En échange de sous-sous ♥
Monter son commerce ô/
Consommer - s'endetter

Le poulpe meurt, l'encre reste.
Forum fermé ๑ nouveau fofo mad in Wawa, Lilice, Hoot et Bhou. RPG mission 404 spécial geek. A très bientôt pour ceux qui sont intéressés 8D

the walking web ; hacker vaillant, rien d'impossible.
intrigue n°1
Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla.
ploup'nyouz
01 Novembre 2011 - Happy Halloween !! Une ribambelle de citrouilles fait son apparition dans les smiley et l'event Chasse à la citrouille d'or s'organise. Aux participants ; vous avez jusque samedi matin pour vous concerter et confectionner votre kit de survie par ici. FIGHT ♥

28 Juin 2011 - Nouveau thème, tout frais-tout crème, un gros hiatus d'une semaine et deux jours. Crazy Tale fête ses deux ans et quelques miettes \ô/ On vous attend ici pour laisser un petit message d'amour ou simplement pour commenter les surprises qui débarquent enfin !

26 Juin 2011 - Mise à jour des top-partenaires décédés ou perdus de vue, si l'on vous a mangé votre bouton sans faire exprès, prévenez-nous !

20 Juin 2011 - Le groupe des Epouvanteurs est de nouveau ouvert. N'hésitez pas à rejoindre les vilains rouges ♥
soldes & publicités
C'est les soldes chez Zebediah's Lair !! 30% de remise sur les articles fleuris, 20% sur les bougies. Des affaires en or jusque SEPTEMBRE, profitez-en ! Passez au Mc Drive pour bénéficier des tarifs-soldés. Par ici

Faites abstraction du rangement, des bocaux bizarres et objets gluants, chez Larkins et ce jusqu'au 20 SEPTEMBRE, pour deux produits achetés, le troisième est offert !
Lavage de cerveaux
Demandes rp - Montagne de muscles verdoyants recherche compagnon bavard - ou bavarde ♥ - pour meubler les petits silences de son existence par ici ; Vampire givrée désire croquer la vie à pleines dents en compagnie d'un ou deux volontaires par là ! Sinon, manifestez-vous de ce côté.

Topics libres - Aucun pour le moment.

Recrutements - Envie de se faire exploiter jusqu'à la moelle des os ? Trop de frustration dans votre vie, il faut vous défouler et ce, en tout anonymat ! Ne cherchez plus, le staff a besoin d'un modérateur rp, enrôlez-vous ici...

Ça gazouille, ça grésille, ça gazouille et ça frétille : Gazetteux, plume de poulet et encre de poulpe dans les mains, nous observons et nous sommes toujours là. La Gazette recrute et lobotomise, ici.

Favorisez - les traqueurs et les consultants, de préférence. Du côté des personnages prédéfinis, nous recherchons dans l'urgence un futur Mirror et une Ursula... ♥
Coups de cœur
Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla. Blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla.

Air-Paix
Heberger image

Graph, entraide & autres

Partagez|

:: Fête 00 :: And if I fall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: :: Fête 00 :: And if I fall Jeu 12 Nov - 17:28

« Tell you why... »

Clic, cloc. Le bruit des talons qui frappaient le sol, un peu nerveux, un peu énervés. Il n'y avait pas vraiment de raison, à part que Naos était très, très peu habitué à côtoyer une foule de personne le dépassant d'une bonne tête en moyenne. Au moins à N... l'endroit où il vivait avant, c'était lui qui pouvait bousculer les petits. Désormais il devait se venger à grand coup de Talons Pernicieux quand une énième personne le bousculait sans même s'excuser.
En dehors de ça, du savoir limpide qu'il n'y aurait que que des Géants aussi à cette cérémonie d'ouverture, et de son récent traumatisme qui l'avait amené à quitter Neverland, il allait très bien. Il défit le nœud que produisait un large ruban juste sous son manteau, s'éloigna d'un pas agacé de l'humain qui lui proposait de le soulager de ses affaires, rien que parce qu'il était humain et plus grand que lui, et se mit en quête d'une table à laquelle il aurait envie de s'asseoir.
Pas trop remplie, mais pas vide non plus, genre avec un clampin qui le dévisagerait toute la soirée et finirait au bout d'une heure par engager une conversation creuse. Plutôt mourir. Ou tuer, cela dépendait.
Finalement il jeta son dévolu sur une table occupée par un groupuscule, s'éloignant soigneusement d'eux, le plus possible, presque adossé au mur et caché dans son quoi. Il ne savait pas si c'était grâce à son jus de kiwi ou non mais il se sentait un peu moins mal que dans la rue. Il n'y avait à ça aucune raison logique ; il n'avait pas de compatriote fée et la scène présente laissait présager un spectacle à venir pendant lequel il serait tenu de ne pas bouger et de ne pas parler. Insupportable.


Au début il cru qu'il allait mourir. Il avait courageusement tenté de s'occuper avec son verre, mais les possibilités de jeu tout seul étaient très réduites. C'eût été pour empoisonner la vie de quelqu'un , il aurait trouvé mille façons de tirer à profit ce cylindre de verre mais là... Il pouvait peut-être graver quelques choses dans les tables à l'aide de ses ongles... Ça ne le défoulerait pas vraiment mais l'occuperait. Au bout de quinze minutes il tenta de regarder en direction de la scène et de passer le temps comme ça. Il ne comprenait pas grand chose à ce qu'il se passait, s'il devait trouver cela beau ou grotesque, mais des fois les personnes sur scène faisaient preuve d'un bon goût vestimentaire évident, il éprouverait presque de la sympathie pour eux. Presque seulement.
Sous sa chemise couverte de dentelle légère, le corps insectoide s'attendrissait petit à petit. Moins de tensions nerveuse entre les muscles. Bell avait ramené ses bottines délicatement ouvragées sur le rebord de sa chaise, les lèvres posées sur ses genoux, les yeux grand ouverts en direction du spectacle, prenant presque son mal en patience, réfléchissant rêveusement à... A quoi ? Un certain endroit particulièrement paumé où habitait un rouquin pas comme les autres ? Une communauté de merdeux énervants mais attendr... pas si chiants que ça selon les moments ? Une chambre de rêve tapissée de soie et de perles qu'il n'avait pas pris le temps de rassembler avant de partir ? Autant de choses qui devaient être passées, oubliées ou détruites. Voire les trois. Être stupide et impulsif ne signifiait pas qu'on ne regrettait jamais ses gestes. On restait paralysé par fierté, mais les choses étaient ressassées, brassées, formaient une fange noire qui tapissaient petit à petit le cœur jusqu'à le noyer.

Tinker Bell mordillait son pantalon de velours pourpre au niveau du genou, les chorégraphies au loin s'assemblant dans un mélange de mouvements colorés, comme un support à sa rêverie. Tiens donc les fées rêvaient ? Les yeux ouverts ? Moi aussi je l'ignorais.
Le groupe en bout de table était assez compact pour qu'un couple s'installe à égale distance d'eux et du petit fé. Seulement ce fut une personne seule qui avait pris cette place. Avant le début du spectacle, pendant ? Naos étrécit les yeux. Quand il cherchait une occupation pendant son quart d'heure de désœuvrement, il ne l'avait pas vu. Une sorte de retardataire, ou bien un difficile qui avait changé de table au cours de la représentation ?


[ il y a de la place pour deux autres participants bien que je n'en "introduise" qu'un seul \o/ venez venez ]


Dernière édition par Tinker Bell le Ven 13 Nov - 23:06, édité 1 fois
avatar
Tinker Bell
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
CITATION : Impossible does not exist. Neither do I.

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Life ? A Fairy Tale ?
NOTEBOOK : Bell's Lambs
http://maelweilh.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall Ven 13 Nov - 17:41

    « M-M-Messire Evgeny, êtes vous… là ?… »


Tenant entre ses mains le lourd combiné de la cabine publique, le petit ramoneur avait inséré à regrets quelques unes de ses piècettes, avant de regarder le numéro griffonné sur le papier qu'il tenait précautionneusement. Il avait réussi à se le procurer au centre où les chasseurs de prime encaissaient leur dû, et peu convaincu de son droit de violer ainsi la vie privée de son collègue en appellant aussi impunément sur son téléphone, sans même l'avoir prévenu, sans même avoir demandé l'autorisation, il avait composé le numéro d'une traite afin de ne pas revenir sur sa décision une onzième fois. . Ne connaissant absolument pas le fonctionnement d'un téléphone, n'ayant jamais été forcé d'en utiliser un, il venait donc de parler à la tonalité. Et les tonalités, ce n'est pas bavard.

    « Tuuuut. Tuuuut.
    - Monsieur… Alexei … ? » murmura-t-il, un peu indécis.

Qu'est ce qui pouvait bien faire ce bruit, s'était-il trompé en composant le numéro ? Ne lui avait-on pas donné le bon ?

    « Tuuuut. Tuuuut. » répondit le haut parleur, inflexible. Le ramoneur, désarmé face à la technologie humaine, voulut reposer le combiné, lorsqu'une voix s'éleva.

    « Bonjour, Alexei Evgeny à l'appa…
    - Monsieur Evgeny ! C'est Søren Ingerslev, dites, quand comptez vous...
    - ….as là pour le moment. Laissez moi un message après le bip, je vous rappellerai, tchuss !
    - Attendez, monsieur Evgeny ! Je voulais juste savoir si vous veniez !
    - A la fin de votre message, tapez dièse, fit une voix féminine, qui fit sursauter Søren.
    - … ?
    - A la fin de votre message, tapez dièse.
    - D'accord madame, mais vous pourriez dire à Monsieur Evgeny que je voudrais lui parler ? »


Il tapa gentiment dièse, avant de retrouver son amie la tonalité.

    [« Tuut.
    - … »


Søren raccrocha. Le téléphone avait vaincu.

Tout cela pour se retourner vers l'enseigne, plus loin, qui brillait de mille feux, l'invitant à la rejoindre. Il était invité après tout. Mais celui qui devait l'accompagner n'était pas là, devait-il avoir l'audace d'oser esperer pouvoir imposer sa présence seul ? Le garçon de peinture se tritura les doigts. Il ferait mieux de partir, en fait. Dire qu'il avait acheté un costume pour l'occasion, le marchand n'ayant pas assez confiance en ce SDF terroriste barbouillé de noir pour le lui louer… De plus, ces habits ne lui seyaient pas beaucoup, trouvait-il. L'élégance de ce complet noir jurait avec sa banalité. Il tint le gibus que lui avait payé Alexei entre ses mains aux gants d'un blanc immaculé, une fois n'était pas coutume, ne sachant pas si il devait ainsi obliger le beau monde à supporter sa présence. Mais ce serait beaucoup d'argent dépensé en vain, se dit-il, un peu amer. Bien, il irait. Peut-être qu'Alexei était éjà à l'intérieur, et qu'il ne voulait pas être dérangé. Il devait flirter avec « Madame Dièse », comme il l'avait mentalement baptisée...

Approchant à pas de loup de l'entrée, il serra les lèvres. Non, non, non, il ne pouvait pas rentrer par là. C'était trop beau. Et il y avait trop de belles personnes… Il trembla de désespoir, avant de se glisser dans un intestice longeant l'etablissement, et d'user de son pouvoir fort utile pour se glisser entre deux ouvrants d'une fenêtre.

C'est ainsi que le Ramoneur arriva à la fête en s'extirpant de derrière un rideau.

    « … »


Et voulut en partir, environ deux secondes après avoir balayé la salle des yeux. Il y avait du monde. Beaucouuup de monde. Et visiblement, les quelques personnes l'ayant vu le regardaient d'un oeil circonspect. Toute tentative de fuite était impossible. Il sourit donc maladroitement et pencha la tête, pour saluer, fit un petit geste de la main, rigola en silence et se glissa le long du mur. Il n'avait pas du remarquer que le noir bleuté sur les couleurs chatoyantes du Chat Noir n'était pas d'une discretion exemplaire. Il était trop occupé pour y penser, et cherchait du regard son collègue chasseur. Le spectacle semblait avoir commencé depuis belle lurette.

Søren finit par s'attabler, découragé. Il aurait quand même dû s'abstenir de rentrer. Maintenant, il ne pouvait plus partir discrètement, et partir si tôt par la porte principale devait être la dernière des impolitesses. Il ôta avec réticence le chapeau et l'aplatit d'un doigt, distraitement, s'amusant du mécanisme. Le spectacle battait son plein, visiblement, et un groupe en bout de table semblait prendre plaisir à le commenter bruyamment, de sorte qu'ils couvraient la musique. Un peu déçu, Søren se résolut à piquer du nez dans l'assiette vide qu'on avait mise pour une raison inconnue à une place vide. Etrange coutume. Il se servit de la cruche d'eau et dilua le contenu d'un petit flacon sorti de sa manche, avant de le boire d'un trait.

C'est alors qu'il remarqua qu'un petit être était attablé aussi, sans doute une petite fille, tout au bout, les pieds sur la chaise, et qu'il regardait le spectacle, le groupe, et de temps en temps sa personne. Un peu gêné, le ramoneur voulut d'abord éviter les pupilles de l'enfant. Mais privé d'occupation, ses propres yeux lui désobéirent aussi. Il le regarda trois ou quatre fois à la volée, avant de bégayer, pourjustifier ses oeillades curieuses

    « Vous voulez de l'eau mademoiselle ?… »


avatar
The Chimney Sweep
collabo
collabo
HUMEUR : Neutre
CITATION : Il y a des gens si insignifiants qu'on ne les voit pas devant leur ombre.

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Esquisses
NOTEBOOK : Retouches
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall Ven 13 Nov - 21:21

Soirée d'ouverture du Cabaret. La lettre reçue un mois auparavant lui avait tout de suite fait envie. D'abord parce qu'elle 'était entraînante et souriante. Oui, une lettre, c'est souriant. Il adorait ce genre de choses, il adorait cette sensation d'oubli qui prenaient les gens quand ils assistaient à un spectacle. Et il aimait jouer. C'est donc tout naturellement qu'il décida de se rendre à la soirée. Seul. Oh, il aurait bien invité quelqu'un, mais il savait que quand on partait accompagné, on était moins libre d'engager la conversation avec un tiers, les gens hésitaient plus à vous parler... non? C'est donc seul qu'il était parti. Après bien des péripéties affriolantes. Car, malgré sa joie, il avait tout de suite été un peu stressé... et la raison de ce stress était: "comment s'habiller?". Car le Petit Poucet trouvait très important les vêtements, même si on disait souvent que c'était une préoccupation de fillette.
Alors, quoi mettre? Oh, il avait trouvé. Après avoir passé une bonne partie de la soirée à chercher les vêtements qu'il allait porter, il choisit un tregging noir et une chemise à fanfreluches violine
Parfait. La semaine s'était passée normalement. Le soir venu, il avait enfilé ces vêtements et maquillé ses paupières. Il n'était pas franchement narcissique, mais esquissa un sourire quand il se vit dans le miroir. Dans son sac, il prit quelques sous, des cartes, des clefs, du thé en sachet (sait-on jamais). Et il ferma la porte de son appartement dans Woolyland pour se rendre à Wonderland. Il n'avait jamais mis les pieds au "Chat Noir"... ce qui était un peu bizarre, puisqu'il était serveur au salon de thé situé à quelques centaines de mètres de là. Mais c'était là une occasion de rattraper sa terrible lacune.
C'est donc tout joyeux qu'il se mit en marche vers le cabaret. Dans la rue, il ne put que s'attirer des regards outrés, amusés, admiratifs voir moqueurs des passants. Et il décernait pourtant de grands sourires à chaque personne croisée. C'était ça ou le regard noir du genre "je vais te tuer". A choisir, c’était plutôt le grand sourire,pour ce soir du moins...
Ses bottes le menèrent jusqu'au cabaret, et il remarqua encore une fois que la bâtisse était très grande. Il poussa la porte, et arriva dans un endroit... bizarre. Un hall avec des bougies, et des chandelles qui éclairaient la salle. C'était fabuleux! On le découvrit de son manteau, il sursauta. Il n’aimait pas qu’on le touche sans lui demander. L’homme qui semblait chargé d’enlever les vêtements semblait lui aussi étonné par sa réaction trop abusive. Mais Chrystal, en prenant une grande inspiration, réussit à sourire et souffla un petit «ce n’est rien» en enlevant lui même son manteaau. Puis il observa autour de lui, cherchant une place. Le spectacle avait commencé, mais depuis peu de temps. Les gens s’étaient tus, on entendait que des chuchotements éthérés.
Il choisit une place, à une table où des gens étaient installé déjà. Il s’assit et entreprit de suivre le spectacle. Avec difficultés, puisque les gens à côté parlaient. Alors qu’il regardait attentivement les danseuses qui se dandinaient (!), ceux-ci se mirent à rire et à parler de plus en plus. Chrystal lâcha parfois de petits soupirs d’agacement, dans le but de leur faire comprendre qu'il aurait aimé suivre sans être dérangé. Il vit que ses tentatives étaient inutiles, il entreprit alors de trouver une autre place, si possible plus près de la scène. Il passa à travers les tables, malheureusement toutes prise . Désespéré de ne pas trouver de place, il finit par voir un petit endroit libre. Un groupe de personnes étaient installé à un bout de la table, et l’autre bout était constitué d’un petit être- fille ou garçon-il n’aurait pas vraiment su le dire et d’un homme qui avait gardé son manteau. Alors que quelque chose semblait s’être produit parmi les danseuses, il s’approcha de la table. Pendant un moment, il se demanda si il n’allait pas déranger un couple, ce qui aurait été très impudent, puis remarqua qu’ils étaient éloignés l’un de l’autre. Du moins assez éloignés pour être certain que ce n’était pas deux amoureux transis.

-La place est prise?

Pourvu que non. Parce qu'il avait envie de suivre le spectacle jusqu'à la fin sans être dérangé, et sans être debout.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall Ven 13 Nov - 22:50

Mademoiselle, Mademoiselle ?
La fée posa une main sur la table, dépliant à peine son corps, ou plutôt l'arquant dans la position dite "du chaton prêt à bondir", une posture ô combien impressionnante pour n'importe quel... tous les... enfin certainement pas mal de gens. Mademoiselle, bin tiens comme les gamins attardé du "coin où il était avant" qui l'apellaient parfois "Maman" (et se retrouvaient à l'occasion avec un sacré traumatisme affectif sur le dos). Il n'était pas féminin, simplement soigné. Il n'était pas viril mais ce n'était pas la testostérone qui faisait un homme. Si ? Bon. Mais n'empêche.
Il ouvrit la bouche, et un vide parfait passa ses lèvres.
Rien. A l'endroit où les piques cinglantes auraient du s'aligner par ordre d'intensité selon le coefficient de vulgarité se traînait un magnifique vide. Le genre à vous glisser un sourire narquois après avoir fait mine de vous ignorer quelque temps. Ce genre de vide. Aucune insulte en tête, à par un vague "mais je ne suis PAS une fille" qu'il se refusait à sortir, parce que quand même, il s'était imaginé que sa protestation aurait plus de gueule. Non là... il ne pouvait pas s'abaisser à dire ça. Et de façon surréaliste sa bouche se referma sans rien avoir craché en matière de venin. Etrange non ? Il cherchait toujours quelque chose à redire, se souvenir par exemple de la dernière fois qu'on l'avait confondu avec une femme (ça lui faisait mal mais il fallait admettre queç a arrivait plusieurs fois dans l'année), mais en attendant, pour gagner du temps, il se rassit presque normalement et marmonna un vague "Non merci". Il ramena même son verre de jus de kiwi plus près de lui des fois qu'on le serve de force (c'est ignoble, mais c'est aussi ça la guerre).
En plus le type en face se glissait aisément dans la si large catégorie Humain > Plus grand, et donc nuisible par excellence. Et puis... il n'avait même pas de couleur sur ses vêtements, et pas de trucs qui brillent pour compenser, comme des paillettes par exemple, ce qui était une grave faute de goût. Il y avait matière à lui crier dessus, pourquoi ne trouvait-il rien de... convaincant ?

- Je devrais vous dire, juste comme ça en passant, parce que on sait jamais, un jour ça pourrait vous jouer un tour -je sais pas, imaginez que vous tombez sur quelqu'un de vraiment méchant et de beaucoup moins patient que moi vous pourriez finir avec vos bijoux de famille sérieusement endommagés- ça ou autre chose hein, j'avoue que j'en sais rien, mais moi je suis fondamentalement bon alors je ne ferais rien de tout ça, même si vous m'avez pris pour une fille.

Bon la patience, tout ça, c'étaient des conneries, si Tinker Bell n'avait pas crisé c'était plutôt du à une erreur système encore inexpliquée, toujours était-il que personne d'autre n'allait le deviner et que ça donnait beaucoup de poids à sa phrase. Et puis même sa tirade l'avait un peu réveillé. Ce n'était pas sec, ni saignant, ni très réussi, mais ça allait un peu mieux. Dans le genre... de la frustration en moins. Il déplia ses genoux et les rangea sur la table comme le commun des mortels, cherchant à mettre en évidence son manque de poitrine, avant de se souvenir que -effectivement- ce n'était pas l'argument le plus flagrant.

- La place est prise?

Titania, encore un autre, c'était une invasion, la guerre ouverte ! Ou une fête. La fée se tourna vers le nouvel arrivant, répondant avec même de bien le détailler.

- Je dirais à première vue que s'il n'y a personne c'est que... que la place est libre oui, s'étrangla-t-il.

Quoi ? C'était si peu courant que ça le surprenait maintenant : quelqu'un qui ne le dépassait que de quelques centimètres. Un ou deux, allez cinq, soyons fous ! Tout de suite... Privilèges toussa, lui il lui balancerait énormément moins de... phrases désagréables qui se substituaient à des piques ce soir. Sauf s'il s'avouait bon martyr, il n'y avait pas de discrimination qui durait plus de quelques minutes.
Sauf que cela faisait deux personnes quoi, des gens vivants, des inconnus qui plus est, qui squattaient à moins d'un mètre de distance. Ça faisait beaucoup. En même temps à une cérémonie, et au vu de la foule, il fallait s'y attendre.
avatar
Tinker Bell
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
CITATION : Impossible does not exist. Neither do I.

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Life ? A Fairy Tale ?
NOTEBOOK : Bell's Lambs
http://maelweilh.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall Sam 14 Nov - 0:02

La fillette était vraiment toute petite ! Et pourtant, il y avait des danseuses en tenue plutôt légère, là bas… Et puis ces bras si fins… Elle allait se briser d'un moment à l'autre ! Les enfants avaient ils le droit de voir ce genre de spectacles ? Déjà que le ramoneur s'en privait sans regrets, voir une enfant regarder d'un oeil distrait l'abstrait spectacle de ces chatoyantes couleurs était un choc psychologique,comme il en avait tant en compagnie d'humains. Surtout en compagnie d'Alexei Evgeny, songea-t-il en détournant les yeux, l'air las. Le vampire n'était en effet pas connu pour se réserve… Enfin, il fallait le trouver, et proposer de l'eau à des inconnus n'était peut-être pas la meilleure des manières d'arriver à ses fins. Mais le ramoneur n'était pas pressé : malgré son retard, la soirée venait de commencer, et vu ce qu'il avait entendu au téléphone, il semblait bien occupé.

Alors il fit sa petite proposition, innocente et banale, pour se trouver devant une réaction des plus étranges. L'enfant s'était plié en une position défensive, découvrant presque les dents. Si elle voulait l'impressionner, c'était raté, le chasseur de primes ayant vu des poussins plus dangereux que ce spécimen humain, mais il crut alors avoir dit quelque chose de déplacé, et porta la main à ses lèvres, cherchant l'écharpe qu'il blottissait pourtant si souvent contre lui. Mais ironie du sort, il ne l'avait pas, Dracula l'ayant obligé à déposer ses affaires avant d'aller à la fête. Désemparé, il titilla alors du bout des doigts le bord de son chapeau, sans oser demande ce qui n'allait pas à la gamine, qui prit son verre avec méfiance pour le mettre à l'abri contre elle. Ah, certes. Elle avait un peu raison de se méfier, après tout… Il n'était pas humain, et bien que la plupart ne remarquent pas ses anomalies tous les jours, de part sa nature de ramoneur, sa peau grisâtre et délavée par la toilette qu'on l'avait forcé à effectuer n'était pas de mise, lors d'une fête comme celle-ci. Il se frotta la joue, comme essayant de se faire disparaître d'un coup de gomme.

C'est alors que la jeune fille parla, d'une manière fort singulière. Il ne comprit pas vraiment le sens du propos qu'elle tenait, surtout lorsqu'elle se mit à évoquer des bijoux - avait-il l'air d'être milliardaire ?-, ne saisissant la menace sous jacente qu'une fois qu'elle eut finit sa phrase. Ou plutôt, qu'Il aie fini. Il mit une petite seconde à comprendre, un peu lent à saisir toutes les subtilités du langage, comme le sous-entendu ou l'ironie.

« Ahh ! »

Søren ouvrit grand les yeux, jaugeant l'enfant de haut en bas, et baissa la tête, se morfondant dans son idiotie. A vouloir être trop poli, on fait des erreurs impardonnables. Il ramassa un peu la tête entre ses épaules, et marmonna, peinant à formuler la moindre phase qui ne soit pas une convention de politesse

« Je… Oh.. Je ne savais pas.. Vo.. Vous… Enfin… J… N… Non enfin.. Excusez moi, j-je m-me suis trop vite avancé, je n'avais pas f… fait attention… »

Le grand ramoneur se tassait devant le petit être féérique, qui semblait lui même interloqué par on ne savait quoi. Il interpréta cela comme la réaction à l'outrancière manière dont il venait de le traiter, et se leva precipitemment, tenant son chapeau entre les mains, manquant de le faire tomber

« Excusez moi de vous avoir déran… »

Une voix l'interrompit, lui demandant si la place était libre. Il tourna la tête, apercevant un petit homme blond au joli minois, si il ne commettait pas encore l'erreur d'interchanger les sexes de ses interlocuteurs. Avant qu'il ne réponde, l'autre lui dit qu'elle était bien libre, et Søren inclina légèrement la tête pour dire, montrant son ancienne place

« Vous pouvez prendre place ici, vous pourrez bien voir... »

Il fit un pas en arrière, hésita, fit le tour de la table cherchant Dracula du regard, retourna au point de départ, étant néanmoins cette fois ci de l'autre côté de la table. Monsieur Alexei n'était visiblement vraiment pas là… Le jeune homme finit par se rassoir à une place libre, d'où il ne pouvait rien voir, face au blond et a l'androgyne. Il se passa une main sur le visage, avant de remettre son chapeau, unique bouclier contre les regards extérieurs. Gêné, il évita soigneusement de croiser le regard de l'enfant qu'il surplombait certainement de plus de vingt centimètres, avant de se mettre à observer avec intérêt, tour à tour, le groupe de personne qui faisaient du bruit, et le blondinet au regard rivé sur le spectacle. Il ne comprenait pas grand chose à ces humains… Pourquoi s'intéressaient-ils à des danses étranges, comment faisaient-ils pour tirer quelque chose d'une suite de son afin d'y apposer des mouvements ?… Il ne connaîtrait jamais ces réponses, très certainement, où ne les comprendrait jamais. L'être de peinture se figea. Si Evgeny était ici, il n'aurait qu'à le tirer de sa rêverie. Sans oublier qu'Evgeny n'était pas à cette fête…




Dernière édition par The Chimney Sweep le Sam 21 Nov - 10:24, édité 1 fois
avatar
The Chimney Sweep
collabo
collabo
HUMEUR : Neutre
CITATION : Il y a des gens si insignifiants qu'on ne les voit pas devant leur ombre.

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Esquisses
NOTEBOOK : Retouches
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall Mar 17 Nov - 9:44

Dans la vie, il y avait différentes sortes de gens. Des gentils et des méchants. Ou des méchants-gentils et des gentils-méchants. Des menteurs-méchants-paumés, des gentils-juste un peu méchants-paumés. Personne n’était tout noir. Personne n’était tout blanc. Chrystal essayait d’être le plus blanc possible. Ce n’était pas simple, c’était même difficile. Mais il avait compris qu’il fallait s’adapter à toute sorte de situation. Pour donner un exemple concret, quand une personne encore plus petite que nous disait d’un air pas avenant que la place était libre, oui, sous-entendant, espèce d’idiot, si personne est là c’est qu’elle est libre, crétin. Plusieurs solutions nous attendent ; peu de personnes souhaiteraient rester avec cet être gringalet pas très gentil et peu aurait envie de se mettre à côté de lui. Mais la salle était comble. Donc, c’était soit se mettre à côté du jeune homme (puisqu’apparemment, c’en était un) soit déguerpir à toutes jambes et finir le reste du spectacle, debout. Mais Chrystal n’avait pas envie de finir le reste du spectacle debout. Et ce n’était pas un mec plus petit que lui (oui, vraiment, ça comptait beaucoup, en vérité) qui allait l’effrayer.
C’est donc de sa voix la plus délicate qu’il prit la parole.

-Parfois, les gens s’absentent pour aller aux toilettes, par exemple. C’est pour ça que je vous demande si la place est libre. Ce serait très impoli de m’assoir, si jamais il y avait quelqu’un avec vous, vous ne croyez pas?

Il prenait la voix des mamans, qui expliquent à un enfant qui aurait fait une bêtise pourquoi ce n’était pas bien. Une voix légère et désabusée à la fois.
L’homme au chapeau (oui, maintenant, ça allait être l’homme au chapeau pour la soirée) n’était plus assis à côté du petit être, qui devait être une fée. Une fée? Un fé? Comment on disait ça d’ailleurs? Il semblait très embêté d’avoir confondu donc le fé avec une fée. C'est vrai que c'était un peu gênant... peu aimait être pris pour une personne de sexe opposé. Mais Chrystal, lui, ça ne le dérangeai pas. Ca ne lui arrivait plus si souvent que ça, mais même quand il était petit, il prenait ça plutôt bien. Oh bien sûr, quelques couches de testostérone n'aurait pas été de trop, mais il se satisfaisait de ce qu'il avait. Mais revenons à nos moutons. Le jeune homme au chapeau semblait se répandre en excuse auprès du fragile garçon.
Et il balbutiait. Et pendant quelques temps, Chrystal se mit à sourire bêtement. C’était quand même drôle de voir que le petit pouvait mettre mal à l’aise plus grand que lui. Mais il se reprit, et effaça son sourire. Le pauvre. Il n’aimait pas voir les gens mal à l’aise. Bon, sauf quand ils étaient trop méchants, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent de l’autre homme. Il lui adressa un sourire chaleureux quand il lui donna sa place, et se rendit compte trop tard du fait qu’il venait un peu de faire dégager l’homme au chapeau. Il allait donc le rattraper pour lui dire que s’il le voulait, il pouvait rester là, qu’ils n’auraient qu’à se serrer un peu les fesses. Sauf que l’homme s’était déjà rassis à leur table, en face d’eux. Chacun avait trouvé une place, ce qui était merveilleux, et Chrystal ne s’en soucia plus vraiment. Il regarda le spectacle. Deux acteurs étaient en train de chanter sur scène, et il n’arrivait plus à les quitter des yeux. Mais il sentit sur lui le regard de quelqu’un. Il détacha donc ses yeux du spectacle et adressa un sourire à monsieur chapeau.
Un monsieur au chapeau qui semblait n’avoir aucun intérêt pour la scène, mais qui regardait les personnes autour de la table. Y avait-il quelque chose qui ne se passait pas comme il le voudrait?

-Je peux vous offrir un verre?

Il sourit en pensant que ces jours-ci, à force d’offrir des trucs aux gens, il allait finir ruiné. Il faut dire qu’une bonne partie de ces économies étaient passée dans le repas avec Dune. Il se tourna vers le petit être vil en se demandant s’il allait avoir la trop grande bonté de lui proposer à lui aussi de boire quelque chose, mais n’eut pas le temps de trop réfléchir de toute façon, car il vit qu’il avait une boisson verdâtre à portée de main. Cela le rassura, car il n’avait pas vraiment envie de dépenser ses sous pour... un méchant-petit-maigrelet-énervé (parce que lui non plus ne semblait pas avoir un grand intérêt pour le spectacle, ce qui était bizarre).
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall Mar 17 Nov - 21:26

Buwahaha des excuses. Les excuses c'était Bien, surtout quand celui qui les proférait était dans tous ses états. Dans ses moments Tinker Bell se souvenait de sa vocation manquée ; être un homme raffiné d'un mètre quatre-vingt-dix à qui on baisait les pieds. Manque de chance il faisait un mètre soixante et il paraissait que c'était déjà pas si mal pour une fée. Il était si satisfait qu'il cessa de s'énerver, et regarda son interlocuteur chapeauté se carapater vivement, avant même de lui avoir demandé un petit bisou sur ses chaussures.
C'est triste mais c'est aussi ça la vie.
Quand à l'Autre, celui qui avait eu la chance de faire à peu près sa taille et qui ne s'était malheureusement trouvé infiniment reconnaissant se vit répondre d'un ton assez sec que si la place vide avait appartenu à quelqu'un il aurait mordu quiconque la lorgnait. Le problème c'est qu'il n'avait pas voulu dire mordu, le mot s'était échappé de ses lèvres, feintant son cerveau un tout petit peu engourdi, et lui apportant une vision de lui même peu avantageuse, accroché au bras de quelqu'un avec des petites dents pointues tel un piranha. Certes. Mais il ne ferait jamais ça, enfin pas à un parfait inconnu. Ça transportait plein de microbes ces choses là.

Le type-au-chapeau, que Naos avait déjà mentalement baptisé Wilhelm -Will pour les intimes- s'était finalement ré-installé en face se place initiale. Le fé se sentait vaguement encerclé, cerné, piégé. Il n'y avait aucun raison hein pourtant ? Ses genoux amorcèrent un mouvement pour se replier sous son menton, protecteurs, mais restèrent sagement sous la table, parce qu'il n'y avait "aucune chance que deux humains comme ça ne lui fassent quoique ce soit". Pas qu'il avait un très bon CV en relation humaines, surtout impliquant des adultes -longue vie à Neverland oblige- mais il doutait de la capacité de Wilhelm à tuer une mouche par exemple.
Il enfouit la tête dans son verre de jus de fruit et se tut le temps de deux longues gorgées. De toute façon ça y est, c'était la fin de la discussion, les deux "autres" faisaient connaissance et allaient peut-être tailler la bavette entre eux un moment. Il pourrait reprendre un statut parfaitement extérieur et...
Les embêter au moment où ils s'y attendraient le moins.
C'était un bon plan. A noter qu'il n'avait rien dans ses poches de particulièrement aidant pourtant, pas de petites facéties de chez Larkins qu'il affectionnait tant. A l'autre bout de la table le groupe s'était fait plus bruyant, le faisant lever les yeux de ses vêtements. Dispute ou discussion animée ? Il ne savait pas, ou plutôt il avait du mal à savoir, sans doute un peu des deux. En tout cas ça faisait de grands gestes de bras, ça se levait, ça remuait, ça riait aux éclats, un rire un peu trop fort, déjà ivre. Puis l'équilibre de quelqu'un prit des vacances, celui d'un homme assez massif qui dégringola maladroitement, à la fois de ses jambes et de sa chaise, et qui tendit les mains pour se rattraper à ce qu'il pouvait. Bien sûr il tomba quand même, non sans avoir agrippé la chaise de Will et l'avoir sérieusement secoué, à défaut de la faire chuter avec lui. Quelques secondes de surprise de la part de ses comparses puis des rires peu discret, une discrète injonction de quelqu'un qui s'était souvenu du spectacle qui continuait, de vague excuses marmonnées au milieu d'un sourire et la fête reprenait son cours de l'autre côté de la table. D'accord, la soirée serait animée s'il ne changeait pas de coin. Il envisagea quelques secondes de passer ses pulsions de chiantise sur ces gens là, l'idée lui paraissant bien peu savoureuse. Déjà ils étaient beaucoup, dans le genre trop. Ils étaient psychologiquement protégés par l'effet de groupe. Et puis parmi il n'y avait aucun qui lui inspirait un peu de sympathie, alors ça ne valait pas la peine.
Enfin le visage un peu choqué de "Will" c'était toujours ça de bon à voir. Donc il n'avait rien de mieux qu'un trombone ? Ha si des petits pois crus. C'était rond, c'était vert... à qui il les avait piqué il n'en avait aucune idée. Il attrapa une cosse comme un enfant sort son camion de pompier de dessous la table, et penché au dessus de ses doigts ouvrit la coquille verte, découvrant de nouvelles petites billes couleur gazon, les faisant rouler sur la table et les disposant autour de son verre.
Il paraissait absorbé et innocent, incapable d'emmerder une mouche.
avatar
Tinker Bell
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
CITATION : Impossible does not exist. Neither do I.

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Life ? A Fairy Tale ?
NOTEBOOK : Bell's Lambs
http://maelweilh.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall Sam 21 Nov - 14:14

Le garçon au chapeau s'était donc rassis, et jetait des coups d'oeils furtifs un peu partout, dans l'espoir de trouver son collègue. Les deux autres personnes de son côté de la table ne semblaient pas plus accompagnées que cela, et le petit garçon androgyne semblait s'en contenter. Søren était assis, très droit, craignant de rompre l'une ou l'autre de ces règles protocolaires qui régissaient le monde auquel il n'était pas le bienvenue mais où il venait de s'inviter. Ses mains sagement posées sur les genoux, sa tête était la seule à s'affairer à trouver un peu de compagnie. Il devait quand même y avoir beaucoup de gens importants, en ce lieu, ce n'est pas comme si un pauvre chasseur de primes comme lui pouvait s'y inviter... Il y avait peut-être des traqueurs, et puis surtout des nobles, avec de belles robes ou de beaux costumes. D'ailleurs, il se demandait qu'est ce que pouvait être les deux personnes. Peut-être avait-il insulté sans le vouloir la fine fleur de l'aristocratie malkinienne. En y pensant, il se tassa un peu plus. Ces histoires de classes sociales humaines le dépassait, pensant que les humains en général supplantaient le lot.

Que faisait-il là ... Le pauvre garçon peinture regarda son verre désormais vide. Il avait encore besoin d'un peu d'eau, l'atmosphère lourde de la pièce le desséchait vite. Il se sentait bien seul, et bien démuni. Il n'aurait peut-être pas dû essayer de rentrer, voilà qu'il était coincé... N'osant toucher aucun des objets, il se plongea dans ses pensées, perdu dans l'observation métaphysique de la nappe. En tous cas, jusqu'à ce qu'un choc ne manque de le faire tomber de sa chaise. Le ramoneur se rattrapa tant bien que mal à la table, ayant le bon reflexe de ne pas agripper que la nappe, la faisant légèremen trembler, mais en tant que chasseur de primes et funambule des toits, il arriva à ne pas chuter. Ce qui aurait attiré l'attention sur lui, comble du malheur. Søren s'excusa en même temps que l'homme qui l'avait bousculé, de sa petite voix grave, et baissa de nouveau la tête, retrouvant sa quiétude, et l'observation méticuleuse du tissu.

Vous voulez un verre ? demanda une voix, et l'homme chapeauté releva la tête. Le jeune garçon à qui il avait offert sa place venait de se proposer pour offrir une boisson à ses deux compatriotes de solitude. L'androgyne ne semblait pas se sentir très concerné par cette demande, jouant avec des légumes autour de son verre. La peinture hésita, ne sachant pas si il avait le droit de demander une quelconque faveur de la part de quelqu'un qui devait certainement être un noble.
    « Ne.. enfin, ne vous dérangez pas... Enfin si vous... Un.. Je veux bien un verre d'eau... s'il vous plait. » fit Søren, aussi assuré qu'une crevette face à un requin.

Le blondinet ne semblait pourtant pas méchant, et semblait même avoir les meilleurs intentions du monde ! Mais vie sociale ne rime pas avec Søren, et paroles construites non plus. Enfin, le message était passé.
    « ... »

Voilààà.

Le ramoneur à la peau grisâtre leva de nouveau son regard sur la scène, mal à l'aise. Le spectacle était toujours aussi somptueux. Et leur conversation toujours aussi vide. Il sourit un peu, et demanda, avec un semblant de prestance, ou une façade de convenance.
    « Vous... Vous êtes nobles ? »

Ce bouseux de Chim ne savait vraiment rien du parler aristocrate. On ne posait ce genre de questions que lorsqu'on était un paysan venu des tréfonds de ses champs de bettraves, et heureusement pour lui, les deux personnes qui lui faisaient face ne faisaient pas partie des plus hautes sphères de la société, sans quoi elles se seraient gaussées dans leurs soieries, avant d'aller voir ailleurs si on ne trouvait pas meilleure compagnie.

[Pardon du retard, et de la mediocrité T_T]


avatar
The Chimney Sweep
collabo
collabo
HUMEUR : Neutre
CITATION : Il y a des gens si insignifiants qu'on ne les voit pas devant leur ombre.

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Esquisses
NOTEBOOK : Retouches
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall Sam 28 Nov - 18:13

Il saisit la cruche d’eau et en versa dans le verre du chapeauté. Il trouvait ça étrange qu’il ait commandé de l’eau. Lui-même, pourtant très peu porté sur l’alcool, aurait bu un peu autre chose que d’habitude. Mais il ne se sentit pas en droit de lui demander si c’était bien de l’eau qu’il voulait. Et puis, malgré sa générosité fort prononcée, il était plutôt content de n’avoir pas à payer, du coup. L’homme l’intriguait. En premier lieu, il avait semblé vraiment effrayé quand il avait répondu. Poucet n’était pas effrayant. A moins que... il fut pris d’une angoisse subite. A Malkins, il se passait desfois des choses indépendantes de votre volonté. Il pouvait avoir été transformé en une sorte de bête étrange. Son délicat visage pouvait avoir subi des transformations. Détachant les yeux quelques secondes du spectacle, il leva les paumes vers ses yeux. Il se mit à tâter sa peau. Aucune aspérité. Ses cheveux étaient toujours bien en place... alors pourquoi ce gars semblait si effrayé? Il était timide... caché sous son chapeau. Par contre, il y en avait qui ne semblait pas du tout, mais pas du tout effrayé. Ouais, le fé là. Il ne regardait pas le spectacle et jouait avec des petits pois. Etrange distraction. Petit poucet haussa les épaules, mais tout en écoutant le spectacle, il regardait du coin de l’oeil le petit fé. La première impression n’était pas souvent la bonne, disait-on parfois. Mais l’autre lui avait quand même dit que si il y avait eu quelqu’un à la place, il l’aurait mordu. Et en général, à part certaines personnes un peu masochistes dont je ne citerai pas ici le nom, on appréciait guère se faire mordre. Mais le Petit Poucet, qui se fiait toujours à son instinct, sentait des ondes belliqueuses en direction du petit garçon, ou petit fé. Au choix. Le spectacle était apparemment terminé, et tout le monde se mit à applaudir. Bon public, il fit de même. La jeune femme aux cheveux roux qui avait présenté se trouvait de nouveau sur scène. Elle remerciait le public, et présentait les différentes danseuses, et les acteurs. Puis elle quitta la scène et se promena parmi les tables. Elle s’arrêta à l’une d’elles, et demanda à quelqu’un de danser avec elle. Du moins, c’est ce que crut comprendre Poucet, puisqu’ils se mirent aussitôt à virevolter, avec plus ou moins d’adresse.
Alors que tout le monde regardait les danseurs, le jeune homme au chapeau posa la question. Qui fit rire Poucet.

-Des nobles??!!!

Tout à coup, il se dit que la méprise était presque compréhensible. Presque. Ses yeux se posèrent sur les fanfreluches de son haut pourpre. Il faut dire qu’il avait une certaine élégance. Ses cheveux lisses tombaient parfaitement sur ses épaules. Ses yeux maquillés le faisaient passer pour un original. Il sourit au jeune homme, une moue un peu moqueuse, et des yeux rieurs.

-Euh non... je ne suis pas un noble. Et vous? demanda-t-il avec un grand sourire au jeune homme plus petit que lui.

Il était presque sûr que ce n’en était pas un. Déjà parce qu’il jouait avec des légumes, ce qui n’était pas du tout une attitude digne d’un noble.


-S]i j’étais un noble, qu’est-ce que ça changerait?

Son ton n’était pas méchant, mais curieux. Oui, qu’est-ce que ça changerait? D’ailleurs, la question du jeune homme avait été bizarre, alors il se trouvait en droit de poser lui aussi des questions bizarres.

(HRP. Médiocre? Tu me décourages, là.^^
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall Sam 5 Déc - 12:08

Noble ? Noble.. Le fé laissa un sourire errer sur ses lèvres, tâtant du bout des doigts la sphère glissante du légume vert. Si par "noble" il entendait supérieur, alors bien sûr qu'il l'était, rien que parce qu'il était Fée tout de même. Par contre si cela signifiait "faire partie d'une élite humaine" dans ce cas non, il n'avait rien à voir avec ces grands dadais au cerveau mal irrigué. Et puis quoi encore ? Le blond-et-petit répondit, lui ôtant la main et lui épargnant une réflexion plus avancée. C'est ce qu'il crut d'abord car on lui renvoya la question plus précisément en coin de la figure, et avec, avec -ho-... ironie ?

- Evidemment que je suis noble, répondit-il en se tordant un peu plus sur sa chaise pour replier un genoux contre sa poitrine, se fabriquer une petite forteresse corporelle de laquelle il pouvait fixer son interlocuteur un pli malicieux au coin de la bouche, ce genre de chose saute aux yeux quand on s'y connait à moindre mesure. Mais je ne vous en veut pas.

Et pour exprimer matériellement sa grande mansuétude il expédia d'une chiquenaude un petit pois sur la joue du blond-qui-n'était-pas-noble. Des remords, une quelconque angoisse ? Aucune m'sieur. Déjà rien ne prouvait qu'il mentait, en tant que bras droit de Peter à Neverland n'était-il pas un personnage de première importance ? A l'échelle de Perdition certes, et si peu avaient entendu parler de Tinker Bell en dehors de la région ce n'était que tant mieux pour sa réinsertion forcée. En tout cas il était important il n'avait aucun doute là dessus.
Frottement de tissus l'un contre l'autre. On disait des enfants qu'ils avaient du mal à rester immobiles, statiques, calmes. Tinker Bell également. Sa rancoeur semblait s'être dissipée, sans doute grâce à l'atmosphère qui régnait ici, un petit quelque chose dans l'air, ou bien était-ce la foule ? Ou encore d'avoir trouvé une victime potentielle. Les deux humains commençaient à entretenir un début de conversation aussi timide que le départ d'un feu de cheminée récalcitrant. Il aurait peut-être déboulé comme une fée dans un jeu de quilles si quelque chose sur la scène n'avait pas attiré son attention.
« Mesdames et Messieurs... » Une formulation aussi antique que magique, un peu le "il était une fois" des cérémonies. Une nouvelle danse, un jeu de funambule ne l'aurait occupé que bien peu de temps. Mais là il s'agissait d'une toute autre sorte d'agrément. Same player play again. Les explications ça le rebutait la plupart du temps, mais les potions de métamorphose attisaient sa curiosité. Et quand il tendit l'oreille, saisit un peu mieux les règles... Alors il sut que la soirée n'allait pas l'ennuyer tout de suite. Il se leva de sa chaise, radieux comme toute digne personne de huit ans devant un stand de sucrerie, se pendit au bras du grand-et-brun, alias Will pour le trainer comme on trimballe sa peluche souffre-douleur préférée.

- Viens voir il y a un truc par là bas !

Bell, jouer de son allure d'enfant pour qu'on lui passe certains comportement infantiles ? Oui souvent, bien qu'il ne l'admettra jamais, même poussé tout nu dans les orties -grâce au ciel heureusement que ce genre de choses n'arrivait qu'aux autres. Blond les suivrait sans doute, puisqu'il les avait interrompu au milieu d'un beau début de conversation.


[Me-re-voi-là. Cette histoire de raccord m'a un peu paniqué donc si ça ne convient pas, Chim, Thumb, n'hésitez pas à me le dire c'est très périlleux ce que j'ai tenté °°"]


avatar
Tinker Bell
mr. tout-le-monde... ou pas !
mr. tout-le-monde... ou pas !
CITATION : Impossible does not exist. Neither do I.

BOITE A JETONS : 0000

FICHE : Life ? A Fairy Tale ?
NOTEBOOK : Bell's Lambs
http://maelweilh.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: :: Fête 00 :: And if I fall

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

:: Fête 00 :: And if I fall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.» Fall Out Boy» WHY DO WE FALL ?
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: rp :: Le Chat Noir :: Rez De Chaussé-
Sauter vers: