans votre notebook si connu. Précisez le nous également !)
    Propositions/Idées pour améliorer le forum ;
    Le forum est absolument parfait. Je l’adore ♥♥
    Comment nous avez-vous découverts ;
    J’ai un double compte (Isaure Indya). Mais sinon je vous ai découvert de partenariat en partenariat. Je crois que le site c’est Rain In Paradise.
    Depuis combien de temps faites-vous du Rp' ;
    On va dire 2 ans et demi maintenant.
    Évaluation de votre activité sur le forum ;
    Au moins une fois par jour ♥
    Code ;
    Validé par Pompom




Dernière édition par Fairy Godmother le Sam 15 Jan - 18:45, édité 10 fois
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fairy Godmother [fiche terminée] Mar 11 Jan - 15:49

Je double poste (je sais, c'est mal XD)

C'était simplement pour dire que j'ai terminé ma fiche ^^. Depuis deux mois, elle traîne dans mon tiroir et j'ai terminé aujourd'hui \ô/.
Je suis désolée pour mes fautes d'orthographe ^^. Je me suis relue deux fois et s'il en reste c'est avec plaisir que je les corrigerai ^^.

J'espère que j'ai respecté au maximum l'histoire ^^. Je n'ai rien dis sur ses relations car j'ai écris cette fiche en étant le personnage de Narcisse. Et, étant donné que la femme ne raconte que très brièvement sa vie, je n'en ai pas trop mis et j'aimerai faire pleins de RPs où, de toute façon, sa vie apparaitra au fur et à mesure ^^. Mais j'ai mis tout ce qu'il y avait dans la fiche du PP ^^.

J'espère que mon interprétation de Fairy Godmother est juste et qu'elle vous plaira ♥.

Sur ce, je m'apprête à faire les corrections qui vont s'ensuivre (s'il y en a ^^).

PS : Il y a beaucoup de répétitions et je suis au courant. Ces répétitions sont faite exprès, surtout dans le passage où Narcisse explique comment vendre ses produits. Cela est fait pour insister lourdement. J'ai remplacé des mots quelques fois, quand j'ai pût. Car tous les mots ne sont pas tous remplaçable T_T. Si cela vous dérange trop, je corrigerai ^^.

J'espère également avoir pût retranscrire l'hyperactivité de Narcisse. Et surtout son égocentrisme ^^.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fairy Godmother [fiche terminée] Jeu 13 Jan - 21:26

Bonsoir !

Alors, tout d'abord, des fautes et surtout énormément de répétitions jusque dans les passages où je ne pense pas que ce soit fait exprès... Egalement, on aimerait d'autres termes que "Narcisse" pour désigner celle-ci, par exemple, et certaines expressions ne sont pas très françaises :
"Ceux-ci étaient des gens chargés des baptêmes des nouveau-nés de la grande noblesse et de la haute bourgeoisie. Les enfants nés chez les Millefeuilles étaient éduqués dans le but de garder cette ligne de conduite."
Baptiser des nouveaux-nés n'est pas une ligne de conduite, c'est une carrière...
Une famille de riche ! Narcisse fut élevé dans la hauteur de son rang."
Qu'entends-tu par "Une famille de riche", en fait ? Et "élevée dans la hauteur de son rang" ne veut rien dire ; on voit l'idée, mais l'expression n'existe pas en français...

Côté pouvoir, léger détail : elle ne peut maudire ou bénir quelqu'un qu'un membre de sa famille a déjà bénit/maudit.

Côté histoire, juste cette contradiction : Narcisse est dite "très prometteuse", "petite fille modèle", "patiente" ; et cependant elle dit avoir été "enfermée" et, aux repas de famille même où elle est supposée se montrer patiente, elle... lance "des glaçons dans les yeux de ses camarades [en] rigol[ant]" ?... Ce n'est pas vraiment le comportement d'une petite fille sage...

Cependant, le problème, c'est surtout que... on ne sent pas vraiment le personnage. Tu as compris l'esprit du PP, tu en as posé les bases dans ta fiche, mais... On a pas vraiment l'impression que tu te sois approprié Narcisse. Tu dis vouloir la développer dans tes RP ; le problème, c'est que pour te valider, je dois "voir" ton personnage maintenant, pas après validation ! Je ne vais quand même pas te faire réécrire des topics RP entiers ou guetter ton moindre post, à la recherche de la moindre incohérence... Et si le personnage est vide au moment de sa fiche, il y a des chances pour qu'il devienne complètement différent à mesure de tes jeux jusqu'à devenir une personne entièrement différente, ce qui est un peu dommage.

J'aimerais donc, dans ta correction, que tu essaie de t'approprier un peu plus le personnage ; ici, on entrevoit surtout une esquisse :/
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fairy Godmother [fiche terminée] Sam 15 Jan - 18:47

Voilà j'ai édité \ô/

J'ai refais mon histoire en entière, prenant compte de tes indications mon doux Prince \ô/. J'ai essayé de la faire vivre c'est pour ça que j'ai pris la forme d'un journal intime ^^. J'espère lui avoir donné plus de profondeur comme ça ^^. En tout cas, pour le moment j'ai tout corrigé \ô/.

J'attends donc, les autre modifications (s'il y en a) à faire ^^.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fairy Godmother [fiche terminée] Lun 17 Jan - 21:25

Bonsoir !

Pour commencer, côté langue pure, il reste malheureusement des répétitions et des fautes éè C’est assez dommage, parce que ça gâche le plaisir de lecture…

Côté interprétation du personnage… C’est là que le bât blesse, en fait. Tu as pris un trait de la personnalité de Narcisse – son… narcissisme, en fait – et tu as fait tout tourner autour ; Narcisse devient une femme persuadée de son bon droit, de son intelligence, de sa supériorité, franchement imbécile – au sens propre du terme – à force d’aveuglement, et persuadée apparemment d’améliorer la vie des gens qu’elle maudit, certaine d’être bonne, gentille et généreuse… Et en plus nymphomane, puisque ta fiche donne l’impression qu’elle ne joue que pour entraîner les gens dans son lit ! Alors qu’en réalité, c’est avant tout une entrepreneuse, une joueuse amoureuse du risque – mais du risque bien pris également. C’est une femme intelligente et travailleuse, calculatrice et amatrice d’action. D’accord, elle est orgueilleuse, peut-être un peu narcissique si tu veux – méprisante du moins – mais pas à ce niveau quasiment caricatural !

Pour l’histoire, divers problèmes : tu t’appropries davantage le personnage, mais, du coup, plusieurs contradiction se font jour : pourquoi ne pas quitter le domicile familial avant si elle ne cherche que l’indépendance ? Pourquoi cette soudaine décision de maudire ainsi le bébé ? Sans explication, sans préparation, on a vraiment l’impression d’une décision complètement au hasard, venue de nulle part. Elle risque un procès, des dédommagements à payer alors qu’il y avait mille moyens moins dangereux de quitter le domicile familial – sans compter qu’elle s’en fait virer dans la fiche de PP, elle ne part pas volontairement. Qu’elle ne comprenne pas ce qu’elle a fait de mal après le baptême, également, alors qu’elle le savait pertinemment juste avant d’y procéder selon son journal, la fait passer pour une imbécile ou une désaxée complète… De même, d’où vient cette haine soudaine de ses parents, ce besoin de leur « apprendre la vie » ?...

De même, la suite de ta carrière, qui donne davantage l’impression que Narcisse s’assied et invente des potions à la chaîne et hop, ça s’invente tout seul… Enfin, le recrutement par BBW nécessite que tu aie prévenu le joueur que tu feras intervenir son personnage de cette façon !...

Tu comprendras, j’espère, que si tu n’arrives pas à saisir le personnage après plusieurs essais, il est douteux que tu parviennes à le jouer conformément au PP par la suite, même si tu réussis finalement à écrire une fiche qui corresponde au modèle. Je veux bien te laisser un dernier essai, mais réfléchis avant : en toute sincérité, parviendrais-tu à la jouer ainsi ? A décrire une femme froide, ambitieuse, calculatrice et joueuse ? Personnellement, je ne pense pas, au vu des personnages que j’ai pu te voir incarner. Avant que tu ne fasses un dernier essai, j’aimerais vraiment que tu réfléchisses sérieusement à la question.
avatar
The Charming Prince
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
HUMEUR : Furieux ♥
CITATION : Le sourire est la langue universelle de la bonté. - William Arthur Ward

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : The Charming Prince Hate You
NOTEBOOK : A Princely Notebook
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fairy Godmother [fiche terminée]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Fairy Godmother [fiche terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]» Signaler une fiche terminée» Matabei ASASUISEI - Shodaime Kazekage || Fiche terminée» Fiche terminée ? Faites le nous savoir.» FICHE TERMINÉE | Passage obligatoire
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fiches-
Sauter vers: