AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror] Mar 22 Déc - 19:11

Evelyn avait appris la nouvelle le matin même. Et elle le chagrinait. Seul. Sans équipier. Suspendu pour des raisons techniques. Il se retrouvait tout simplement coincé au commissariat principal. Pas que le locaux soient désagréables, mais disons que se retrouver à errer de bureaux en bureaux pour proposer ses services et se faire bien souvent rembarrer n'était guère une situation appréciable. C'était même sacrément énervant. Déjà qu'au sein d'une équipe Evelyn se sentait bien souvent inutile, mais là, c'était cent fois pire ! Au mieux, il se retrouver à transporter les missives ou les cafés, quel travail palpitant. Et surtout très adapté à ses compétences !

Alors en cette fin d'après midi, Eve avait trouvé refuge dans un bureau vide. Un bureau qu'il connaissait déjà. Un bureau où il savait que sa présence serait toléré. Et puis, de toute façon, pour l'instant, il était l'unique personne à y demeurer. Alors, il s'assit dans un coin de la pièce. Il ne voulait pas s'assoir sur un siège qui ne fusse pas le sien. Alors, il s'assit par terre.

Il était misérable. Il le savait. Pourquoi n'arrivait-il jamais à rester dans une équipe ? Etait-il si incompétent que ça ? Non, non, cette fois il n'était même pas question de cela ! Son équipier s'était volatilisé. C'était une grande première d'ailleurs, il avait déjà eu plusieurs cas de figure, mais celui là, jamais encore. Soupir. Il avait fait fuir son partenaire. Super.

Sa tête tomba dans ses mains. Il avait beau essayer d'être optimiste, il se voyait déjà devenir la secrétaire errante du QG. Comme s'il n'était pas digne d'autre chose. C'était peut-être le cas finalement. Nouveau soupir. Son moral arrivait aux niveaux souterrains. Il secoua la tête. Allons ! Il n'y avait pas que le travail dans sa vie ! Il était très heureux du reste ! Et puis... Et puis, le travail était important aussi ! Il ne réussissait pas à s'ôter cette idée de la tête. Encore un soupir. D'ici peu, il allait créer une tornade.

Mais il releva la tête. On venait de franchir le seuil de la porte. Le propriétaire du bureau revenait de mission. Evelyn se remit prestement sur ses pieds, pour pouvoir témoigner de sa présence. Après tout, Mirror n'était pas sensé deviner que le raté qu'il était se trouvait dans ce bureau pour déprimer tout son saoul. Il reprit donc une position descente, rajustant sa jupe et sa veste, et offrant un sourire neutre au maître des lieux.

C'est alors qu'il réalisa. Il était encore blessé ! Vraiment, c'était une manie de ce grand traqueur que de revenir amoché des mission ! Eve ne put réprimer un froncement de sourcils. Combien de fois lui avait-il dit de faire plus attention ? Pas que cela le gêne de le soigner ( comme il soigner n'importe qui d'ailleurs), mais, l'inspecteur Curkain ne faisait vraiment pas attention à lui. Me direz vous, c'est l'hôpital qui se fout de la charité, mais un médecin se blessant, ce n'est pas grave aux yeux de ce même médecin.


"Vous avez encore trouvé le moyen de vous blesser.. J'espère que ça en valait la peine... "dit-il en secouant légèrement la tête de gauche à droite.

On pouvait sentir une pointe de reproche dans la voix d'Evelyn. Mais le genre de reproche que peut faire une mère à son enfant, un reproche doux, et fait par inquiétude et affection. Car l'abeille appréciait cet homme que beaucoup détestait au sein même des traqueurs. Peut-être pour sa droiture. Pour son travail acharné aussi. Parce qu'il aimait qu'on l'appelle pour le soigner, alors que le médecin du commissariat était présent. Sans doute pour toutes ces petites choses. Enfin, petites...


"Heureusement que je suis là pour vous soigner... Pour une fois je suis au bon endroit, au bon moment non ? " dit-il avec un fin sourire.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror] Lun 28 Déc - 16:23

Quand Mirror constatait, en y entrant, que son bureau n'était pas fermé à clé, il avait pour habitude de le scanner rapidement du regard avant d'avancer plus et de se mettre à l'aise. Parce qu'il arrivait, bon, peut-être pas de manière régulière, mais assez souvent, qu'il y trouve des personnes considérant que prendre un rendez-vous est une chose largement surfaite.

Il existait deux types de visiteurs impromptus : les assassins (relativement rares tout de même, la sécurité était bien assurée au QG, malgré les racontars), et les personnes en détresses. Parmi ces personnes en détresse, il en existait deux types (et non, ceci n'est pas un cours de logique Shadock) les personnes n'ayant pas encore compris qu'il n'était pas quelqu'un de sympathique, et celles ayant déjà compris qu'il n'était pas siii horrible que ça en fait. Ce qui au final, finissait par faire deux ou trois surprises par semaine.

Tout ceci pour dire que Mirror ne sursauta pas lorsqu'il vit Evelyn surgir d'un angle mort (à savoir le sol d'un coin de son bureau). Et comme c'était Evelyn et qu'il n'avait rien fait pour se camoufler, le jeune traqueur-guérisseur ne se retrouva pas non plus avec une arme pointée droit sur lui.
Même, la légère détente des épaules de Mirror, bien visible lorsqu'il ferma la porte derrière lui, était un signe flagrant que Bee n'était pas considéré comme un intrus. Et le léger rire que le Capitaine laissa échapper garantissait même qu'Evelyn était le bienvenu.

« Tu sais que tu peux t'asseoir sur un fauteuil quand je ne suis pas là, n'est-ce pas ? Pas le mien si tu n'aimes pas ça, mais il y en a d'autres dans la pièce qui n'attendent que les visiteurs... »

Mais il avait à peine fini de dire cela, à peine fait trois pas dans la pièce, que Bee l'arrêtait :
« Vous avez encore trouvé le moyen de vous blesser.. J'espère que ça en valait la peine... »

Mirror secoua légèrement la tête, toujours amusé par les impressionnants talents médicaux d'Evelyn. Il avait réussi à camoufler sa blessure à tout le monde pourtant.

Tout était venu à cause d'une sauvage attaque de lutins de Nowel sur un pauvre gamin sans défense… Est-ce que cela en avait valu la peine ? Oh oui. Mirror avait pu ainsi représenter avec brio la Police des Contes en pleine action (il faudrait qu'il se renseigne sur comment les autres s'en sortaient d'ailleurs, c'était rude cette année) et avait brillamment sauvé le gamin.
Un coup de pub n'était jamais de trop par les temps qui courent. Est-ce que le fait que le gamin était le fils d'un influent homme d'affaire, avait exacerbé sa motivation ? Mais non voyons, qu’allez-vous chercher. Même si, bien sûr, cela n'enlevait rien au caractère satisfaisant de l'histoire.

Bref, le seul ennui était qu'un coup de tête bien placé d'un de ces maudits lutins lui avait (sans doute ?) déboîté le genou. Il avait réussi à ne pas pousser d'horribles jurons (Le Grand Mirror ne jure jamais devant les enfants), réussi aussi à s'épousseter dignement à la fin (Le Grand Mirror est toujours impeccable), à serrer les mains qu'il fallait (Le Grand Mirror ne perd jamais le nord), raccompagner le bambin chez lui (Le Grand Mirror est au service de la population), discuter encore un peu debout (Le Grand Mirror est vraiment très fort), et repartir sans boiter (Le Grand Mirror est invincible).

Mais cela faisait un mal de chien. C'est donc avec un soulagement non feint qu'il se laissa tomber dans son fauteuil. Pas qu'il l'avoue à haute voix bien sûr.

« Ça va. Ce n'est qu'une égra... » ...tignure allait-il finir de dire comme il le disait chaque fois qu'il revenait de mission, même si c'était complètement ensanglanté et porté par trois personnes, et qu’il savait pertinemment qu’Evelyn allait regarder de plus près et lui remonter les bretelles (poliment) avant de le soigner.

Mais là, il s'arrêta brusquement, une petite parole d'Evelyn ayant retenu son attention. S’il ajoutait à cette petite parole le fait qu'Evelyn s’était assis dans un coin par terre (ce qui n’était tout de même pas complètement normal) et que ses sourires étaient assez neutres et peu joyeux, cela faisait 3 petits trucs bizarres.
Et au bout de 3 petits trucs bizarres, le cerveau d’investigateur qu’était celui de Mirror lançait une petite alerte rouge qui signifiait : "attention, attention, regarder de plus près de ce côté".

Il se redressa donc sur son fauteuil et se pencha légèrement en avant pour regarder son collègue d'un air gentiment soupçonneux.

« Comment ça, "Pour une fois" ? Qu'est-ce qui t'es arrivé aujourd'hui... hmm ? »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror] Jeu 14 Jan - 21:00

Evelyn ne put s'empêcher de rougir légèrement à la remarque de Mirror. C'est vrai qu'aux yeux du capitaine, son étrange manie de s'assoir par terre devait être étrange. Mais, pour lui, même les autres fauteuils ne lui étaient pas destinés, ils étaient pour les policiers de son équipe, pour les suspects, pas pour l'imbécile incompétent qu'il était. Mais il se garderait bien de faire part de son raisonnement à Mirror, celui-ci réprimanderait son défaitisme totalement contre productif, et déprimant qui plus est !

Et puis, il y avait bien plus important ! Comme la blessure de capitaine, par exemple. Eve ne s'était pas trompé en voyant son très sensible déséquilibre. Il s'était blessé à une jambe. Et comme d'habitude, le capitaine essayait de faire comme si de rien n'était. Il était incorrigible. Toujours à dire que ce n'était rien, toujours à parler d'égratignures. Ce qui avait toujours eu le don d'énerver le guérisseur. Des colères peu violentes, mais qui forçaient M. Curkain à se faire soigner ! Car c'était souvent grandement nécessaire ! Et puis, l'abeille s'était fait un rituel de s'occuper personnellement des blessures du capitaine.

Ainsi dès que le policier fut tomber dans son fauteuil, le guérisseur s'approcha pour l'ausculter, et vous pensez bien, le soigner ensuite. Il s'accroupit donc à côté du blessé, déposant son sac par terre. Mais il n'eut pas le temps de commencer ses soins que le capitaine le fixait de son air accusateur ( et s'il ne s'y trompait pas aussi protecteur), et lui demandait ce qui n'allait pas. Evelyn réprima une grimace. Etait-ce si facile de voir qu'il était au bout du rouleau ? Sans doute. Et puis, il était vrai qu'il se trouvait face à la fine fleur de la police des contes, impossible d'échapper à son sens de l'observation.

Evelyn eut un soupir. Mais il se décida tout de même à parler. A vrai dire, il savait bien que de toutes façons, Mirror réussirait toujours à le faire parler, alors, autant être franc et direct non ?


"Et bien, je fais aujourd'hui officiellement parti des policiers sans équipe fixe, et du coup, je suis suspendu. J'ai passé les trois quart de ma journée à servir des cafés, ce qui est, ma foi passionnant !" répondit-il avec un sarcasme non dissimulé.

Il eut un léger rire. Un peu nerveux, il fallait bien l'avouer. Mais préférant oublier ça, il se concentra sur la blessure du génie de la police. Il releva délicatement le pantalon du blessé, jusqu'à avoir une vue imprenable sur le genou de l'homme. Et ce n'était pas très joli joli ! L'articulation était bien amochée. Le simple déboîtement traité bien trop lentement avait du entraîner des complication. Eve se demandait si pour garder la face, ce sacré Mirror n'aurait pas pu pousser le vice à courir un marathon avec un genou dans cet état. L'abeille eut un froncement de sourcils réprobateur, ainsi qu'un petit sifflement. Décidément, on ne le changerait jamais !

Le guérisseur allait devoir remettre tout cela en place... Et essayer d'être le plus doux possible (même si en l'occurrence, il n'allait pas pouvoir l'être tout le long de l'opération) . Eve fouilla une seconde dans son sac pour trouver le bon flacon, et appliqua délicatement le contenu d'une jolie couleur rosée. C'était un antidouleur, puissant, mais même avec ça, le policier allait sentir ce qui allait suivre.

Evelyn posa une main sur la cuisse, l'autre sur le tibia. Il regarda le capitaine dans les yeux avec un air langoureux.


"Je vous aime follement Mirror !"

Quoi ? Le médecin ne vous a jamais fait cela ? Vous ne savez pas que si vous êtes très surpris par quelque chose, vous souffrirez moins de la douleur qui doit suivre. Ainsi cette fausse révélation servait juste à faire oublier la douleur provoquée par le mouvement rapide et puissant qu'Evelyn venait d'appliquer sur le genou. Dans un "clac" assez comique le genou se remit en place.

Eve sourit.


"Je plaisantais, c'était pour remettre le genou en place. Je ne suis pas désespéré au point de demander une promotion canapé !"dit-il en rigolant. "J'espère que ça ne vous a pas fait trop mal... Je vais appliquer d'autres onguents pour vous soulager et vous faire un bandage de soutien pour que ça ne bouge pas dans les prochaines heures. Mais si vous faites des efforts insensés, ça vous fera à nouveau mal... "

Ces derniers mots sonnaient comme un avertissements, et il espérait que le capitaine l'entendrait. Ce n'était pas le tout de faire des soins, si dix minutes après le patient allait gambader sur 60km de distance !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror] Lun 18 Jan - 19:45

Détourner l'attention de Mirror était une tâche ardue, mais là, c'était un parfait exemple de réussite...

D'abord, Mirror était un peu embarrassé. Cela faisait partie de ces choses qu'il n'avouerait jamais, n'est-ce pas, mais Mirror n'était pas habitué à ce que l'on voit son genou. Plus exactement, il avait l'habitude qu'on le voit en tant que "Mirror" à savoir un type avec un masque et toujours en costume, et dont l'existence physique et matérielle finissait par être remise en question. Et il préférait que les choses restent ainsi. On arrivait mieux à maintenir les gens à distance comme ça.
Avec Evelyn, c'était différent, le jeune traqueur l'avait déjà soigné un nombre incalculable de fois, et il savait que c'était normal de voir les gens pour les soigner, mais il était toujours un petit peu embarrassé.

Ensuite, il y avait le fait qu'il était indigné à l'idée que l'on puisse demander à Bee de servir le café... C'était parfaitement absurde. Mirror suivait depuis longtemps, de loin, la carrière d'Evelyn et constatait à chaque fois qu'il avait la malchance de tomber sur des Capitaines incompétents qui n'avaient jamais su employer le jeune homme à sa juste valeur.

Ce qui fait que non seulement il était légèrement embarrassé, mais en plus il était en train de ruminer sur la stupidité ambiante. Si bien que lorsque Bee lui dit "Je vous aime follement Mirror !", il ne devina pas immédiatement ce qui se passait. Même, il faillit s'étrangler.

Le "Pardon ?" qu'il commença se finit en un sublime "aaaaaaaïiiiiie-aïe-aïe-aïe...". Là, il comprit ce qui se passait et se mit à rire, légèrement du moins parce qu'il devait en même temps reprenant son souffle que la douleur avec coupé.

"Oh... Je vois, je vois... Tu m'as fichu une de ces frousses... Comme si ça ne suffisait pas avec Blue Fairy... J'ai cru que... Enfin bref. Ne t'inquiètes pas, je ne compte pas ressortir. La journée a été particulièrement chargée, j'ai assez de paperasse pour me tenir tranquille jusqu'à... longtemps encore."

Il resta un instant silencieux le temps qu'Eve s'occupe avec ses pansements et autres trucs médicaux auxquels Mirror n'avait jamais réussi à s'intéresser.

"Mais ils t'ont vraiment suspendu ? C'est tellement stupide... Tu fais partie des traqueurs les plus doués que je connaisse, et tes talents de guérisseur sont un atout indéniable..."

Mirror commençait à avoir une idée derrière la tête, mais elle était encore vague.

"Dis-moi... qu'est-ce qui te plait le plus dans le métier de traqueur ?"

C'était là sans doute une des qualités des traqueurs que Mirror poussait à l'extrême. Son genou lui faisait un mal de chien, mais la partie raisonneuse de son esprit laissait la douleur hurler sans s'en occuper, et se consacrait exclusivement au "problème" devant lui.
S'il l'on ne faisait pas attention au fait que sa main gauche était crispée, phalanges blanches, sur l'accoudoir de son fauteuil, on pouvait presque ignorer qu'il venait de subir un "remboitage" du genou un peu radical...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror] Dim 24 Jan - 17:27

Si Evelyn n'avait pas du garder son sérieux pour continuer sa manipulation médicale, il aurait sans doute ri en entendant l'étranglement du policier face à sa fausse déclaration. Il avait du être crédible dans le rôle du pauvre garçon follement amoureux de l'inaccessible capitaine... Haha, quelle bonne blague ! Néanmoins, cela ne suffit hélas pas à ôter toute la douleur que provoqua le remboitement de genou... Mais, au moins, c'était une remise en place rapide...

Il sourit au capitaine. Il y avait vraiment cru ? Amusant. Mais plutôt que de se reposer sur ses lauriers après cette découverte, l'abeille continua son travail de médecin, et appliqua sur le genou endoloris quelques nouveaux produits, tout en écoutant son collègue.


"Alors, je remercie la paperasse... Sans elle, je suis sur que vous seriez retourner sur le terrain... "dit Evelyn avec un ton légèrement réprobateur.

Il attrapa un bandage et l'appliqua sur l'articulation. Il fallait qu'il soit assez rigide pour maintenir l'articulation, mais aussi assez souple pour permettre une certaine mobilité à Mirror, en somme un pansement que beaucoup trouverait difficile à faire. Mais pas Eve. En deux minutes, le tour fut jouer. Une fois cela fait, il se releva, époussetant sa jupe.

"Et bien, il faut croire que vous êtes le seul à me considérer comme talentueux... Parce qu'ils ont été assez contents de me voir suspendu !" répondit le traqueur avec un soupçon d'amertume.

Le guérisseur alla ensuite s'adosser au bureau, ses mains posées sur celui-ci, ses yeux verts ne quittant point Mirror. Cet homme qu'il respectait entre tous. Mirror était un exemple pour beaucoup de traqueurs, et Eve faisait parti de ces traqueurs qui reconnaissent ce grand policier à sa juste valeur. Curkain n'était-il pas celui qui avait arrêté à présent les plus grands criminels ? Il était celui qui apportait le plus de solution pour lutter contre le fléau de mort, et de criminalité. Il faisait en somme, ce qu'Eve rêvait de pouvoir faire.

Ainsi, le jeune traqueur fronça les sourcils à la question du capitaine. Pourquoi lui demandait-il cela ? Etrange question. Mais, il ne chercha pas à comprendre, même s'il ne savait pas où voulait en venir le grand Mirror, il acceptait de le suivre.

"Ce qui me plait ? C'est le fait de sauver des vies, de protéger des vies. Je pense que les traqueurs sauvent autant de vies que les médecins, voire plus. Et c'est pour cela que j'ai voulu rejoindre la police. Parce que je préfère intervenir avant qu'il y ait un mourant, plutôt que d'essayer de le sauver plus tard des griffes de la mort. "

Evelyn avait parlé d'une voix assurée et passionnée. Son travail était une partie non négligeable de sa vie, et c'était peut-être la seule chose qui lui ait jusqu'à présent permis de ne pas abandonner tout idéalisme.

"Sauver l'autre. C'est ce qui me plait le plus. Sans aucun doute. "conclut-il avec conviction.

Son regard fixait intensément le masque de son interlocuteur. Où voulait-il en venir ? Telle était la question. Ses bras vinrent se croiser sur sa poitrine, ses doigts s'entortillant les uns dans les autres, signe de sa réflexion.


"Mais, pourquoi voulez vous savoir cela au juste ? "finit-il par demander.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror] Lun 1 Fév - 13:19

Mirror se laissa soigner gentiment - je n'ai pas mal, je n'ai pas mal, je n'ai pas mal... - recouvrit la jambe bandée de son pantalon et écouta gravement la réponse d'Evelyn.
Oui. Forcément, "sauver des vies"... C'était très idéaliste, mais très... "Queen Bee". Mais ce qui était intéressant, c'est que lorsque Beehive parlait de son métier, il était passionné et sûr de lui. Si les autres abrutis qui l'avaient employé avaient pris la peine d'en savoir plus, il n'aurait pas manqué cet enthousiasme. Et avec de l'enthousiasme on pouvait aller très loin.

Mirror se redressa légèrement dans son fauteuil en prenant garde de ne pas trop bouger son genou. Il s'agissait de s'installer confortablement pour pouvoir répondre posément.

"Et bien... vois-tu, Evelyn, les motivations qui poussent les gens à s'engager parmi les traqueurs sont infinies. Tragédie familiale, oisiveté, idéalisme, volonté de puissance, habitude, tradition familiale... On voit de tout.

Mais au moment d'agir, au moment de mener l'enquête et au moment où l'on agit selon les conclusions de l'enquête, il n'y a que trois motivations fondamentales : amener la vérité au grand jour (c'est mon genre), arrêter le coupable (le genre de Blue par exemple) ou sauver la victime. Ton genre.
"

Là, Mirror s'arrêta un instant (pause dramatique) avant de se déséquilibrer légèrement sur le côté afin de soulager le poids de sa jambe.

"Or il se trouve que la motivation la plus répandue est la deuxième "arrêter le coupable" pour la bonne raison que la plupart des gens pensent (et ils n'ont pas complètement tord) qu'une fois le coupable arrêté, la victime sera sauvée et la vérité éclatera.
En fait, ces motivations se ressemblent beaucoup puisque le résultat voulu est le même "coupable arrêté, victime sauvée, vérité révélée".

Mais il y a une grande différence : suivant les motivations, les priorités ne seront pas les mêmes. Parce que dans notre métier, on est facilement confronté à ce genre de question : Vaut-il mieux arrêter le coupable et risquer d'étouffer l'affaire parce qu'il est mort ? Ou bien risquer la vie d'un innocent pour être sûr d'arrêter le coupable ? Tu vois ou je veux en venir ? Les choix que l'on fait alors dépendent de notre motivation.

Par exemple, toi, si tu es dans une situation où tu as le choix soit d'arrêter le coupable soit de sauver la victime, tu sauveras la victime. Et comme tu pousses ton credo de "sauver les victimes" à "sauver des vies", si tu es dans une situation où tu as le choix entre tuer le coupable ou le laisser s'échapper, tu le laisseras s'échapper.
"

L'exemple était assez peu hypothétique en fait, Mirror avait lu les rapports et savait que c'était déjà arrivé.

"Et tant que les gens ne comprendront pas quelle est ta motivation, et ne verront pas qu'elle est aussi légitime qu'une autre, suivant les choix que tu feras, ils penseront que tu as "raté" et tu seras considéré comme un mauvais traqueur."

La conclusion pouvait être brutale, mais Mirror l'avait adoucie autant que possible en prenant un ton de voix qui laissait clairement entendre qu'il trouvait l'idée absurde.

"Personnellement, je pense qu'il n'y a pas vraiment de mauvais traqueur (à part les incompétents chroniques, mais passons) juste des traqueurs qui ne sont pas utilisés à leur juste valeur. Et tu es une sorte de cas d'école de cette situation... Tu es le genre de personnes qui ont des talents multiples mais différents. Si on cherche à te faire faire du travail comme à n'importe qui d'autres... On court à la catastrophe.
Pour toi, il faut te trouver un champ d'action où ton travail de traqueur à sauver des vies, et qu'on laisse les autres s'occuper d'attraper le coupable...
"

Mirror croisa les mains sous son masque, coudes sur les accoudoirs et pencha légèrement la tête sur le côté.

"Alors... Est-ce que ça te dirait de rejoindre mon équipe ? Je ne pardonnerai pas que tu laisses échapper un coupable, mais je comprendrai pourquoi tu l'as fait..."
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror] Ven 26 Fév - 10:41

Evelyn attendait de voir où le capitaine voulait en venir. Il avait parlé en toute sincérité, et cherchait toujours à savoir pourquoi donc le grand Mirror lui avait posé une telle question. C'était assez énigmatique. Il avait bien plusieurs hypothèses qui lui venait à l'esprit, mais elles lui semblaient trop farfelues pour être digne du grand traqueur. Alors, il préférait attendre.

Il observa les changements de position du supérieur avec un sourire amusé. Quelle idée aussi de se démettre un genou n'est-ce pas ? Mais il n'eut guère le temps de s'attarder sur cette question, car le grand enquêteur commençait à lui expliquer quelque chose. Et quand le Grand Mirror parle, on se tait, on tait même ses pensées ! -Quel homme ce Mirror quand même ! -

Evelyn écouta attentivement. Le raisonnement était très logique, lui-même aurait pu en arriver à ces déductions. Mais qu'est-ce que cela avait à voir avec la situation ? Là, son sens de la déduction avait de suite plus de mal ! Ses sourcils se froncèrent légèrement, signe de sa perplexité, mais aussi de son entière attention. Quand le capitaine fit sa pause dramatique, on put sentir une légère pointe de frustration dans son regard. Ah non, on ne coupe pas un raisonnement d'apparence si importante en plein milieu !

Fort heureusement, il reprit bien vite. Et Evelyn acquiesça, oui, il voyait très bien où il voulait en venir. Il pointait du doigt, tout ce que ses supérieurs lui reprochaient. Tellement bien qu'il cita même le type "d'erreurs" qu'il avait plusieurs fois commis, ce qui lui fit avoir une petite grimace. Mirror devait avoir fait attention aux rapports le concernant pour pouvoir si bien enfoncer le clou sur ses "lacunes professionnelles".

Et la brutale conclusion, agrandit un peu plus la grimace du traqueur. Oh que oui on lui disait souvent qu'il était raté ! Mais, le ton de voix ici, n'était pas celui du reproche. C'était d'ailleurs assez inattendu. Haussement du sourcil étonné de la part de l'abeille. Non, sa voix semblait même sous entendre qu'il ne partageait pas ce raisonnement. Mais alors quel était le sien ? Eve se le demandait bien, et ne put réprimer de l'impatience. Ses poings se crispèrent en signe de cette émotion naissante, mêlée à l'appréhension.

La suite du raisonnement était effectivement logique. Mais justement personne ne lui avait trouvé la place adaptée, et qui plus est, personne ne lui en laisserait plus la chance à présent ! Il allait d'ailleurs dire cela quand Mirror reprit la parole, le coupant ainsi dans son élan. Et... Et il ne crut pas bien la suite de ses paroles. Là, ça n'avait plus une logique digne du grand Mirror ! Loin de là !
Ses yeux s'écarquillèrent, et disons que s'il avait vu un éléphant rose, il aurait sans doute eu une tête moins ébahie et étonnée. Ce n'était pas possible. Mirror lui demandait d'intégrer son équipe ? Quelle bonne blague ! Quoique, non, Mirror n'était pas spécialement connu pour son humour. Mais alors, c'était vrai ? Il n'y avait qu'un moyen de le vérifier !

Evelyn se pinça violemment la main. ça faisait mal. Donc, il ne rêvait absolument pas ! Il resta encore bouche bée quelques secondes. C'était tellement improbable. Lui qui croyait que cette journée se finirait aussi mal qu'elle avait commencé ! Et au final, le grand, l'unique, l'irremplaçable Mirror lui demandait de faire partie de son équipe ! Il n'en croyait pas ses oreilles !

"... Oui. Je... J'accepte..."répondit-il encore un peu sous le choc.

Un sourire s'installa sur son visage. Pour dire vrai, s'il s'était laissé aller, il aurait criait de joie. Mais il devait garder un peu de dignité ! Non et puis, c'était trop beau pour être vrai ! Le sourire repartit pour laisser place au sérieux, à la méfiance.


"Mais... Vous plaisantez n'est-ce pas ? Vous avez décidé de faire de l'humour aujourd'hui non ? "finit-il par demander en retrouvant sa suspicion.

Vraiment, il ne savait plus sur quel pied danser avec une telle demande. C'était tellement irréel de le voir lui, le pauvre traqueur raté dans l'équipe de l'exemple par excellence pour une grande majorité de policiers.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror] Sam 13 Mar - 11:26

Si l'on exceptait le fait qu'il s'était violemment pincé la main et qu'il le regardait comme s'il venait de voir passer une colonie de cigognes portant des bébés, Bee avait l'air de bien prendre la chose (Mirror aurait été particulièrement vexé autrement).
C'est-à-dire, jusqu'à ce qu'une vague de suspicion semble reprendre le jeune traqueur. Suspicion à laquelle Mirror répondit par un petit rire ironique.

"Suis-je connu pour faire de l'humour ou pour plaisanter, Beehive ? Il ne me le semble pas..."

Le jour où Mirror se mettrait à plaisanter ou à faire de l'humour sur des sujets importants (et pas de l'ironie cassante destinée à blesser plus ou moins profondément son interlocuteur, bien sûr) Big Bad Wolf irait se rendre de lui-même au QG. Et non il n'essayerait pas, même pour voir "si jamais ça marchait". Non mais.

"Bien ! Puisque tu sembles d'accord, tu vas commencer tout de suite. Ça ne sert à rien d'avoir un traqueur talentueux en train de se morfondre dans un bureau alors qu'on a besoin de lui ailleurs."

Il jeta un regard sur le dessus de son bureau et constata qu'il n'avait pas les rapports de plusieurs traqueurs.

"Alors pour commencer, et puisque j'ai eu l'intelligence de m'égratigner le genou, je vais avoir besoin que tu ailles encore un peu à droite à gauche pour moi. Je voudrais que tu essayes de savoir où se trouvent les quelques abrutis de traqueurs qui auraient dû être au rapport depuis ce matin et qui ne sont pas repassés. Comme il est malheureusement fort probable qu'ils se soient blessés (vu le caractère vicieux des lutins cette année) il faudra que tu sois près à intervenir immédiatement. OK ?
Prend un agent de sécurité avec toi pour qu'il puisse te couvrir....
"

Mirror farfouilla dans son tiroir et en ressorti une carte.

"Prends ça, ça te permettra de réquisitionner ce dont tu auras besoin. Et fais-moi un rapport régulier, compris ?"

Oui, peut-être que travailler pour Mirror n'était pas de tout repos. Ce n'était même pas vraiment officiel et Mirror exploitait déjà Beehive. Mais enfin, c'était peut-être mieux que de ne rien faire, et en quelque sorte, une grande preuve de confiance, non ?

"Pendant ce temps, moi..." Mirror attrapa une canne qui traînait toujours dans son bureau (l'habitude) "...je vais avoir deux mots avec Farleigh..."

On ne pouvait pas voir son visage, mais rien qu'à son ton, on savait que Mirror avait un sourire mauvais. Il adorait avoir une occasion d'échanger "deux mots" avec son supérieur hiérarchique.
Il se leva, prenant soin d'appuyer le moins possible sur sa jambe blessée et se dirigea vers la porte. Il ne s'arrêta que près d'Evelyn pour l'encourager d'une main (légèrement paternaliste, d'accord) sur l'épaule.

"Et bien, toujours là ?"
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Errance d'un traqueur ésseulé [Mirror]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Ω I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror,» Traqueur...» Rappelz» ... Où ça, double-post... ?» Alice Blood [Attente de Réponse]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Commissariat Principal-
Sauter vers: